Au naufragé de la Méduse

La BDL conserve dans ses collections un recueil factice composé de cinq écrits révolutionnaires, et d’un 6e opuscule au titre curieux, Écoutez-moi donc, publié à Paris en 1820 chez Corréard. La marque du libraire est une tête de Méduse, surmontant un phylactère sur lequel est écrit « Au naufragé de la Méduse ». Une marque étonnante pour un libraire…

Un vrai naufragé de la Méduse

Il ne faut pas bien longtemps pour s’apercevoir que le nom d’Alexandre Corréard est immanquablement associé au naufrage de la frégate La Méduse et au célèbre radeau qui s’en est ensuivi. Il fait en effet partie des très rares survivants de ce radeau et il en a fait un récit, publié en 1817, avec un autre compagnon d’infortune, Jean-Baptiste-Henri Savigny.

Les deux hommes racontent en 196 pages le récit de leurs aventures : embarqués en 1816, l’un comme ingénieur-géographe et l’autre comme chirurgien, sur La Méduse, ils font partie, lorsque celle-ci s’échoue sur un banc de sable au large du Sénégal et coule, de ceux qui ne pourront embarquer sur les chaloupes. Un radeau de fortune est alors construit, la Machine, sur lequel embarquent 150 personnes.

Après quinze jours à la dérive et des scènes dantesques (combats entre les naufragés, noyades, suicides, scènes d’anthropophagie), il ne reste que 15 survivants lorsque le brick l’Argus vient les récupérer. Sur ces 15 rescapés, 5 mourront encore dans les jours qui suivent.

Un naufrage politique

Le récit de Corréard et Savigny publié en 1817 est un récit à charge qui a connu un très grand succès à l’époque ; mais ce qui a assuré l’immortalité à ce naufrage, c’est le célèbre tableau de Théodore Géricault, peint dès les années suivantes et aujourd’hui exposé au Louvre. Géricault rencontre d’ailleurs Savigny et Corréard qu’il a peints sous les traits de deux naufragés postés près du mât.

Tableau de Géricault et 6 études pour Corréard et Savigny
© CC0 The Metropolitan Museum of Art

Le récit des deux hommes accuse, en grande partie à juste titre, les ultras royalistes d’être responsables de l’affaire : en effet a pris la tête du convoi un officier de marine qui n’aurait pas dû l’être (ne serait-ce qu’en raison de son âge), et qui, en raison de son exil pendant la période révolutionnaire, n’avait plus exercé de commandement depuis des années. Son inexpérience a fait échouer la frégate sur un banc de sable bien connu, par temps clair ; comble du déshonneur, il a quitté le navire pour une chaloupe parmi les premiers… Le scandale est immense lorsque Savigny, de retour en France, rédige un rapport de 14 pages au ministre de la Marine sur les événements. Des fuites sont organisées par certains membres du gouvernement qui souhaitent mettre en avant l’incurie des ultras royalistes : l’intégralité du texte est publiée le 13 septembre 1816 dans le Journal des Débats, un titre antiroyaliste. L’affaire de La Méduse devient une affaire politique. Et l’année suivante, Corréard et Savigny publient leur récit ensemble.

Un libraire contestataire

Après ses aventures et la publication du récit, Alexandre Corréard subit une disgrâce en tant qu’ingénieur royal. Mais il a acquis une certaine notoriété. Il s’installe alors en 1818 comme libraire dans une des galeries du Palais-Royal et prend comme enseigne et marque « Au naufragé de la Méduse ». Sa librairie devient le lieu de rencontre d’hommes politiques ou écrivains hostiles au régime de la Restauration.

S’il publie quelques ouvrages avec un faible contenu politique,

la plupart de ses publications sont des récits engagés comme cet ouvrage des frères Bacheville, qui relate leur exil après l’arrivée de Louis XVIII au pouvoir.

Un petit extrait de la préface

Corréard publie aussi des pamphlets, énormément de pamphlets, à l’instar de cet opuscule Écoutez-moi donc.

Ce sont de très courts récits (autour d’une quinzaine de pages) vendus 30 centimes, qu’il publie en salve jour après jour : cela lui permet de coller davantage à l’actualité que les journaux, plus importants et surtout extrêmement soumis à la censure. Ce pamphlet au titre accrocheur, qui défend la liberté d’instruction pour les citoyens sur fond de nostalgie révolutionnaire, en est un excellent exemple.

Cette autre brochure, Apocalypse de 1821, relate, à la manière des songes de l’Apocalypse, les malheurs du temps ; elle a été saisie en 1821, car « cet écrit constitue dans son ensemble une provocation au renversement du gouvernement ou à la guerre civile » (lettre de Jacquinot de Pampelune, procureur du roi, au baron Mounier).

