Une édition humaniste issue du don Belin

La Bibliothèque Diderot de Lyon a récemment reçu en don 6 000 livres du fonds historique des éditions Belin, aujourd’hui Humensis. Si cet ensemble comprend essentiellement des ouvrages sortis des presses de la maison Belin, de sa création en 1777 jusqu’aux années 1970, on y trouve également quelques ouvrages d’autres éditeurs, plus rares, et parfois plus anciens. L’édition princeps des œuvres de l’historien antique Denys d’Halicarnasse, réalisée par l’humaniste allemand Friedrich Sylburg fait partie de ces raretés.

Page de titre de Dyonisii Halicarnassei Scripta, qua extant, omnia, et Historica, et Rhetorica. Leipzig : Georg Weidmann, 1691. [cote BDL : 3RE 3676-1] et de Dionysii Halicarnassei tomus II, rhetoricos ejus et criticos libros continens. Leipzig : Georg Weidmann, 1691. [cote BDL : 3RE 3676-2]

Cet ouvrage atypique du don Belin prend place de surcroît dans un corpus d’ouvrages anciens conservés à la BDL sur lesquels Friedrich Sylburg a travaillé en tant qu’humaniste et en tant qu’éditeur scientifique. Cette découverte nous donne ainsi l’occasion de mettre en lumière la vie et l’œuvre de cet intellectuel. On notera également que les livres de la BDL portant le nom de Sylburg ont presque tous été imprimés sur les presses de la maison Wechel. La Bibliothèque Diderot de Lyon possède de nombreux ouvrages portant l’adresse de cette maison qui fut l’une des plus influentes et des plus puissantes dans l’Europe de la Renaissance entre les années 1520 et le début de la guerre de Trente Ans. Cet ouvrage du don Belin vient donc enrichir un ensemble documentaire des plus importants pour les spécialistes de la Renaissance.

Friedrich Sylburg

Portrait de Friedrich Sylburg, source : © Österreichische Nationalbibliothek Wien

Friedrich Sylburg est un humaniste et philologue allemand, né en 1536 à Wetter, près de Marbourg. Issu d’une famille d’agriculteurs, il perd son père à l’âge de sept ans avant de fréquenter l’école du monastère local. C’est durant cette période qu’il s’initie à la théologie et aux langues anciennes : le grec, le latin et l’hébreu. Son ardeur à l’apprentissage lui permet d’étudier dans l’Europe entière. Il se rend à Strasbourg en 1558 où il suit les cours de théologiens réformateurs comme Girolamo Zanchi. Ses voyages le mèneront ensuite en Suisse et en Italie, puis à Padoue et à Genève où il travaille au service de l’imprimeur Henri Estienne et participe à la préparation du Thesaurus Graecae linguae, publié en 1572.

Sa collaboration avec l’imprimeur protestant André Wechel débute en 1578 ; il corrige les Definitiones medicae de Jean de Gorris et publie une édition des Institutiones ac meditationes in graecam linguam de Nicolas Cleynaerts. Il se distingue également par le travail qu’il fournit en vue de la préparation de la première édition de Francfort des Mythologiae libri decem de Natale Conti. Son expertise se concentre essentiellement sur les passages en grec et il écrit de nombreux commentaires sur certaines des citations inédites de Conti. L’ouvrage est publié en 1581 et recueille immédiatement les félicitations de l’auteur ; le livre connaît un succès commercial certain et est remis sous presse cinq fois jusqu’en 1596. Wechel décède la même année, son atelier est fermé avant d’être repris, un an plus tard, par ses gendres, Claude de Marne et Jean Aubry. Dans le même temps, Guillaume IV, landgrave de Hesse-Kassel, et Louis IV de Hesse-Marbourg décident de nommer Sylburg professeur de grec à l’Université de Marbourg. Ce dernier décline l’offre afin de se consacrer à ses activités éditoriales. Il travaille neuf ans durant, de 1582 à 1591 pour l’enseigne des héritiers de Wechel, période durant laquelle il se distingue par plusieurs entreprises éditoriales de grande ampleur telle que la publication des Opera d’Aristote en onze volumes.

L’année 1591 marque la fin de cette collaboration, Sylburg devient alors correcteur pour l’imprimerie de Jérôme Comelin à Heidelberg.

