Langlois père et fille : illustrer le patrimoine normand

Parmi les nombreuses gravures illustrant les fonds patrimoniaux de la Bibliothèque Diderot de Lyon, on trouve des planches signées du nom de Langlois, un graveur normand né à la fin du XVIIIe siècle, dont la passion semble s’être transmise de père en fille.

Eustache-Hyacinthe Langlois

Eustache-Hyacinthe Langlois (1777-1837), surnommé le « Callot normand », est un dessinateur d’antiquités originaire de Pont-de-l’Arche, dans l’Eure. Destiné d’abord à une carrière militaire, il s’en détourne pour s’adonner à sa passion pour le dessin et la gravure. Il se forme auprès de Lemonnier1 et de David2 et s’intéresse à l’architecture, à l’histoire et particulièrement aux monuments de la période médiévale. Il use de son talent de dessinateur pour reproduire les monuments de la région normande et encourager ainsi leur préservation. Érudit et passionné, il s’investit dans les sociétés savantes rouennaises, françaises et étrangères. À la fois artiste et écrivain, il publie plusieurs ouvrages qui reflètent son goût pour le patrimoine architectural, tels que le Recueil de quelques vues de sites et monumens de France, spécialement de Normandie, ou l’Essai historique, philosophique et pittoresque sur les danses des morts3.

Gouache de Delacluze, Musée des Beaux-Arts de Rouen

Bien que la BDL ne possède pas ces ouvrages, ses collections contiennent d’autres œuvres illustrées par Langlois :

  • Le roman de Rou et des ducs de Normandie paru à Rouen, chez Édouard Frère, en 1827
  • Fabliaux et contes des poètes françois publié à Paris, chez Warée, en 1808

Mais également deux études dont il est l’auteur :

  • Memoire sur la peinture sur verre et sur quelques vitraux remarquables des églises de Rouen, publié à Rouen chez F. Baudry, en 1823
  • Mémoire sur la calligraphie des manuscrits du Moyen Age, paru chez F. Baudry à Rouen en 1821

Car l’œuvre de Langlois est vaste : en plus de ses publications, il a réalisé un grand nombre d’illustrations pour la presse, sur commandes, mais aussi pour des particuliers. Malgré ses nombreux travaux et la reconnaissance de son talent par divers artistes et sociétés, Langlois et sa famille vécurent dans une grande misère. En 1828, grâce au soutien de la duchesse de Berry, Langlois obtient le poste de professeur de dessin à l’École des Beaux-Arts de Rouen. Après son décès, une aile du musée des Antiquités dont il fut le conservateur4 lui est dédiée et plus de deux cents de ses dessins sont exposés par la bibliothèque de Rouen. Langlois aurait réalisé environ mille pièces comprenant des dessins, gravures, aquarelles, gouaches, vignettes, frontispices, étiquettes, etc. Sa bibliothèque, vendue en 1838, est le reflet de ses nombreux sujets d’intérêt : philosophie occulte, poèmes médiévaux, théâtre, numismatique, héraldique, devises et proverbes, brochures sur la Normandie…

À certains égards l’art de Langlois peut évoquer le mouvement romantique qui se développe au XIXe siècle. Sa fervente défense du patrimoine normand, et notamment de la cathédrale de Rouen, n’est pas sans rappeler le plaidoyer pour la sauvegarde de Notre-Dame dont Victor Hugo fut l’auteur. Son goût pour l’art et l’architecture médiévale, notamment le gothique, se reflète dans ses représentations de monuments religieux mais aussi dans ses illustrations chevaleresques pour des éditions de littérature médiévale telles que celle du Roman de Rou. Y fait également écho son intérêt particulier pour la danse macabre et le grotesque de même que ses dessins, réalisés avec sa fille Espérance, du tombeau des Énervés de Jumièges. Pour son Essai historique, philosophique et pittoresque sur les danses des morts5 paru en 1851, Langlois a exécuté une soixantaine de gravures, ainsi que des lettres ornées, des bandeaux et des culs de lampe. Cet ouvrage est probablement son œuvre la plus importante. Partant de la description de Rouen au XVIe siècle, Langlois décrit les tombeaux et les sculptures du cloître à la danse macabre, dépasse l’art rouennais pour parler également de Dijon, de Bâle et de Lubeck et disserter plus largement sur la danse des morts. Le livre est publié à titre posthume par André Pottier, conservateur de la bibliothèque de Rouen.