 

Corréard s’est fait aussi le chantre de l’épopée napoléonienne.

Corréard subit cependant condamnation sur condamnation. À tel point que le 25 septembre 1822, son brevet de libraire lui est retiré.

Un ingénieur engagé

Après le retrait de son brevet, il est plus difficile de suivre la trace d’Alexandre Corréard. S’il n’est plus libraire, il n’en continue pas moins d’écrire. On le rencontre à la fois sur des sujets techniques (n’oublions pas qu’avant d’être un naufragé, il était un ingénieur) : les chemins de fer, les barrages, les docks, la construction d’un port et de canaux… Il dirige d’ailleurs un temps le Journal du Génie civil. Il est toujours engagé politiquement comme le montre la liste des écrits signés ou co-signés de sa main au catalogue de la BnF : pétitions, réponses à des discours officiels, observations sur des ordonnances prises, mémoires, etc. Il s’éteint en 1857 à Avon, près de Fontainebleau, loin de ses Hautes-Alpes natales. Il ne faut pas le confondre, dans son activité éditoriale, avec son frère, Jean-Frédéric-Gabriel Corréard, « J. Corréard Jeune », lui-même libraire à Paris et rédacteur de plusieurs ouvrages militaires.

Chapuis. M., Bérézina. Paris, 1857 [cote BDL : 012975]

Billet rédigé par Claire Giordanengo
(Bibliothèque Diderot de Lyon, département Patrimoine et conservation)

Sources

SAVIGNY, Jean-Baptiste-Henri et CORRÉARD, Alexandre. Naufrage de la frégate la Méduse, faisant partie de l’expédition du Sénégal, en 1816 ; relation contenant les événements qui ont eu lieu sur le radeau, dans le désert de Saara, à Saint-Louis et au camp de Daccard. Paris, 1817 [Cote BDL : 54311-2]

BARGINET, Alexandre. Apocalypse de 1821, ou songe d’un homme éveillé. Paris, 1821 [Cote BDL : 43802-VII]

Voyages des frères Bacheville en Europe et en Asie, après leur condamnation par la cour prévôtale du Rhône, en 1816. Paris, 1822 [Cote BDL : 29411]

CHAPUIS, François-Claude. Bérézina : campagne de 1812 en Russie. Paris, 1857 [Cote BDL : 012975]

Écoutez-moi donc. Paris, 1820 [Cote BDL : 3RC 3810-6]

BIGAULT-D’HARCOURT, Louis-François de. De la manière d’enseigner les humanités d’après les autorités les plus graves. Paris, 1819 [Cote BDL : 1R 180542]

LINDNER, Friedrich Georg Ludwig. Considérations politiques sur l’état actuel de l’Allemagne. Paris, 1821 [Cote BDL : 8° FJG 613]

NAPOLÉON. Bulletins officiels de la Grande Armée. I. Campagnes d’Austerlitz, d’Jéna, de Prusse, de Pologne et d’Autriche et II. Campagnes de Russie, de Saxe, de France et des Pyrénées. Paris, 1822 [Cotes BDL : 8° FJG 657 et 658]

Bibliographie

BOSCQ, Marie Claire. Imprimeurs et libraires sous surveillance (1814-1848). Paris : Classiques Garnier, coll. Littérature et censure, 2018

LAROUSSE, Pierre. Grand dictionnaire universel du XIXe, tome 5, Paris, 1869, page 181 [DIC 11/5]

LEDRÉ, Charles. La presse à l’assaut de la monarchie 1815-1848. Armand Colin, 1960. p. 50 [mag2, 100815]

BERTRAN DE BALANDA, Flavien. Nains et girafes. Les résistances à la censure sous la Restauration ou le renouveau d’une parole polémique (1820-1821, 1827). Romantisme. Vol. 196, no. 2, 2022, pp. 119-128. Disponible sur le web : <https://doi.org/10.3917/rom.196.0119>

NICAULT, Jérôme. Deux Haut-Alpins médusés…  Lettre aux amoureux du patrimoine. n° 86, 2e semestre 2022, p. 33-37.
OMBRE, André. Corréard le Serrois. Lettre aux amoureux du patrimoine. n° 86, 2e semestre 2022, p. 38-39.

 



Citer ce billet
Interfaces/fonds anciens BU Lyon (2022, 24 décembre). Au naufragé de la Méduse. Interfaces. Livres anciens de l'Université de Lyon. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m09x

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search