Page de titre de Theognidis, Phocylidis, Pythagorae, Solonis & aliorum poemata gnomica. Heidelberg : Jérôme Commelin, 1597. [cote BDL : 1R 34770]

Plusieurs raisons ont été avancées pour justifier cette rupture : on met souvent en avant l’ordre de l’électeur palatin de publier une édition des Pères de l’Église grecs, mais également l’attrait de Sylburg pour la riche collection de la bibliothèque palatine, ainsi que les problèmes économiques rencontrés par les héritiers de Wechel à Francfort. Friedrich Sylburg décède cinq ans plus tard, en 1596, de la peste, ou d’épuisement. Il est enterré à Heidelberg tandis que ses livres sont achetés par l’avocat Johannes Gernand, qui les vend ensuite au philologue Jan Gruter, lequel est contraint de les laisser à Heidelberg lorsqu’il fuit les troupes impériales en 16221.

            Le talent et la renommée de Sylburg lui ont permis de s’attirer la protection des puissants de son temps tels que Philipp Conrad, Christoph Ernst, Guillaume IV et Louis IV, tous fils de Philippe Ier, landgrave de Hesse, et Margarethe von der Saale. Il côtoie également les grands intellectuels de son époque, dont Girolamo Zanchi ou Johannes Opsopoeus. Il exerce, en sus de ses activités éditoriales, de nombreux postes puisqu’il a été enseignant au Gymnasium de Neuhausen et à l’école du monastère de Lich où il enseignait le latin, le grec et le français. Il a également officié en tant que bibliothécaire à la bibliothèque palatine de Heidelberg avant d’être recommandé par le Sénat de l’université de cette même ville pour occuper la fonction de professeur de latin au sein de la prestigieuse institution. S’il n’a composé aucun ouvrage original au cours de sa vie, Sylburg a néanmoins travaillé en tant qu’éditeur scientifique sur de nombreuses éditions célèbres comme les Opera d’Aristote entre 1584 et 1587 ou une édition de plusieurs historiens romains entre 1588 et 1590. Il donne également l’édition princeps des œuvres de Denys d’Halicarnasse en 15862.

La dynastie Wechel

La carrière de Friedrich Sylburg est étroitement liée à l’atelier d’André Wechel -neveu du célèbre imprimeur parisien Chrétien Wechel-, il est connu pour être l’un des imprimeurs les plus riches et les plus influents de la ville de Francfort. Les deux Wechel sont ainsi à l’origine d’une des plus importantes dynasties d’imprimeurs humanistes, dynastie aux multiples ramifications, transcendant largement les frontières de l’Europe et qui perdurera jusqu’au début de la guerre de Trente Ans.

Marque de Chrétien Wechel, source : Sylvestre 921

L’histoire de cette dynastie commence lorsque Chrétien Wechel, né à Harentals dans le Brabant en 1495, décide de s’installer à Paris au début des années 1520. D’abord facteur de l’imprimeur bâlois Conrad Resch, il acquiert son fonds en 1526 et obtient des lettres de naturalisation du roi deux ans plus tard. Réputé pour la correction et la grande qualité de ses éditions, Wechel ne tarde pas à s’imposer dans le monde des imprimeurs humanistes et devient l’un des premiers typographes, avec Simon de Colline et Robert Estienne, à utiliser des caractères romains, grecs et hébraïques. La production de Wechel se scinde en trois grandes composantes : les impressions d’auteurs classiques et d’humanistes contemporains en langues anciennes (grec, latin et hébreu), les impressions en français, minoritaires, mais comportant des titres majeurs tels que le Tiers livre de Rabelais ainsi que les éditions en français des Emblèmes d’Alciat, et enfin, des ouvrages religieux, témoignant de son engagement en faveur de la Réforme protestante et des évangéliques français et allemands. Chrétien Wechel profite de la collaboration de plusieurs intellectuels de renom tels que Guillaume Budé ou Jacques Toussain ainsi que des médecins Guillaume Cop, Jean de la Ruelle et Jean Gunther, tous hellénistes, tous proches de François 1er. Les choix éditoriaux de Wechel lui ont toutefois attiré de nombreux ennuis avec les autorités religieuses. Le catalogue de l’éditeur comporte de nombreuses œuvres interdites par la faculté de théologie telles celles d’Érasme ou du penseur réformé Phillip Melanchton. On y trouve également le Tiers livre de Rabelais, dont la publication avait contraint son auteur à quitter la France, ainsi que la traduction latine de l’Axiochus de Platon qui avait conduit Étienne Dolet sur le bûcher seulement deux ans avant l’édition de Wechel. Ce dernier a toutefois évité ce funeste destin, et ne sera condamné qu’à des amendes au cours de sa carrière3.

