Sur les éditions de Charlotte Guillard conservées à la Bibliothèque Diderot de Lyon

On sait aujourd’hui que les femmes ont joué un rôle central dans le fonctionnement du commerce du livre durant les premiers siècles de l’imprimé1 bien que leur rôle ait longtemps été sous-évalué et mal documenté par l’historiographie2. Cette réalité connaît une évolution notoire depuis une trentaine d’années, puisque la question a fait l’objet de plusieurs publications de natures diverses3. Ce corpus nous permet de mieux appréhender la place des filles, des veuves et des épouses dans les processus de fabrication et de diffusion du livre ; il donne également une masse importante d’informations biographiques permettant de mieux connaître certaines figures féminines de la librairie d’Ancien Régime.

            Parmi ces dernières, celle de Charlotte Guillard a fait l’objet d’une attention certaine, comme en témoignent les études anciennes et modernes qui lui ont été dédiées. Son nom apparaît une première fois sous la plume de J. De La Caille dans son Histoire de l’Imprimerie et de la Librairie publiée en 1689 ; puis sous celle d’André Chevillier dans l’Origine de l’Imprimerie de Paris, en 16944. Charlotte Guillard réapparaît en 1896 dans un article de Joseph Dumoulin, alors jeune chartiste5, et fait l’objet, en 1983, d’une étude se basant sur des actes alors inédits. Charlotte Guillard est également le sujet d’une thèse de doctorat, soutenue en 2014 par Rémi Jimenes. Celui-ci remarque que les études mentionnées ci-dessus s’appuient exclusivement sur des documents d’archives, excluant ainsi les ouvrages publiés au Soleil d’Or. Le chercheur souhaite donc replacer la figure de Charlotte Guillard dans l’histoire de l’enseigne et dans une analyse globale du fonctionnement de la librairie parisienne au cours de la Renaissance. Ce parti pris permet de s’extraire d’une analyse purement biographique, d’éviter l’écueil hagiographique et de ne pas se limiter à la seule analyse du rôle de la femme dans la librairie. Enfin, la prise en compte des ouvrages publiés par Guillard replace l’étude dans l’histoire de l’imprimerie6 et de ses conditions de développement.

            Nous nous appuierons grandement sur cette démarche puisque nous avons décidé de consacrer un premier billet à la vie de Charlotte Guillard et aux relations qu’elle entretient avec la librairie parisienne du XVIe siècle. Un second billet suivra afin de donner les grandes lignes de l’histoire du Soleil d’Or tout en offrant une analyse de sa politique éditoriale ; analyse qui s’appuiera sur les ouvrages de la bibliothèque Diderot de Lyon.

Les origines familiales de Charlotte Guillard

            On ne sait que peu de choses sur les origines familiales de Charlotte Guillard ; fille de Jacques Guillard et de Guillemine Savary, elle naît probablement à la fin des années 1480 ou au début des années 14907. Les documents conservés à propos de la famille Guillard permettent de situer les origines géographiques de Charlotte au sud-est de la Province du Maine, à une vingtaine de kilomètres du Mans8. La famille Guillard appartient très certainement à un milieu aisé, capable de fournir une éducation à ses enfants, de leur léguer des terres et de les marier à des partis avantageux9. Les parents de Charlotte possèdent une métairie dont ils tirent avantage, tandis que les proches de la future libraire appartiennent au monde du commerce et de l’artisanat10. D’autres branches de la famille se distinguent par leur carrière au sein de la robe : les Guillard sont rattachés aux Aubert, importante famille de juristes originaires de Saint-Calais. Il est également probable que le père de Charlotte ait exercé des fonctions liées à la robe11.

