Sophie Ulliac-Trémadeure, une vie consacrée à promouvoir l’instruction des jeunes filles au XIXe siècle

Sophie Ulliac-Trémadeure (1794-1862), tout comme Amable Tastu1 et l’ensemble de leurs consœurs écrivaines du XIXe siècle, a été exclue de l’histoire littéraire parce qu’elle était une femme. Martine Reid souligne que « Des femmes auteurs, des œuvres de femmes auteurs, [Gustave Lanson]2 n’en connaît pas et ne veut pas en connaître […] »3. La BDL conserve néanmoins, dans son fonds de littérature jeunesse, quelques-uns des ouvrages de Sophie Ulliac-Trémadeure qui peuvent témoigner de la valeur littéraire de son œuvre. Celle-ci a, en effet, été récompensée à plusieurs reprises par la remise de prix littéraires mais également par l’attribution, en 1831, d’une pension par le ministère de l’Instruction publique.

Une enfance semée d’aléas

Sophie Ulliac-Trémadeure est issue de la bourgeoisie bretonne. Du côté paternel, elle descend d’une famille vannetaise de procureurs du roi au parlement de Bretagne. Son père, Henry Ulliac, s’engage dans l’armée nationale en 1792 et intègre le corps des officiers du génie. Sophie quitte sa Bretagne natale en 1799 pour s’installer à Paris avec ses parents. En 1810, mère et fille gagnent Cassel où Henry Ulliac a été nommé, l’année précédente, lieutenant-colonel du génie par le roi de Westphalie, Jérôme Bonaparte. Henry Ulliac prend part, en 1812, à la campagne de Russie durant laquelle il est fait prisonnier. Sa femme et sa fille sont alors contraintes de regagner la France et de vivre chichement de leurs travaux d’aiguille qui leur procurent de maigres revenus.

Le destin d’une femme déclassée : écrire pour survivre

À son retour en France, sous la Restauration, Henry Ulliac, en mauvaise santé et ne touchant désormais qu’une demi-solde, ne peut plus faire vivre décemment sa famille ce qui oblige Sophie à rechercher un travail plus rémunérateur. Sur les conseils d’Alexandre Duval (1767-1842), directeur de l’Odéon et ami de son père, elle entre dans la carrière littéraire par la petite porte en traduisant des auteurs allemands et anglais avant de se lancer dans l’écriture au début des années 1820. La BDL conserve plusieurs œuvres qu’elle a traduites et adaptées.

Page de titre ornée d’une vignette gravée en taille-douce et coloriée à la main

Écrire, une gageure pour les femmes au XIXsiècle

Si l’écriture est un moyen pour les jeunes femmes instruites de subvenir à leurs besoins et à ceux de leur famille, cela reste au XIXe siècle une tâche qui est normalement réservée aux hommes. Les femmes de lettres sont en effet dénigrées et traitées de bas-bleus par leurs homologues masculins. Les autrices sont obligées de dissimuler leurs talents. Elles ont si souvent intériorisé leur illégitimité littéraire qu’elles se sont cantonnées d’elles-mêmes à des genres mineurs. C’est pourquoi, Sophie Ulliac-Trémadeure a investi, comme un grand nombre de ses consœurs, un domaine littéraire jugé féminin et honorable celui de l’instruction des enfants et en particulier des jeunes filles qui fut longtemps négligé. En effet, l’enseignement secondaire des jeunes filles, pris en charge par l’État, ne sera institué que le 21 décembre 1880 par la loi Camille Sée. Auparavant, il n’était dispensé que dans des établissements religieux et destiné à des familles aisées.

Sophie Ulliac-Trémadeure est devenue une des autrices attitrées de l’éditeur Didier, spécialisé dans les ouvrages éducatifs. Ce dernier lui a même consacré une collection intitulée Bibliothèque de la jeune fille. En préface de ses livres, l’autrice autojustifie le bien-fondé et l’utilité de son œuvre littéraire par un projet moral qui consiste à inculquer aux jeunes filles les valeurs chrétiennes tout en leur fournissant des ouvrages d’imagination attrayants. Celles-ci sont en effet amenées à veiller sur le foyer domestique et à contribuer ainsi à maintenir le devoir d’obéissance à l’ordre établi. Sophie Ulliac-Trémadeure cherche également à remédier à une dérive qui touche bon nombre de jeunes filles de la bourgeoisie : l’oisiveté et la frivolité, deux défauts inhérents à la société capitaliste et matérialiste du XIXe siècle.

