Deux médecins bibliophiles Charles et Jacob Spon

  • familleSPON11
  • SCHENCK16
  • SCHENCK36et37
  • SCHENCK17
  • bisSCHENCK40
  • familleSPON15
  • APHORISM03
  • APHORISM05

C’est à travers la thèse de médecine d’Antoine Mollière, Une famille médicale lyonnaise au XVIIe siècle: Charles et Jacob Spon, présentée à la faculté de médecine et de pharmacie le 27 février 1905 et deux ouvrages dont ils furent les éditeurs scientifiques, conservés dans les collections patrimoniales de la BU Lyon 1 que nous évoquerons leur parcours et leur apport aux publications savantes du XVIIème siècle.

Charles Spon (1609-1684)

Antoine Mollière, Une famille médicale lyonnaise au XVIIe siècle: Charles et Jacob Spon. 1905

Portrait de Charles Spon

Originaire de la ville d’Ulm en Allemagne, Charles Spon est le descendant de Mathieu Spon négociant protestant venu s’établir à Lyon au milieu du 16ème siècle. Charles Spon est né à Lyon en 1609; après avoir passé quelques années dans sa ville natale où il apprend le latin qui le passionne, il se rend à Paris pour étudier la philosophie, la physique, les mathématiques, l’astronomie et la médecine. Mais c’est à Montpellier qu’il est consacré docteur en 1632. De retour à Lyon, il est agrégé au Collège de médecine en août 1635, il effectue ses deux années de pratique à Pont de Veyle près de Mâcon avant de revenir s’établir définitivement dans la capitale des Gaules où il exerce la médecine avec beaucoup de succès. Cependant, comme l’écrit Antoine Mollière : « Le soin des malades n’absorbait pas tellement son temps qu’il ne trouvât chaque jour quelques heures à consacrer, soit à sa correspondance, soit à l’impression des livres qui voyaient le jour à Lyon. Il exerça ainsi une influence importante sur l’édition lyonnaise […]. »1. Comme médecin, Charles Spon a peu publié, hormis une Myologia heroico carmine expressa, ouvrage auquel, Antoine Mollière nous dit qu’il a travaillé toute sa vie mais qui n’aurait pas été imprimé si son fils Jacob n’avait pas remis le manuscrit à Daniel Le Clerc (1652-1728) et Jean-Jacques Manget (1652-1742) qui l’insérèrent dans Bibliotheca anatomica publié à Genève en 1699. En revanche, Charles Spon a beaucoup contribué à la diffusion des sciences en s’occupant de l’impression de plusieurs ouvrages grâce à l’amitié qui le liait aux principaux imprimeurs lyonnais.  Il a ainsi permis la publication des Lettres de Sennert, des œuvres complètes (Opera omnia) de Jérôme Cardan (1501-1576) en dix volumes (Lyon, 1663), et des Observations de Johannes Schenck, (1530-1598) dont la BU Lyon 1 conserve un exemplaire.

Johannes Schenck von Grafenberg : Observationum medicarum rariorum

Johannes Schenck von Grafenberg. Observationum medicarum rariorum. 1643Johannes Schenck von Grafenberg. Observationum medicarum rariorum. 1643

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Johannes Schenck von Grafenberg. Observationum medicarum rariorum. 1643 L’exemplaire des Observations qui se trouve dans les collections de la BU a été imprimé à Lyon en 1643 par l’imprimeur-libraire calviniste Jean-Antoine Huguetan (1619-1681). L’ouvrage comporte sur la page de titre un ex-libris manuscrit indiquant qu’il a appartenu à Bouchard D. médecin à la faculté de Montpellier. Dans cette première édition ne figure pas le frontispice avec le portrait de Johannes Schenck présent dans la version de 1644. Le livre est de format in-folio, sa page de titre est imprimée en noir et rouge, illustrée de la marque typographique de l’imprimeur affichant une main sortant d’un nuage saisissant une sphère armillaire, flanquée des figures de Ptolémée et d’Euclide. La reliure est en basane avec un dos à nerfs orné d’une pièce de titre dorée. Un filet doré encadre les plats. Le texte est imprimé sur deux colonnes.

Johannes Schenck est né en 1530 à Grafenberg en Allemagne. Il effectue ses études à Tübingen et après l’obtention de son doctorat en 1554, il débute comme médecin à Strasbourg puis s’installe à Fribourg-en-Brisgau où il reste jusqu’à sa mort en 1598. Observationum medicarum rariorum est son ouvrage le plus important, il est divisé en sept livres qui exposent les observations pathologiques des diverses parties du corps humain. Cette synthèse est le résultat des expériences médicales réalisées par Schenck et ses contemporains, mais provient aussi de sources remontant à l’Antiquité.

