Les ouvrages anciens du don de M. Paul Dibon

En 2017, la BDL a reçu en don la bibliothèque de M. Paul Dibon (1915-1995) soit plus de 5000 ouvrages de philosophie et d’histoire de la philosophie des XIXe et XXe siècles, dont un millier en langue néerlandaise. Le don comprend également des ouvrages anciens, c’est-à-dire antérieurs à 1830, essentiellement du XVIIe siècle ce qui représente 267 titres d’ouvrages, entièrement catalogués.

Paul Dibon (1915-1995), une carrière universitaire consacrée à l’histoire des idées

Paul Dibon a étudié la philosophie à la Sorbonne où l’enseignement d’Émile Bréhier (1876-1952) qui fut son maître à penser, l’incita à se spécialiser en histoire de la philosophie.

En 1948, il résida durant un an à la Maison Descartes d’Amsterdam. Il occupa ensuite plusieurs postes dans l’enseignement supérieur et la recherche : attaché de recherches au CNRS, professeur à la Mission universitaire française aux Pays-Bas puis assistant à l’université de Groningue.

En 1954, il obtint un doctorat ès-Lettres à l’université de Leyde. Sa thèse parut l’année suivante chez Elsevier sous le titre La philosophie néerlandaise au siècle d’or : l’enseignement philosophique dans les universités à l’époque précartésienne (1575-1650).

Après celle-ci, il entama une carrière universitaire à Leyde, Amsterdam, Utrecht et Nimègue durant laquelle il enseigna l’histoire des idées au XVIIe siècle. En 1964, Paul Dibon fut nommé directeur d’études à l’École pratique des hautes études de Paris.

Paul Dibon fut également chargé en 1955 de réaliser des missions scientifiques dans de nombreuses bibliothèques européennes pour le compte de l’Organisation scientifique néerlandaise pour la recherche. Il participa à l’inventaire des ouvrages néerlandais qu’elles conservaient.

Principales caractéristiques des ouvrages anciens ayant appartenu à Paul Dibon

La présence d’ouvrages anciens au sein de la bibliothèque de Paul Dibon ne traduit pas un souci de bibliophilie. L’état matériel des ouvrages est hétérogène. De belles reliures d’origine en parchemin dites à la hollandaise avec des rabats côtoient des reliures tout à fait contemporaines.

> Cotes BDL : FD 118 et FD 104

Certains ouvrages ont beaucoup souffert des ravages du temps. L’exemplaire ci-dessous des Principes de la philosophie de René Descartes, publié à Rouen, chez Jean-Baptiste Besongne en 1698 est en piteux état : il a le dos arraché laissant apparaître coutures et claies. La tranchefile placée en tête est manquante.

> Cote BDL : FD 170

L’ouvrage de Paul Manuce (1512-1574) intitulé Epistolarum libri XII uno nuper addito. Ejusdem quæ. Præfationes appellantur publié à Venise en 1595 par Domenico de Farris a également subi les outrages du temps. Sa reliure sans doute contemporaine de son impression est recouverte d’une double couche de papier, la seconde date du XVIIIe siècle puisqu’elle est en papier dominoté typique du XVIIIe siècle. Elle présente également de nombreux trous de vrillettes.

> Cote BDL : FD 038
> Cote BDL : FD 038

Ce sont avant tout des ouvrages d’étude qui ont appuyé les recherches de Paul Dibon sur la Hollande au siècle d’or. Ils sont ainsi datés à plus de 90% du XVIIe siècle. L’ouvrage le plus ancien date de 1585. Il s’agit d’une réédition d’un ouvrage de Juste Lipse (1547-1606) paru à Anvers chez Christoph Plantin (1520-1589).

> Cote BDL : FD 098

Ils ont été feuilletés, manipulés, choisis avec attention par leur propriétaire.