Donner des leçons de morale, un passage obligé pour bien des écrivaines

Dans cette optique, elle écrit des ouvrages romancés empreints de morale chrétienne. Leurs titres, comme cela est commun pour ce genre de documents, est souvent de type alternatif et fait usage de prénoms4. Mathilde et Pauline ou Laideur et beauté traite ainsi du péché de la jalousie.

Cet ouvrage est relié avec une traduction des Lettres de Mistress Chapone ou Cours de morale pratique par Sophie Ulliac-Trémadeure, qui fut un ouvrage très prisé au XVIIIe siècle.

Les deux œuvres sont réunies dans un cartonnage d’éditeur recouvert de percaline noire mosaïquée, constituant un assemblage des plus curieux. En effet, si l’œuvre traduite possède une page de titre propre, sa pagination est continue avec Mathilde et Pauline. La page de titre appartient par ailleurs à une publication antérieure mentionnant l’éditeur parisien Des Forges. Elle fait curieusement ressortir par l’emploi de lettres en haut de casse le titre de la collection Bibliothèque de la jeune fille par Mlle S. Ulliac Trémadeure alors que ce qui devrait être le véritable titre Morale pratique. Traduction de l’Anglais est écrit en bas de casse.

Frontispice lithographié exécuté par Gabriel Montaut (1798-1852), représentant Hester Chapone (1727-1801).

Dans la même veine, Sophie Ulliac-Trémadeure a publié, en 1837, Étienne et Valentin ou Mensonge et probité chez Didier dans la collection Bibliothèque universelle d’éducation. Dès la page de titre, elle se place dans la lignée de l’écrivaine Pauline de Meulan (1773-1827) dite Mme Guizot, par le biais d’une citation empruntée à son œuvre : « Aucun mal moral n’est sans remède, et la nature humaine, même sous le poids d’un tort grave, doit se relever et le peut toujours par ses propres forces ». En effet, la Bibliothèque universelle d’éducation, qui est une « collection de bons livres pour l’instruction et l’amusement de l’enfance et de la jeunesse », est publiée sous les auspices de M. Guizot, ministre de l’Instruction publique. Sophie Ulliac-Trémadeure dépeint dans cet ouvrage le parcours de deux frères devenus orphelins. Alors que le premier, malgré les difficultés, reste dans le droit chemin, le second sombre dans la malhonnêteté. Il sera sauvé in extremis par son frère. Cet ouvrage fut utilisé comme manuel de lecture courante ce qui valut à son autrice en 1837 le prix de la Société de patronage des jeunes libérés. Cette société fut créée par Charles Lucas (1803-1889), inspecteur général des prisons qui œuvra pour la réinsertion des jeunes détenus libérés de prison et lutta toute sa vie pour faire abolir la peine de mort. Ce livre fut également adopté par la Société pour l’instruction élémentaire ainsi que pour apprendre à lire aux adultes par le Comité central de la ville de Paris.

On doit également à cette autrice un roman intitulé Gustave ou Le Petit jardinier, paru en 1836 chez Didier dans la Bibliothèque des enfants. Il a été voulu amusant et moral comme le précise le sous-titre et met en scène un jeune orphelin de guerre prussien adopté par un officier français. Initié par celui-ci à la botanique, il devient un jardinier prometteur. Lorsqu’un de ses oncles lui propose de le rejoindre en Prusse afin de vivre dans un univers plus conforme à son rang social, le jeune homme, insensible aux ors de la noblesse, refuse et leur préfère une vie proche de la nature. La banalité du thème de l’orphelin – récurrent dans les cartonnages d’éditeur de l’époque – ainsi que la leçon de morale des plus classiques sont largement rachetées par deux originalités : le contexte du récit qui puise directement dans l’enfance de l’autrice passée en Westphalie alors que de nombreux auteurs ne sont que des voyageurs en chambre, et le message de respect et de tolérance entre des peuples ennemis qu’il cherche à transmettre.

Page de titre à encadrement orné gravé sur bois par Henri Désiré Porret et frontispice gravé sur acier

Préparer les jeunes filles à leur destin de femme, grand œuvre de bien des autrices du XIXe siècle

Sophie Ulliac-Trémadeure a écrit dans cette optique La Maîtresse de maison. Cet ouvrage prouve qu’il existe des liens étroits entre les productions éditoriales laïques/parisiennes et catholiques/provinciales qui, quoique concurrentes, visent une même cible : la bourgeoisie. En effet, il a été publié pour la première fois chez un éditeur laïc et parisien, en l’occurrence Louis Hachette, en 1859, avant d’être réédité, par une maison d’édition catholique et provinciale celle d’Alfred Mame, dans la Bibliothèque de la jeunesse chrétienne. Ce type de pratique éditoriale basée sur le profit échappe totalement à l’auteur qui cède l’ensemble de ses droits à l’éditeur et peut-être en complète contradiction avec sa volonté. Ainsi, Sophie Ulliac-Trémadeure ne voulait pas voir ses œuvres publiées chez des éditeurs provinciaux catholiques afin de ne pas risquer de voir dénaturer son travail comme cela était courant alors.

