Les Œuvres de Messire Guillaume du Vair, Paris, 1625

Ce billet a été réalisé dans le cadre d’un travail d’étudiantes et d’étudiants du Master 1 « Métiers du livre et de l’édition » de l’université Lyon 2 (UFR des Lettres, Sciences du Langage et Arts), sous la direction d’Edwige Keller-Rahbé (« Histoire du livre, XVIe-XVIIe siècles »).

Le fonds patrimonial de la Bibliothèque Diderot de Lyon conserve Les Œuvres de Messire Guillaume du Vair. L’ouvrage est imprimé de façon posthume à Paris, en la boutique de L’Angelier, chez Claude Cramoisy, en 1625.

Les producteurs intellectuels de l’ouvrage

L’auteur de cet ouvrage est Guillaume du Vair (1556-1621), évêque et comte de Lisieux, également président du parlement de Provence à la fin du règne d’Henri IV, puis garde des sceaux de France de 1617 jusqu’à sa mort, sous Louis XIII.

Le garde des sceaux (à ne pas confondre avec le chancelier) est un des garants du bon fonctionnement de l’administration judiciaire de l’État monarchique. Il détient les sceaux royaux qui, lorsqu’ils sont apposés sur un document officiel, en garantissent l’authenticité et la validité.

En plus de ses hautes fonctions de magistrat, Guillaume du Vair se distingue par une importante activité lettrée composée d’écrits spirituels, moraux et philosophiques. Ainsi est-il connu pour avoir traduit Épictète en tentant de concilier le stoïcisme antique et le christianisme.

fac-similé récent du Manuel d’Epictète de 1571

Il n’est pas surprenant qu’à sa mort, le projet de rassembler et de publier ses œuvres complètes se soit imposé à ses proches en vue de lui rendre hommage, et surtout de fixer l’image du grand homme politique auprès du public.

Deux projets éditoriaux concurrents voient le jour, celui de ses amis humanistes Nicolas-Claude Fabri de Peiresc et André Duchesne, lequel aboutit en 1625, quatre ans après la mort de l’auteur, et celui de Jacques Ribier, neveu de Du Vair, qui paraît en 1641. On sait que Ribier expurgea les manuscrits de son oncle en sa possession. Son édition, présentée au titre comme la « dernière édition, revue, corrigée et augmentée », fit pourtant autorité jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, avant que celle de Peiresc‑Duchesne ne gagne la faveur des érudits.

Les producteurs matériels

L’éditeur des Œuvres de 1625 est l’imprimeur-libraire et relieur parisien Claude Cramoisy (159?-1680). Il épouse Françoise Patelé, qui n’est autre que la petite-fille de Françoise Louvain, veuve d’Abel L’Angelier, lui-même éditeur fidèle de Guillaume du Vair de son vivant.

En 1620, Françoise cède sa boutique à Claude, ce qui explique l’adresse typographique au bas de la page de titre : « en la boutique de L’Angelier, chez Claude Cramoisy, au premier Pilier de la grand’Sale du Palais. »

Claude est également le frère cadet de Sébastien Cramoisy, premier directeur de l’Imprimerie royale fondée par le cardinal Richelieu en 1640. C’est à l’adresse de Sébastien, et avec la marque aux deux cigognes, que paraît l’édition des Œuvres de 1641.

Le contenu

L’exemplaire de la Bibliothèque Diderot de Lyon appartient à la première édition des œuvres complètes de Guillaume du Vair réunies en un seul volume in-folio d’environ 30 cm de largeur pour 40 de longueur. Son titre complet est : Les Œuvres de Messire Guillaume Du Vair evesque et comte de Lizieux et garde des seaux de France, reveues par l’autheur avant sa mort, & augmentées de plusieurs pieces non encore imprimées.

Le livre est constitué d’un premier cahier « a », puis de 124 cahiers allant de « A » jusqu’à « TTTTT ». Le cahier « A » commence avec le début du texte à proprement parler, à la page 1. Puis le cahier « AA » arrive à la page 185, le « AAA » à la page 417, le « AAAA » p. 697, et finalement le « AAAAA », p. 973.

L’ouvrage renferme, avant le cahier final « TTTTT », huit autres cahiers notés de « a » à « h », dont les pages sont numérotées de 1 à 70 en alternance avec des paginations de 1189 à 1201 en ordre disparate (mais avec un texte sans erreurs). Ainsi le livre comprend-il environ 1280 pages, en comptant les 1192 référencées, le carnet final de 70 pages et le paratexte liminaire.

Celui-ci est constitué d’un avis du « Libraire au lecteur », de la « Table des traictez » et d’un « Advertissement tiré de l’édition des œuvres de monsieur du Vair faite l’an 1607. ». Après quoi se succèdent cinq ouvrages de Guillaume Du Vair, publiés chacun avec ses propres pages de titre et table des matières :

1. Traictez de piété
(p. 1-276)
2. Traictez philosophique
(p. 277-420)
3. De l’éloquence française
(p. 421-600)
4. Actions et traictez oratoires
(p. 601-967)
5. Arrests prononcez en robe rouge
(p. 968-1192)

Les Œuvres réunissent des textes en prose de nature spirituelle, philosophique et juridique (traités, arrêts, lois et discours prononcés par Du Vair au Parlement, ou à l’occasion d’événements particuliers). Des vers en latin viennent orner certains des plaidoyers.

