De l’alchimie du XVIe siècle à la chimie moderne

  • Chymisticum Artificiumna10
  • Aoreole Philippe03
  • Fer Paracelse 01
  • Aoreole Philippe06
  • V2Aoreole Philippe04
  • Aoreole Philippe07
  • Chymisticum Artificiumna12
  • Chymisticum Artificiumna13
  • V2Chymisticum Artificiumna18
  • p.83Chymisticum Artificiumna15
  • P.94Chymisticum Artificiumna16
  • Aoreole Philippe01

On considère généralement que la chimie moderne, telle qu’on la connaît, commence dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle avec les travaux de Lavoisier. Pourtant, l’histoire de la chimie est étroitement liée à tous les âges de l’humanité, depuis la cuisson de l’argile au Néolithique au travail des métaux et des minéraux. Une part de ces pratiques aboutit, dès l’Antiquité, à l’émergence de l’alchimie, à la fois science et philosophie, qui jouera un rôle fondamental dans l’histoire de la chimie.

Ce mois-ci, nous vous invitons à découvrir la part occupée par l’alchimie dans les pratiques médicales du XVIe siècle à travers deux ouvrages conservés à la BU Lyon 1 : La Grand Chirurgie de Paracelse, traduite et éditée en 1589 par Claude Dariot, et Chymisticum Artificium Naturæ de Gérard Dorn, dans sa première édition de 1568.

La Grand Chirurgie de Paracelse,traduite par Claude Dariot.1589

La Grand Chirurgie de Paracelse,traduite par Claude Dariot.1589

Gérard Dorn. Chymisticum Artificium Naturæ.1568.

Gérard Dorn. Chymisticum Artificium Naturæ.1568.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Paracelse (1493-1541)

Médecin-chirurgien, philosophe, théologien et alchimiste, Paracelse, de son vrai nom Philippus Aureolus Theophrastus Bombast von Hohenheim, est né en 1493 à Einsiedeln en Suisse. De son père médecin, il apprend le latin, la médecine et l’alchimie. Après un parcours universitaire dont on conserve peu de traces, il s’enrôle en 1517 comme chirurgien militaire et entame un grand tour de l’Europe pour compléter sa formation par les rencontres et la pratique. Après un séjour à Salzbourg où ses écrits théologiques font scandale, il est appelé en 1527 à occuper une chaire à l’Université de Bâle, ville qui attire de grands humanistes. C’est là qu’il développe ses théories scientifiques. Mais les polémiques suscitées par ses prises de position contre les doctrines dominantes l’obligent à quitter la ville. Il entame alors une vie d’errance, durant laquelle il rédige les traités fondamentaux où il expose ses théories médicales, alchimiques et théologiques.

L’alchimie de Paracelse

La doctrine de Paracelse s’oppose au système basé sur la « théorie des humeurs » de Galien, alors dominante en Europe. Aux quatre éléments établis par Aristote comme composant l’univers (Eau, Air, Feu, Terre), Paracelse ajoute les trois principes alchimiques que sont le Mercure, le Soufre et le Sel : ces trois principes constituent selon lui les êtres, les corps et les métaux. Il pense ainsi possible, par des opérations alchimiques, de décomposer toute substance en ces trois principes : ce serait la disproportion de l’un d’eux qui entraînerait les maladies. En décrivant toutes les transformations des corps comme des processus alchimiques, Paracelse ouvre la voie à l’analyse chimique de la matière.