Note manuscrite de Paul Dibon collée au recto de la première garde volante.
> Cote BDL : FD 039-1 à 4
Note imprimée complétée par des indications manuscrites de Paul Dibon collée au contreplat supérieur.
> Cote BDL : FD 178

On peut remarquer de nombreuses marques de provenance sur les gardes volantes des ouvrages acquis par Paul Dibon dont certaines donnent des indications sur leurs anciens possesseurs. Ainsi, en regard de la page de titre d’une réédition de 1644 des Institutiones physicæ de Gilbert Jacchæus (1585?-1628) figure l’ex-libris manuscrit d’Anton Grevenstein. D’après le thésaurus du CERL, Anton Grevenstein (15 ??-1619), né à Brême, fut pasteur à Bederkesa, une petite ville de Basse-Saxe. C’était également un homme de science qui fit paraître un ouvrage d’astronomie : Eclipsium omnium ab anno domini 1593. usque ad annum 1620 […]. Celui-ci fut édité à Brême par Bernhard Peters en 1592. Il n’est pas impensable qu’Anton Grevenstein ait pu rencontrer Gilbert Jacchey qui enseigna la physique à Leyde.

> Cote BDL : FD 012

L’essentiel des ouvrages est écrit en latin (environ 80%). Le reste est en français ou en néerlandais. Ces derniers témoignent de la volonté de diffuser le savoir dans une langue vernaculaire afin de faciliter l’accès de tous à la connaissance. Notons qu’il s’agit de la démarche qui fut adoptée par René Descartes lors de la première publication du Discours de la méthode qui parut en français en 1637.

Les ouvrages en allemand et en italien sont marginaux.

Le XVIIe siècle fut également un âge d’or pour les imprimeurs-libraires hollandais, en particulier à Leyde dont l’enseignement universitaire, en particulier en théologie, était très prisé en Europe. Il n’est donc pas surprenant que 82% des ouvrages anciens ayant appartenu à Paul Dibon aient été imprimés en Hollande. 43% le furent à Leyde et un peu moins de la moitié d’entre eux par les Elzevier, une des principales familles d’imprimeurs-libraires jurés.

Le reste des ouvrages provient de France (11%) et d’Allemagne, d’Angleterre, de Suisse et d’Italie (6%).

De quelques érudits du siècle d’or néerlandais dont les œuvres furent patiemment réunies par Paul Dibon

Les ouvrages de la partie la plus ancienne du don ont été écrits par plus d’une centaine d’auteurs pour plus de 250 titres. Opérer un choix dans une telle multitude fut une tâche difficile. Voici néanmoins quelques érudits qui nous ont paru représentatifs des tendances philosophiques de la période précartésienne.

(voir aussi les deux billets de blog : Éloges de professeurs : l’université de Leyde au début du XVIIe siècle  et  Encore et toujours la ville et l’université de Leyde…)

Le ramiste Rudolphus Snellius (1546-1613)

Portrait de Rudolphus Snellius extrait de Joannis Meursi Athenæ Batavæ. Sive, de urbe Leidensi,& academiâ, virisque claris ; qui utramque ingenio suo, atque scriptis, illustrarunt : libri duo. Leyde : Andries Clouck, 1625. p. 116.
> Cote BDL : FD 093

Les idées de Pierre de la Ramée ou Ramus (1515-1572) influencèrent les milieux académiques hollandais bien au-delà du XVIe siècle. Ramus était un mathématicien et linguiste français, converti au protestantisme. Son anti-aristotélisme lui valut de voir ses écrits interdits de 1544 à 1547 par la faculté de théologie de Paris. Le droit d’enseigner lui fut même retiré. Réhabilité en 1551, il devint lecteur au Collège royal de France. Il posa alors les bases d’une nouvelle méthode de pensée faisant de la rhétorique rationnelle un instrument de vérité.

Paul Dibon a pu faire l’acquisition d’un ouvrage écrit par un disciple de Ramus auquel il a consacré une recherche. Rudolphus Snellius ou Roeloff Snel van Royen était un philologue et mathématicien néerlandais. Il fit ses études à Cologne puis à Marbourg où il fut initié à la philosophie ramiste. Il y enseigna le grec, le latin, l’hébreu et les arts libéraux. Il étudia également la médecine en Italie. En 1578, il vint s’établir à Leyde où il fut lecteur. En 1581, il fut nommé professeur extraordinaire de mathématiques et en 1601 professeur ordinaire de mathématiques appliquées à la Duytsche Mathematique qui formaient des ingénieurs. Snellius était favorable à un enseignement pratique et concret mêlant aristotélisme et ramisme. Ses idées ont eu une influence sur le développement de la philosophie mécaniste que Descartes contribua à vulgariser.

L’exemplaire ci-dessous est une édition originale, datée de 1596 et imprimée à Francfort par Johannes Saur (1573 ?-1636). La BDL serait la seule à posséder cet ouvrage en France selon le CCfr.