Gravure d’après E. H. Langlois. BARBAZAN. Fabliaux et contes des poètes françois. Paris : B. Warée, 1808. Cote 15037/1

Valoriser et préserver le patrimoine architectural normand

La devise d’Eustache Hyacinthe Langlois, « Un peu de tout, rien en somme », est le reflet de son érudition, modeste mais d’une grande diversité. Langlois a surtout mis ce savoir au service du patrimoine local. Il part de croquis et de notes pour construire progressivement ses ouvrages tels des catalogues de curiosités qui s’ouvrent sur des réflexions artistiques et historiques. Notamment grâce à ses gravures, il fait connaître au grand public le patrimoine architectural de Rouen et de la Normandie, dénonce le vandalisme, et permet de conserver des témoignages fidèles de nombreux monuments. À propos de son essai sur l’art de la peinture sur verre, Langlois écrit :

« Puisse-t-il néanmoins, tout incomplet qu’il est, engager les artistes nos confrères, répandus sur les autres points de la France, à consacrer quelques moments à des travaux du même genre, dans l’espoir de disputer au temps, en recueillant leurs images, en intéressant à leur conservation, des monuments fragiles, proies journalières que lui abandonnent mollement l’insouciance ou que lui livre même une coupable barbarie. »6

Il est également l’auteur de nombreuses notices et de mémoires rédigés pour la Société d’émulation et pour l’académie de Rouen, ainsi que d’articles publiés dans des revues locales comme la Revue normande ou le Journal de Rouen. Mais c’est pour la Commission départementale des Antiquités qu’il réalise un grand nombre de ses dessins, reproduisant diverses églises de la région, parmi lesquelles les abbayes de Saint-Wandrille, Fécamp et Jumièges. Certaines des ornementations reproduites n’existent plus que dans ses œuvres. Langlois a ainsi contribué à la préservation ou à la restauration de plusieurs monuments, dont les vitraux de Saint-Ouen qui furent reconnus comme monuments nationaux en partie grâce au mémoire que Langlois adressa au ministre à leur sujet. Rappelons que si le XIXe siècle est une période de reconnaissance de la notion de patrimoine qui se reflète notamment par la création du poste d’Inspecteur général des monuments historiques en 1830, les édifices religieux quant à eux ne seront inclus dans ce patrimoine qu’après la loi de séparation de l’Église et de l’État de 1905.

Langlois se fait connaître aussi par sa Notice sur l’incendie de la cathédrale de Rouen, occasionné par la foudre le 15 septembre 1822, et sur l’histoire monumentale de cette église, paru chez Baudry en 1823. L’archevêque de Rouen, Mgr. de Bernis, avait commandé ce rapport à Langlois pour le roi. Enrichissant largement ce texte et lui adjoignant cinq gravures et une lithographie, Langlois représente avec une grande fidélité les détails de la flèche avant qu’elle ne soit rongée par l’incendie.

Certaines de ses œuvres sont aujourd’hui de précieux témoignages de l’architecture locale, au nombre desquelles les Stalles de la cathédrale de Rouen7, qui paraît chez Periaux et Legrand en 1838. En effet les stalles décrites et illustrées par Langlois ont été détruites en partie par des bombardements durant la seconde guerre mondiale. Les treize planches qui ornent cet ouvrage, gravées par Langlois d’après les dessins de sa fille Espérance, sont donc l’un des derniers vestiges des miséricordes disparues. 

Planche VIII gravée par E. H. Langlois d’après les croquis d’Espérance Langlois. LANGLOIS, E. H. Stalles de la cathédrale de Rouen. Rouen : Periaux et Legrand, 1838

Le Mémoire sur la peinture sur verre et sur quelques vitraux remarquables des églises de Rouen

Langlois se prend d’affection pour la ville de Rouen, où il s’installe en espérant sortir de la pauvreté. Les églises et leurs vitraux sont mis à l’honneur dans le Mémoire sur la peinture sur verre et sur quelques vitraux remarquables des églises de Rouen, paru en 1823, dont la BDL possède un exemplaire relié au sein d’un recueil factice. Sa fille Espérance est l’auteur des dessins qui ornent cet essai et qui sont gravés sur métal par elle-même ou par E. H. Langlois.