            Si l’on ne connaît pas les raisons exactes qui ont poussé Charlotte Guillard a quitté le Maine pour s’installer à Paris, nous sommes en bon droit de penser que ce voyage s’inscrit dans un projet d’ascension sociale, par le biais de la librairie. Si les inégalités de richesse règnent au sein des métiers du livre12, ceux qui parviennent à se faire un nom et une situation dans la profession jouissent bien souvent d’une grande renommée. De plus, les métiers du livre se distinguent de plus en plus des arts mécaniques, ce qui assure aux membres de la corporation un statut plus noble que celui des autres commerçants, ainsi qu’un office protégé par des privilèges assurés13 ; cette situation étant principalement due à la proximité entre la librairie et l’Université. Dans ce contexte, la librairie a joué, au même titre que la robe, un rôle d’ascenseur social pour les héritiers de la bourgeoisie marchande. Le cas de Charlotte Guillard n’est donc pas isolé puisque l’on sait que 60 % des apprentis d’alors ne viennent pas d’Ile de France et que trois quarts ne sont pas issus d’une famille de libraires14. Ainsi, si les Guillard n’appartiennent pas au monde du livre, plus de dix neveux et nièces de Charlotte intègrent ce milieu ; leur situation est similaire à celle des Gromors, famille champenoise dont quatre des huit enfants ont fait carrière dans la librairie15.

Premier mariage

            Dans, ce contexte, il est possible d’envisager que le départ de Charlotte Guillard pour Paris se soit réalisé dans le cadre d’un mariage négocié depuis le Maine avec le libraire Berthold Rembolt. Originaire d’Obernai, en Alsace, Rembolt est un homme dont la réputation n’est plus à faire : il est associé, depuis 1494, avec l’un des premiers typographes parisiens, Ulrich Gering, à l’enseigne du Soleil d’Or, rue de la Sorbonne16. Ulrich Gering fait partie, avec Martin Crantz et Michael Friburger des trois typographes allemands qui, les premiers, ont installé un atelier typographique en France, dans les locaux de la Sorbonne, avant de s’installer au cœur du Quartier Latin, à l’enseigne du Soleil d’Or17. Lorsque Charlotte Guillard épouse Berthold Rembolt, ce dernier est un homme mûr, il est déjà veuf et a reçu une formation universitaire à Tübingen puis à Paris où il est reçu Bachelier en 1487 et maître ès arts en 148818. Le libraire alsacien joue alors un rôle de premier plan au sein de l’atelier, la plupart des livres qui sortent de ses presses ne présentent que le nom de Rembolt. Le succès de ce dernier est tel qu’au moment de son mariage avec Charlotte Guillard, probablement au cours de l’année 1507, le couple est en mesure de contracter un bail emphytéotique pour une maison appartenant à la Sorbonne, située rue Saint-Jacques19. Cette acquisition répond à un enjeu matériel immédiat : Ulrich Gering est sur le point de prendre sa retraite20 ; Rembolt a donc besoin d’un nouveau local pour entreposer son matériel ainsi que pour loger sa famille et ses employés. L’installation du Soleil d’Or à cette nouvelle adresse permet à l’entreprise de gagner en importance, on compte alors six presses, qui donnent naissance à 106 éditions différentes en dix ans. Rembolt se spécialise dans les ouvrages de droit savant et profite de ses relations avec les milieux universitaires pour collaborer avec des figures du premier humanisme parisien tel que l’helléniste Jérôme Aléandre ou le jeune Geoffroy Torry21.

Marques typographiques utilisées par Berthold Rembolt, Sylvestre 2, 3 et 658

Second mariage

            Berthold Rembolt décède fin 1518 ou début 1519, sans laisser d’héritiers ; n’ayant pas de proches parents en France, sa veuve hérite du Soleil d’Or. Si les usages de la corporation autorisent cette dernière à administrer seule l’entreprise de son défunt mari, elle décide de se remarier, et prend pour époux le libraire Claude Chevallon ; ce dernier possède une petite boutique rue Saint-Jean-De-Latran à l’enseigne du Saint-Christophe. Pour le modeste artisan qu’est Chevallon, cette union représente une chance inespérée d’ascension sociale ; puisqu’il peut ainsi mettre la main sur un atelier prospère et réputé22. Rapidement, Chevallon s’impose comme un commerçant habile et maintient la réputation savante du Soleil d’Or en se montrant sensible aux innovations de l’humanisme. S’il continue à publier les ouvrages qu’il donnait au Saint-Christophe tel que les Sermons de Guillaume Pépin,