> Cote BDL : FD 044

L’aristotélicien Franco Petri Burgersdijk (1590-1635)

Portrait de Burgersdijk extrait de Joannis Meursi Athenæ Batavæ. Sive, de urbe Leidensi,& academiâ, virisque claris ; qui utramque ingenio suo, atque scriptis, illustrarunt : libri duo. Leyde : Andries Clouck, 1625. p. 339.
> Cote BDL : FD 093

Certaines œuvres de Franck Pieterszoon Burgersdijk dit Franco Petri Burgersdicius figurent en bonne place dans le don. Burgersdijk, né dans un village du Westland, étudia la philosophie à Leyde. Il entama ensuite un « grand tour » des universités allemandes et françaises et fit notamment une halte à l’académie protestante de Saumur afin d’y poursuivre son apprentissage de la théologie avec Franciscus Gomarus (1563-1641). En 1620, il fut nommé professeur de logique à Leyde puis d’éthique et de physique, avant d’être promu recteur en 1629. L’année suivante, il eut l’occasion de croiser Descartes qui poursuivait à Leyde son étude des mathématiques.

Burgersdijk n’était pas un adepte de la philosophie ramiste. Paul Dibon dit toutefois de la pédagogie burgersdicienne qu’elle « emprunte la matière à Aristote et la méthode à Ramus »1. Il s’agissait d’une logique aristotélicienne épurée qui fut largement utilisée dans les universités hollandaises au XVIIe siècle.

Son ouvrage Idea philosophiæ naturalis, sive Methodus definitionum et controversiarum, publié à Leyde en 1622, connut de multiples rééditions. Ce manuel était destiné aux étudiants et résumait son cours de physique. Une traduction néerlandaise réalisée par Alhardt Lodewijk Kók (1616-1653) et publiée à Amsterdam en 1648 est présente dans le don.

> Cote BDL : FD 041-1

Le plus grand succès éditorial de Burgersdijk fut Institutionum logicarum libri duo publié à Leyde en 1626. Le don Paul Dibon est riche d’une nouvelle édition corrigée, publiée à Leyde en 1645 par Abraham Commelinus (16..-1654?) ainsi que d’une autre publiée à Cambridge par Daniel Roger (169?-1667). Ces deux ouvrages seraient des exemplaires uniques en France d’après le catalogue du CCfr.

> Cote BDL : FD 042-1
> Cote BDL : FD 030-1

Une version résumée de l’ouvrage, imprimée à Leyde en 1645 figure également dans le don.

> Cote BDL : FD 042-2

Burgersdijk posa les bases d’une nouvelle discipline : la métaphysique, la distinguant de la théologie et de la physique.

> Cote BDL : FD 027-2

Les Arminiens Vossius, Grotius et Barlæus

Au XVIIe siècle, un nouveau courant théologique appelé arminianisme vit le jour au sein du protestantisme réformé. Il se répandit alors dans le milieu universitaire hollandais. C’est Hermann Armenzoon, dit Jacobus Arminius (1560-1609), né à Ouwater, qui en est à l’origine. Arminius fut initié à la dialectique ramiste par Snellius qui fut son professeur à Leyde. Il y enseigna à son tour dès 1603. Arminius contestait la prédestination calviniste. Ses disciples, appartenant à la haute bourgeoisie hollandaise, appelés Rémontrants ou Arminiens, souhaitaient que la doctrine calviniste soit plus tempérée et plus tolérante. Le 13 novembre 1618, le synode de Dortrecht condamna l’arminianisme. La répression prit fin en 1625 et l’arminianisme fut alors reconnu en tant que tendance théologique du protestantisme.

Parmi les auteurs arminiens dont les œuvres figurent dans le don, distinguons :

Portrait de Gerardus Joannes Vossius (1577-1649) extrait de Joannis Meursi Athenæ Batavæ. Sive, de urbe Leidensi,& academiâ, virisque claris ; qui utramque ingenio suo, atque scriptis, illustrarunt : libri duo. Leyde : Andries Clouck, 1625. p. 267.
> Cote BDL : FD 093

Vossius originaire de Heidelberg en Allemagne étudia la théologie à Leyde. De 1614 à 1619, il fut nommé recteur de la faculté de Théologie. Son ouvrage sur le pélagianisme intitulé Historiae de controversiis quas Pelagius ejusque reliquiae moverunt, libri VII, (1618) lui valut d’être accusé d’arminianisme lors du Synode de Dordrecht.

