Nouvelle pratique des maladies aiguës, et de toutes celles qui dépendent de la fermentation des liqueurs. Par Daniel Tauvry. Tome premier, Paris, 1698

Ce billet a été réalisé dans le cadre d’un travail d’étudiants et d’étudiantes du Master 1 « Métiers du livre et de l’édition » de l’université Lyon 2 (UFR des Lettres, Sciences du langage et Arts), sous la direction d’Edwige Keller-Rahbé (« Histoire du livre, XVIe-XVIIe siècles »).

Le fonds patrimonial de la Bibliothèque Diderot de Lyon conserve un livre intitulé : Nouvelle pratique des maladies aiguës, et de toutes celles qui dépendent de la fermentation des liqueurs. Tome premier. Écrit par Daniel Tauvry, l’ouvrage est imprimé à Paris, chez Laurent d’Houry, en 1698. La bibliothèque ne conserve malheureusement que le premier tome.

Cote BDL : 2RA 490

Description de l’ouvrage

La structuration

Le tome I de la Nouvelle pratique des maladies aiguës est un in-12° de 336 pages, imprimé en caractères romains et en italiques.
La reliure en basane est très classique : le dos est à nerfs apparents ; les entre-nerfs sont décorés aux petits fers et présentent des fleurons dorés.

 

Daniel Tauvry annonce le dessein de l’ouvrage dans la préface : « On trouvera dans cette Pratique la maniere de se servir des medicamens les plus seurs & les plus usitez ». Cet « Art de guerir » passe par une structuration rigoureuse :

  • Chapitrage : le livre est divisé en vingt-cinq chapitres, le dernier comprenant six « Observations » sur les différentes sortes de fièvres fondées sur la pratique médicale de Daniel Tauvry. La transition entre le chapitre XXIV et le chapitre XXV est assurée par un « Avertissement » qui justifie le choix des exemples retenus.

 

  • Annotations : des mentions imprimées en marge ponctuent régulièrement le corps du texte, soit pour aider le lecteur à se repérer en signalant des sous-développements à son attention, soit pour apporter des éclaircissements.
  • Tables : deux tables encadrent le corps du texte. La première liste les vingt-cinq chapitres contenus dans le premier tome ; la seconde propose un index alphabétique des « matières » (en grande partie des maux corporels) qu’il renferme.

 

Une liste des « Fautes d’impression » est imprimée à la dernière page.

Les ornements typographiques

Le matériel ornemental utilisé est courant pour l’époque : bandeaux (motifs typographiques, rinceaux), lettrines ou lettres de deux points pour les textes liminaires et les débuts de chapitres.
Un bandeau figuratif ouvre le premier chapitre (décor végétal, personnages féminins entourant une fontaine).

 

Presque tous les chapitres se suivent sans saut de page ; ils sont séparés par un filet typographique.

Les marques d’appartenance

L’exemplaire présente plusieurs marques d’appartenance, à différents endroits du livre, toutes impossibles à dater précisément.
Sur la page de titre, une mention manuscrite (peut-être le nom d’un ancien possesseur ou d’un institut) a soigneusement été biffée à l’encre noire.

 

Sur le contreplat inférieur, « Mr le médecin Coirault » a apposé son ex-libris à la main. Le livre a été donné en 1955 par un certain M. Cuénot.

 

Sur le premier contreplat, on trouve le dessin à la plume d’une créature facétieuse, sans doute de la main d’un élève. Des organes sexuels masculins pendent entre ses longues jambes écartées. Des traits d’écriture en forme de boucle complètent l’ensemble.

 

Les producteurs de l’ouvrage

L’auteur

Daniel Tauvry (1669-1701) est un médecin et anatomiste français qui connut une brillante carrière. Fils d’Ambroise Tauvry, médecin à Laval, qui le forme et l’initie à son savoir aussi bien qu’au latin et à la philosophie, il se révèle précoce au point d’être nommé docteur de la Faculté de médecine d’Angers dès l’âge de quinze ans. Il poursuit ses études dans la capitale où il s’adonne à l’étude de l’anatomie humaine et des remèdes, avant d’obtenir le grade de « Docteur Régent de la Faculté de Médecine, en l’Université de Paris » (1697).