Page de titre des Sermones Quadragesimales de Guillaume Pépin, édités par Claude Chevallon au Soleil d’Or en 1523 [cote BDL : Mss. & R. 66]

il va poursuivre la spécialisation du Soleil d’Or dans le droit savant et s’ouvrir à la médecine. Plus important encore, Chevallon se spécialise dans la littérature patristique, s’appropriant ainsi une niche commerciale que les ateliers parisiens n’exploitent pas encore. On voit alors sortir de ses presses de volumineux in-folio, donnant les œuvres complètes de Saint Bernard, Saint Ambroise ou Saint Augustin. Ces éditions sont accompagnées de solides appareils critiques, réalisés par les plus grands humanistes d’alors : Germain de Brie, Jean Benoît ou encore Érasme dont la bibliothèque Diderot de Lyon possède deux éditions des Apophtegmes éditées par Charlotte Guillard23. Pour ce qui est de l’évolution formelle de l’atelier, Chevallon cesse d’utiliser les caractères gothiques et fait graver une police romaine.

Page de titre des Apophtegmes, édités par Charlotte Guillard en 1538 [cote BDL : 1R 42916]
Marques typographiques utilisées par Claude Chevallon, Sylvestre 296, 295, 395

Veuvage et fin de vie

            Fort de sa brillante carrière, Chevallon devient très vite notable du Quartier Latin ; le couple jouit alors d’une aisance financière certaine et acquiert de nombreux biens immobiliers à Paris, dont la maison du Rouet d’Or, en face de leur boutique. Ces trois décennies de mariage ont permis à Charlotte Guillard de s’initier aux réalités du commerce et de la librairie. Si elle n’est pas encore à la tête de l’entreprise, elle participe pleinement de son bon fonctionnement, et prend la plupart des décisions à égalité avec ses deux maris successifs24. Forte de cette expérience, Charlotte fait le choix de ne pas se remarier après le décès, en 1537, de son second époux, et de prendre en main l’atelier qu’elle hérite de ce dernier. Entre 1537 et 1557, Charlotte Guillard publie 181 éditions différentes pour une moyenne de neuf par an. La nouvelle propriétaire du Soleil d’Or conserve, durant toute la période, la double spécialité éditoriale héritée de ses défunts époux. Les sources bibliques et le droit savant représentent alors les trois quarts de la production du Soleil d’Or. Si l’on se concentre plus spécifiquement sur l’importance matérielle des publications, la littérature patristique représente, à elle seule, les deux tiers de l’ensemble ; ceci n’est pas étonnant lorsque l’on sait le caractère massif de ce type de publication. Le fait que Charlotte Guillard soit parvenu à se spécialiser dans ce type de livre témoigne de ses grandes qualités de commerçante et de la masse considérable de capitaux alors à sa disposition. S’il on ne peut pas évaluer avec précision la puissance financière de l’enseigne, il est certain qu’elle compte parmi les imprimeries les plus puissantes de la capitale, ne connaissant peu, voire aucun rival pour ce qui est de la patristique25.

Répartition thématique de la production du Soleil d’Or (1538-1556), en nombre d’éditions, source : JIMENES Rémi. Charlotte Guillard, une femme imprimeur à la Renaissance
Répartition thématique de la production du Soleil d’Or (1538-1556), en nombre de feuilles, source : JIMENES Rémi. Charlotte Guillard, une femme imprimeur à la Renaissance

En sus de ses qualités commerciales indéniables, Charlotte Guillard maintient l’engagement intellectuel de son atelier en faveur de la République des Lettres et de l’humanisme. L’enjeu de la littérature patristique est également philologique : les textes mis sous presses au Soleil d’Or avaient été recopiés à de multiples reprises au cours du Moyen-Âge, mais de nombreuses fautes et altérations avaient modifié leur sens. Charlotte Guillard a donc su s’entourer de la fine fleur de l’humanisme parisien afin de donner au public des éditions d’une grande rigueur intellectuelle, comprenant index, corrections et variantes textuelles. Cette rigueur intellectuelle est soulignée par les contemporains de Charlotte : à la fin des années 1530, Jean Hucher rédige une postface qui figure à la fin d’une paraphrase de Georges Pachymère sur Denys l’Aréopagite, dans laquelle une filiation est établie entre Guillard, ses deux époux et les grands pionniers de la typographie. Notre libraire y est présentée comme une travailleuse acharnée au service des Lettres, aux antipodes des imprimeurs qui cèdent à l’avarice et à la cupidité26.