Comme l’autrice l’indique dans la préface, il s’agit d’un ouvrage de savoir-faire, portant sur l’éducation à l’économie du foyer (domesticité, ménage, office et cuisine) mais également un manuel de savoir-être qui énonce ce que doit être le comportement exemplaire d’une maîtresse de maison qui associe politesse, savoir-vivre et usage du monde, des enseignements qu’elle juge négligés jusqu’alors. Par ailleurs, elle a tenu à donner « une forme attrayante à des enseignements sérieux ». Celle-ci est épistolaire.

Instruire les filles, un véritable sacerdoce pour Sophie Ulliac-Trémadeure

Sophie Ulliac-Trémadeure plaide en faveur d’une instruction plus poussée des jeunes filles. Elle considère que le savoir est un remède contre la frivolité. Afin de contrer cette fâcheuse tendance, il s’agit d’occuper sainement l’esprit des jeunes filles par des connaissances utiles qui sont « une source de jouissances intellectuelles destinées à embellir la vie intérieure ». L’oisiveté dans la religion chrétienne est en effet mère de tous les péchés.

Elle prône également de développer la formation intellectuelle des jeunes filles afin qu’elles puissent tenir correctement leur rôle de mère. La femme tient un rôle crucial dans le fonctionnement global de la société. Elle est chargée de préparer sa descendance à tenir son rôle social selon son genre. Le jeune garçon sera instruit afin de devenir un parfait citoyen et la jeune fille afin d’éduquer ses futurs enfants dans un schéma de reproduction sociale qui se répète de génération en génération.

Vulgariser les sciences, une autre vocation pour l’écrivaine

Sophie Ulliac-Trémadeure a œuvré pour la diffusion scientifique en particulier pour celle des sciences naturelles. Là encore, elle se défend de vouloir outrepasser ses compétences. Elle ne cherche pas à publier des manuels scolaires. Son but est uniquement de donner à lire « des ouvrages instructifs et amusants qui prouveront que la science n’est pas aride et sèche comme la présentent les livres élémentaires »5 Elle souhaite rendre les sciences compréhensibles par tous les enfants. Elle a dans ce but publié différents ouvrages sur le sujet comme Les Jeunes naturalistes. Entretiens familiers sur les animaux, les végétaux et les minéraux (1ere édition en 1852) qui fut couronné par la Société pour l’instruction élémentaire et maintes fois réédité. La BDL possède une 8édition parue chez Didier en 1868. Elle met en scène sous une forme dialoguée deux enfants (une fille et un garçon) qui sont initiés aux sciences naturelles par leur père.

Pierre Loti dans Le Roman d’un enfant6 raconte à quel point cet ouvrage l’a marqué : « Je crois que le palmier me fut rappelé pour la première fois par une gravure des Jeunes Naturalistes, de madame Ulliac-Trémadeure, un de mes livres d’étrennes dont je me faisais lire des passages chaque soir ». p. 61

La gravure de palmier dont Pierre Loti est nostalgique est-elle celle de la planche gravée sur bois extraite du premier tome des Jeunes naturalistes ou Entretiens sur l’histoire naturelle des animaux, des végétaux et des minéraux ou bien celle tirée du second tome ?

Toutefois, son public cible reste avant tout les jeunes filles. Dans son livre intitulé Astronomie et météorologie à l’usage des jeunes personnes, elle souhaite rendre abordable par les femmes une science réputée hors de leur portée parce que trop absconse. Sa méthode consiste à « adoucir la science pour les jeunes filles, par le double biais d’une présentation affective des savoirs et d’une fictionnalisation ».7. Afin de rendre acceptable sa démarche de vulgarisation scientifique, un domaine réservé aux hommes, elle prend de multiples précautions oratoires. Dans l’avertissement de son ouvrage, elle reprend le stéréotype sexué qui affirme que les femmes sont par nature rétives à tout ce qui touche au scientifique8. De ce fait, elle dénonce incidemment cette idée reçue. Elle respecte également les codes liés au genre en faisant du narrateur un jeune homme (en l’occurrence le frère de la jeune fille) afin d’assurer à son discours une caution masculine. Par ailleurs, dans le but de se préserver de toute accusation d’orgueil, elle affirme ne professer aucun discours scientifique puisque son propos ne fait que reprendre les leçons et les ouvrages de scientifiques reconnus comme Arago, le comte de Laplace ou William Herschel.

