Que de richesses parmi les ouvrages anciens acquis par Paul Dibon et donnés à la BDL

C’est la raison pour laquelle un second billet leur est consacré (cf billet de mars 2022 : les ouvrages anciens du don de M. Paul Dibon). Il s’agit en premier lieu de présenter quelques philosophes du siècle d’or hollandais dont certaines œuvres figurent dans le don et que la philosophie cartésienne n’a pas laissés indifférents, mais aussi d’attirer le regard sur d’autres sources historiques.

Parmi les disciples de Descartes, distinguons :

 Adriaan Heereboord (1614-1661)

portrait d’Adriaan Heereboord, disponible sur le Web : https://www.dbnl.org/auteurs/auteur.php?id=heer008
[consulté le 01/04/2022].

Adriaan Heereboord, natif de Leyde, y fit ses études de philosophie et de théologie à partir de 1629. Il fut l’élève de Franco Burgersdijk (1590-1635).

> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FD 030-2

En 1640, il fut nommé professeur ordinaire de philosophie à Leyde. Quatre ans plus tard, il accéda à la fonction de professeur extraordinaire et se mit à enseigner l’éthique. Ses excès, dus à un caractère violent et des penchants alcooliques tout autant que son intérêt pour le cartésianisme, lui valurent d’être la cible de multiples pamphlets.

Pourtant, Heereboord resta toute sa vie fidèle à l’aristotélisme. Dans ses écrits, réunis sous le titre de Melemata philosophica édité en 1654, il ne prit jamais clairement position en faveur de Descartes.

> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FD 103

Cet ouvrage fut publié à plusieurs reprises et enrichi de cours et d’exercices nouveaux à chaque réédition. Celle de 1665 est une édition posthume. Il n’en était pas moins un des défenseurs les plus actifs de Descartes notamment lors de la controverse de Leyde (1647) qui l’opposa à l’écossais A. Stuart. Afin d’apaiser les esprits, les curateurs de l’université de Leyde firent interdire en son sein toute référence à la philosophie nouvelle.

Christoph Wittich (1625-1687)

Portrait de Christoph Wittich, disponible sur le Web : http://museu.ms/collection/object/102211/christoph-wittich
[consulté le 01/04/2022].

Christoph Wittich, en latin Christophorus Wittichius, polonais d’origine, étudia la théologie dans les universités de Brême, Groningue et Leyde. Il fut professeur ordinaire de mathématiques à Herborn et Duisbourg puis professeur extraordinaire de théologie et de philosophie à Nimègue (1655-1671) ainsi qu’à Leyde (1671-1687).

Paul Dibon dit de Wittich qu’il fonda :

 « […] une théologie dans laquelle la philosophie cartésienne [prit] la place qu’occupait l’aristotélisme dans la théologie scolastique. »1

Il opérait une nette distinction entre les connaissances tirées des Écritures et les connaissances philosophiques et fit paraître en 1653, chez Louis Elzevier, un ouvrage intitulé Dissertationes duæ quarum prior de S. Scripturæ in rebus philosophicis abusu, examinat […]. L’exemplaire figurant dans le don est une édition originale.

> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FD 029

Wittich était également un anti-spinoziste notoire. Après sa mort, son frère fit publier un traité intitulé Anti-Spinoza sive Examen ethices Benedicti de Spinoza, et commentarius de Deo et ejus attributis. Paul Dibon en a acquis une édition originale.

> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FD 102

Lambert van Velthuysen (1622-1685)

Portrait de Lambert van Velthuysen, disponible sur le Web : https://www.centraalmuseum.nl/en/collection/2260-portret-van-lambert-van-velthuysen-1622-1685-jan-van-wijckersloot
[consulté le 01/04/2022].

Lambert van Velthuysen fit ses études de philosophie, théologie et médecine à Genève puis à Utrecht sa ville de naissance. Il exerça en tant que médecin à Utrecht. Il occupa également la fonction de gouverneur de la Compagnie des Indes orientales ainsi que celle d’échevin d’Utrecht jusqu’à ce que Guillaume III d’Orange-Nassau (1650-1702) devienne en 1672 stathouder. Fervent partisan de Descartes, il prit part à de nombreuses controverses notamment contre Gijsbert Voet, présenté ci-dessous. Paul Dibon qualifie Velthuysen et Wittich de « compagnons d’armes ».

