Madeleine de Scudéry, Artamène ou le Grand Cyrus, Paris, 1651

Ce billet a été réalisé dans le cadre d’un travail d’étudiantes et d’étudiants du Master 1 « Métiers du livre et de l’édition » de l’université Lyon 2 (UFR des Lettres, Sciences du Langage et Arts), sous la direction d’Edwige Keller-Rahbé (« Histoire du livre, XVIe-XVIIe siècles »).

 

Artamène ou le Grand Cyrus est une grande fresque romanesque en dix volumes de plusieurs milliers de pages dont la parution s’étale de 1649 à 1653. Chaque partie est elle-même subdivisée en trois livres.

Le fonds patrimonial de la Bibliothèque Diderot de Lyon conserve uniquement le livre trois de la quatrième partie (IV, 3) : Artamene, ou Le grand Cyrus. Dedié a madame la duchesse de Longueville. Par Mr. De Scudery gouverneur de Nostre Dame de la Garde. Quatriesme partie.

L’ouvrage est écrit par Madeleine de Scudéry, seule ou peut-être en collaboration avec son frère. Il est imprimé en 1651, à Paris, par Augustin Courbé.

L’ouvrage et ses producteurs

Un roman héroïco-galant

Sur le modèle des romans dits « baroques » du premier XVIIe siècle, Artamène ou le Grand Cyrus entrecroise une intrigue principale et de multiples histoires intercalées. L’action se déroule dans l’Empire perse, sous le règne de Cambyse, et raconte les aventures héroïques et galantes de Cyrus, fils du roi de Perse, amoureux de Mandane, fille du roi des Mèdes, Ciaxare.

Artamène présente la singularité d’être un roman à clé. Des personnalités historiques – attachées au prince de Condé et mêlées aux événements de la Fronde –, y sont fictionnalisées sous les traits des personnages principaux. L’exemple le plus notoire est celui de la dédicataire du roman : Anne-Geneviève de Bourbon, duchesse de Longueville (1619-1679), représentée sous les traits de Mandane, l’amante de Cyrus. Le héros éponyme figure lui-même le grand Condé.

Les Scudéry

Portrait de Madeleine de Scudéry par l’école française (v. 1650). Artiste inconnu. Bibliothèque municipale du Havre

Madeleine de Scudéry (1607-1701) est une figure majeure de la littérature française du XVIIsiècle, en particulier de la littérature féminine, où sa centralité se révèle incontestable. Elle sert en effet de modèle et d’exemple à toute une génération de femmes de lettres au cours de la seconde moitié du siècle. Madeleine fréquente à Paris le célèbre Hôtel de Rambouillet, haut lieu de sociabilité mondaine et véritable institution culturelle où l’on se réunit pour échanger, débattre sur l’actualité littéraire et pratiquer l’écriture. Personnalité renommée et admirée dans certains milieux, elle est aussi attaquée de façon virulente, de son vivant même, par des détracteurs prompts à la caricaturer en précieuse ridicule.
La collaboration littéraire avec son frère Georges (1601-1667), homme de lettres reconnu en son temps, est mal élucidée. Toujours est-il que par choix, par contrainte imposée à son sexe et son rang, ou par réel souci de modestie féminine, Madeleine n’a jamais assumé de signer ses livres, ce qui ne l’a pas empêchée de tirer un prestige social de son activité, non plus que de se forger une identité littéraire connue du public. Dans la dernière partie d’Artamène, elle se met d’ailleurs en scène sous les traits de Sapho, l’illustre poétesse de l’Antiquité grecque. « Sapho » est devenu pour ainsi dire le pseudonyme littéraire de Scudéry.

C’est ainsi que « Mr de Scudéry, Gouverneur de Nostre Dame de la Garde » publie Artamène sous son nom, tandis que celui de Madeleine est introuvable sur les pages de titre des différentes parties.

Georges a aussi sollicité et obtenu le privilège du roi, reproduit intégralement à la fin du volume. Daté du 9 juillet 1648, et signé par le secrétaire de chancellerie Valentin Conrart, celui-ci est octroyé pour une durée de dix ans « à compter que ledit Livre sera achevé d’imprimer pour la première fois ». En l’occurrence, l’achevé d’imprimer date du 15 mars 1650.
Scudéry a cédé et transporté les droits qu’il a au privilège à l’éditeur Augustin Courbé.