Marques utilisées par Charlotte Guillard, Sylvestre 1229

Les héritiers de Charlotte Guillard

            Comme nous l’avons indiqué plus haut, l’entrée de Charlotte Guillard dans le monde de la librairie obéit très certainement à des stratégies d’ascension sociale mises en place par sa famille. Devenue seule maîtresse de son commerce, Charlotte s’emploiera à installer ses proches dans la profession afin de garantir l’avenir de son entreprise après sa mort. Rien d’étonnant à cela si l’on songe au fait que la famille, chez les marchands d’Ancien Régime, est bien souvent assimilée à l’entreprise qu’elle détient. Dans le monde du livre, comme ailleurs, l’endogamie est la norme puisque près de la moitié des mariages contractés par les membres de cette profession sont endogamiques27. Veuve et sans enfants, Charlotte Guillard a su construire un véritable clan commercial en s’appuyant sur ses neveux et nièces28. Sur les 28 neveux et petits-neveux de Charlotte Guillard, treize font carrière dans les métiers du livre, alors que la fratrie de la propriétaire du Soleil d’Or ne compte aucun libraire29.

Généalogie descendante de Charlotte Guillard. Le signe × indique les mariages. L’ordre des naissances, généralement inconnu n’est pas respecté. Les cartouches grisés signalent les parents ayant exercé dans les métiers du livre. Le point d’interrogation indique une incertitude quant au rattachement d’une branche à un parent. Source : JIMENES Rémi. Charlotte Guillard, une femme imprimeur à la Renaissance.

Charlotte Guillard représente le pilier central de cette grande affaire familiale, si elle ne se remarie pas après le décès de son second époux, elle n’exerce pas seule, mais fait venir ses neveux et nièces restés dans le Maine afin de les intégrer dans le monde de la librairie parisienne30. Les hommes (Guillaume et Alexandre Guillard, Jean Bandeau, etc.) entrent très certainement en apprentissage au Soleil d’Or31, tandis que des alliances familiales sont nouées par mariage : Michelle Guillard épouse Guillaume Desboys, Pérette Bogard épouse Martin le jeune, Madeleine Baudeau épouse Sébastien Nivelle. Jacques Bogard épouse, quant à lui, Émée Thouzat, nièce du lecteur royal Jacques Thouzat et veuve de l’imprimeur Conrad Néobar32. En sus de cela, Charlotte Guillard prépare scrupuleusement sa succession. N’ayant pas d’enfants, ses biens doivent, selon la coutume, revenir à ses frères et sœurs ; or, elle décide de la contourner afin de transmettre son patrimoine à ses neveux et nièces, installés dans les affaires de librairie. Elle contribue ainsi généreusement à la dot de ses nièces Madeleine Baudeau et Marie Bogart. Elle fournit également d’importantes sommes d’argent à son neveu par alliance, Guillaume Desboys33.

            Le Soleil d’Or, le Rouet, La Couture, la Queue de Renard, Le Croissant, la Croix-Blanche, l’image Sainte-Barbe et le Saint-Christophe : Au total, ce sont huit boutiques situées rue Saint-Jacques appartenant au clan Guillard. Ces possessions comprennent également la plupart des biens ayant appartenu à Claude Chevallon34. Cette concentration permet d’accroître les capacités logistiques de chacun, le Soleil d’Or devenant ainsi une entreprise gérée collectivement, gagnant, de fait, en importance. Il faut également tenir compte du fait que les Haultin et les Desboys ont conservé des attaches dans le Maine, étendant ainsi les ramifications du Soleil d’Or en dehors de Paris35. Les vingt années de carrière de Charlotte Guillard se scindent ainsi en deux : durant les dix premières, elle administre seule son entreprise, aidée de nombreux employés et érudits et travaillent en collaboration avec des libraires extérieurs à sa parentèle. La BDL possède plusieurs éditions partagées de cette période où le nom de Charlotte Guillard apparaît aux côtés de celui de plusieurs grands libraires parisiens.