Son œuvre principale, publiée en 1680, intitulée Opera omnia, montre qu’il avait des sujets d’intérêt extrêmement variés. Il écrivit en effet des textes aussi bien sur la médecine que sur la philosophie ou la théologie. On lui doit aussi des écrits polémiques destinés à prendre la défense de la philosophie cartésienne ou hobbesienne ou bien à réfuter Spinoza dont il était pourtant l’ami.

> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FD 174

Paul Dibon a pu acquérir une de ses controverses, parue en 1651, dans lequel il défend le De Cive de Hobbes en démontrant que les propos de celui-ci ne contredisent pas les textes bibliques2.

> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FD 003-2

Trois farouches anticartésiens

Jacob du Bois (1607-1661)

Jacob du Bois était un pasteur réformé qui officia notamment à Leyde. Il était opposé à l’héliocentrisme et au cartésianisme. En 1655, il débuta une controverse sur les méfaits du cartésianisme avec un ouvrage intitulé Naecktheyt van de cartesiaensche philosophie qu’il jugeait contraire aux Écritures. Un exemplaire figure dans le don Dibon.

> Cote Bibliothèque Diderot : FD 094-1

Jacob du Bois fit sortir du milieu universitaire, auquel elles étaient jusqu’alors cantonnées, les controverses liées au cartésianisme. Les pamphlets furent alors publiés en néerlandais afin d’élargir le débat à un plus large public.

Lambert van Velthuysen riposta avec une controverse, publiée anonymement, intitulée Bewys dat noch de Leere van der Sonne Stilstant, en des Aertryx Bewegingh, noch de gronden vande philosophie van Renatus Des Cartes strijdig sijn met Godts woort […].

> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 090-1

Du Bois contrattaqua avec un autre pamphlet : Schadelickheyt van de cartesiaensche philosophie, Ofte Klaer Bewijs, hoe schadelick die philosophie.

> Cote Bibliothèque Diderot : FD 094-2

En 1657, Velthuysen lui répondit en faisant paraître : Nader bewys dat noch de leere van der sonne stilstant, en des aertryx beweging, noch de gronden van de philosophie van Renatus Des Cartes strijdig sijn met Godts woort […].

> Cote Bibliothèque Diderot : FD 090-4

Gijsbert Voet (1589-1676)

Né en Flandres, Gijsbert Voet, dit Gisbertus Voetius (1589-1676) est un théologien, professeur et prédicateur néerlandais de l’Église réformée. Il fit ses études à l’université de Leyde, où il fut l’élève de Jaccheus, ainsi qu’à Groningue.

En tant que pasteur, il participa activement au synode de Dortrecht (1618-1619). C’était un contre-remontrant convaincu. Il défendait une orthodoxie et une discipline morale très strictes.

Il était également enseignant et professa la théologie, l’hébreu et les langues orientales à l’université d’Utrecht.

C’était aussi le plus farouche opposant de Descartes qu’il accusait d’être un athée dissimulé. Il fut à l’origine de la querelle d’Utrecht (1641-1643). Selon Paul Dibon :

« Aux yeux d’un Voetius, la métaphysique cartésienne, avec son doute hyperbolique et son cogito, promu au rang de premier principe, de primum in concussum, constitue le poison radical (…) »3.

C’est à ce titre que figure dans le don Dibon un grand nombre des disputes universitaires qu’il a présidées.

> Cote Bibliothèque Diderot : FD 105

Martinus Schoock (1514-1669)

Martinus Schoock ou Schoockius naquit à Utrecht. Il y étudia les mathématiques, la philosophie et la théologie puis le droit à Franeker. Il poursuivit ses études à Leyde sous l’égide de Burgersdijk et d’Antonius Walæus (1573-1639). Il adhérait à une logique aristotélicienne épurée dans la lignée de Ramus.

En 1635, il enseigna la rhétorique à Utrecht puis trois ans plus tard l’histoire, le grec et la politique à Deventer. En 1640, il fut nommé professeur de physique et de logique à Groningue. Il occupa une fonction de rector magnificus entre 1643 et 1654.

En 1642, il se rangea aux côtés de Voetius, qui fut son professeur, dans sa lutte contre le cartésianisme et participa activement à la querelle d’Utrecht. S’ensuivit une série d’écrits polémiques sous forme de joutes verbales où s’opposèrent le duo Voetius/Schoock d’un côté et Descartes de l’autre.

Le don Dibon ne renferme aucun de ces pamphlets malheureusement. Toutefois y est conservée une édition originale de son traité sur le scepticisme datée de 1652…

> Cote Bibliothèque Diderot : FD 026

ainsi qu’une publication de 1661 (édition originale) ayant servi d’introduction à la réédition d’un ouvrage de Charles de Bovelles (1479-1553) intitulé Tractatus philosophicus de nihilo et publié pour la première fois en 1510.

