Le Paris d’Eugène Béjot

On trouve dans les rayons du fonds ancien de la BIU Lsh, un recueil assez rare de belles gravures du début du XXe siècle : Du Ier au XXe : les arrondissements de Paris : vingt eaux-fortes originales de Eugène Béjot, commandé et édité à Paris en 1903 par la Société de Propagation des Livres d’Art.

1er arrondissement : le Pont-Neuf, Eugène Béjot, Paris

Ce volume comprend une préface de Jules Claretie (1840-1913), romancier, auteur dramatique, historien et chroniqueur, membre de l’Académie française ; une liste des membres de la Société de Propagation des Livres d’Art ; et dix-huit planches d’Eugène Béjot1. Cette édition originale, non destinée au commerce, est un grand format en portefeuille cartonné contenant les eaux-fortes sur du papier de très belle qualité, encollé sur des planches cartonnées.

11e arrondissement : le Faubourg Saint-Antoine, Eugène Béjot, Paris, 1903

La technique de l’eau-forte, développée en Italie à partir de 1530, connaît un très fort renouveau en France à la fin du XIXe siècle, sous l’influence de la Société d’aquafortistes et de l’éditeur Cadart. Cette technique de taille douce consiste à recouvrir la plaque de cuivre d’un vernis dur. L’artiste forme son dessin en grattant ce vernis avec une pointe. La plaque est ensuite plongée dans un bain d’acide. C’est ce mélange d’acide nitrique et d’eau que l’on appelle « eau-forte ». L’acide mord le cuivre dans les zones qui ne sont plus protégées par le vernis, et le métal se creuse plus ou moins profondément selon le temps d’immersion de la plaque dans l’acide. Il faut alors retirer le vernis, avant d’encrer la plaque selon des méthodes particulières à la gravure sur cuivre, pour enfin l’imprimer sur papier à l’aide d’une presse spéciale. Ce procédé de gravure laisse beaucoup de liberté à l’artiste et convient bien aux peintres et graveurs romantiques de la fin du XIXe siècle.

7e arrondissement : le Pont de l’Alma, Eugène Béjot, Paris 1902

Eugène Béjot (1867 – 1931) est un peintre, lithographe et surtout aquafortiste parisien. Élève de l’Académie Julian, il est amené à rencontrer les plus grands : Boulanger, Guérard, Buhot, Bracquemond, Ibels…. Il aime représenter des bateaux, des ports, des paysages de quais, des parcs. Héritier de l’aquafortiste Charles Meryon2, il réalise comme lui, de nombreuses eaux-fortes sur Paris , ville dont il est amoureux et où il passe sa vie entière. Il connait un succès important en France et en Angleterre ; on lui attribue en tout 436 planches.

13e arrondissement : la Butte-aux-Cailles, Eugène Béjot, Paris, 1903

 

6e arrondissement : le Luxembourg, Eugène Béjot, Paris, 1902

 

 

Au début du XXe siècle, la Société de Propagation des Livres d’Art commande à Eugène Béjot vingt eaux-fortes sur Paris, une par arrondissement, dans le but de former « comme un musée portatif à la gloire de Paris »3. Il réalise donc de très belles planches montrant de manière originale les différents arrondissements de la capitale, des ruelles pauvres aux jardins de luxe, beaucoup de quais et de bateaux.

 

Pour les bibliophiles et les chercheurs, ce volume est un cas rare, du fait de la qualité de l’ouvrage et de la valeur artistique et historique des eaux-fortes.

 

 Billet rédigé par Claire Giordanengo

 

Bibliographie:

5e arrondissement : le quai de Montebello, Eugène Béjot, Paris

BÉJOT, Eugène (gravure) ; CLARETIE, Jules (préf.). Du Ier au XXe : les arrondissements de Paris : vingt eaux-fortes originales de Eugène Béjot. Paris : Société de Propagation des Livres d’Art, 1903. Cote : rés. 2, 4400

ADHÉMAR, Jean, HÉBERT, Michèle, LETHÈVE Jacques [et al.]. Les estampes. Paris : Gründ, 1973. Cote : GF 01994

ADHÉMAR, Jean. La gravure des origines à nos jours. Paris : A. Somogy, 1979. Cote : GF 01993

BEGUIN, André. Dictionnaire technique de l’estampe. Paris : A. Béguin, 1998

LARAN, Jean. L’estampe. Paris : PUF, 1959

JOBERT, Barthélémy, MELOT Michel. Article « Gravures », in : Encyclopédie Universalis en ligne

LARAN, Jean. L’œuvre gravé d’Eugène Béjot. Paris : Éd. de la Bibliothèque Nationale de France, 1937

« Technique des estampes, gravures et autres « multiples ». 3e partie : la taille en creux ou taille douce, l’eau forte » in Mémoires, chronique technique, décembre 2000, lettre n°04. Disponible en ligne [consulté en mars 2012]

 

  1. Il manque deux planches sur vingt à l’exemplaire de la BIU Lsh : L’Église Saint-Nicolas-des-Champs et Le Moulin de la Galette []
  2. On peut admirer quelques « tableaux parisiens » de Charles Meryon (et les comparer avec ceux d’Eugène Béjot) dans une publication des Éditions de la Bibliothèque en 2001 qui regroupe des poèmes de Baudelaire et des eaux-fortes de Meryon, projet inabouti qu’avaient eu les deux artistes et qui se voit donc réalisé plus d’un siècle plus tard sous le titre de Paris, 1860 : eaux-fortes sur Paris & « Les tableaux parisiens ». Cote BIU Lsh : 109649 []
  3. BÉJOT, Eugène (gravure) ; CLARETIE, Jules (préf.). Du Ier au XXe : les arrondissements de Paris : vingt eaux-fortes originales de Eugène Béjot. Paris : Société de Propagation des Livres d’Art, 1903 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *