Éducation des filles. Par M. l’abbé de Fénelon, Paris, 1687

Ce billet a été réalisé dans le cadre d’un travail d’étudiants et d’étudiantes du Master 1 « Métiers du livre et de l’édition » de l’université Lyon 2 (UFR des Lettres, Sciences du langage et Arts), sous la direction d’Edwige Keller-Rahbé (« Histoire du livre, XVIe-XVIIe siècles »).

Le fonds patrimonial de la Bibliothèque Diderot de Lyon conserve un exemplaire de l’Éducation des filles. Par M. l’abbé de Fénelon, célèbre traité éducatif de la fin du XVIIe siècle. L’ouvrage est imprimé à Paris, « quay des Augustins, prés l’hôtel de Luynes à l’Ecu de France, & à la Croix d’or » chez Pierre Aubouin, Pierre Émery et Charles Clousier en 1687.

 

Description de l’ouvrage

L’ouvrage est un petit volume qui comporte 275 pages et 26 cahiers numérotés de A à Z. Il est imprimé dans le format in-12, très courant durant le second XVIIe siècle.

L’édition

La notice du catalogue en ligne de la Bibliothèque Diderot de Lyon précise qu’il s’agit d’un deuxième tirage de l’édition originale : « un carton corrige la p. 167 (la ligne 20 contient les mots « sans vivre de son esqrit ») ; les fautes de la p. 275 (« manifiiques » et « simplieté ») ont été corrigées en « magnifiques » et « simplicité » ; le début du privilège a été recomposé (f. Z3v) ; une liste d’errata (qui ne contient plus les fautes de la p. 275) est imprimée au verso du feuillet Z6 ».

La reliure et les marques d’appartenance

Plat supérieur de l’Éducation des filles. Par M. l’abbé de Fenelon (Cote BDL : 2RA 2985)

La reliure est en basane ; le dos comporte 5 nerfs apparents ; les entrenerfs sont décorés aux petits fers et présentent des filets et fleurons dorés. La pièce de titre est en maroquin rouge. La garde collée est un papier à la colle.


La reliure porte sur les plats avant et arrière les armoiries de la famille Vincens de Mauléon, originaire du Comtat venaissin dans le Sud de la France.

Les annotations manuscrites au crayon à papier, à l’intérieur du livre, laissent penser que l’exemplaire a été la propriété de Jacques de Vincens de Mauléon de Causans (1686-1752), troisième marquis de Causans, co-seigneur de La Garde et de Mazan.

 

La page de titre

La page de titre est imprimée en rouge et noir. Ce jeu d’encres est l’indice d’une édition élaborée et relativement coûteuse puisque l’opération nécessite deux passages d’impression distincts avec, à chaque fois, une frisquette différente, l’une pour l’impression du texte en rouge, l’autre pour l’impression du texte en noir.


Au centre, on trouve une marque gravée sur cuivre en forme de monogramme (lettres A, E, C qui sont les initiales des trois imprimeurs-libraires).

Le cachet de la bibliothèque de l’Institut Pédagogique National est apposé au coin supérieur droit. Aujourd’hui nommé Institut français de l’éducation (IFÉ), ce centre français de recherche et de diffusion des savoirs dans le domaine de l’éducation a porté le nom d’Institut Pédagogique National de 1956 à 1970, l’ouvrage a donc très probablement été acquis par le centre à cette période. Situé durant de nombreuses années à Paris, l’Institut a été transféré à Lyon en février 2005 sur le campus de l’ENS de Lyon puis intégré à cette École en 2010.

Les ornements typographiques

Le matériel ornemental utilisé est rudimentaire et courant pour l’époque : bandeau et lettre de deux points au début de chaque chapitre, cul-de-lampe à la fin.


Les producteurs de l’ouvrage

L’auteur

Portrait de Fénelon par Joseph Vivien (XVIIIe siècle, Alte Pinakothek, Munich)

François de Pons de Salignac de la Mothe, plus connu sous le nom de Fénelon, est né le 6 août 1651 au château de Fénelon dans le Périgord, et mort le 7 janvier 1715 à Cambrai.

Fénelon est à la fois homme d’Église, théologien, pédagogue et écrivain. Réputé pour son esprit et son éloquence, il possède une solide culture humaniste. Lors de la « Querelle des Anciens et des Modernes », qui, à la toute fin du XVIIe siècle, voit les deux clans s’affronter autour de la question de l’héritage culturel de l’Antiquité, Fénelon prend parti pour les Anciens.

Il poursuit une carrière brillante : nommé en 1689 précepteur du duc de Bourgogne, petit-fils du roi Louis XIV, il est ensuite élu à l’Académie française (7 mars 1693), et enfin nommé archevêque de Cambrai (1695). Cependant la controverse qui l’oppose à Bossuet dans la querelle théologique du quiétisme lui vaut la disgrâce royale et l’exil. Retiré dans son archevêché, il succombe des suites de ses blessures, après un accident de voiture. Au XVIIIe siècle, La Harpe et d’Alembert firent son éloge.

Ce n’est qu’après son élection à l’Académie que Fénelon se met véritablement à publier : une cinquantaine de livres – de nombreux écrits doctrinaux, mais aussi des ouvrages littéraires –, qui lui attirent l’estime et l’admiration de ses contemporains. Son grand succès demeure Les Aventures de Télémaque (1699), roman mythologique destiné à l’instruction du duc de Bourgogne, et dont l’intrigue se greffe sur le chant V de l’Odyssée.

Cote BDL : 2RA 2328

L’Éducation des filles se range parmi les toutes premières œuvres de Fénelon. En vue de la publication, l’ecclésiastique a sollicité et obtenu un privilège royal à son nom (du 21 février 1687 pour dix ans). Le texte est reproduit intégralement à la fin du volume.


Les éditeurs

L’ouvrage est achevé d’imprimer le 29 mars 1687, soit un mois après l’obtention du privilège. Entre-temps, l’abbé de Fénelon a cédé son droit au privilège aux trois éditeurs parisiens qui se sont associés pour imprimer le traité : Pierre Aubouin ou Aubouyn (1640?-1712), Pierre Éméry (1652?-1730) et Charles Clousier (1650?-1702).

Les trois libraires-imprimeurs collaborent régulièrement, notamment à l’édition de livres religieux. En témoigne le « Catalogue de Livres de devotion nouvellement imprimez, & qui se vendent dans la méme Boutique » inséré après la « Table des chapitres ».


Un traité éducatif à l’usage des « filles »

Dans son traité, l’abbé de Fénelon affirme l’importance d’éduquer aussi bien les filles que les garçons. Le sujet de l’éducation des filles n’est pas neuf au XVIIe siècle et s’inscrit dans un débat très vif au sein de la société, débat auquel Molière a participé à travers L’École des femmes (1662) et Les Femmes savantes (1672).

Le sujet ressurgit avec force à la fin du siècle car la « Querelle des Anciens et des Modernes » est étroitement liée à ce qu’on appelle la « Querelle des femmes », réactivée à cette occasion. De nombreux projets pédagogiques innovants voient le jour, dont ceux de Fénelon et de Madame de Maintenon, fondatrice à Saint-Cyr de la Maison royale de Saint-Louis (1686), un pensionnat qui accueille les jeunes filles de la noblesse désargentée.

Partant du constat que bien des bouleversements (de nature religieuse, politique ou morale), ont pour origine l’effronterie des femmes, Fénelon insiste sur la nécessité de former les esprits dès le plus jeune âge, jugeant les cerveaux des plus jeunes habiles à « l’impression d’image ». Il défend une éducation fondée sur les préceptes de l’Église qui fourniraient selon lui suffisamment d’histoires pour former les esprits sans exalter une curiosité malsaine et dangereuse, comme le font les romans.

Concrètement, son programme éducatif repose sur l’apprentissage par les filles de la grammaire française, de l’histoire, de quelques règles d’arithmétique et de quelques notions de droit pour la bonne gestion administrative de leur maison.

Bien que ce programme constitue un progrès social, il ne vise assurément pas l’émancipation des femmes puisqu’il repose sur le postulat que leur esprit est impropre à la spéculation. L’objectif principal consiste à former de futures épouses et mères en vue de parer les méfaits de leur ignorance sur l’éducation de leurs enfants, en particulier les garçons.

Ainsi, nul besoin d’intéresser les filles à l’art, à la politique ou encore à la philosophie, de peur d’en faire des femmes « savantes ». Selon l’abbé Fénelon, il est impératif de les faire vivre dans une sobriété absolue, tant économique que langagière, afin que leur vie soit entièrement dévouée à la quête perpétuelle de la vertu.

Billet écrit par les étudiants et les étudiantes du Master 1 « Métiers du livre et de l’édition » de l’université Lyon
Candice Boireau, M1, Bibliothèque
Dylan Skaljac, M1, Librairie

Sources

FÉNELON, François de. Education des filles. Par M. l’abbé de Fenelon. À Paris chez Pierre Aubouin Pierre Emery & Charles Clousier, 168
> Cote BDL : 2RA 2985

Bibliographie

GRANDE, Nathalie. L’instruction primaire des romancières. In NATIVEL, Colette. Femmes savantes, savoirs des femmes, du crépuscule de la Renaissance à l’aube des Lumières. Genève : Droz, 1999. p. 51-58
> Cote BDL : 840.900 A NAT

Institut pédagogique national (IPN) : archives des bureaux d’administration centrale (1916-1970). FranceArchives : Portail national des archives [consulté le 26 novembre 2022]. Disponible sur le web : <https://francearchives.fr/findingaid/31f2c062fbdc1aa5d5d4dc95a2aa723d7ec13091>



Citer ce billet
Interfaces/fonds anciens BU Lyon (2023, 24 juillet). Éducation des filles. Par M. l’abbé de Fénelon, Paris, 1687. Interfaces. Livres anciens de l'Université de Lyon. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m0ab

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 14 janvier 2024

    […] Éducation des filles. Par M. l’abbé de Fénelon, Paris, 1687 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search