Le second Trésor des remèdes secrets

  • 2010L1_036012 V -3
  • 2010L1_036012 V -4
  • 2010L1_036012 V -287
  • 2010L1_036012 V -315
  • 2010L1_036012 V -161
  • 2010L1_036012 V -200
  • 2010L1_036012 V -42
  • 2010L1_036012 V -50
  • p.124

La BU Lyon 1 conserve dans ses collections le Thesaurus Euonymi Philiatri de remediis secretis, pars secunda (Trésor des remèdes secrets par Evonyme Philiastre seconde partie) de Conrad Gesner publié à Zurich chez Froschauer en 1569. Ce manuel sur l’art de la distillation médicale témoigne de l’intérêt croissant que l’on accorde durant la seconde moitié du XVIème siècle à la connaissance des vertus cachées des espèces végétales et à leurs diverses utilisations thérapeutiques.

Gesner, Conrad, Wolf, Hans Kaspar, Evonymus, pars secunda. 1569

Le zurichois Conrad Gessner (1516-1565), est surtout célèbre pour son Historiae animalium (1551-1558), ouvrage fondateur de la zoologie moderne et sa Bibliotheca universalis (1545) considérée comme le premier catalogue bibliographique des ouvrages imprimés durant le premier siècle de l’imprimerie en Europe ce qui vaut à Gessner le titre de « père de la bibliographie »1. C’est en 1552, qu’il publie dans sa ville natale, sous le pseudonyme de Evonyme Philiastre, la première édition en latin du Thesaurus. Le livre connaîtra un très grand succès et sera l’objet d’une importante activité éditoriale. Douze éditions seront imprimées à Lyon entre 1554 et 1559.2.

Gesner, Conrad, Wolf, Hans Kaspar, Evonymus, pars secunda. 1569

Ex-libris

 

La BU Lyon 1 possède dans ses collections l’édition posthume du Thesaurus, une suite établie par un ancien élève et successeur de Gessner, Caspar Wolf (1532-1601). L’ouvrage provient du don Jacques Pierre Pointe (1787-1860) comme l’indique l’ex-libris présent sur la page liminaire au dos de la page de titre.

 

 

 

 

L’exemplaire comporte de nombreuses marques de lectures : des annotations dans les marges, des passages soulignés à l’encre et des manicules visant à retenir l’attention du lecteur.

Gesner, Conrad, Wolf, Hans Kaspar, Evonymus, pars secunda. 1569Gesner, Conrad, Wolf, Hans Kaspar, Evonymus, pars secunda. 1569

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le livre de Conrad Gessner

Le « Trésor des remèdes secrets » de Gessner s’inscrit dans une nouvelle démarche expérimentale qui séduit de plus en plus l’Europe de la Renaissance. En effet à cette période, de nombreux curieux, érudits ou savants, s’intéressent au savoir technique qui ne doit plus rester caché mais doit se partager pour être testé et évalué par le plus grand nombre. Conrad Gessner, issu de la tradition galéniste dominante à l’époque, est initialement hostile à ce courant et aux remèdes alchimiques prônés par son collègue et compatriote Théophraste de Hohenheim, dit Paracelse (1493-1541). Puis progressivement, il évolue vers l’acceptation de ce renouveau paracelsien. C’est peut-être ce changement, qu’il a encore du mal à assumer pleinement qui explique qu’il ait publié anonymement ce traité de médecine distillatoire.

Le Trésor de Caspar Wolf

Peu avant sa mort, Conrad Gessner avait exprimé son intention de publier une nouvelle version de son Thesaurus : « J’ai l’intention de donner quelque chose de plus parfait »3  malheureusement il n’aura pas le temps de réaliser son projet. C’est son ancien élève et successeur Caspar Wolf qui s’en chargera.

