Louis Guébin et l’enseignement du dessin

Dans les collections Éducation de la Bibliothèque Diderot de Lyon, l’on croise de temps en temps le nom de Louis Guébin, notamment en tant que donateur ou dédicataire.

Qui était Louis Guébin et quel fut son apport aux collections de la bibliothèque du Musée pédagogique ?

Une carrière consacrée au dessin

Louis Guébin est né en 1854 à Paris. Il a fait toutes ses études et sa carrière dans le dessin. Étudiant à l’École des beaux-arts en 1873, il commence comme professeur de dessin à l’École Monge de 1882 à 1887. Après un bref passage à l’École supérieure de commerce (1889), il est nommé inspecteur de l’enseignement du dessin dans les écoles primaires de Paris ; il devient directeur de l’École normale de dessin, rue Vavin, à Paris de 1890 à 1895, puis inspecteur principal de l’enseignement du dessin dans les écoles primaires de Paris de 1898 à 1914. Il s’éteint en 1933.

Louis Guébin s’est davantage fait connaître par ses combats pour la réforme de l’enseignement du dessin que par des écrits théoriques ou par les œuvres qu’il aurait laissées à la postérité. Ne sont conservés de lui qu’un manuel de dessin, composé avec une dame professeur de dessin, le texte d’une conférence et des rapports.

En 1886, il se marie à Edmée Boulanger et en 1887 naît leur seul fils, Pascal. Malgré une estime réciproque, le mariage sera assez compliqué1.

Un opposant à la « méthode Guillaume »

Dans les années 1880, le dessin devient une matière obligatoire dans le primaire et le secondaire ; l’inspecteur général du dessin Eugène Guillaume impose une méthode et une grammaire du dessin uniques, que ce soit en dessin d’imitation ou en dessin géométrique. L’élève étudie d’abord les figures en deux dimensions, puis les objets dans l’espace (avec notamment la perspective), puis en dernier lieu la figure humaine, les animaux et les paysages ; la figure humaine n’arrivant que dans les grandes classes, tous les élèves qui arrêtent avant ne l’étudient donc jamais. Les programmes sont les mêmes dans les différentes filières de l’enseignement. La géométrie est le fil conducteur de cet enseignement du dessin.

Charvet L. et Pillet J. Enseignement primaire du dessin à l’usage des écoles primaires […]. Paris : Delagrave, 1883 [cote BDL : MS 84006]

Cette « méthode géométrique » ou « méthode Guillaume » suscite assez rapidement de vives critiques : elle est accusée entre autres de dégoûter les élèves du dessin. Nombreux sont les professeurs, à Paris comme en province, qui en dénoncent les limites. Louis Guébin s’oppose fortement à un « ordonnancement géométrique, à la pondération froide et sans vie » nuisible au « sentiment personnel » et à la « spontanéité d’inspiration ». Les écoles primaires de Paris adoptent un programme de dessin qui s’écarte un peu des prescriptions nationales dès le début des années 1890.

Lors des congrès internationaux de l’enseignement du dessin (en 1900 et 1906 à Paris, en 1904 à Bern, en 1908 à Londres), l’abandon de cette méthode est demandé.

Louis Guébin est un farouche partisan de l’adoption d’une méthode « naturelle », qui laisse se développer les facultés de l’enfant et fait place à sa créativité. Une campagne s’organise ; Gaston Quénioux (1864-1951), professeur à l’École nationale des arts décoratifs, en prend la tête dès 1905 ; en 1908, Louis Guébin et Gaston Quénioux participent ensemble à une série de conférences sur l’enseignement du dessin organisées par le Musée pédagogique.

Guébin y défend l’intuition, la prise en compte de la psychologie de l’enfant, l’importance de la couleur, tous ces éléments laissés de côté par la méthode géométrique.

En 1909 est adoptée dans les programmes la méthode dite « intuitive » : la primauté de la géométrie est remise en question, la couleur ainsi que l’observation directe sont remises à l’honneur, les modèles antiques sont détrônés. Ce sont les idées de Quénioux2 et Guébin qui triomphent.

Une vie associative très riche

Parallèlement à sa carrière, Louis Guébin a été actif dans une multitude d’associations liées à l’éducation et souvent proches du mouvement fouriériste : il participe à la formation de l’Association amicale des professeurs de dessin de la Ville de Paris et du département de la Seine en 1887.

Il est membre du conseil d’administration de la Coopération des idées (1899) qui vise à fonder des universités populaires ; il en fonde d’ailleurs une lui-même, le Foyer du peuple, dans le 17e arrondissement, qui fonctionne jusqu’en 1906 ; son fils Pascal utilisera les prospectus périmés du Foyer comme brouillons pour ses exercices !

Dans le même ordre d’idée, il adhère à la Société d’enseignement moderne pour le développement de l’instruction des adultes, qui encourage la création de cours du soir gratuits et ouverts à tous à Paris et dans sa banlieue ; il en deviendra vice-président. En 1902, il prend la tête de la Ligue de l’Enseignement : il participera activement à la rédaction des nouveaux statuts dans les années 1920. Dans le même temps, il participe également au Comité d’études pour l’École unique.

