Les Illustrations de Gaule et singularitez de Troye, par Jean Lemaire de Belges

Ce billet a été réalisé dans le cadre d’un travail d’étudiantes et d’étudiants du Master 1 « Métiers du livre et de l’édition » de l’université Lyon 2 (UFR des Lettres, Sciences du Langage et Arts), sous la direction d’Edwige Keller-Rahbé (« Histoire du livre, XVIe-XVIIe siècles »).

Le fonds patrimonial de la Bibliothèque Diderot de Lyon conserve un livre intitulé : Les Illustrations de Gaule et singularitez de Troye. Écrit par Jean Lemaire de Belges, l’ouvrage est imprimé à Lyon, chez Jean de Tournes, en 1549.

Parue en 1511-1513, du vivant de l’auteur, l’édition originale des Illustrations de Gaule est une œuvre monumentale en prose élaborée à partir de matériaux historiques consultés par Lemaire lors de ses séjours en Italie. Elle renferme trois livres, chacun dédié à une princesse illustre qui a protégé l’auteur au cours de sa vie et de sa carrière : Marguerite d’Autriche (1480-1530) pour le livre I ; Claude de France (1499-1524) pour le livre II ; sa mère, Anne de Bretagne (1477-1514) pour le livre III.

L’exemplaire de la Bibliothèque Diderot de Lyon appartient à l’édition augmentée et enrichie de 1549, la plus répandue. Il s’agit d’une édition posthume dont le titre complet est : Les Illustrations de Gaule et singularitez de Troye, par maistre Jean le Maire de Belges, Avec la Couronne Margaritique, & plusieurs autres oeuvres de luy, non jamais encore imprimees. Le tout reveu et fidèlement restitué par maistre Antoine Du Moulin.

Le volume contient précisément : Les Illustrations de Gaule (423  pages), la Couronne Margaritique (72 pages), Les Trois Contes intitulez de Cupido et d’Atropos (9 pages), et Le Traicté de la difference des Schismes et des Conciles de l’Eglise et de la preeminence et utilité des Conciles de la sainte Eglise Gallicane (80 pages). Ce dernier texte est un pamphlet dirigé contre l’autorité du pape Jules II dans lequel Lemaire développe ses positions gallicanes.

Une pluralité de producteurs

Le livre fournit plusieurs informations relatives à son élaboration. La page de titre-frontispice mentionne les noms des différents producteurs : Jean de Tournes (imprimeur), Antoine Du Moulin (éditeur scientifique) et Jean Lemaire de Belges (auteur). Elle indique aussi le lieu d’édition (Lyon), la date de parution (1549) et le privilège du roi Henri II « pour dix ans ».

Jean Lemaire de Belges

Né en Belgique en 1473, Jean Lemaire de Belges est décédé à Paris vers 1524. Proche de son oncle Jean Molinet, il travaille un temps à ses côtés à Valenciennes. En 1504, il intègre la maison de Marguerite d’Autriche, gouvernante des Pays-Bas. Il devient alors son secrétaire, historiographe et indiciaire. En 1507, il succède à son oncle, tout juste décédé, en qualité de bibliothécaire de Marguerite d’Autriche. Lemaire s’établit ensuite à la cour de France, auprès de Louis XII, où il devient historiographe du roi (1513), avant de se tourner vers la cour d’Anne de Bretagne. On ignore la date exacte de sa mort, survenue vers 1524.

Célèbre poète et chroniqueur, Lemaire consacre plusieurs textes poétiques à ses protecteurs défunts, par exemple le Temple d’Honneur et de Vertus (1503) a été composé à la mort du duc de Bourbon, et La Plainte du Désiré (1509), à l’occasion de celle de Louis de Luxembourg (dont Lemaire fut le secrétaire). Ayant un goût prononcé pour la mythologie, l’auteur publie également des travaux sur les plus grands poètes antiques tels Homère, Virgile et Ovide.