La Grand Chirurgie de Paracelse

La Grand Chirurgie de Paracelse,traduite par Claude Dariot.1589

La BU Lyon 1 possède un exemplaire de La Grand Chirurgie de Paracelse, traduit en français, annoté et édité par le médecin Claude Dariot à Lyon en 1589. Le texte original allemand a été publié en 1536 sous le titre Grosse Wundarznei, puis a connu plusieurs éditions en France à partir de 1568. L’exemplaire de la BU est au format in-4°. La page de titre fait apparaître la marque de l’imprimeur Antoine de Harsy, un crabe surmonté d’une mite avec la devise Matura (« dépêche-toi ») : il s’agissait de la marque de l’imprimeur Jean Frellon, son beau-frère, dont il avait repris la maison après sa mort. Sur la page de garde se trouve un ex-libris au nom du médecin Jean-Baptiste Desgranges, l’un des donateurs des collections de la BU Lyon 11.

 

L’ouvrage comporte plusieurs lettrines et culs-de-lampe très ornés ; la reliure, en basane, est aux armes du médecin Pancrace Marcellin (156.-1642 ; patte de coq, tête et étoile) et décorée de fleurons sur la tranche.

 

 

 

 

La Grande Chirurgie est le texte le plus important publié du vivant de Paracelse. Dans sa préface, il met à distance les doctrines des « anciens » pour « cercher la source & fontaine de la vraye medecine ». L’essai se présente en deux parties, chacune d’elle divisée en trois traités. Il est accompagné de remarques et de développements du traducteur Claude Dariot, tantôt dans les marges, tantôt dans le corps même du texte.

La première partie, « De la cognoissance & guerison des Playes », débute par un traité qui parcourt les différents types de plaies existants et les maladies engendrées si on ne les soigne pas. Le deuxième traité liste les recettes des médicaments prescrits par Paracelse. Il y théorise l’existence d’une « puissance agente » recelée par tout médicament (intuition du principe actif ?), et le fait que l’efficacité de celui-ci dépende entièrement de sa préparation.

La Grand Chirurgie de Paracelse,traduite par Claude Dariot.1589

P.134. La Grand Chirurgie de Paracelse

 

Enfin, le troisième traité porte sur les morsures d’animaux, les brûlures et les fractures. Pour soigner ces dernières, Paracelse préconise l’utilisation d’un système d’anneaux en fer, que Dariot développe et analyse.

 

 

 

 

 

 

 

La Grand Chirurgie de Paracelse,traduite par Claude Dariot.1589

P.358-359. La Grand Chirurgie de Paracelse

La seconde partie de l’ouvrage concerne les ulcères. C’est ici que l’auteur développe sa conception du monde et de la médecine, en s’appuyant sur la « théorie des signatures ». En effet, la pensée de Paracelse est fondée sur sa croyance en la correspondance macrocosme-microcosme : l’être humain serait un microcosme qui reproduirait, en petit, le macrocosme qu’est l’univers. D’un point de vue médical, cette doctrine se traduit par la « théorie des signatures », qui se propose de chercher des correspondances de formes entre les substances médicinales et les maladies à traiter. Les méthodes de soin exposées dans ces pages par Paracelse s’appuient sur cette théorie et sur ses concepts alchimiques : le rôle des trois principes que sont le Sel, le Mercure et le Soufre est ainsi affirmé. Cette partie contient de nombreuses notes de Claude Dariot, qui explicite la doctrine de Paracelse.

L’ouvrage est donc très représentatif du médecin qu’était Paracelse : un chirurgien qui valorisait l’apprentissage par la pratique et dont la doctrine médicale, en opposition avec celle de ses prédécesseurs, était indissociable de l’alchimie. Si sa doctrine ne parvint pas à s’imposer sur le long terme, elle eut cependant une forte influence sur l’évolution de la médecine comme de la chimie à la Renaissance. Le système médical qu’il développa, consistant à expliquer tous les actes vitaux par des opérations alchimiques, prendra le nom d’iatrochimie et ouvrira la voie à la pharmacopée et à la chimie moderne.La Grand Chirurgie de Paracelse,traduite par Claude Dariot.1589

Gérard Dorn (1530-1584)

Né à Malines, en Belgique, vers 1530, Gérard Dorn est l’un des principaux promoteurs de l’œuvre de Paracelse. Il traduit, commente et publie ses œuvres en latin afin de permettre au public européen d’y accéder. Il rédige également des traités qui synthétisent la doctrine du médecin suisse, tout en l’enrichissant de développement nouveaux : alors que Paracelse se limitait à une alchimie opérative, médicale, Dorn la conduit jusqu’à ce qu’il nomme une « philosophie spéculative ». Selon lui, les médicaments doivent ainsi être combinés à des exigences spirituelles, visant un perfectionnement moral, pour soigner l’être humain et lui permettre d’atteindre le « salut ».