Pages de titre des deux tomes du Nouveau Testament gréco-latin d’Érasme édité par Charlotte Guillard et Jean de Roigny [cote BDL : 1R 42458-1 et 1R 42458-2]
Page de titre de In omnes beati Pauli Epistolas Comentaria, édition partagée entre Charlotte Guillard, Maurice de la Porte, Poncet le Preux, Jean Loys, Jean Macé et Pierre Regnault [cote BDL : 4065-1]

Les choses changent à partir de 1546, les éditions partagées se font en collaboration avec ses proches. Agée et épuisée, Charlotte peut alors se placer en retrait des affaires et laisser son commerce entre les mains de ses héritiers36. Ces derniers s’associent une dernière fois pour la publication d’une imposante bible en format in-folio portant, en guise d’adresse, la seule mention : Apud haeredes Carolae Guillard. Cette courte formule indique à la fois la disparition de la propriétaire du Soleil d’Or et la reprise en main de son commerce par ses héritiers.

Page de titre de la Vulgate éditée par les héritiers de Charlotte Guillard [cote BDL : 1262]

Lorsque Charlotte Guillard hérite du Soleil d’Or, elle hérite d’une enseigne dont les origines remontent à l’introduction de l’imprimerie en France. Elle s’emploiera, toute sa vie durant à accroître la renommée de son commerce ; son action a ainsi marqué d’une empreinte indélébile le monde du livre parisien37. S’il est impossible, en si peu de ligne, de rendre compte de l’ensemble des ramifications de sa postérité, nous pouvons tout de même évoquer le destin de certains de ses parents. Pierre Haultin entre dans la librairie parisienne et collabore avec son frère Jean, resté dans le Maine. Très vite, les deux hommes sont rattrapés par les évènements historiques ; Pierre est contraint de s’exiler à Lyon, Genève puis La Rochelle où il mène une carrière de libraire au service de la Réforme protestante. Jean partage manifestement les convictions religieuses de son frère puisque sa boutique est mise à sac durant les guerres de religion38. L’héritage de Charlotte Guillard est essentiellement incarné par deux de ses neveux : Sébastien Nivelle et Guillaume Desboys. Ils rachètent les parts de Charlotte Guillard à leurs cohéritiers et poursuivent l’entreprise de publication des Pères de l’Église. À la mort de Desboys, Nivelle rachète ses parts et fonde, avec d’autres, la compagnie dite de la Grand’Navire. Cette association de libraires entre en situation de monopole et inonde l’Europe d’éditions de patristique. Elle s’inscrit dans le contexte des guerres de religion et dans le mouvement de la Contre-Réforme catholique. Nivelle perpétue donc la politique éditoriale de sa tante en fondant un empire commercial inégalé pour l’époque. Ce succès s’inscrit dans une conjoncture particulière : la France traverse une grave crise avec les guerres de religion tandis que le Concile de Trente prépare le programme de la Contre-Réforme pour lutter contre le protestantisme. Fervent catholique, Nivelle met la puissance de son entreprise et l’héritage éditorial de sa tante au service de ses convictions religieuses et s’implique dans les troubles de son temps.

