Monographies des écoles normales d’instituteurs et d’institutrices en 1899

La Bibliothèque Diderot de Lyon conserve une collection de monographies des écoles normales de France, monographies presque toutes rédigées en 1899 ou au tout début de l’année 1900. L’ensemble représente 25 volumes classés géographiquement ; les écoles normales de garçons sont au nombre de 50 (14 volumes reliés avec un dos marron), celles de filles au nombre de 38 (11 volumes reliés avec un dos bleu). Deux monographies concernent des écoles normales hors métropole : la monographie de l’école normale d’institutrices de Miliana en Algérie et celle d’Oran.

Toutes les monographies, sauf une, sont rédigées sur de grandes feuilles blanches ou lignées de format 31×20 cm. Ce sont des manuscrits d’épaisseur assez inégale : la plus petite monographie fait trois pages (celle de Rodez), la plus importante (celle d’Orléans) fait 843 pages écrites seulement sur le recto.

L’ensemble est malheureusement rédigé sur des papiers assez acides et fort fragiles, comme souvent à cette époque.

 

Des monographies rédigées par le directeur ou la directrice

La plupart du temps, ces monographies sont rédigées par le directeur ou la directrice de l’établissement, parfois aidé par un/une élève (comme Melle Blanche Villeneuve qui, pour Oran, raconte le déroulement d’une fête) ou un professeur (école normale d’institutrices de Clermont-Ferrand).

Parfois, on sent que le directeur ou la directrice n’a pas été très inspiré ou n’a pas eu le temps de rédiger une importante monographie (école normale d’instituteurs de Valence ou d’institutrices de Vesoul, Rumilly). Mais parfois au contraire, des directeurs/trices se sont pris au jeu et il n’est pas rare de trouver des monographies de plusieurs centaines de pages (écoles normales d’instituteurs de Vesoul, de Caen…).

Ces écrits ont été commandés aux écoles normales pour l’exposition universelle de 1900, comme le suggère un certain nombre de pages de titre (Privas, Valence, Belfort…).

Des volumes très complets

Dans la mesure où ces volumes répondent à une commande, on trouve bon nombre d’éléments communs, dans un ordre parfois différent : l’historique de l’institution, les bâtiments, le budget, l’administration, le recrutement, les réussites aux examens, les professeurs, la discipline, les sorties… Certains insistent davantage sur tel ou tel sujet.

École normale d’institutrices de Toulouse
École normale d’institutrices du Mans
École normale d’instituteurs de la Seine

Ces ouvrages sont extrêmement intéressants par ce qu’ils disent, par ce qu’ils omettent et par ce qu’ils dévoilent. Ces sources peuvent être utiles à la fois pour l’histoire locale (l’histoire de telle ou telle école normale) et pour une histoire plus générale dans la mesure où une comparaison peut être faite entre plusieurs écoles en plusieurs lieux de France au tournant du siècle.

 

Quelques illustrations documentaires

Sans être à proprement parler illustrés, la plupart de ces volumes sont accompagnés de photos (comme l’école normale de Besançon), assez fréquemment de plans, de tableaux accompagnant toutes sortes de sujets : nombre de boursiers, élèves qui ont gagné des prix, listes de professeurs, etc. L’école d’institutrices du Jura a mis par exemple quelques cartes postales d’anciennes institutrices, encore en coiffe.

École normale d’instituteurs de Périgueux

L’école normale d’institutrices de Grenoble a inséré une huitaine de grands plans dépliants de l’école où l’on voit force détails : le nombre de lits dans les dortoirs par exemple, la disposition des pupitres, mais aussi la présence d’une (petite) piscine. Presque toutes les monographies d’écoles de jeunes maîtresses insèrent les programmes des fêtes rédigés par leurs soins : fête de Sainte-Catherine, pièces de théâtre, fêtes de fin d’année, galettes des rois… tous joliment décorés (Privas, Besançon, Jura…).

École normale d’institutrices de Toulouse
École normale d’institutrices de Rodez
École normale d’institutrices de Privas

Il n’y a en revanche quasiment pas de décoration gratuite, purement esthétique ou alors celle-ci est très simple

École normale d’institutrices d’Albi

Le cas particulier de la monographie de l’école normale d’instituteurs d’Orléans

La monographie de l’école normale d’instituteurs d’Orléans constitue un cas tout à fait à part, de par son importance quantitative pour commencer : 842 pages de texte pour le premier volume et 381 pages de pièces annexes dans un second volume ! Un avant-propos justifie d’ailleurs cette exceptionnalité déjà bien ressentie à l’époque…

Les rédacteurs de la monographie orléanaise sont nombreux et cela se voit bien aux changements d’écritures tout au long de l’ouvrage ; le directeur, mais aussi divers professeurs, l’économe, un économe à la retraite, le directeur de l’école annexe, d’anciens élèves ont participé à la rédaction des différents chapitres. Cela donne aussi au texte une certaine diversité et liberté de ton et de style, notamment lorsque les anciens élèves prennent la plume.

Les sujets abordés sont les mêmes que dans les monographies plus courtes, mais leur aspect détaillé les rend plus fouillés, plus intéressants. On commence par un historique de cette école fondée en 1829, puis on passe au personnel enseignant, aux différents conseils, au recrutement des élèves maîtres, au régime intérieur, à l’organisation des bâtiments de l’école (avec des vues en coupe des lavabos, un descriptif des placards à linge, des salles de cours, mais aussi des cabinets). Un chapitre est consacré à l’uniforme des élèves, 50 pages aux relations Église-École, chaque professeur détaille sa discipline ; un chapitre détaille les excursions (où l’on apprend que l’on emmène plus volontiers les élèves maîtres au cirque qu’au théâtre), un autre décrit la bibliothèque, un autre encore le jardin.

Sont particulièrement vivants les cinquante souvenirs d’anciens élèves, qui ont pu écrire apparemment sur un thème de leur choix : des souvenirs de promenades, une visite épiscopale, les repas, les brimades, l’emploi du temps ; ce sont des souvenirs vécus, tantôt heureux, tantôt moins bons, dans lesquels certains élèves ne mâchent pas leurs mots.

Ces monographies, encore sous-exploitées aujourd’hui, révèlent bien des traits de la vie quotidienne dans ces institutions essentielles dans la formation des enseignants durant tout le XIXe siècle. Du plus petit détail à des tendances plus globales, elles constituent une mine de renseignements pour qui s’intéresse à l’enseignement et à son histoire à la fin du XIXe siècle.

Billet rédigé par Claire Giordanengo
(Bibliothèque Diderot de Lyon, département Patrimoine et conservation)

 

Bibliographie

Bouyer, Christian. La grande aventure des écoles normales d’instituteurs. Paris : Le Cherche-midi, 2003 [640219]



Citer ce billet
Interfaces/fonds anciens BU Lyon (2022, 24 novembre). Monographies des écoles normales d’instituteurs et d’institutrices en 1899. Interfaces. Livres anciens de l'Université de Lyon. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m09v

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search