Grâce à sa rencontre avec Fontenelle, il est admis à l’Académie des sciences, d’abord en qualité d’élève, puis de membre associé-anatomiste (1699). À sa mort, Fontenelle dresse d’ailleurs son éloge dans son Histoire de l’Académie royale des sciences, saluant son esprit « extrêmement vif et pénétrant ».

Tauvry est l’auteur de nombreux écrits de médecine, tant en latin qu’en français, qui eurent du retentissement à son époque : il acquiert une certaine notoriété dès la publication de sa Nouvelle anatomie raisonnée (1693), ouvrage bientôt suivi d’un Traité des médicaments (1695), et de la Nouvelle pratique des maladies aiguës, et de toutes celles qui dépendent de la fermentation des liqueurs (1698), en deux volumes (cet ouvrage est réédité en 1713 et en 1720).

Son dernier ouvrage – Traité de la génération de la nourriture du fœtus (1700) – est marqué par la querelle de l’ovisme, fameuse dispute de la circulation du sang dans le fœtus, au cours de laquelle il s’oppose à son collègue Jean Méry (1645-1722), chirurgien et membre de l’Académie royale des sciences dans la section d’anatomie.

L’éditeur

Laurent d’Houry (1644-1725) appartient à une dynastie d’imprimeurs-libraires parisiens.

 

Établi « rue Saint-Jacques, proche la fontaine S. Severin, au Saint Esprit », il est spécialisé dans l’édition scientifique et médicale, mais doit sa renommée et sa fortune au périodique qu’il fonde en 1683 – l’Almanac ou Calendrier –, qui, à partir de 1700, paraît sous le titre plus connu d’Almanach Royal.

Avis présent sur l’Almanach royal de 1766
> cote BDL : 1R 180508

La publication se signale par une marque en forme de monogramme surmonté d’une couronne, tandis que la Nouvelle pratique des maladies aiguës présente un simple cul-de-lampe. La veuve de Laurent d’Houry, Élisabeth Dubois, lui succède à sa mort.

Un ouvrage de médecine

L’usage du français

La littérature médicale des XVIe et XVIIe siècles, qu’il s’agisse des grands textes hérités de la tradition antique (Hippocrate, Galien) ou des ouvrages nouveaux, était traditionnellement publiée en latin car elle s’adressait à des publics savants. Les médecins avaient tendance à s’opposer à la production livresque des chirurgiens (dont la profession était jugée moins noble que la leur), qui, elle, se caractérisait par l’usage de la langue vernaculaire.

Une évolution marque la deuxième moitié du XVIIsiècle puisque l’on voit de nombreuses publications médicales adopter le français dans un effort d’adaptation au public mondain des honnêtes gens, devenu particulièrement influent. L’engagement du pouvoir royal dans la production de nouveaux savoirs médicaux et scientifiques y participe pour beaucoup. Fondée en 1666 par Louis XIV, l’Académie des sciences adopte en effet la langue française comme langue de publication de ses travaux, venant ainsi rompre avec la tradition savante du latin et se positionner du côté des Modernes.

De cette politique éditoriale il résulte une plus large diffusion des ouvrages médicaux, et surtout un vaste mouvement de vulgarisation des connaissances, anciennes et nouvelles. Les ouvrages traitant des maladies « populaires », les livres de recettes médicales « faciles » et « charitables » se multiplient et trouvent plus facilement à se vendre en langue vernaculaire.

Un ouvrage sur l’allaitement publié (entre autres) par le même éditeur

Rédigée en français pour un public d’initiés, la Nouvelle pratique des maladies aiguës parvient à concilier érudition et vulgarisation. Daniel Tauvry s’adresse autant au corps médical et scientifique établi qu’aux jeunes médecins qu’il a pour ambition de former. Dans sa préface, il avertit qu’il donne « une méthode pour guérir chaque maladie, en la considérant comme elle est dans l’état le plus ordinaire », avant d’ajouter qu’un médecin doit être informé de ces nuances pour mieux y faire face. Il est nécessaire selon lui que « ceux qui le lisent soient déjà instruits des principes généraux de l’art ». Quelques notes marginales imprimées en grec font d’ailleurs signe vers la tradition savante.