Marques de Guillaume Desboys et de Sébastien Nivelle, Sylvestre 226 et 201

Portraits de Charlotte Guillard

            Les historiens ont souvent eu une vision très idéalisée de Charlotte Guillard, la présentant comme la première femme imprimeur d’importance, voire comme une agitatrice au sein de la librairie du XVIsiècle39. Cette image est déjà cultivée du vivant de la principale intéressée, plusieurs pièces liminaires insérées dans les éditions du Soleil d’Or présentent Charlotte Guillard comme une véritable polymathe capable de s’occuper de tous les aspects du processus éditorial et qui se voue corps et âme à la République des Lettres. Une telle image relève du topos et de l’éloge convenu ; de plus, aucune étude actuelle n’appuie cette hypothèse ; bien au contraire, on ne sait que peu de chose sur le degré de compétence des femmes qui ont travaillé en librairie. On sait, en revanche, que beaucoup n’avaient aucune formation intellectuelle et que de grands propagateurs de l’humanisme tel que Froben, l’imprimeur d’Érasme, ne parlaient pas un mot de latin. S’il est probable que Charlotte Guillard sache lire et écrire, il semble, en revanche, impossible qu’elle se soit distinguée en tant qu’intellectuelle. Il n’y a, en réalité, rien d’étonnant à cela : une seule personne ne peut assumer l’entièreté des tâches propres à une entreprise éditoriale, qui est nécessairement collective. Le génie de Charlotte Guillard a été d’être à la tête de l’un des plus puissants ateliers typographiques parisiens et d’assurer sa postérité. La tâche de Charlotte Guillard restait lourde au vu de la taille de son atelier, elle devait surveiller les finances, avoir une analyse fine du marché et garantir la cohérence de la politique éditoriale de son établissement. Force est de constater qu’elle a été des plus talentueuses en la matière. Pour ce qui est de la dimension intellectuelle et philologique des travaux, le mérite revient aux différents chefs d’ateliers et autres correcteurs et éditeurs scientifiques ayant travaillé pour le Soleil d’Or. Dans ce domaine, le rôle de Guillard a été de choisir son entourage et ses employés avec un grand discernement, et de collaborer avec les plus grands humanistes de son temps40.

Billet rédigé par Victor REVEILLON
(Master Histoire, civilisations et patrimoine, parcours Cultures de l’écrit et de l’image, ENSSIB)

Sources

[Biblia, N.T. ; Grec, Latin]. Novum Testamentum Graece et Latinè. Paris : Jean de Roigny et Charlotte Guillard, 1543. Traduit du grec par Érasme, édition de Jacques Thouzat. 2 tomes. [Cote BDL : mag 11 ; 1R 42458-1 et 1R 42458-2]

[Biblia ; Latin]. Bblia Sacra Veteris et Novi Testamenti Juxta Vulgatam. Paris : chez les héritiers de Charlotte Guillard, 1558. [Cote BDL : Rés 1 ; 1262]

DENIS LE CHARTREUX. In omnes beati Pauli Epistolas Comentaria. Paris : Charlotte Guillard, Maurice de la Porte, Poncet le Preux, Jean Loys, Jean Macé et Pierre Regnault, 1539. [Cote BDL : Rés 2 ; 4065-1]

DENIS LE CHARTREUX. In vii epistolas canonicas. Jacobi. I. Petri II. Johannis III. Judæ I. Ejusdem. In Acta apostolorum, Apocalypsim, Hymnos ecclesiasticos piae ac eruditae enarrationes. Paris : Charlotte Guillard, Maurice de la Porte, Poncet le Preux, Jean Loys, Jean Macé et Pierre Regnault, 1539. [Cote BDL : Rés 2 ; 4065-2]

ÉRASME Didier. Les Apophtegmes. Paris : Charlotte Guillard, 1539. Traduit du latin par Antoine Macault. [Cote BDL : 1R 42916]

ÉRASME Didier. Les Apophtegmes. Paris : Charlotte Guillard, 1543. Traduit du latin par Antoine Macault. [Cote BDL : 1R 044]

PÉPIN Guillaume. Sermones Quadragesimales. Paris : Claude Chevallon, 1523. [Cote BDL : Rés 2 : Mss & R. 66]

Bibliographie

BEECH Béatrice. « Charlotte Guillard, a Sixteenth Century Business Woman » Renaissance Quarterly [En Ligne]. 1983 [consulté le 4 mai 2022], vol. 36, n° 3, p. 345-367. Disponible en ligne : <https://www.jstor.org/stable/2862159?origin=crossref&sid=primo&seq=1>. ISSN : 1935-0236

DUMOULIN Joseph. « Charlotte Guillard, imprimeur au XVIsiècle ». Dans : Bulletin du bibliophile et du bibliothécaire.1896. p. 579-584. ISSN : 0152-0571

