Les Annales de Bourgongne de Guillaume Paradin, Lyon, 1566

Ce billet a été réalisé dans le cadre d’un travail d’étudiantes et d’étudiants du Master 1 « Métiers du livre et de l’édition » de l’université Lyon 2 (UFR des Lettres, Sciences du Langage et Arts), sous la direction d’Edwige Keller-Rahbé (« Histoire du livre, XVIe-XVIIe siècles »).

Le fonds patrimonial de la Bibliothèque Diderot de Lyon conserve un livre intitulé : Annales de Bourgongne, Avec une table des choses mémorables contenues dans ce présent livre. Écrit par Guillaume Paradin, l’ouvrage est imprimé à Lyon, chez Antoine Gryphius (ou Gryphe), en 1566.

Description de l’ouvrage

Cet exemplaire des Annales de Bourgongne, dans l’édition originale de 1566, est un volumineux in-folio de presque 1000 pages (995 p.).
Le corps du texte principal est imprimé en caractères romains, sauf les passages en latin qui sont composés en italiques. Des marginalia signalant les dates et les événements traités dans les Annales jalonnent la publication.
Le corps du texte présente le schéma de signatures suivant :

  Feuillet 1 Feuillet 2
Cahier 1 a ou A ou Aa ou AA a2 ou A2 ou Aa2 ou AA2
Cahier 2 a3 ou A3 ou Aa3 ou AA3 a4 ou A4 ou Aa4 ou AA4
Cahier 3 vide vide

Une erreur d’imposition lors de l’impression est à relever : pour les pages 145 à 155, il est indiqué « Livre I » dans le titre courant alors que le livre 2 a déjà débuté.

La page de titre

L’exemplaire a été fortement endommagé par l’incendie de la Bibliothèque Centrale Droit-Lettres des universités Lyon 2 et Lyon 3 survenu en 1999, de sorte qu’il est dépourvu de plat supérieur et qu’il offre directement à la vue du lecteur la page de titre, certainement la pièce la plus travaillée de l’ouvrage. Toutes les pages présentent également de fortes marques d’humidité.

Le titre est encadré par un frontispice gravé sur bois représentant un portique à l’antique orné de colonnes et de quatre figures. Sur la partie supérieure de l’édifice se tiennent deux figures allégoriques féminines (la terre, à gauche ; la mer, à droite), assises de part et d’autre d’un caisson surmonté d’un griffon aux ailes déployées. On reconnaît la célèbre marque typographique de l’imprimeur lyonnais Sébastien Gryphe, reprise par son fils Antoine.

Deux autres figures se font face dans la partie inférieure et de chaque côté de l’édifice : à droite, le vieillard Saturne – reconnaissable à ses attributs que sont la faux, le sablier et l’ourobos –, est personnifié sous les traits de Janus ; à gauche, la Prudence est personnifiée sous l’aspect d’une femme traditionnellement munie d’un miroir et d’un serpent ici entrelacé autour de son bras. Ces deux figures allégorisent respectivement le Temps et la Sagesse.

Dans la bordure du médaillon ovale est inscrite la devise en latin de Gryphe : Virtute duce, comite fortuna (« Qui prend la vertu comme guide, aura la Fortune comme compagne »).

Deux cachets nous informent que l’ouvrage a d’abord appartenu au fonds du « Grand Séminaire de Lyon », avant d’entrer dans celui de la Bibliothèque Universitaire de Lyon.

L’épître dédicatoire

Le paratexte se compose de plusieurs pièces qui apparaissent selon un ordre bien défini. Vient en premier lieu l’épître dédicatoire en prose à « François de Bourbon, Prince Dauphin d’Auvergne » (1542-1592). Le traitement esthétique d’Antoine Gryphe a pour effet de valoriser les titres de cette glorieuse personnalité historique : salutation de Guillaume Paradin composée en lignes décroissantes, lettrine à décor végétal, élégantes italiques, mise en page justifiée.

Paradin se sert de l’épître pour configurer son projet de « memorier les gestes de nostre Bourgongne », plus exactement de retracer l’histoire de la région depuis que les Bourguignons « partirent d’Allemagne » pour s’établir en Gaule. L’éloge de son dédicataire, de la Bourgogne et de son peuple, mais aussi l’amour de sa « patrie » (Paradin est issu d’une famille bourguignonne), viennent rehausser ses recherches savantes. L’épître se clôt de manière significative par une description géographique aux accents lyriques.

Vers d’hommage

À la suite de l’épître, des vers en latin signés « Gulielm. Paradinus » font l’éloge de Stephanus Fergonius, conseiller ducal.

« Le contenu en ces presentes Annales »

En troisième position prend place « Le contenu en ces presentes Annales ». Ce court sommaire expose le plan de l’ouvrage en trois livres et le contenu de chacun d’entre eux : le livre I, qui s’étend de l’an 378 à l’an 1034, dépeint le gouvernement des rois et des royaumes à partir de la fin de l’époque gauloise. Le livre II, de 892 à 1361, décrit le gouvernement des ducs de Bourgogne. Le livre III, de 1362 à 1482, traite du gouvernement des Valois.