Il est membre de plusieurs associations pour l’enfance en danger et pour la défense de la paix (Ligue internationale pour la paix et la liberté, La Paix par le Droit, l’Institut international de la Paix, etc.).

Parmi toutes ses activités, Louis Guébin trouve encore le temps, à partir des années 1880-85 d’adhérer aux idées phalanstériennes de Fourier. Il devient l’un des habitants de la colonie de Condé-sur-Vesgre, puis, de 1915 à 1930, il en est l’administrateur3.

Le don au Musée pédagogique

La BDL conserve un certain nombre d’ouvrages issus du « don Guébin » : c’est une estampille sur les ouvrages qui a d’abord attiré notre attention.

Le nom du donateur n’a pas toujours été reporté au catalogue (pratique malheureusement courante dans les années anciennes) : le catalogue informatique ne rapporte donc que 15 occurrences avec le nom Guébin en tant que donateur alors que le nombre d’ouvrages donné à la bibliothèque est bien plus important. Pour retrouver ces ouvrages, il ne reste que les anciens registres papier ou, sur les livres eux-mêmes, la présence de l’estampille.

Les archives manquent également pour savoir exactement quand ce don est arrivé. Dans le registre, les premières mentions manuscrites du don Guébin datent d’octobre et novembre 1943.

Est-ce également un don, comme le fonds Boulanger-Guébin déposé aux Archives nationales, de Pascal Guébin, fils unique du couple, mort en 1945 ? Tout porte à le penser.

En effet la BDL conserve un certain nombre de cahiers d’écolier de Pascal Guébin lorsqu’il était au collège Chaptal (59 volumes conservés sous la cote Man 1 et décrits dans Calames : <http://www.calames.abes.fr/pub/#details?id=Calames-201921211255162238>).

Le Musée national de l’éducation à Rouen conserve d’autres cahiers de ce même Pascal Guébin qui complètent la collection. Ce jeune homme brillant deviendra par la suite historien.

Sans surprise, les ouvrages de Louis Guébin traitent de philosophie de l’art, d’histoire de l’art ; ils comprennent des reproductions d’art étranger, des études sur des peintres (Poussin, Delacroix, Gauguin…), des livres sur l’enseignement du dessin en France et ailleurs…

Parmi les ouvrages remarquables à divers titres, on peut noter un ouvrage de Dürer de 1606

ou des petits livres japonais reproduisant des emblèmes (les a-t-il obtenus grâce à son ami Félix Régamey, qui avait effectué deux voyages au Japon ?).

Louis Guébin possédait un monogramme que l’on retrouve sur certains de ces livres (voir aussi les tweets de Julien Bouvard à ce sujet : https://mobile.twitter.com/julienbouvard/status/1470698781566017539).

 Dans une boîte contenant divers prospectus sur l’enseignement du dessin, l’un d’entre eux est marqué au crayon « Louis Guébin » mais il est impossible de déterminer si les autres documents de cet ensemble proviennent ou non de ce même don.

Comme souvent, ces livres dans les collections suscitent beaucoup d’interrogations. On aimerait en savoir davantage sur l’enseignement dispensé par Louis Guébin, sur ses méthodes réelles, sur les circonstances du don, sur la présence de ces livres japonais, mais on en est réduit à quelques conjectures.

Billet rédigé par Claire Giordanengo
(Bibliothèque Diderot de Lyon, département Patrimoine et conservation)

Bibliographie

D’ENFERT Renaud, LAGOUTTE Daniel. Un art pour tous, le dessin à l’école de 1800 à nos jours. Rouen : 2004.
> cote BDL : 238772

D’ENFERT Renaud. Gaston Quénioux et la réforme de l’enseignement du dessin au début du XXe siècle en France. Educació i Història: Revista d’Història de l’Educació [en ligne], n° 37, p. 53-82. Disponible sur le web : <https://raco.cat/index.php/EducacioHistoria/article/view/379410/472664>

Inventaire du fonds Guébin-Boulanger aux Archives nationales [en ligne]. Disponible sur le web : <https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/rechercheconsultation/consultation/ir/pdfIR.action?irId=FRAN_IR_001857>

Gaston Quenioux, le Dessin et son enseignement, 1906. In L’Art social de la Révolution à la Grande Guerre : Anthologie de textes sources [en ligne]. Paris : Publications de l’Institut national d’histoire de l’art, 2014 (généré le 20 janvier 2022). Disponible sur le web : <https://doi.org/10.4000/books.inha.6014>. ISBN : 9782917902868.

  1. Edmée Boulanger a laissé des mémoires : <http://ecritsduforprive.huma-num.fr/biblionum/bensacoun%20nelly/Memoires%20de%20madame%20Guebin.pdf> []
  2. On consultera également son long article sur le dessin dans le Dictionnaire de pédagogie de Ferdinand Buisson&nbsp;: <http://www.inrp.fr/edition-electronique/lodel/dictionnaire-ferdinand-buisson/document.php?id=2539> []
  3. sur la colonie de Condé-sur-Vesgre : <http://charlesfourier.fr/spip.php?article766&%20seine-et-oise> []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search