JIMENES Rémi. Charlotte Guillard, une femme imprimeur à la Renaissance. Préface de Roger Chartier. Rennes : presses universitaires de Rennes ; Tours : presses universitaires François Rabelais, 2017. 303 p. « Renaissance ». ISBN : 978-2-7535-7316-1

JIMENES Rémi. « Pratiques d’atelier et corrections typographiques à Paris au XVIsiècle, l’édition des œuvres de saint Bernard par Charlotte Guillard. » Dans : BÉNÉVENT Christine, CHARON Annie, DIU Isabelle et VÈNE Magali (études réunies par). Passeurs de textes, imprimeurs et libraires à l’âge de l’humanisme. Paris : école des chartes, 2012. 302 p. Études et rencontres de l’école des chartes. ISBN : 978-2-35723-029-3

JIMENES Rémi. « Passeurs d’atelier. La transmission d’une librairie parisienne au XVIsiècle. : autour de Charlotte Guillard ». Dans : BÉNÉVENT Christine, DIU Isabelle, LASTRAIOLI Chiara (textes réunis et édités par). Gens du livre et gens de Lettres à la Renaissance. Turnhout : Brepols. 425 p. « Études Renaissantes ». ISBN : 978-2-503-55242-2

PARENT-CHARON Annie. Les métiers du livre à Paris au XVIsiècle (1533-1560). Genève : Droz, 1974. 345 p. Histoire et civilisation du livre.

RENOUARD Philippe. Répertoire des imprimeurs parisiens, libraires, fondeurs de caractères et correcteurs d’imprimerie, depuis l’introduction de l’imprimerie à Paris (1470) jusqu’à la fin du seizième siècle. Paris : Minard, 1965. 511 p. Lettres modernes. ISBN 978-2-256-90678-7

VEYRIN-FORRER Jeanne. « Hommage aux premiers imprimeurs de France, 1470-1970 ». Dans : Bulletin des bibliothèques de France [En Ligne]. 1971 [consulté le 4 mai 2022], n° 2, p. 65-80. Disponible en ligne : <https://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1971-02-0065-001>.ISSN : 1292-8399

WALSBY Malcolm. Booksellers and Printers in Provincial France 1470-1600. Leiden/Boston : Brill. 2019. 901 p. Library of the Written World. ISBN : 978-90-04-32413-8