L’imprimeur

Augustin Courbé (159?-166?) est un grand imprimeur-libraire parisien qui entre en activité à partir des années 1630. La page de titre de la quatrième partie d’Artamène donne à lire son statut social dans les années 1650, au moment de la Fronde : « Imprimeur & Libraire ordinaire de Monseigneur le Duc d’Orléans [frère du roi Louis XIV] ».

Rare libraire du Palais à avoir fait fortune, il tient boutique « dans la petite Salle du Palais, à la Palme ». Avec Antoine de Sommaville et Toussaint Quinet, Courbé publie dans la capitale les auteurs et les genres littéraires à la mode, par exemple, les longs romans tels que L’Astrée (1607-1627) d’Honoré d’Urfé, ou encore le théâtre de Pierre Corneille et de Tristan L’Hermite.

[cote BDL : Mss&R 61]

Il édite surtout la plus grande partie de l’œuvre des deux Scudéry : le théâtre de Georges, mais aussi son poème héroïque, Alaric, ou Rome vaincue (1654), le roman de Madeleine en 10 vol., Clélie, Histoire romaine (1654-1660), qui renferme la célèbre « Carte de Tendre ».

Édition reprint de 1973 chez Slatkine [cote BDL : 066350]

Description de l’ouvrage

Aspect général

Malheureusement, l’ouvrage est en très mauvais état. Les pages ont été mouillées, certaines sont déchirées, scotchées, voire complètement arrachées (par exemple, les pages 914 à 919). Enfin, le cuir de la reliure est épidermé sous l’usure du temps et le corps d’ouvrage est séparé de la reliure…

L’exemplaire a été imprimé in-octavo, format relativement courant pour les romans à cette époque. Chaque cahier est signé (à l’aide de lettres capitales et de lettres minuscules) et numéroté.

Il comporte 507 pages au total, lesquelles sont directement paginées de 747 à 1254 puisque le Livre III fait suite au Livre II de la quatrième partie.

La typographie joue un rôle important en matière de hiérarchisation des informations, notamment sur la page de titre.

Le titre de l’ouvrage est imprimé en caractères romains gras et en grosses capitales. Les noms de la dédicataire et de l’auteur le sont en plus petit, de même encore que le titre de Georges de Scudéry. La tomaison est composée en caractères italiques et en grosses capitales.

Le corps de l’ouvrage est imprimé en caractères romains, à l’exception des vers ou des pièces galantes insérées (lettres, oracles, etc.), qui sont en italiques, comme c’est l’usage.

p. 1227

Ornements typographiques et illustration

L’exemplaire dans son ensemble est assez sobre et dépouillé : ni les plats de la couverture ni le dos nervé de la reliure ne laissent apparaître de décor.

Le matériel ornemental utilisé est courant pour l’époque : bandeaux, lettrines et fleurons.

En revanche, la quatrième partie d’Artamène est ornée d’un beau frontispice gravé sur cuivre (situé au verso de la page de titre, en miroir du texte). Il est exécuté par le graveur et dessinateur français Nicolas Regnesson (1616-1670), d’après un dessin de François Chauveau (1613‑1676), célèbre illustrateur et graveur du XVIIe siècle qui illustre un autre roman des Scudéry : Almahide, ou L’esclave reine (1656-1660).

Frontispice gravé par Nicolas Regnesson, d’après un dessin de François Chauveau

Le frontispice représente une scène d’extérieur à l’Antique : en son centre, un char d’apparat tiré par deux chevaux dans lequel se tient, assise, une figure féminine en pleine conversation avec le personnage masculin qui se tient près d’elle, debout, au pied du char. L’arrière-plan est composé d’une foule de soldats armés de lances.

On peut faire l’hypothèse que la gravure vient illustrer l’« Histoire de Ligdamis et de Cléonice », qui forme la matière principale du troisième livre.

Marques d’appartenance

Sur la page de titre, deux cachets marquent l’appartenance de l’exemplaire à des bibliothèques tout en documentant sa circulation : le plus récent est celui de la Bibliothèque Diderot de Lyon, le plus ancien, celui de la bibliothèque du Lycée Impérial de Tournon. Une annotation manuscrite à l’encre, datée de 1783 et suivie d’une signature, vient corroborer l’ancienne localisation : « De L’oratoire de Tournon ». On distingue également un nom propre, Boutiny, sans doute un ancien possesseur.