Jean de Tournes

Célèbre imprimeur humaniste de la fin du règne de François Ier et du règne de Henri II, Jean de Tournes (1504-1564) est installé à Lyon où il ouvre son propre atelier en 1542 après avoir travaillé dix années pour le compte de Sébastien Gryphe. Grand éditeur de poésie, en langue française mais aussi italienne, il travaille avec la plupart des auteurs majeurs de son époque : Maurice Scève, Louise Labé, Marguerite de Navarre… On méconnaît une grande partie de son activité, mais on sait qu’il est nommé « imprimeur du roi à Lyon » en 1559 et qu’il collabore activement avec le peintre et graveur lyonnais Bernard Salomon. Il meurt de la peste qui sévit dans la ville en 1564.

Tournes réimprime les Illustrations de Gaule avec les autres œuvres de Lemaire en 1549. Il détient le privilège du roi pour une durée avantageuse de dix ans (octroyé à Saint-Germain-en-Laye le 6 décembre 1549).

Au titre, on trouve sa marque : deux vipères entrelacées avec l’épigraphe en latin de son enseigne (Quod Tibi fieri non vis. Alteri ne feceris / « Ne fais pas aux autres ce que tu ne voudrais pas qu’on te fît »).

Marque de l’imprimeur-libraire Jean de Tournes accompagnée de sa devise en latin figurant au titre

Tournes réutilise le frontispice des Illustrations de Gaule en 1561 pour la Chronique de Savoye, de Guillaume Paradin. Son fils et successeur Jean II fera de même pour la réimpression du texte à Genève en 1602, ce qui signale la continuité éditoriale au sein de la famille.

Antoine Du Moulin

Docteur en droit et médecine, Antoine Du Moulin (1510?-1551) est un lettré qui travaille pour Jean de Tournes au titre de traducteur et d’éditeur. Sur la page de titre, il est présenté comme le « Valet de chambre de la Royne [Marguerite] de Navarre » ayant « reveu & fidelement restitué » l’ensemble des œuvres de Lemaire publiées dans le volume de 1549.

Le privilège du roi précise : « Illustrations de Gaule, et Singularitez de Troye. Reveues, corrigees & augmentees par Antoine du Moulin, Masconnois ». Du Moulin apparaît donc comme un véritable co-élaborateur de l’œuvre.

Une édition soignée

Jean de Tournes est réputé pour ses belles éditions au travail typographique soigné. L’exemplaire des Illustrations de Gaule de la Bibliothèque Diderot de Lyon témoigne d’une telle qualité.

L’ouvrage est un in-folio composé en caractères humanistiques (corps du texte) et en caractères italiques (épîtres dédicatoires, pièces poétiques), ce qui est assez représentatif des productions humanistes.

Du point de vue de l’illustration, l’ouvrage ne comporte pas d’autres gravures que celle du frontispice1, mais il présente un riche matériel iconographique : des lettrines, tantôt ornées de motifs végétaux, tantôt historiées ; un bandeau – identique – au début de chaque livre ; des fleurons et quelques culs-de-lampe.

L’exemplaire a même pour particularité de présenter des lettrines coloriées à la main à l’aide d’un crayon de couleur ocre.

Les fins de chapitres illustrent un travail de mise en page harmonieux marqué par une composition de lignes à taille décroissante.

Le même effet visuel caractérise les adresses des épîtres dédicatoires et des prologues de Mercure aux princesses.

Intérêt littéraire des Illustrations de Gaule

En tant que vaste mouvement de retour aux sources antiques, la Renaissance se distingue par une foisonnante production de livres en lien avec la culture littéraire grecque et latine. Cette production atteint un sommet durant les années 1530-1540, comme en témoignent les traductions d’Homère et de Virgile. Les monarques de la Renaissance sont tout particulièrement intéressés à promouvoir ce type d’écrits à travers une politique culturelle qui, tout en renforçant le pouvoir royal, tend à valoriser leur règne, notamment par l’élaboration d’une généalogie mythique qui relie la France à l’Antiquité.

C’est dans ce contexte littéraire et politique que Lemaire, alors attaché à la cour de Marguerite d’Autriche, écrit Les Illustrations de Gaule et singularitez de Troye. Avec cette grande œuvre dont la genèse est complexe, le poète-historiographe a pour ambition d’élaborer des généalogies de France et de Bourgogne prestigieuses et glorieuses. Dans le livre III, il rattache les princes européens de la chrétienté à « l’ancienne noblesse des Troyens », ce qui fait de sa principale protectrice la descendante de Francus, fils d’Hector et compagnon d’Énée. Ce faisant, il entremêle mythe, histoire et religion chrétienne.