Page de titre de Demosthenis Atheniensis rhetoris. Paris : Chrétien Wechel, 1547. [cote BDL : MSS & R. 122/1]

La Bibliothèque Diderot de Lyon ne conserve pas moins de 17 volumes sortis des presses de Chrétien Wechel. Cet échantillon de son travail est représentatif de sa politique éditoriale : on y découvre des ouvrages d’auteurs grecs antiques tels que Xénophon, Démosthène, Musée et Nicomaque de Gérase ainsi que d’auteurs grecs du Moyen-Âge comme Michel Psellos. Cet ensemble couvre de nombreux champs du savoir comme les mathématiques, la rhétorique, la poésie et la philosophie. Les ouvrages de la BDL témoignent également de l’intérêt de Wechel pour son temps puisque la bibliothèque possède deux ouvrages théoriques d’Albrecht Dürer ainsi qu’un exemplaire du Fides religio moresque Aethiopum, l’une des premières sommes sur la chrétienté en Éthiopie, rédigée par l’humaniste portugais Damiao de Gois, ouvrage qui valut à son auteur une condamnation pour hérésie luthérienne devant l’inquisition portugaise. Les ouvrages de Chrétien Wechel peuvent également entrer dans les thématiques du fonds Éducation puisque la BDL possède plusieurs traités de grammaire grecque, hébraïque et latine.

Marque d’André Wechel, source : Sylvestre 131

Chrétien Wechel décède en 1554, son atelier est repris par son neveu, André Wechel. Ce dernier est avant tout connu pour avoir été l’éditeur des poètes de la Pléiade. De ses presses sortent, durant les années 1550, les œuvres de Ronsard, Belleau, Jodelle, Dorat ou encore De Baïf et bien d’autres. Sur l’ensemble de cette école littéraire, seul Du Bellay ne confie pas ses textes à Wechel. Ce dernier n’abandonne toutefois pas les domaines qui avaient fait la réputation de son oncle, il publie encore de nombreux textes en langues anciennes comme les œuvres de Lucien de Samosate dont la BDL possède une partie. Il publie également des traités juridiques et médicaux ainsi que des livres de grammaire, encore une fois, très nombreux à la BDL. Dans ce domaine, les œuvres de Pierre de la Ramée sont surreprésentées. La présence de ce penseur calviniste assassiné durant la nuit de la Saint-Barthélemy dans le catalogue d’André Wechel permet d’effectuer le lien avec ses convictions protestantes ; il semble toutefois plus proche de la pensée luthérienne que de la pensée calviniste. Cette ouverture à une pensée religieuse plus typiquement germanique s’explique en partie par le fait que la maison des Wechel a toujours été un lieu de rendez-vous pour les étudiants et les intellectuels originaires du Saint-Empire séjournant à Paris. On notera également que la production d’œuvres savantes de Wechel est majoritairement destinée à l’export, vers Bâle et Francfort. En 1560, Wechel se lie avec Hubert Languet, diplomate en mission pour le compte de l’électeur de Saxe ; tous deux fréquentent les milieux protestants et les groupes étrangers en provenance du Saint-Empire. Wechel est emprisonné en 1562 et exilé en 1569. Présent à Paris lors des évènements de la Saint-Barthélemy, il ne doit sa survie qu’à Languet. Après cet épisode, et compte tenu de ses liens commerciaux et intellectuels avec les terres d’outre-Rhin, c’est à Francfort qu’il décide de s’exiler4.

André Wechel rejoint la ville de Francfort en 1572 et en devient citoyen la même année. Le choix de cette ville n’a pas été réalisé au hasard puisque la cité est réputée pour sa tolérance religieuse. De plus, il s’agit du lieu où se déroulent, deux fois par an, les célèbres foires. La ville représente donc un atout commercial d’envergure et donne une chance aux imprimeurs de s’inscrire dans le marché international du livre. André Wechel compte sur ses relations pour reprendre une carrière florissante au sein de cette ville libre. Il peut compter sur Hubert Languet pour le mettre en relation avec les auteurs et les puissants du Saint-Empire ; ainsi que sur ses gendres, Jean Aubry et Claude de Marne, libraires, à Vienne pour le premier et à Prague pour le second, afin de l’aider à construire un réseau commercial européen. André Wechel décède en 1581, probablement de la peste.