Il ne s’agit pas d’une édition originale (1618).
> Cote BDL : FD 178

Chassé de l’université de Leyde, il fut réhabilité en 1622 et enseigna l’histoire et la rhétorique, puis le latin et les belles-lettres ainsi que le grec ancien.

Il s’agit d’une édition originale qui est présente à la BnF ainsi que dans plusieurs bibliothèques municipales classées et bibliothèques universitaires.
> Cote BDL : FD 104

En 1632, il devint professeur d’histoire et de sciences politiques à l’Athenaeum illustre d’Amsterdam qui venait d’être fondée.

Portrait de Huig ou Huigh de Groot dit Hugo Grotius (1583-1645) extrait de Joannis Meursi Athenæ Batavæ. Sive, de urbe Leidensi,& academiâ, virisque claris ; qui utramque ingenio suo, atque scriptis, illustrarunt : libri duo. Leyde : Andries Clouck, 1625. p. 204.
> Cote BDL : FD 093

Grotius, originaire de Delft étudia également la philosophie à Leyde. Il obtint un doctorat en droit en 1598 à l’université d’Orléans durant son « grand tour ». Il occupa différentes fonctions de juriste auprès des États de Hollande. Grotius prit position, en faveur du premier belligérant, dans le conflit politico-religieux opposant Jan van Oldenbarnevelt (1547-1619), grand pensionnaire de la province de Hollande de tendance libérale, soutenu par les arminiens et Maurice de Nassau (1567-1625), gouverneur des états de Hollande et de Zélande soutenu par les gomaristes, d’un calvinisme intransigeant. Maurice de Nassau fit condamner les arminiens au synode de Dordrecht en 1618-1619. Oldenbarnevelt fut accusé de complot avec les Espagnols et décapité en 1619. Grotius fut pour sa part condamné à la prison à vie. Après être parvenu à s’échapper dans un coffre à livres, il s’installa en France où il fut nommé en 1634 résident de Suède à Paris.

Son ouvrage De jure belli ac pacis, dédicacé à Louis XIII, marqua durablement le droit international. L’édition acquise par Paul Dibon comprend également Mare liberum traitant du droit maritime.

> Cote BDL : FD 118
Portrait de Caspar van Baerle ou Baarle dit Barlæus ou Barleus (1584 -1648) gravé par Theodor Matham d’après Joachim von Sandrart (1632-1649) extraite de Wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Gaspard_van_Baerle#/media/Fichier:Caspar_Barlaeus.jpg

L’Anversois Barlæus étudia la philosophie et la théologie à Leyde où il enseigna plus tard la logique. C’était également un arminien convaincu ce qui lui valut de perdre son emploi en 1617 à la suite du synode de Dordrecht. Il se réfugia alors à Caen où il obtint un doctorat en médecine. Il intégra en 1632 l’Athenæum illustre d’Amsterdam. Il se fit également connaître par ses recueils de poésie néo-latine.

> Cotes BDL : FD 009 et FD 022

Un second billet viendra compléter celui-ci. Il portera sur des philosophes cartésiens et anticartésiens dont les œuvres figurent au sein du don de Paul Dibon mais aussi sur d’autres sources historiques comme des écrits académiques provenant des universités hollandaises rarement conservés dans les bibliothèques françaises.

Billet rédigé par Nelly Kabac
(Bibliothèque Diderot de Lyon, département Patrimoine et conservation)

Source

BARLÆUS, Caspar. Poemata, editio V, altera plus parte auctior. Pars I. Heroicorum. Amsterdam : Joannes Blaeu, 1655.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FD 022

BARLÆUS, Caspar. Poematum editio nova, priore castigatior et altera parte auctior. Leyde : Elzevier, 1631.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FD 009

BURGERSDIJK, Franco. Idea philosophiæ naturalis. Dat is : Ont-werp der natuurlyke wys-gheerte oft be-leedt van de uit-beeldingen en ghe-schillen der natuur-weet. In’t Latijn t’zaam-ghe-stelt door Frank Burghers-dyk, in zijn leven professor óft Hoóg-hleer-meester der wijs-gheerte in de hoóghe schoól van Leyden. En nu ten vesten van de Lief-hebbers der wosgeidt ver-taalt / en met an-tekeningen ver-klaart door. A. L. Kók. Amsterdam : Johannes Troóst, 1648.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FD 041-1