Frontispice gravé sur acier et colorié à la main

Qui plus est, cet ouvrage est en parfaite conformité avec la théorie créationniste. L’étude des sciences est en effet une manière de rendre grâce à la création divine9

« L’étude du firmament, de cette voûte magnifiquement parsemée d’étoiles, l’étude de la marche régulière des corps errants qui brillent d’une lumière tranquille, tandis que les étoiles scintillent, peut seule faire prendre à l’homme une idée grande et digne de la toute-puissance de Dieu et des attributs du Créateur, qui sont : la grandeur, l’ordre, la simplicité et la plus admirable harmonie. »10.

Sophie Ulliac-Trémadeure utilise à nouveau dans cet ouvrage un cadre narratif revêtant une forme épistolaire. Il s’agit de donner le goût de l’astronomie à une jeune fille et de lui expliquer ce que sont la Terre, le système solaire et les étoiles, les théories développées par Ptolémée, Copernic, Descartes, Tycho-Brahé, Kepler, Galilée, Newton, d’expliquer des phénomènes naturels comme les couleurs ou les marées qui est « l’un des plus épineux [problèmes] de toute la mécanique céleste »11.

Planches II p.83 VI p.193 extraites de l’Astronomie et météorologie à l’usage des jeunes personnes, 1854

Une femme pleine de paradoxes prônant l’égalité des sexes mais dans le respect des différences

Sophie Ulliac Trémadeure est une femme tiraillée entre des volontés contradictoires : égalité entre les hommes et les femmes se traduisant par une émancipation de celles-ci et respect de l’ordre établi. Si dans la préface de la Bibliothèque de la jeune fille, elle souligne que les mères de famille, en étant détentrices de la puissance morale, sont les égales des hommes, ses ouvrages ne remettent pas en cause les rôles qui leur sont traditionnellement dévolus. Elle œuvre par conséquent pour que les femmes soient instruites de même que leurs homologues masculins mais en fonction de leur rôle social afin de leur permettre d’être de meilleures épouses et de meilleures mères. Femme de paradoxes, celle qui a chanté les louanges de l’épouse et de la mère, a fait le choix de ne pas se marier afin de ne pas être traitée comme une éternelle mineure ce que conférait nécessairement le statut marital au XIXe siècle. À la fois conservatrice et ouverte au progrès, Sophie Ulliac-Trémadeure a dirigé de 1835 à 1855 le Journal des jeunes personnes ainsi que le Journal des demoiselles jusqu’en 1859. Elle s’est également fait connaître en publiant des articles féministes dénonçant la servitude des femmes dans des journaux progressistes dirigés par des femmes.

Billet rédigé par Nelly Kabac
(Bibliothèque Diderot de Lyon, département Patrimoine et conservation)

Sources

ULLIAC-TRÉMADEURE, Sophie. Astronomie et météorologie à l’usage des jeunes personnes : d’après Arago, Laplace et W. Herschell. Paris : Didier, Libraire-Éditeur, 1854. (Bibliothèque de la jeune fille).
> Cote BDL : 2RC 2334

ULLIAC-TRÉMADEURE, Sophie. Contes aux jeunes agronomes. Ouvrage instructif et moral à l’usage de la jeunesse. Paris : Didier, 1837. (Bibliothèque d’éducation).
> Cote BDL : 2RA 2002

ULLIAC-TRÉMADEURE, Sophie. Contes de ma mère l’oie… dédiés aux grands et aux petits enfans. Paris : J. Bréauté et Aubert et Cie, 1842.
> Cote BDL : 2RC 4186

ULLIAC-TRÉMADEURE, Sophie. Eugénie ou Le Monde en miniature, suivi de Récits historiques et des conseils d’une mère à sa fille. Paris : Didier, 1855. (Bibliothèque de la jeune fille)
> Cote BDL : 2RC 3844

ULLIAC-TRÉMADEURE, Sophie. Gustave ou Le Petit Jardinier fleuriste, ouvrage amusant et moral. 3édition. Paris : Didier, 1836.
> Cote BDL : 2RA 2050

ULLIAC-TRÉMADEURE, Sophie. La Maîtresse de maison. Tours : Alfred Mame et fils, 1869. (Bibliothèque de la jeunesse chrétienne).
> Cote BDL : 2RB 7563