Marque d’André Wechel, source : Sylvestre 131

Ses deux gendres reprennent son commerce ; les affaires fonctionnent jusqu’en 1596, date à laquelle le conseil luthérien de la ville de Francfort refuse la liberté de culte aux calvinistes. Les deux imprimeurs délocalisent leurs presses à Hanau et étendent leur ramification à Bâle. Aubry décède en 1600 et De Marne dix ans plus tard ; il faut attendre la fin des années 1610 pour que leurs héritiers parviennent à réimplanter leurs presses à Francfort ; s’ensuivra une période de réussite commerciale sans précédent. La guerre de Trente Ans met fin à celle-ci à la fin des années 1620, le commerce du livre est perturbé ; la ville de Francfort est surclassée par Leipzig dès la fin de la guerre. L’épopée des presses wecheliennes se termine ici5.

La place des œuvres de Sylburg dans le catalogue de la maison Wechel

L’imprimerie Wechel est dépeinte comme une maison d’érudits au service de plusieurs causes européennes communes. Parmi ces dernières, on pourra citer la diffusion d’un calvinisme irénique, mais surtout, la diffusion d’un savoir humaniste par le biais du livre savant et des langues anciennes, seules aptes à rendre les frontières nationales caduques et à réunir les différents membres de la République des Lettres. Le catalogue des Wechel ne change pas après l’installation d’André à Francfort, et sa mort en 1581 ne modifie en rien cette situation. Si la maison Wechel a toujours été proche des humanistes et des grandes entreprises intellectuelles de son temps, il ne faut pas oublier que le livre est également un objet commercial qui obéit à des règles économiques. Les Wechel et leurs héritiers ne font pas exception et il est évident que leur succès est dû à leur engagement intellectuel autant qu’à leur habilité commerciale. L’installation d’André Wechel à Francfort en 1572 témoigne d’une volonté de s’inscrire dans un marché et de jouir de tous les avantages qu’il peut offrir. André Wechel profite, comme nous l’avons écrit, des liens qu’il avait noués avec le monde germanique dès les années 1560. Son amitié avec Hubert Languet lui permet de profiter des contacts de ce dernier, et lui assure la collaboration d’érudits de renom, mais également celle des puissants. Ces contacts permettent ainsi à Wechel d’obtenir des privilèges commerciaux pour protéger ses ouvrages de la concurrence. La proximité de la maison avec plusieurs diplomates comme Jacques de Bongars lui permet également d’obtenir des privilèges pour le Royaume de France. Ce vaste réseau a permis à la maison de profiter pleinement du commerce européen tout en se protégeant de la concurrence induite par une absence totale de règles en matière de commerce international. Enfin, les presses wecheliennes bénéficient d’un large réseau d’érudits, à Francfort, dans l’entourage d’Hubert Languet, en Bohême et en Hongrie autour de Jean Aubry et de Claude de Marne ; mais aussi à Heidelberg et jusqu’à Londres6.

Page de titre de Herodoti Halicarnassei Historiae libri IX. Francfort : chez les héritiers d’André Wechel, 1584. [cote BDL : 1R 69 098] et de Aristotelis physicæ auscultationis lib. 8. Francfort : chez les héritiers d’André Wechel, 1596. [cote BDL : 2RB 1840]