  1. WALSBY Malcolm. Booksellers and Printers in Provincial France 1470-1600. Leiden/Boston : Brill. 2019. p. 17 []
  2. Idem []
  3. JIMENES Rémi. Charlotte Guillard, une femme imprimeur à la Renaissance. Préface de Roger Chartier. Rennes : presses universitaires de Rennes ; Tours : presses universitaires François Rabelais, 2017. p. 26 []
  4. Idem []
  5. Ibid. p. 23 []
  6. Ibid. p. 26-27 []
  7. BEECH Béatrice. « Charlotte Guillard, a Sixteenth Century Business Woman » Renaissance Quarterly [En Ligne]. 1983 [consulté le 4 mai 2022], vol. 36, n° 3, p. 345-367. []
  8. Idem []
  9. Idem []
  10. JIMENES Rémi. Charlotte Guillard, une femme imprimeur à la Renaissance. Op Cit. p. 33 []
  11. Ibid. p. 35-36 []
  12. WALSBY Malcolm. Booksellers and Printers in Provincial France 1470-1600. Op Cit. p. 13-16 []
  13. JIMENES Rémi. Charlotte Guillard, une femme imprimeur à la Renaissance. Op Cit. p. 37-38 []
  14. PARENT-CHARON Annie. Les métiers du livre à Paris au XVIe siècle (1533-1560). Genève : Droz, 1974. p. 175-176 []
  15. JIMENES Rémi. Charlotte Guillard, une femme imprimeur à la Renaissance. Op Cit. p. 37-38 []
  16. Ibid. p. 42-44 []
  17. VEYRIN-FORRER Jeanne. « Hommage aux premiers imprimeurs de France, 1470-1970 » ; Dans : Bulletin des bibliothèques de France [En Ligne]. 1971 [consulté le 4 mai 2022], n° 2, p. 65-80. []
  18. JIMENES Rémi. Charlotte Guillard, une femme imprimeur à la Renaissance. Op Cit. p. 42-43 []
  19. Idem []
  20. RENOUARD Philippe. Répertoire des imprimeurs parisiens, libraires, fondeurs de caractères et correcteurs d’imprimerie, depuis l’introduction de l’imprimerie à Paris (1470) jusqu’à la fin du seizième siècle. Paris : Minard, 1965. p. 169 []
  21. JIMENES Rémi. Charlotte Guillard, une femme imprimeur à la Renaissance. Op Cit. p. 44-45 []
  22. RENOUARD Philippe. Répertoire des imprimeurs parisiens, libraires, fondeurs de caractères et correcteurs d’imprimerie, depuis l’introduction de l’imprimerie à Paris (1470) jusqu’à la fin du seizième siècle. Op Cit. p. 82-83 []
  23. Ibid. p. 46-50 []
  24. Ibid. p. 47-50 []
  25. Ibid. p. 50-53 []
  26. Idem []
  27. PARENT-CHARON Annie. Les métiers du livre à Paris au XVIsiècle (1533-1560). Op Cit. p. 185 []
  28. JIMENES Rémi. Charlotte Guillard, une femme imprimeur à la Renaissance. Op Cit. p. 58-59 []
  29. Ibid. p. 34 []
  30. JIMENES Rémi. « Passeurs d’atelier. La transmission d’une librairie parisienne au XVIsiècle : autour de Charlotte Guillard ».Dans : BENEVENT Christine, DIU Isabelle, LASTRAIOLI Chiara (textes réunis et édités par). Gens du livre et gens de Lettres à la Renaissance. Turnhout : Brepols. p. 317 []
  31. JIMENES Rémi. Charlotte Guillard, une femme imprimeur à la Renaissance. Op Cit. p. 63-64 []
  32. JIMENES Rémi. « Passeurs d’atelier. La transmission d’une librairie parisienne au XVIsiècle : autour de Charlotte Guillard ». Op Cit. p. 317 []
  33. Ibid. p. 318-319 []
  34. Ibid. p. 316-319 []
  35. JIMENES Rémi. Charlotte Guillard, une femme imprimeur à la Renaissance. Op Cit. p. 59-60 []
  36. Ibid. p. 64-65 []
  37. Ibid. p. 81-83 []
  38. Ibid. p. 59 []
  39. Ibid. p. 24-26 []
  40. Ibid. p. 70-79 []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Bravo ! on attend la suite.

    Sur les compétences intellectuelles des imprimeurs et imprimeuses, la prudence s’impose dans les deux sens ; pour avoir travaillé sur Antoinette Péronnet, veuve Cotier, et pour travailler en ce moment sur Sulpice Sabon, je découvre que les imprimeurs qui semblent des “mécaniques” ont parfois des compétences humanistes.

  2. Interfaces/fonds anciens BU Lyon dit :

    Chère Madame Clément,

    Je vous remercie pour votre commentaire. Je me suis beaucoup appuyé sur la thèse de Rémi Jimenes citée en bibliographie afin de rédiger ce billet de blog. Bien qu’il se concentre essentiellement sur la figure de Charlotte Guillard, il abonde en votre sens pour ce qui est de la difficulté d’évaluer avec certitude les compétences intellectuelles des imprimeurs et des imprimeuses. Pour ma part, j’avoue ne pas avoir eu l’occasion de traiter cette question au cours de mon cursus. Je pense toutefois que cette thématique mériterait d’être traitée de manière plus approfondie et permettrait d’avoir une vision plus précise de la librairie d’Ancien Régime. Il est notamment très intéressant de voir que les libraires ont toujours mis un point d’honneur à se distinguer des arts mécaniques dans leur différents statuts ; et ce, bien après la structuration du marché du livre, ce qui pose la question du statut du livre, entre marchandise classique et marchandise particulière. Si cette question se pose pour le statut du livre, elle se pose aussi, par extension, pour ce qui concerne les compétences des imprimeurs.

    Pour ma part, je me ferais un plaisir de lire vos travaux sur le sujet.

    Bien à vous,

    Victor REVEILLON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search