Dans sa publication, Urs Leo Gantenbein4 démontre que même si cette seconde partie du Thesaurus est toujours attribuée à Gessner, ce traité n’est nullement une nouvelle version complétée du Trésor des remèdes secrets mais une seconde édition entièrement révisée par Wolf qui en est le véritable auteur. Certes on retrouve les quatre parties qui composent l’œuvre originale : la première partie consacrée aux principes généraux de la distillation, la seconde sur les eaux, la troisième sur la distillation des huiles et enfin la dernière sur divers produits que l’on peut distiller et préparer. Mais Gantenbein présente surtout les grands changements apportés par Wolf comme la suppression de diverses références à des auteurs importants pour Gessner comme Jacobus Sylvius (Jean Dubois 1478-1555), Girolamo Cardano (Jean Cardan 1501-1576) ou Pseudo-Mésué (fin du VIIIe siècle-début du IXe siècle), au bénéfice de médecins italiens comme Antonio Fumanelli (1500-1599), Leonardo Fioravanti (1517-1588) ou encore Gabriele Falloppio (1523-1562) mieux connus de Wolf mais ignorés de Gessner.

Gesner, Conrad, Wolf, Hans Kaspar, Evonymus, pars secunda. 1569

 

Wolf insère également dans son édition le dessin d’un appareil de distillation des huiles que lui avait envoyé un de ses collègues, Felix Platter.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Autre modification notable, alors que Gessner avait soigneusement évité toute référence à Paracelse, celui-ci est cité à plusieurs reprises dans le Thesaurus II, son nom apparaît à propos de divers baumes externes à usage chirurgical comme l’olium saturni, l’olium a bolo armeno ou encore l’olium antimonii une recette secrète de Paracelse. Gesner, Conrad, Wolf, Hans Kaspar, Evonymus, pars secunda. 1569

Gantenbein signale aussi l’insertion d’une quarantaine de vignettes illustrées empruntées à Walther Hermann Ryff (1500-1548) et au Pirotechnia de Vannoccio Biringuccio publié à Venise en 1540. Il montre aussi que si la version de Gessner était adaptée aux débutants, la version de Wolf avec ses appareils compliqués et ses procédures qui nécessitent de nombreuses spécifications de poids était plutôt destinée à des professionnels expérimentés.

Gesner, Conrad, Wolf, Hans Kaspar, Evonymus, pars secunda. 1569Gesner, Conrad, Wolf, Hans Kaspar, Evonymus, pars secunda. 1569Gesner, Conrad, Wolf, Hans Kaspar, Evonymus, pars secunda. 1569

Pour Gantenbein, ce traité n’est nullement la deuxième partie du Trésor de Gessner mais plutôt une deuxième édition entièrement révisée. Ceci est corroboré par le fait que Wolf évoque Gessner à la troisième personne comme s’il était une source indépendante.

Article rédigé par Livia Rapatel BU Lyon 1

Source :

Gesner, Conrad, Wolf, Hans Kaspar, Evonymus, pars secunda. Tiguri : Excudebat Christophorus Frosch, 1569. L’ouvrage a été numérisé avec le soutien de la BnF. Disponible en ligne.[consulté le 19 avril 2022]

Bibliographie :

Gantenbein, Urs Leo. « A Paracelsian Parallel: Conrad Gessner on Medical Alchemy ». In: Conrad Gessner (1516-1565). Die Renaissance der Wissenschaften / The Renaissance of Learning. Ed. by Urs B. Leu and Peter Opitz. Berlin/ Boston: Walter de Gruyter, 2019, p.273-294. Disponible en ligne [consulté le 19 avril 2022]

Régnier-Roux, Daniel. « Les éditions lyonnaises entre 1554 et 1559 du Trésor des remèdes secrets de Conrad Gessner », BBF, 2014, n° 2. Disponible en ligne [consulté le 19 avril 2022]

 

  1. cf billet de Bastien Rissoan publié en 2015 dans le Blog Interface/livres anciens []
  2. Daniel Régnier-Roux. « Les éditions lyonnaises entre 1554 et 1559 du Trésor des remèdes secrets de Conrad Gessner » cf bibliographie []
  3. Gessner, 1562 []
  4. « A Paracelsian Parallel: Conrad Gessner on Medical Alchemy ». In: Conrad Gessner (1516-1565). Die Renaissance der Wissenschaften / The Renaissance of Learning. Ed. by Urs B. Leu and Peter Opitz. Berlin/ Boston: Walter de Gruyter, 2019, p.273-294. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search