Les Wechel s’inscrivent donc dans un cercle érudit dont l’existence et les activités précèdent leur installation à Francfort. André Wechel avait emporté avec lui des matrices des Grecs du roi, lors de sa fuite en 1572. La possession de ces caractères typographiques a permis à la maison de se rapprocher des hellénistes et de continuer la publication d’auteurs grecs. Si les textes sont déjà connus, le cercle d’érudits qui gravite autour de la maison Wechel renouvelle les éditions et apporte parfois quelques textes inédits. Friedrich Sylburg fait partie de ce cercle, la BDL conserve plusieurs traces de son travail avec les Wechel : on citera notamment les œuvres d’Hérodote publiées en 1584. On notera également que les Wechel profitent toujours du travail de Sylburg après la fin de leur collaboration en 1591, comme en témoignent les éditions d’Aristote et de Xénophon conservées à la BDL. La bibliothèque possède également un ouvrage publié chez Jérôme Commelin en 1597 à Heidelberg ; il s’agit d’un volume compilant les œuvres de plusieurs poètes gnostiques. La similitude entre cet ouvrage et ceux publiés chez les Wechel prouve que l’impression d’ouvrages savants en grec et en latin n’était pas l’apanage d’un établissement, mais s’inscrivait dans un grand marché européen et dans le contexte intellectuel d’une époque. La personne de Friedrich Sylburg s’inscrit pleinement dans ce mouvement culturel et commercial, résolument européen7.

Page de titre de Dyonisii Halicarnassei Scripta, qua extant, omnia, et Historica, et Rhetorica. Leipzig : Georg Weidmann, 1691. [cote BDL : 3RE 3676-1] et de Dionysii Halicarnassei tomus II, rhetoricos ejus et criticos libros continens. Leipzig : Georg Weidmann, 1691. [cote BDL : 3RE 3676-2]

L’ouvrage du don Belin tient une place à part dans cet ensemble. En effet, si l’édition princeps des œuvres de Denys d’Halicarnasse par Sylburg est bel et bien parue chez les héritiers d’André Wechel en 1586, l’édition dont nous disposons date de 1691 et sort de presses de l’imprimeur Moritz Georg Weidmann à Leipzig. La présence de cet ouvrage dans nos collections nous renseigne sur la postérité des études humanistes. En effet, comme nous l’avons indiqué, la dynastie Wechel s’éteint durant la guerre de Trente Ans, les communications en Europe deviennent de plus en plus compliquées et le marché international du livre s’essouffle peu à peu. La fin de la guerre en 1648 marque également un tournant pour l’histoire du livre puisque le commerce européen de l’imprimé ne se reconstitue pas. Les grandes études humanistes sur les auteurs antiques et sur les pères de l’Église, massifs ouvrages in-folio destinés à une clientèle érudite et internationale, ne trouvent plus guère preneur. On assiste alors à la montée en puissance d’ouvrages en langue vernaculaire : littérature de dévotion, ouvrages scientifiques, histoire nationale, philosophie cartésienne et littérature plaisante. Cette réalité nouvelle incite les imprimeurs à se replier sur les marchés nationaux. Les foires de Leipzig supplantent alors celles de Francfort, mais le commerce du livre y est résolument germanophone, là où les foires de Francfort mettaient à l’honneur la littérature savante en langues anciennes. Dans ce contexte, la présence du volume de Sylburg semble anachronique, d’autant qu’il s’agit d’un volumineux in-folio à la page de titre rubriquée. Toutefois, il semble que le travail de Sylburg ait réellement traversé les siècles puisque la BDL conserve une compilation d’auteurs antiques réunis et commentés par Sylburg et publiés en 1780. Si l’éditeur a préféré adopter le format in-8, plus économique et plus aisé à écouler, il demeure fidèle au grec et au latin et ne choisit pas la traduction en langue vernaculaire8.

Page de titre de Theognidis, Phocylidis, Pythagorae, Solonis & aliorum poemata gnomica. Heidelberg : Jérôme Commelin, 1597. [cote BDL : 1R 34770] et de : Scriptores physiognomoniae veteres. Altenburg : Gotlob Emmanuel Richter, 1780. [cote BDL : 19674]

Billet rédigé par Victor REVEILLON
(Master Histoire, civilisations et patrimoine, parcours Cultures de l’écrit et de l’image, ENSSIB)

Sources

ADAMANTIUS, ARISTOTE, MELAMPUS, POLEMON. Scriptores physiognomoniae veteres. Altenburg : Gotlob Emmanuel Richter, 1780. [cote BDL : 19674]

ARISTOTE. Aristotelis physicæ auscultationis lib. 8. Francfort : chez les héritiers d’André Wechel, 1596. [cote BDL : 2RB 1840]

CLÉNARDUS Nicolaus. Tabula in grammaticen hebraeam autore Nicolao Clenardo. Paris : Chrétien Wechel, 1540. [cote BDL : 1R 45251-5]