Jacob Spon (1647-1685)

Antoine Mollière. Une famille médicale lyonnaise au XVIIe siècle: Charles et Jacob Spon. 1905

Portrait de Jacob Spon

Jacob est le troisième enfant de Charles Spon, il effectue ses humanités au Collège de Genève puis son père l’envoie poursuivre sa formation chez l’historien Jean-Henri Boecler (1611-1692), où il rencontre le jeune médecin et numismate Charles Patin (1633-1693) avec lequel il devient ami. C’est ensemble qu’ils effectuent leurs études de médecine à Paris ; après avoir été reçu docteur en 1667 Jacob Spon revient à Lyon et l’année suivante il rejoint, en qualité d’agrégé, le collège de médecine. Dès lors, il exerce la médecine mais se consacre aussi à sa passion pour l’archéologie et les antiquités. Ses voyages en Italie, en Grèce et au Levant accroissent son intérêt pour les arts et l’épigraphie en particulier. En 1685, la Révocation de l’édit de Nantes l’empêche d’exercer sa profession et il choisit l’exil à Vevey où il décède en décembre des suites de la tuberculose. Si comme l’écrit Yves Moreau : « Jacob Spon allia habilement sa profession de médecin, ses activités savantes et sa foi réformée » c’est surtout comme un des plus grands spécialistes de l’Antiquité de son époque qu’il doit sa célébrité. Les livres de médecine de Jacob Spon concernent essentiellement la guérison des fièvres par le quinquina, une substance nouvellement importée en Europe par les jésuites. Si Jacob Spon s’intéresse aux nouveautés de son temps, il demeure profondément attaché aux anciens et à Hippocrate en particulier dont il publie une version commentée : Aphorismi novi ex Hippocratis operibus nunc primùm collecti, & in suas quique classes digesti, notisque illustri studio Jacobi Sponii . La BU conserve un exemplaire de l’ouvrage.

Aphorismi novi ex Hippocratis operibus de Jacob Spon

Jacob Spon. Aphorismi novi ex Hippocratis operibus. 1684Jacob Spon. Aphorismi novi ex Hippocratis operibus. 1684

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La bibliothèque possède l’édition imprimée à Lyon en 1684 par les imprimeurs-libraires Jean et Jacques Anisson en association avec Jean Posuel et Claude Rigaud leurs beaux-frères. De format in-12, le texte est en grec et en latin. Il est relié en basane foncée avec un dos à nerfs orné de fleurons dorés. Il débute par une présentation en latin de Jacob Spon et contient de nombreux commentaires de ce dernier. Dans sa thèse, Antoine Mollière écrit « Dans sa vénération pour le père de la médecine, l’auteur va beaucoup trop loin et cherche vainement à prouver qu’Hippocrate a connu la circulation du sang et identifié le chyle avec le lait. »2.

Conclusion :

Les Spon, le père comme le fils sont emblématiques des érudits du 17ème siècle passionnés par un vaste champ de connaissances. Mais pour Yves Moreau (voir bibliographie), Jacob Spon ouvre une nouvelle voie, en mettant au service des arts la méthode empirique inspirée de sa pratique de la médecine, il est le précurseur d’une nouvelle ère, celle des savants du siècle des Lumières qui ne s’appuient plus seulement sur les textes des anciens mais proposent une interprétation des savoirs et des faits.

Article rédigé par Livia Rapatel BU Lyon 1

Bibliographie:

Mollière, Antoine. Une famille médicale lyonnaise au XVIIe siècle : Charles et Jacob Spon. Thèse de Médecine : Université de Lyon, 1905. Disponible en ligne [consultée le 13 janvier 2023]

Moreau, Yves. « Jacob Spon et les arts : un savant protestant dans la République des Lettres ». Chrétiens et sociétés, numéro spécial I, 2011. Disponible en ligne [consultée le 13 janvier 2023]

Van Damme, Stéphane. « Les jésuites lyonnais et l’espace européen de la presse savante (1690-1714) ». Dix-septième siècle, n° 228, 2005/3 , p. 499-511. Disponible en ligne [consultée le 13 janvier 2023]

 

 



Citer ce billet
Interfaces/fonds anciens BU Lyon (2023, 13 janvier). Deux médecins bibliophiles Charles et Jacob Spon. Interfaces. Livres anciens de l'Université de Lyon. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m09y

  1. Antoine Mollière. Une famille médicale lyonnaise au XVIIe siècle: Charles et Jacob Spon, p.27 []
  2. Antoine Mollière, Une famille médicale lyonnaise au XVIIe siècle: Charles et Jacob Spon, p.71-72 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search