Le contexte de publication

Le paysage scientifique évolue également durant le XVIIe siècle. Dans le domaine médical, il se produit une rupture vis-à-vis des traditions passées telles que le galénisme et le paracelsisme. Une autre approche médicale se développe, qui s’attache moins à comprendre les causes des maladies qu’à en cerner les mécanismes, le fonctionnement et l’évolution dans le corps, d’où la part plus grande accordée à l’expérience qui renforce les connaissances théoriques. Ces innovations provoquent des débats approfondis parmi les médecins, qui se divisent entre conservateurs et partisans du progrès.

Le titre du livre de Daniel Tauvry annonce la visée « pratique » du traitement des maladies « aiguës » (c’est-à-dire les maladies violentes, où la douleur est très sensible), au moyen de la science des médicaments, chimiques ou non, dont l’auteur s’est fait une spécialité. Cela implique de la part du médecin la prudence à l’égard de procédés curatifs traditionnels (saignée, purgation) et la prise en compte de nombreux paramètres, tous fondés sur l’observation, pour formuler un pronostic médical et prodiguer le traitement adéquat : âge et lieu de vie du patient, température, interaction de maux, etc.

Le titre fait aussi la promesse d’une pratique médicale renouvelée. En fait, la Nouvelle pratique des maladies aiguës doit se lire à la lumière du traité d’Hippocrate intitulé Du régime des maladies aiguës (mais aussi des Aphorismes). Par rapport aux préceptes anciens du père de la médecine, Tauvry se situe entre l’adhésion fidèle et respectueuse et la nécessaire réévaluation.

Comme le résume Joseph-Pitton de Tournefort (1656-1708), professeur de médecine et de botanique attaché au Jardin royal, dans la lettre écrite « à l’Autheur, au sujet de l’Aphorisme 22. de la premiere section » :

« […] il faut distinguer deux choses dans cet Aphorisme, le precepte et l’observation. Le precepte est general, & doit estre suivi par tout & sans restriction par les Disciples d’Hippocrate : Mais l’observation n’est que particuliere, & ne regarde que le pays où Hippocrate a vécu. […] Il faut qu’un Medecin examine avec beaucoup de soin, les maladies qui regnent dans son pays. Il est certain que celles que l’on appelle fort aiguës sont assez rares dans la Grece. (n.p.) »

En pleine réaction à l’héritage humaniste qui marque la fin du XVIIe siècle, la Nouvelle pratique des maladies aiguës est donc orientée vers des enjeux idéologiques forts dans la mesure où elle développe une approche des maladies moderne et nationale. Autrement dit, elle s’attache à promouvoir la médecine en France sous le règne de Louis XIV.

Le paratexte

Le paratexte liminaire occupe une place d’autant plus importante dans l’ouvrage qu’il participe à construire sa crédibilité scientifique. On trouve, par ordre d’apparition :

  1. Une épître dédicatoire à « Messire Guy Crescent Fagon, Conseiller ordinaire du Roy en ses Conseils, & Premier Medecin de sa Majesté » ;
  1. Une longue préface auctoriale ;
  2. Une lettre écrite « à l’Autheur » signée « Monsieur Tournefort, Docteur Regent de la Faculté de Médecine de Paris, & Professeur Royal en Botanique au Jardin du Roy, écrite « à l’Autheur, au sujet de l’Aphorisme 22. de la premiere section » ;
  1. Cinq approbations de Docteurs en médecine de l’Université de Paris, signées respectivement : Guy Crescent Fagon, Monsieur de Sainct-Yon, Monsieur Poirier, Monsieur Cressé fils et Monsieur Tournefort ;
  1. Une permission délivrée par « Monsieur Boudin, Conseiller-Medecin ordinaire de Madame la Duchesse de Bourgogne, Doyen & Docteur Regent de la Faculté de Médecine en l’Université de Paris ».

Les médecins qui manifestent leur soutien à la Nouvelle pratique des maladies aiguës sont toutes d’éminentes personnalités, mais aussi les pairs et collègues de Tauvry puisque la majorité d’entre eux sont, comme lui, docteurs régents (c’est-à-dire qu’ils enseignent) en l’Université de Paris, et membres de l’Académie des sciences.