COLLECTIF. Theognidis, Phocylidis, Pythagorae, Solonis & aliorum poemata gnomica. Heidelberg : Jérôme Commelin, 1597. [cote BDL : 1R 34770]

DÉMOSTHÈNE. Demosthenis Atheniensis rhetoris. Paris : Chrétien Wechel, 1547. [cote BDL : MSS & R. 122/1]

DÉMOSTHÈNE. Demosthenis & Aeschinis Epistolae. Paris : Chrétien Wechel. 1546. [Cote BDL : Mss. & R. 122/2]

DÜRER Albrecht. Alberti Dureri pictoris et architexti praestantissimi de Urbibus, arcibus. Paris : Chrétien Wechel, 1535. [Cote BDL : 490/2]

GOÏS Damiao. Fides, Religio, moresque. Paris : Chrétien Wechel, 1541. [Cote BDL : 1R 43619]

HALICARNASSE Denys d’. Dyonisii Halicarnassei Scripta, qua extant, omnia, et Historica, et Rhetorica. Leipzig : Georg Weidmann, 1691. [cote BDL : 3RE 3676-1]

HALICARNASSE Denys d’. Dionysii Halicarnassei tomus II, rhetoricos ejus et criticos libros continens. Leipzig : Georg Weidmann, 1691. [cote BDL : 3RE 3676-2]

HÉRODOTE. Herodoti Halicarnassei Historiae libri IX. Francfort : chez les héritiers d’André Wechel, 1584. [cote BDL : 1R 69 098]

MUSÉE. Musaei opusculam de Herone et Leandro. Paris : Chrétien Wechel, 1538. [Cote BDL : 1R 42783-4]

PSELLOS Michail. Pselli Arithmetices compendium. Paris : Chrétien Wechel, 1538. [Cote BDL : 1R 180354-2]

RAMÉE Pierre de la. Grammaire de P. De La Ramee. Paris : André Wechel, 1572. [cote BDL : 1R 34700]

SAMOSATE Lucien de. Luciani Samosatensis De non temerè credendo calumniae. Paris : André Wechel, 1558. [Cote BDL : Mss. & R. 122/6]

XÉNOPHON. Xenophontis sive Tyrannus. Paris : Chrétien Wechel, 1547. [Cote BDL : Mss. & R. 122/3]

XÉNOPHON. Xenophontis, philosophi et Imperatoris clarissimi. Francfort : chez les héritiers d’André Wechel, 1596-1599. [cote BDL : 1483]

Bibliographie

AQUILON Pierre et MARTIN Henri-Jean (dir.). Le livre dans l’Europe de la Renaissance, actes du XVIIIcolloque international d’études humanistes de Tours. Paris : Promodis, 1988. 586 p. Histoire du livre. ISBN : 2-903181-65-9.

ARMSTRONG Elizabeth. The origins of Chrétien Wechel re-examined. Bibliothèques d’humanisme et Renaissance [En Ligne]. 1961 [consulté le 12 juin 2022], Vol. 23 (2). p. 341-346. Disponible sur le web : <https://www-jstor-org.acces.bibliotheque-diderot.fr/stable/20674296?sid=primo&seq=1>. EISSN : 2418-7135.

BÉNÉVENT Christine, CHARON Annie, DIU Isabelle et VÈNE Magali (études réunies par). Passeurs de textes, imprimeurs et libraires à l’âge de l’humanisme. Paris : école des chartes, 2012. 302 p. Études et rencontres de l’école des chartes. ISBN : 978-2-35723-029-3.

CHARTIER Roger et MARTIN Henri-Jean (dir.). Histoire de l’édition française, tome 1 : Le livre conquérant, du Moyen Âge au milieu du XVIIème siècle. 2e éd.Paris : Fayard, 1989. 793 p. Cercle de la Librairie. ISBN 978-2-213-02399-1.

GUILLEMINOT Geneviève. André Wechel et la Pléiade (1555-1559). Australian journal of French studies [En ligne], 1980 [consulté le 14 juin 2022], Vol. 17 (1), p. 65-72. Disponible sur le web : <https://bit.ly/3R5Gykh>. ISSN : 0004-9468.

HUBERT Élie. Chrétien Wechel, imprimeur à Paris. Gutenberg-Jahrbuch [En Ligne]. 1954 [consulté le 12 juin 2022], Vol. 23. p. 181-197. ISSN : 0072-9094.