ULLIAC-TRÉMADEURE, Sophie. Marie ou La Jeune Institutrice, suivi de Simples histoires. Paris : Didier, 1854.
> Cote BDL : 2RC 2555

ULLIAC-TRÉMADEURE, Sophie. Phénomènes et métamorphoses. Causeries sur les papillons, les insectes et les polypes. Paris : Didier, 1854. (Bibliothèque de la jeune fille).
> Cote BDL : 2RC 1383

ULLIAC-TRÉMADEURE, Sophie. Quelques leçons d’histoire naturelle. Paris : Desforges, 1842. (Bibliothèque de la jeune fille).
> Cote BDL : 2RC 2556

Bibliographie

DEL LUNGO, Andrea et LOUICHON, Brigitte (dir.). La Littérature en bas-bleus. Tome II. Romancières en France de 1848 à 1870. Paris : Classiques Garnier, 2013.

DUBREUIL, Léon. Une amie d’Henriette Renan, Sophie Ulliac-Trémadeure. Annales de Bretagne [en ligne]. 1959, Tome 66, no 2, p. 197-229. [consulté le 12 décembre 2022]. Disponible sur le Web : < www.persee.fr/doc/abpo_0003-391x_1959_num_66_2_2078 >

HARKNESS, Nigel. Le Roman bâtard : femmes auteurs et illégitimité sous la Monarchie de Juillet. Romantisme, février 2006, n° 132, p. 115-127. [consulté le 12 décembre 2022]. Disponible sur le Web : <https://www.cairn.info/revue-romantisme-2006-2-page-115.htm >

LÉVY, Marie-Françoise. De mère en filles. L’éducation des françaises 1850-1880. Paris : Calmann-Lévy, 1984.

MARSAY, Julien. La Revanche des autrices. Enquête sur l’invisibilisation des femmes en littérature. Paris : Payot & Rivages, 2022.

MAYEUR, Françoise. Garçons et filles du XIXe au XXe siècle : une éducation différente. Enfance, tome 34, n°1-2, 1981, p. 43-52.

MONICAT, Bénédicte. Écrits de femmes et livres d’instruction au XIXe siècle. Aux frontières des savoirs. Paris : Classiques Garnier, 2019.

PANNIER, Isabelle. Sophie Ulliac Trémadeure: les contradictions de la vertu. Romantisme, 1992, n°77. p. 33-36. [consulté le 12 décembre 2022]. Disponible sur le Web : <www.persee.fr/doc/roman_0048-8593_1992_num_22_77_6050>

 



Citer ce billet
Interfaces/fonds anciens BU Lyon (2023, 24 janvier). Sophie Ulliac-Trémadeure, une vie consacrée à promouvoir l’instruction des jeunes filles au XIXe siècle. Interfaces. Livres anciens de l'Université de Lyon. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m09z

  1. cf billet Amable Tastu, de la poésie à la pédagogie, mai 2021 []
  2. (1857-1934) auteur d’une Histoire de la littérature française de plus d’un millier de pages, parue chez Hachette en 1895 []
  3. DEL LUNGO, Andrea et LOUICHON, Brigitte (dir.). La Littérature en bas-bleus. Tome II. Romancières en France de 1848 à 1870. Paris : Classiques Garnier, 2013. p. 18 []
  4. cf. billet Une nouvelle forme éditoriale : les cartonnages d’éditeurs pour enfants, avril 2015 []
  5. Marie ou La Jeune institutrice suivi de simples histoires. Paris : Didier, 1854, p. I. []
  6. Calmann-Lévy, 1890 []
  7. BAREL-MOISAN, claire. Des vulgarisatrices en bas-bleus. La science dans le roman pour la jeunesse. In DEL LUNGO, Andrea et LOUICHON, Brigitte (dir.). La Littérature en bas-bleus. Tome II. Romancières en France de 1848 à 1870. Paris : Classiques Garnier, 2013, p. 225 []
  8. MONICAT, Bénédicte. Écrits de femmes et livres d’instruction au XIXe siècle. Aux frontières des savoirs. Paris : Classiques Garnier, 2019, p. 226 []
  9. MONICAT, Bénédicte. Écrits de femmes et livres d’instruction au XIXe siècle. Aux frontières des savoirs. Paris : Classiques Garnier, 2019, p. 88. []
  10. Astronomie et météorologie à l’usage des jeunes personnes, 1854, p. 6 []
  11. Astronomie et météorologie à l’usage des jeunes personnes, 1854, p. 83 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search