Tauvry fait entrer le monde médical dans son livre selon deux objectifs principaux et complémentaires : les plus grandes autorités du temps servent d’une part à valoriser sa personne et son livre, d’autre part à cautionner et légitimer son propos médical.
Ainsi le dédicataire est-il Guy-Crescent Fagon (1638-1718), médecin fidèle et dévoué du roi de 1693 à la mort de Louis XIV (1715). Dédier son ouvrage au premier médecin du roi revient à le placer sous la protection du représentant le plus digne et le plus prestigieux de la profession. L’enjeu est de taille, comme le souligne Tauvry : « si vous le jugez indigne de votre profession il ne vous profitera point, mais si vous l’approuvez, MONSIEUR, le public qui aurait de l’incertitude sur beaucoup de faits qui y sont rapportés, n’en doutera point ».

Les cinq approbations doctorales rappellent que le livre de médecine demeure sous la haute surveillance du pouvoir royal. En tant que domaine sensible, son contenu doit être évalué, c’est-à-dire passer par le circuit de la censure préalable pour être approuvé avant publication : à cette fin, « Messieurs S. Yon, Poirier, Cressé et Tournefort » ont été commis à l’examen de la Nouvelle pratique des maladies aiguës, par M. Tauvry.
Les docteurs assurent non seulement que les meilleures maximes de l’ouvrage sont conformes à la « Doctrine d’Hippocrate, & aux Observations de plusieurs Praticiens de nôtre siécle » (Poirier), mais ils se livrent à l’éloge de leur confrère et du livre à paraître, dont ils recommandent vivement la lecture auprès de ceux qui veulent s’instruire dans la pratique de la médecine en recourant à l’argument de l’utilité publique.

Sur leur rapport, Jean Boudin (1658-1728) consent à l’impression (à Paris, le 23 février 1698).
Le privilège du roi vient à son tour légitimer la publication. Reproduit en entier à la fin du volume, il est octroyé pour dix ans à Laurent d’Houry (à Paris, le 31 octobre 1697). L’ouvrage est achevé d’imprimer pour la première fois le 3 mars 1698.

 

Billet écrit par les étudiants et les étudiantes du Master 1 « Métiers du livre et de l’édition » de l’université Lyon 2
Ophélie Fernandez, M1, Édition
Ilona Grataloup, M1, Librairie

Sources

TAUVRY, Daniel. Nouvelle pratique des maladies aiguës, et de toutes celles qui dépendent de la fermentation des liqueurs. Tome premier. Paris : 1698
> Cote BDL : 2RA 490

Bibliographie

BERRIOT-SALVADORE, Évelyne. La littérature médicale en français de 1601 à 1700. In Medica [En ligne]. Disponible sur le web : <https://www.biusante.parisdescartes.fr/histoire/medica/presentations/litterature-medicale-17e.php>.

SEGUIN, Maria-Susana. Anciens et Modernes à l’Académie des sciences. BAHIER-PORTE, Christelle et REGUIG, Delphine. Anciens et Modernes face aux pouvoirs. L’Église, le Roi, les Académies (1687-1750) [En ligne]. Honoré Champion : 2022. pp.179-195. Disponible sur le web : <https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02340427>.

VONS, Jacqueline. Le médecin, les institutions, le roi. Médecine et politique aux XVIe-XVIIe siècles [En ligne]. Ouvrage numérisé inédit mis en ligne le 1er avril 2012 dans le cadre du projet de recherche « La médecine à la cour de France (XVIe-XVIIe siècles) ». Disponible sur le web : <https://cour-de-france.fr/ouvrages/jacqueline-vons-le-medecin-les-institutions-le-roi/>.

ANGOT, Alphonse. Daniel Tauvry. In ANGOT, Alphonse. Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne [En ligne]. t. 3. Laval, A. Goupil : 1900-1910. Disponible sur le web : <https://angot.lamayenne.fr/notice/T3C20_BIO0590>

FONTENELLE, Bernard de. Éloge de feu monsieur Tauvry. Histoire de l’Académie royale des sciences [En ligne]. Paris, J. Boudot : 1700. p. 161-162. Disponible sur le web :<https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3502d/f168.item>



Citer ce billet
Interfaces/fonds anciens BU Lyon (2023, 24 août). Nouvelle pratique des maladies aiguës, et de toutes celles qui dépendent de la fermentation des liqueurs. Par Daniel Tauvry. Tome premier, Paris, 1698. Interfaces. Livres anciens de l'Université de Lyon. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m0ad

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 14 janvier 2024

    […] Nouvelle pratique des maladies aiguës, et de toutes celles qui dépendent de la fermentation des li…. Tome premier, Paris, 1698 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search