Devenu aujourd’hui le lycée Gabriel-Faure, le Lycée Impérial de Tournon était un ancien collège jésuite puis oratorien devenu « Lycée » en 1848.

Une partie des fonds de la bibliothèque du Lycée a été confisquée par décision ministérielle au profit de la bibliothèque de la nouvelle Université de Lyon en 1888. Le transfert avait alors fait scandale et suscité une forte opposition à Tournon. Il est difficile de savoir exactement combien de livres sont réellement arrivés jusqu’à Lyon. Ceux-ci n’ont jamais été restitués et sont toujours conservés dans les fonds anciens des bibliothèques lyonnaises.

L’exemplaire témoigne aussi de la présence de traits d’écriture manuscrits à l’encre, peut-être de la main d’un élève du Lycée ayant eu à étudier Artamène.

Singularité

Une permission d’imprimer du Vice-légat d’Avignon (reproduite en fin d’ouvrage) est accordée le 10 juin 1648 à Jean Piot, « Libraire & Imprimeur du saint Office de la Cité & Université d’Avignon », pour 7 ans, soit un mois avant la délivrance du privilège du roi de France. Piot la cède à Courbé selon un accord commercial passé entre eux.

La permission signale l’extension du monopole à une autre juridiction que celle du royaume de France – Avignon, qui était encore un État pontifical à cette époque (la ville ne sera rattachée à la France qu’en 1791).

Billet écrit par les étudiantes et les étudiants du Master 1 « Métiers du livre et de l’édition » de l’université Lyon 2 (UFR des Lettres, Sciences du Langage et Arts), sous la direction d’Edwige Keller-Rahbé (« Histoire du livre, XVIe-XVIIe siècles ») :
Corinne Léon, M1, Édition
Louise Mallard, M1, Librairie

Sources

SCUDÉRY, Madeleine de. Artamene, ou Le grand Cyrus. Dedié a madame la duchesse de Longueville. Par Mr. De Scudery gouverneur de Nostre Dame de la Garde. Quatriesme partie. Paris : Augustin Courbé, 1651
> cote BDL, rés2 23132

Bibliographie

Artamène ou le Grand Cyrus (1649-1653), Madeleine et Georges de Scudéry. [En ligne]. Disponible sur le web : <https://www.artamene.org>

BOURQUI, Claude et GEFEN,Alexandre Gefen (éd.). Madeleine et Georges de Scudéry, Artamène ou le Grand Cyrus : extraits. Paris : Flammarion, « GF », 2005.
> cote BDL : 840.900 4 SCUDm

DUFOUR-MAÎTRE, Myriam. Madeleine de Scudéry [En ligne]. In Dictionnaire des Femmes de l’ancienne France. SIEFAR (Société Internationale pour l’Étude des Femmes de l’Ancien Régime), 2008. Disponible sur le web : <http://siefar.org/dictionnaire/fr/Madeleine_de_Scud%C3%A9ry>

DANDEL, Élisabeth et GUÉGAN, Catherine. Le Collège royal de Tournon, deuxième collège royal de France (1536) [En ligne]. Dossier IA07000241 pour l’Inventaire général du patrimoine culturel de la région Auvergne-Rhône-Alpes, 2009-2020. [Consulté le 26 octobre 2022]. Disponible sur le web : <https://patrimoine.auvergnerhonealpes.fr/dossier/college-de-tournon-puis-ecole-royale-militaire-ecole-centrale-college-communal-college-royal-lycee-imperial-lycee-de-garcons-actuellement-lycee-gabriel-faure/596b17cb-ff71-41fc-b836-0fe3108a5a78>



Citer ce billet
Interfaces/fonds anciens BU Lyon (2023, 24 mai). Madeleine de Scudéry, Artamène ou le Grand Cyrus, Paris, 1651. Interfaces. Livres anciens de l'Université de Lyon. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m0a7

1 réponse

  1. 14 janvier 2024

    […] Madeleine de Scudéry: Artamène ou le Grand Cyrus, Paris, 1651 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search