L’intention politique de Lemaire est également perceptible dans l’usage qu’il fait de son ouvrage puisque Les Illustrations de Gaule sont destinées à éduquer le jeune Charles Quint, futur souverain des Pays-Bas, de l’Espagne et du Saint-Empire romain germanique, dont Marguerite d’Autriche est la tante et la tutrice. Lemaire consacre d’ailleurs une partie du Livre III à l’histoire de la France orientale (l’Allemagne), s’inscrivant ainsi dans le développement de l’idée de germanité fondée sur l’arrivée de Francus en Europe après la chute de Troie. Selon l’auteur, la France orientale doit s’unir à la France occidentale (la France et la Bretagne) pour lutter contre les Turcs.

La Médiathèque Jim Dandurand de Fontenay-le-Comte possède un exemplaire des Illustrations de Gaule imprimé par Jean de Tournes en 1549 avec une signature autographe de Montaigne sur la page de titre (non authentifiée). La place de l’ouvrage dans la bibliothèque personnelle de Montaigne est sans doute un indice de l’influence durable qu’il a pu exercer sur les milieux lettrés et érudits en France au XVIe siècle.

Signature de Montaigne, Fontenay-le-Comte, Médiathèque, photo Alain Legros

Billet écrit par les étudiantes et les étudiants du Master 1
« Métiers du livre et de l’édition » de l’université Lyon 2

Bedriye Göksel, M1, Édition
Sarah Techer, M1, Édition

Source

LEMAIRE DE BELGES, Jean. Les Illustrations de Gaule et singularitez de Troye, par maistre Jean le Maire de Belges, Avec la Couronne Margaritique, & plusieurs autres oeuvres de luy, non jamais encore imprimees. Le tout reveu et fidèlement restitué par maistre Antoine Du Moulin. À Lyon : par Jean de Tournes, 1549
> Cote BDL : réserve1, 284

PARADIN, Guillaume. Chronique de Savoye, extraicte pour la pluspart de l’histoire de M. Guillaume Paradin. Troisième edition enrichie et augmentee en divers endroits, et continuée iusques à la paix de l’an 1601. [Genève] : De l’imprimerie de J. de Tournes, 1602
> Cote BDL : réserve1, 1829

Bibliographie

ABÉLARD, Jacques. “Les Illustrations de Gaule” de Jean Lemaire de Belges. Cahiers de l’Association Internationale des Études Françaises. n°33, 1981, p. 111-128.

DEMONET, Marie-Luce et LEGROS, Alain. LEMAIRE DE BELGES Jean, Les Illustrations de Gaule et singularitez de Troye, Lyon, Jean de Tournes, 1549. MONtaigne à L’Œuvre (MONLOE). [en ligne]. 20 septembre 2016. Disponible sur le web : <https://montaigne.univ-tours.fr/lemaire-de-belges-jean-les-illustrations-de-gaule-lyon-tournes-1549/>

JODOGNE, Pierre Jodogne. L’orientation culturelle de Jean Lemaire de Belges. Cahiers de l’Association Internationale des Études Françaises. [en ligne] n°23, 1971, p. 85-103. Disponible sur le web : <https://www.persee.fr/doc/caief_0571-5865_1971_num_23_1_975>

MOUNIER, Pascale. Lyon et l’histoire régionale : les chroniques de Guillaume Paradin et de Chaumeau (1566). Revue de l’Enssib. [en ligne] n°2, Juin 2014. Disponible sur le web : <https://bbf.enssib.fr/consulter/revue-2014-02-005.pdf>



Citer ce billet
Interfaces/fonds anciens BU Lyon (2023, 24 février). Les Illustrations de Gaule et singularitez de Troye, par Jean Lemaire de Belges. Interfaces. Livres anciens de l'Université de Lyon. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m0a1

  1. Les images sont tirées des Illustrations de Gaule et singularitez de Troye, non des autres textes que renferme le volume. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 14 janvier 2024

    […] Les Annales de Bourgongne de Guillaume Paradin, Lyon, 1566 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search