BURGERSDIJK, Franco. Institutionum logicarum libri duo. Ad juventutem Cantabrigiensem. Quod vetus est, juvenes, in relligione sequamur : quod placet in logica, nil vetat esse novum. Cambridge : Rogerus Daniel, imprimeur de l’université de Cambridge, 1647.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FD 030-1

BURGERSDIJK, Franco. Institutionum logicarum libri duo, decreto illustriss. ac potentiss. DD. ordinum Hollandiæ et West-frisiæ, in usum scholarum ejusdem provinciæ, ex Aristotelis præceptis novâ methodo ac modo formati, atque editi. Editio nova prioribus longe correctior, et generali ac speciali DD. ordinum privilegiis munita. Leyde : Abraham Commelinus, 1645.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FD 042-1

BURGERSDIJK, Franco. Institutionum logicarum synopsis, sive rudimenta logica. In quibus præcipuæ definitiones, divisiones, & regulæ, ad artem logicam pertinentes, per quæstiones & responsiones, breviter & dilucide proponuntur ; in usum scholarum hollandicarum. Leyde : Abraham Commelinus, 1695.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FD 042-2

BURGERSDIJK, Franco. Institutionum metaphysicarum libri duo. Opus posthumum. Editio altera, priori correctior. Leyde en 1640 par Hieronymus de Vogel, 1640.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FD 027-2

GROTIUS, Hugo. De jure belli ac pacis libri tres, in quibus jus naturæ & gentium, item juris publici præcipua explicantur. Editio nova cum annotatis auctoris, ex postrema ejus ante obitum cura. Accesserunt Annotata in Epistolam Pauli ad Philemonem, et Dissertatio de Mari libero. Amsterdam : Joannes Blaeu, 1670.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FD 118

SNELLIUS, Rudolpus. In dialecticam Petri Rami prælectiones ; cum lectissimis aliorum excellentissimorum Ramaæ philosophiæ doctorum obsernationibus & castigationibus magna industria modeste ac sincere collatæ. Ad calcem adiecta est succincta & accurata dialecticæ summi viri D. P. Melanchthonis,& aliorum, ad P. Rami logicam collatio. Francfort : Johannes Saur, 1596.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FD 044

VOSSIUS, Gerardus Joannes. De historicis Latinis libri tres. Leyde : Joannes Maire, 1627.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FD 104

VOSSIUS, Gerardus Joannes. Historiae de controversiis, quas Pelagius ejusque reliquiae moverunt, libri septem. Secunda editio emendatissima, & ultra quartam partem ad autoris apographum sparsim locupletata. Amsterdam : Louis et Daniel Elzevier, 1655.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : FD 178

Bibliographie

BAUBÉROT, Jean. Arminianisme. In Encyclopædia Universalis. [consulté le 28 février 2022]. Disponible sur le Web : <http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/arminianis>

BUNGE, Wiep van, KROP, Henri, LEEUWENBURGH, Bart (Ed.). The dictionary of seventeenth and eighteenth-century Dutch philosophers. Bristol : Thoemmes press, 2003.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 199 DIC

DIBON, Paul. La philosophie néerlandaise au siècle d’or. Tome I. L’enseignement philosophique dans les universités à l’époque précartésienne (1575-1650). Paris, Amsterdam, Londres, New-York : Elsevier, 1954.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : CI 5443/1

DIBON, Paul. Regards sur la Hollande du siècle d’or. Naples : Vivarium, 1990.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 949.2 DIB

MARGOLIN Jean-Claude. Ramus Pierre de la Ramée dit (1515-1572). In Encyclopædia Universalis. [consulté le 28 février 2022]. Disponible sur le Web : <http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/ramus/>

SECRETAN, Catherine, DIBON François. Paul Dibon. In Dictionnaire prosopographique de L’EPHE. [consulté le 28 février 2022]. Disponible sur le Web : <https://prosopo.ephe.psl.eu/paul-dibon>

  1. DIBON, Paul. Regards sur la Hollande du siècle d’or. Naples : Vivarium, 1990. p. 84 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search