> Cote Bibliothèque Diderot : FD 070

Les disputes et autres sources historiques

Paul Dibon a également appuyé ses recherches sur des sources moins étudiées. Ces travaux universitaires sont en effet :

« des sources précieuses, pour l’histoire de l’enseignement (usages et appréhension de la matière), l’histoire de l’université (notamment dans ses rapports avec les autorités, les imprimeurs, les professeurs), l’histoire sociale (origines géographiques et sociales des étudiants, histoire des familles, parcours des professeurs, des recteurs) et l’histoire de l’imprimerie (typographie et liens entre les imprimeurs »4.

Aussi n’est-il pas surprenant de trouver de nombreuses disputes au sein de son don. Celles-ci sont certes présentes dans les bibliothèques universitaires néerlandaises, mais dans les bibliothèques françaises elles sont très rares.

La disputatio ou grande dispute, issue de l’enseignement scolastique, était pratiquée dans les universités de toute l’Europe. C’était une cérémonie publique, placée sous l’autorité d’un professeur, durant laquelle le futur diplômé devait démontrer ses capacités d’argumentation. Ces « thèses » sanctionnaient la réussite d’une maîtrise ès arts ou bien d’un doctorat. Elles étaient rédigées par le professeur présidant la soutenance et lues par le futur diplômé. C’était la faculté d’éloquence qui était jugée.

Les professeurs rééditaient souvent sous leur nom les disputes qu’ils avaient présidées. Ainsi dans son Collegium physicum, Burgersdijck rassemble-t-il de nombreuses disputes.

> Cote Bibliothèque Diderot : FD 027-1

Les disputes réunies par Paul Dibon concernent la philosophie, la théologie, la physique, la pneumatique, le droit ou la médecine. Elles ont été soutenues dans diverses universités, mais surtout à Leyde.

> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FD 081

La disputatio inauguralis était quant à elle une épreuve imposée aux futurs professeurs d’université.

> Cote Bibliothèque Diderot : FD 086

Paul Dibon a acquis une disputatio qui fit grand bruit à l’université de Leyde. Le 24 novembre 1629, Callerus Theodorus soutint sa dispute sous la présidence de Johannes Cocceius (1603-1699). Elle fut jugée contraire à l’orthodoxie en vigueur. Le consistoire de Leyde demanda alors que soit vérifiée, avant leur examen, l’orthodoxie des étudiants. L’université de Leyde, jugeant qu’il s’agissait d’une ingérence mettant en péril sa liberté, demanda aux États de Hollande de débouter la décision du consistoire. Elle eut gain de cause.

La partie la plus ancienne du don de Paul Dibon est riche de bien d’autres documents encore qu’il conviendrait d’évoquer. On y trouve ainsi des correspondances entre savants comme les lettres de Claude Saumaise (1588-1653) ou de Guy Patin (1601-1672).

> Cote Bibliothèque Diderot : FD 181
> Cote Bibliothèque Diderot : FD 079-1

Un guide, écrit par un géographe allemand Abraham Golnitz pour les étudiants voulant entamer une peregrinatio erudita, y est également présent. Au XVIIe siècle, il était en effet d’usage pour les étudiants d’effectuer un tour de l’Europe afin de parfaire leurs savoirs et leur expérience en rencontrant d’autres savants, en visitant des bibliothèques, de préparer leur avenir universitaire en donnant des leçons publiques, mais aussi de tisser des liens afin d’établir des échanges épistolaires.

> Cote Bibliothèque Diderot : FD 008

Ce second billet consacré aux ouvrages anciens extraits du don de Paul Dibon, tout comme le premier qui lui fut consacré, n’a pu donner qu’un mince aperçu d’un fonds d’une grande richesse. Il est le fruit du long travail de recherches tant scientifiques que bibliographiques que mena Paul Dibon et rend hommage à la République des Lettres dont la Hollande fut un carrefour.