LABARRE Albert. Éditions et privilèges des héritiers d’André Wechel à Francfort et à Hanau, 1582-1627. Gutenberg-Jahrbuch [En Ligne]. 1970 [consulté le 12 juin 2022], Vol. 40. p. 238-250. ISSN : 0072-9094.

MACLEAN Ian. André Wechel at Frankfurt. Gutenberg-Jahrbuch. [En Ligne]1988 [consulté le 12 juin 2022], Vol. 63. p. 146-176. ISSN 0072-9094.

PREISENDANZ Karl. Friedrich Sylburg als Verlagsberater. Gutenberg-Jahrbuch [En Ligne]. 1937 [consulté le 12 juin 2022], Vol. 14. p. 193-202. ISSN : 0072-9094.

Sitographie

BACH Maximilian. Friedrich Sylburg (1536-1596), enquête bio-bibliographique. Traduit par Céline Bohnert. Dans : Natale Conti, Mythologia, 1567-1627 : un laboratoire éditorial [En ligne]. [consulté le 12 juin 2022]. Disponible sur le web : <https://eman-archives.org/Mythologia/friedrich-sylburg>.

BACH Maximilian. André Wechel (15.. – 1581). Enquête bio-bibliographique. traduit par Laure-Anne Vincent-Aponte. Dans : Natale Conti Mythologia 1567-1627 : un laboratoire éditorial [En ligne]. [consulté le 13 juin 2022]. Disponible sur le web :<https://eman-archives.org/Mythologia/andre-wechel>.



Citer ce billet
Interfaces/fonds anciens BU Lyon (2022, 24 juillet). Une édition humaniste issue du don Belin. Interfaces. Livres anciens de l'Université de Lyon. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m09n

  1. BACH Maximilian. Friedrich Sylburg (1536-1596). Enquête bio-bibliographique. Traduit par Céline Bohnert. Dans : Natale Conti, Mythologia, 1567-1627 : un laboratoire éditorial [En ligne]. [consulté le 12 juin 2022]. Disponible sur le web : < https://eman-archives.org/Mythologia/friedrich-sylburg >. Ainsi que : PREISENDANZ Karl. Friedrich Sylburg als Verlagsberater. Gutenberg-Jahrbuch [En Ligne]. 1937 [consulté le 12 juin 2022], Vol. 14. p. 193-202. []
  2. Idem []
  3. BACH Maximilian. André Wechel (15.. – 1581), enquête bio-bibliographique. traduit par Laure-Anne Vincent-Aponte. Dans : Natale Conti Mythologia 1567-1627 : un laboratoire éditorial [En ligne]. [consulté le 13 juin 2022]. Disponible sur le web : <https://eman-archives.org/Mythologia/andre-wechel>. Ainsi que : HUBERT Elie. Chrétien Wechel, imprimeur à Paris. Gutenberg-Jahrbuch [En Ligne]. 1954 [consulté le 12 juin 2022], Vol. 23. p. 181-197. []
  4. GUILLEMINOT Geneviève. André Wechel et la Pléiade (1555-1559). Australian journal of French studies [En ligne], 1980 [consulté le 14 juin 2022], Vol. 17 (1), p. 65-72. Disponible sur le web : <https://bit.ly/3R5Gykh> []
  5. MACLEAN Ian. L’Économie du livre érudit : le cas Wechel (1572-1627). Dans : AQUILON Pierre et MARTIN Henri-Jean (dir.). Le livre dans l’Europe de la Renaissance, actes du XVIIIcolloque international d’études humanistes de Tours. Paris : Promodis, 1988. p. 230-240. []
  6. Idem, ainsi que : MACLEAN Ian. André Wechel at Frankfurt. Gutenberg-Jahrbuch. [En Ligne] 1988 [consulté le 12 juin 2022], Vol. 63. p. 146-176. []
  7. Idem []
  8. MARTIN Henri-Jean. Renouvellement et concurrence. Dans : CHARTIER Roger et MARTIN Henri-Jean (dir.). Histoire de l’édition française, tome 1 : Le livre conquérant, du Moyen Âge au milieu du XVIIème siècle. 2e éd.Paris : Fayard, 1989. p. 472-501. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search