Le privilège du roi

Les Annales de Bourgongne sont protégées par un privilège royal qui vient clore le paratexte liminaire. Annoncé au titre et reproduit en extrait, celui-ci est accordé pour une durée avantageuse de dix ans à « Antoine Gryphius, Libraire à Lyon ». Lui seul est autorisé à imprimer l’ouvrage ou à donner son consentement pour sa reproduction par autrui. Comme cela est courant au XVIe siècle, le nom de l’auteur n’est pas mentionné.

Le privilège royal délivré à Paris le 8 juillet 1566 fait des Annales une production licite validée par Charles IX et son chancelier Henry de Mesmes.

Le paratexte final

Une table des « choses mémorables contenues es presentes Annales », impressionnante par sa longueur, vient clore le volume avec une courte liste d’errata.

Les producteurs de l’ouvrage

L’auteur

Guillaume Paradin (1510-1590) est un religieux catholique, homme de lettres et historien français. Les Annales rappellent au titre qu’il est né à Cuiseaux (dans la Bresse chalonnaise). La mention « A Beaujeu ce 27. d’Avril 1566 » qui clôt l’épître dédicatoire situe l’acte d’écriture dans la capitale du Beaujolais où l’historiographe s’était retiré, et où il devint chanoine (1545), puis doyen du chapitre (1554).

L’humaniste beaujolais s’adonne à l’écriture de traités de morale et surtout d’ouvrages érudits portant sur l’histoire de Lyon, mais aussi du Beaujolais, de la Bourgogne, ou encore des Pays-Bas. En 1552, il publie les Chroniques de Savoye, puis en 1573, les Mémoires de l’Histoire de Lyon qui font sa renommée.

Ses travaux de reconstitution de l’histoire régionale s’inscrivent dans une perspective humaniste et sont publiés à Lyon par des imprimeurs réputés (Guillaume Roville, Jean de Tournes et Antoine Gryphe, avec qui Paradin collabore régulièrement).

L’imprimeur

Antoine Gryphius (1527-1599), ou Gryphe, est le fils du célèbre imprimeur-libraire lyonnais Sébastien Gryphe (1492-1556), connu pour ses publications de traités juridiques et scientifiques, mais également pour ses éditions en latin de textes classiques de petit format. Sébastien Gryphe employait les meilleurs humanistes comme correcteurs et ses productions se distinguaient par un travail philologique soigné.

À la mort de son père, Antoine travaille avec sa belle-mère sous la raison des « héritiers de Sébastien Gryphius » à cause d’un conflit de succession. En 1565, à la mort de sa mère, il s’établit à son propre compte et se spécialise plutôt dans la publication d’études d’histoire régionale en langue française, tout en poursuivant la politique éditoriale humaniste de son père.

Jean II de Tournes lui vend une partie de son matériel d’imprimerie quelques années avant de quitter Lyon pour des raisons religieuses et de s’exiler à Genève (1585).

Intérêt littéraire des Annales de Bourgongne

La foisonnante production d’ouvrages similaires aux Annales de Bourgongne durant la Renaissance, par exemple De l’origine des Bourgongnons et antiquité des estats de Bourgogne (1580), de Pierre de Saint-Julien de Balleure (1520?-1593), est révélatrice de l’attrait du public cultivé pour l’histoire régionale à cette époque.

Pour sa part, Guillaume Paradin publie ses Annales pendant les temps troublés des guerres de religion. De façon éphémère, entre 1562 et 1563, la ville de Lyon a d’ailleurs été aux mains des protestants. Ses travaux sur la Bourgogne sont étroitement liés à ce contexte politique et religieux dans la mesure où ils s’inscrivent dans un projet de défense de la catholicité. C’est ainsi que le chanoine glorifie la monarchie absolue de droit divin dans l’épître dédicatoire à François de Bourbon et qu’il fait de la Bourgogne une terre chrétienne héritière de la couronne et du catholicisme.

Billet écrit par les étudiantes et les étudiants du Master 1
« Métiers du livre et de l’édition » de l’université Lyon 2
Colombe Merceron, M1, Librairie
Émilie Pineau, M1, Édition

Bibliographie

PARADIN, Guillaume. Le Livre de raison. Édition numérique réalisée par Marion Braud, Paul Gaillardon et Marthe Paquant. Disponible sur le web : <http://ihrim.huma-num.fr/nmh/Paradin/>

Sources

PARADIN, Guillaume. Annales de Bourgongne par Guillaume Paradin de Cuyseaulx. Avec une table des choses mémorables contenues en ce présent livre. À Lyon : par Antoine Gryphius, 1566
> cote BDL : rés1, 1626



Citer ce billet
Interfaces/fonds anciens BU Lyon (2023, 24 mars). Les Annales de Bourgongne de Guillaume Paradin, Lyon, 1566. Interfaces. Livres anciens de l'Université de Lyon. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m0a3

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search