Billet rédigé par Nelly Kabac
(Bibliothèque Diderot de Lyon, département Patrimoine et conservation)

Sources

BOIS, Jacobus du. Naecktheyt van de cartesiaensche philosophie, antbloot in een antwoort op een cartesiaensch libel, Genaemt Bewys, dat het gevoelen van die gene, die leeren der sonne-stilstandt, en des aerdtrijcks beweging niet strydig is met Gods woort. Utrecht : Johannes van Waesberge, 1655.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FD 094-1

BOIS, Jacobus du. Schadelickheyt van de cartesiaensche philosophie, Ofte Klaer Bewijs, hoe schadelick die philosophie is, soo in het los maecken van Godes H. Woordt, als in het invoeren van nieuwe schadelicke Leeringen. Utrecht : Johannes van Waesberge, 1656.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FD 094-2

BURGERSDIJK. Collegium physicum, disputationibus XXXII. Absolutum ; totam naturalem philosophiam compendiose proponens. Autore M. Francone Burgersdicio, philosophiæ professore. Cum syllabo disputationum, respondentium nomina exprimente. Editio secunda, autoris manu aucta. Leyde : Johannes Elzevier, 1642.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FD 027-1

CALLERUS, Theodorus. Disputatio theologica inauguralis, De veritate religionis christianæ. Quam, Deo adjuvante, ex authoritate magnifici d. rectoris, D. Johannis Cocceji, s. s. theol. doct. ejusdemque facultatis in illustri acad. Lugd. Bat. professoris solidissimi, dignissimi, nec non, consensu amplissimi senatus academici, & venerandæ facultatis theologicæ decreto, pro gradu doctoratus in theologiâ consequendo. Leyde : Johannes Elzevier, 1659.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FD 086

FABRÆUS, Anthonius. Disputatio theologica secunda, continens vindicias contra criminationes viri cujusdam celeberrimi, super dubitatione cartesiana. Quam, volente deo, sub præsidio clarissimi & doctissimi viri, R. Reineri Vogelsang, S. S. theologiæ in illustri gymnasio Sylva-Ducensi professoris vigilantissimi & ecclesiæ ibidem pastoris indefessi, publicè defendere conabitur Anthonius Fabræus, Sylva-Ducensis. Die octob : hora nona. Bois-le-Duc : Steven du Mont, 1668.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FD 081

GOLNITZ, Abraham. Ulysses Belgico-Gallicus, fidus tibi dux et Achates, per Belgium Hispan : regnum Galliae, ducat. Sabaudiae, Turinum usq[ue] PedemontI metropolin. Leyde : Elzevier, 1631.
 > Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FD 008

HEEREBOORD, Adriaan. Collegium physicum, in quo tota philosophia naturalis aliquot disputationibus breviter & perspicuè per theses proponitur, authore & praeside, D. Adriano Heereboord, L. A. M. philosophiae rationalis moralis, & civilis, in academia Leidensi, professore ordinario. Seriem & titulos disputationum, & nomina eorum, qui in singulis responderunt, sequentes paginae demonstrant. Leyde : Franciscus Moyaerd, 1649.
 > Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FD 015

HEEREBOORD, Adriaan. Eρμηνεία logica : sive Synopseos logicæ Burgersdicianæ explicatio, tum per notas, tum per exempla. Londres : Rogerus Danielis, 1651.
 > Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FD 030-2

HEEREBOORD, Adriaan. Meletemata philosophica ; in quibus, pleraeque res metaphysicae ventilantur, tota ethica κατασκευαστικος και ανασκευαστικος explicatur, universa physica per theoremata & commentarios exponitur, summa rerum logicarum per disputationes traditur. Editio ultima, prioribus multò emendatior ; cui, praeter sexaginta tres ethicas atque aliquot miscellaneas disputationes, accedunt Philosophia naturalis cum novis commentariis & pneumatica. Amsterdam : Johannes van Ravesteyn, 1665
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FD 103

PATIN, Guy. Lettres choisies de feu Mr. Guy Patin docteur en medecine de la faculté de Paris, & professeur au collége royal. Dans lesquelles sont contenuës plusieurs particularités historiques, sur la vie & la mort des sçavans de ce siécle, sur leurs ecrits & plusieurs autres choses curieuses depuis l’an 1645 jusqu’en 1672. Augmentées de plus de 300 lettres dans cette derniére edition ; et divisées en trois volumes. Tome premier [-troisième]. Paris : Jean Petit, 1692.
 > Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FD 079-1 à 3

SAUMAISE, Claude. Claudii Salmasii, viri maximi, Epistolarum liber primus. Accedunt, de laudibus et vita ejusdem. 1656               
 > Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FD 181

SCHOOCK, Martin. De scepticismo pars prior, sive libri quatuor : quibus, qua antiquorum, qua recentiorum Scepticorum deliria, ex suis principijs solide discutiuntur, atque certitudo non minus disciplinarum universalium, quam Philosophiæ Theoreticæ asseritur. Groninge, Hindrick Lussinck, 1652.
 > Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FD 026

SCHOOCK, Martin. Tractatus philosophicus de nihilo. Accessit ejusdem argumenti libellus Carolli Bovilli : atque Johannis Passeratii accuratissimum poema de nihilo cum annotationibus necessariis ejusdem Schoockii. Groninge : Veuve Edzard Huysman, 1661.

> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FD 070

VELTHUYSEN, Lambert van. Bewys dat noch de Leere van der Sonne Stilstant, en des Aertryx Bewegingh, noch de gronden vande philosophie van Renatus Des Cartes strijdig sijn met Godts woort. Gestelt tegen een Tractaet van J. du Bois, predikant tot Leyden ; genaemt Naecktheys vande Cartesiaensiche Philosophie onsbloot, etc. Utrecht : Dirck van Ackersdijck, Gijsbert van Zijll, 1656.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 090-1

VELTHUYSEN, Lambert van. Epistolica dissertatio de principiis justi, et decori, continens apologiam pro tractatu clarissimi Hobbæi De cive. Amsterdam : Louis Elzevier, 1651.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FD 003-2

VELTHUYSEN, Lambert van. Nader bewys dat noch de leere van der sonne stilstant, en des aertryx beweging, noch de gronden van de philosophie van Renatus Des Cartes strijdig sijn met Godts woort. Gestelt tegen een tractaet van J. du Bois, predikant tot Leyden ; genaemt schadelick heyt van de cartesiaensche philosophie & c. Utrecht : Dirck van Ackersdijck, Gijsbert van Zijll, 1657.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FD 090-4

VELTHUYSEN, Lambert van. Opera omnia. Ante quidem separatim, tam Belgicè quam Latinè, nunc verò ̀conjunctim Latinè edita. Quibus accessere duo tractatus novi, hactenus inediti : prior est De articulis fidei fundamentalibus : alter De cultu naturali, oppositus tractatvi theologico-politico & operi posthumo Benedicti de Spinoza. Catalogus tractatuum paginâ post praefationem proximâ exstat. Pars prima [-operum pars secunda]. Rotterdam : Reinier Leers, 1680.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FD 174

VOETIUS, Gijsbert. Gisberti Voetii theologiæ in acad. Ultrajectina professoris, Selectarum disputationum theologicarum. Pars prima [-quinta]. Utrecht : Johannes van Waesberge, 1648.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FD 105 (première partie), FD 106 (deuxième partie), FD 107 (troisième partie) et FD 108 (cinquième partie).

WITTICH, Christoph. Anti-Spinoza sive Examen ethices Benedicti de Spinoza, et commentarius de Deo et ejus attributis. Amsterdam : Joannes Wolters, 1690.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FD 102

WITTICH, Christoph. Dissertationes duæ quarum prior de S. Scripturæ in rebus philosophicis abusu, examinat, I. An physicæ genuinum principium sit Scriptura ? 2. An hæc de rebus naturalibus loquens accuratam semper veritatem, an potius sensum & opinionem vulgi sæpius sequatur ? Altera dispositionem & ordinem totius universi & principalium ejus corporum tradit, sententiamque nobilissimi Cartesii, de verâ quiete & vero motu terræ defendit […]. Amsterdam : Louis Elzevier, 1653.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FD 029

Bibliographie

BUNGE, Wiep van, KROP, Henri, LEEUWENBURGH, Bart (Ed.). The dictionary of seventeenth and eighteenth-century Dutch philosophers. Bristol : Thoemmes press, 2003.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 199 DIC

DIBON, Paul. Regards sur la Hollande du siècle d’or. Naples : Vivarium, 1990.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 949.2 DIB

MEUNIER, Laurence. Disputationes, dissertationes, repetitiones : travaux universitaires publiés aux XVIIe et XVIIIe siècles, conservés à la Bibliothèque royale de Belgique. In Monte Artium : Journal of the Royal Library of Belgium, 2016, vol. 9, p. 35-58. [consulté le 21/02/2022] Disponible sur le Web : <https://doi.org/10.1484/J.IMA.5.113412>

  1. DIBON, Paul. Regards sur la Hollande du siècle d’or. Naples : Vivarium, 1990. p. 611 []
  2. DEL PRETE Antonella. Lire la Bible en cartésien Lambert van Velthuysen et le mouvement de la terre in Chemins du Cartésianisme. Paris : Classiques Garnier, 2017. p. 22 []
  3. DIBON, Paul. Regards sur la Hollande du siècle d’or. Naples : Vivarium, 1990. p. 731 []
  4. DIBON, Paul. Regards sur la Hollande du siècle d’or. Naples : Vivarium, 1990. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search