L’Artifice Chimique

Gérard Dorn. Chymisticum Artificium Naturæ.1568.

Gérard Dorn. Chymisticum Artificium Naturæ.1568.

Gérard Dorn. Chymisticum Artificium Naturæ.1568

Gérard Dorn. Chymisticum Artificium Naturæ.1568

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La BU conserve le Chymisticum artificium naturæ, theoricum & practicum, ouvrage de Gérard Dorn paru à Bâle chez l’imprimeur Thomas Guérin. L’ouvrage contient le premier Chymisticum artificium, publié en 1568, puis les deuxièmes et troisièmes parties parues en 1569 sous le titre Artificii chymistici physici, metaphysicique, secunda pars & tertia. L’exemplaire de la BU, de format in-8° et relié en basane, est une donation du médecin Jacques Pierre Pointe, comme l’indique l’ex-libris en page de garde2. Un certain nombre de pages ont été restaurées. La page de titre comprenait à l’origine une gravure sur bois présentant ce qui semble être un athanor (fourneau alchimique), autour duquel sont disposés des symboles alchimiques et le nom des planètes. Le sommaire du livre a été partiellement ajouté au verso sous forme manuscrite.

Gérard Dorn. Chymisticum Artificium Naturæ.1568

Gérard Dorn. Chymisticum Artificium Naturæ.1568

 

 

La page de titre des Artificii chymistici (p. 161) arbore, quant à elle, une marque d’imprimeur.

 

 

 

 

 

 

En plus de quelques bandeaux et lettrines, le livre contient plusieurs illustrations de Gérard Dorn représentant des instruments alchimiques : athanor, cornue, creuset, etc.

Gérard Dorn. Chymisticum Artificium Naturæ.1568

Gérard Dorn. Chymisticum Artificium Naturæ.1568

Gérard Dorn. Chymisticum Artificium Naturæ.1568

Gérard Dorn. Chymisticum Artificium Naturæ.1568

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le lecteur remarquera que Dorn utilise le terme « chimie », dans son ouvrage, pour désigner des pratiques que Paracelse nommait « alchimie » : en effet, les deux termes étaient alors interchangeables. C’est au cours du XVIIe siècle que l’alchimie prend peu à peu une connotation péjorative, liée à la transmutation des métaux dans le but d’obtenir la pierre philosophale, tandis que le nom chimie gagne progressivement le sens qu’il a aujourd’hui.

Article rédigé par Marine Marchelli bibliothécaire Enssib

Bibliographie:

De La Croix, Arnaud. Alchimie. Histoire et actualité. Waterloo : Editions Jourdan, 2022.

Hutin, Serge. L’Alchimie. Paris: Presses Universitaires de France, 2011. Disponible en ligne [consulté le 27 juillet 2023]

Lécaille, Claude. L’Aventure de la chimie jusqu’à Lavoisier. Paris: Vuibert Adapt., 2004.

Quéruel, Alain. L’Alchimie. Paris: Eyrolles, 2013.

 



Citer ce billet
Interfaces/fonds anciens BU Lyon (2023, 10 août). De l’alchimie du XVIe siècle à la chimie moderne. Interfaces. Livres anciens de l'Université de Lyon. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m0ac

  1. voir l’article qui lui avait été consacré sur ce blog []
  2. voir l’article qui lui avait été consacré sur ce blog []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search