L’harmonie et l’élégance typographiques caractérisent le travail d’impression de Cramoisy qui utilise les caractères de civilité pour les titres d’ouvrages et les caractères italiques pour les sous-titres et les pièces poétiques. Cependant, la dimension érudite et volumineuse des Œuvres impose une mise en page dense où les paragraphes sont rares.

Pour assurer la lisibilité de certains traités, la division en chapitres s’opère à l’aide d’indications marginales (« chap. I », « cha. II » ; p. 71, 74, 78, 83, etc.). Il en va de même pour l’appareil de notes, par exemple, p. 973 :

Ornements typographiques

Relativement sobre, l’ouvrage ne comprend ni gravures ni lettrines historiées.
Sur la page de titre figure la marque du libraire Abel L’Angelier, laquelle connaît plusieurs déclinaisons au fil des années, tout en conservant la même mise en scène.

La gravure représente deux anges encadrant un médaillon à l’intérieur duquel est reproduite la scène symbolique et biblique du sacrifice d’Abel (Genèse 4.3-5). Dans la bordure du médaillon est inscrite la devise en latin de L’Angelier : Sacrum pingue dabo nec macrum sacrificabo (« J’offrirai une victime grasse et ne sacrifierai pas la maigre »), par référence au geste d’Abel qui offre un animal en sacrifice à Dieu là où son frère, Caïn, ne lui offre que des fruits.

Ailleurs, on retrouve le matériel ornemental habituel : chaque texte est orné d’un bandeau (deux motifs répétés), d’un cul-de-lampe (toujours différent) et de lettrines ornées (entrelacs, figures, motifs végétaux), de taille variable selon l’importance des textes.

Reliure

La reliure de l’exemplaire est en mauvais état : les plats sont détachés du corps d’ouvrage. Il s’agit d’une demi-reliure de cuir et de papier marbré. Le dos comprend cinq nerfs, sans décor, avec une pièce de titre en maroquin rouge. Les feuilles de garde sont en papier.

Marques de possession

Le livre présente un ex-libris sur le contreplat supérieur : il s’agit de l’ex-libris du séminaire Saint-Irénée, fondé à Lyon en 1654 par l’archevêque Camille de Neufville pour former des clercs. Il est accompagné de la mention : « Ex bibliotheca seminarii S. Irenaei Lugdunensis », et d’un verset tiré de l’Évangile de Saint Matthieu : Intra in cubiculum tuum et clauso ostio ora patrem (Matt 6.) (« Entre dans ta chambre et, après avoir fermé la porte, prie ton Père »). Plusieurs ouvrages de ce séminaire se trouvent dans les collections de l’Université de Lyon, donc de la BDL, suite aux confiscations de 1905.

L’ouvrage comporte également deux annotations manuscrites datées de 1769 qui semblent de la même main : « Aux Grands Carmes de Lyon, inscrit au catalogue en 1769 » (page de titre) ; « Aux Grands Carmes de Lyon » (p. 1).

L’institut des grands Carmes de Lyon – couvent établi à la fin du XIIIe siècle près des Terreaux – est connu pour sa bibliothèque de près de 3000 ouvrages au moment de la Révolution française. La plupart d’entre eux sont venus alimenter les fonds anciens des bibliothèques lyonnaises.

Billet écrit par les étudiantes et étudiants du Master 1 « Métiers du livre et de l’édition » de l’université Lyon 2
Étienne Baudoin-Decomps, M1, Édition
Théo Bedel, M1, Librairie

Sources

DU VAIR, Guillaume. Les Œuvres de Messire Guillaume du Vair. Paris : Claude Cramoisy, 1625.
> Cote BDL : 1689


Bibliographie

ARBOUR, Roméo. Dictionnaire des femmes libraires de France (1470-1870). Genève : Droz, 2003.

BALSAMO, Jean et SIMONIN, Michel. Abel L’Angelier et Françoise de Louvain. Un couple de marchands-libraires au Palais (1574-1620). Suivi du Catalogue des ouvrages publiés par Abel L’Angelier (1574-1620). Genève : Droz, 2002.

DESCIMON, Robert. Guillaume Du Vair (7 mars 1556‑3 août 1621) : les enseignements d’une biographie sociale. La construction symbolique d’un grand homme et l’échec d’un lignage. In PETEY-GIRARD, B. et TARRÊTE, A. (dir.). Guillaume Du Vair. Parlementaire et écrivain (1556‑1621). Genève : Droz, 2005. p. 55‑57.

PETEY-GIRARD, Bruno. Les méditations chrétiennes d’un Parlementaire. Étude sur les premières œuvres de piété de Guillaume du Vair. Paris : Classique Garnier, 2003.

POUILLOUX, Jean-Yves Pouilloux. Du Vair Guillaume (1556-1621). In Encyclopædia Universalis [en ligne]. [Consulté le 20 novembre 2022]. Disponible sur le web :<https://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-du-vair/>



Citer ce billet
Interfaces/fonds anciens BU Lyon (2023, 24 avril). Les Œuvres de Messire Guillaume du Vair, Paris, 1625. Interfaces. Livres anciens de l'Université de Lyon. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m0a5

1 réponse

  1. 14 janvier 2024

    […] Les Œuvres de Messire Guillaume du Vair, Paris, 1625 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search