« Vitrail de l’Eglise de St Ouen de Rouen, reg. De Louis XII. » Dess. & grav. d’après le vitrail par Melle Espérance Langlois. Memoire sur la peinture sur verre et sur quelques vitraux remarquables des églises de Rouen. Rouen : F. Baudry, 1823. (Cote 3RC 2702-3)

Dans cette étude sur l’art du vitrail, l’un des mérites de Langlois est de citer non seulement les vitraux des églises de Rouen et de Normandie, ainsi que celles de plusieurs autres régions françaises, évoquant les églises de Chartres, qu’il a également dessinées, de Strasbourg, de Paris, mais aussi des églises étrangères. Il aborde aussi bien l’histoire de cet art que ses différentes techniques, et cite nombre d’artistes. Langlois ne tarit pas d’éloges sur ces derniers :

« L’extension considérable que Jean de Bruges sut donner à l’emploi des émaux, l’en ont fait communément considérer comme l’inventeur ; mais le célèbre Bernard Palissy et Pinaigrier élevèrent parmi nous cette branche de l’art au plus haut degré de perfection. […] D’ailleurs, la peinture sur verre naquit en France, et, j’aime à le rappeler pour la gloire de nos ancêtres, cette assertion est fortifiée du plus illustre témoignage, celui du grand et vénérable abbé Suger. »

Son ouvrage situe donc les vitraux normands dans un large panorama. Pour l’histoire de l’art, ces gravures sont intéressantes par leur réalisme. Pour reprendre une citation de N. Chaline dans Trésors des abbayes normandes : « ces recueils fournissent à l’historien une mine de renseignements…, car leurs gravures, même lorsqu’elles situent les monuments dans une atmosphère romantique respectent la réalité des détails archéologiques »8.

Parmi les vitraux de la cathédrale de Rouen sont représentés ceux de Julien l’Hospitalier, ceux-là même qui inspirent à Flaubert l’un de ses Trois contes : « La légende de Saint Julien l’Hospitalier ». Travaillant à son œuvre, Flaubert consulte le Mémoire de Langlois. Il écrit :

« Je désirais mettre à la suite de Saint Julien le vitrail de la cathédrale de Rouen ; il s’agissait de colorier la planche qui se trouve dans le livre de Langlois, rien de plus. Et cette illustration me plaisait précisément parce que ce n’était pas une illustration, mais un document historique. »

« Vitrail de l’église cathédrale de Rouen XIIIe siècle ». Dess. et grav. d’après le vitrail par Melle Espérance Langlois. Memoire sur la peinture sur verre et sur quelques vitraux remarquables des églises de Rouen. Rouen : F. Baudry, 1823. (Cote 3RC 2702-3)

Le Mémoire sur la calligraphie des manuscrits du Moyen Age

Cet ouvrage est également relié au sein du recueil factice dont le thème commun est l’art. Il est rédigé à l’attention de la Société libre d’émulation de Rouen en 1821. Sur la page de titre, il est intéressant de noter que Langlois se présente avant tout comme peintre. Dans cet ouvrage il s’intéresse à l’histoire de l’ornementation des manuscrits, la faisant remonter à l’antiquité grecque et romaine, voire égyptienne. Il s’attache en particulier aux enluminures et aux miniatures, valorisant notamment les œuvres des XVe et XVIe siècles et leurs « délicieux arabesques des règnes de Louis XII, François Ier et Henri II ». L’ouvrage est enrichi de nombreuses notes de bas de page qui témoignent des recherches documentées de l’auteur.

« Figures tirées des merveilles du monde, M. S. de la Bibl. R.le ». LANGLOIS, E. H. Mémoire sur la calligraphie des manuscrits du Moyen Age. Rouen : Baudry, 1821. Cote 3RC 2702-4

Une planche gravée sur métal d’après les dessins d’Espérance Langlois reproduit des figures de chimères et de créatures fantastiques tirées du Livre des merveilles du monde, manuscrit de Nicolas Flamel composé en 1336, d’après l’auteur, et conservé à la Bibliothèque nationale de France9. On y distingue entre autres un cyclope, des dragons, ou encore un homme à tête de chien.

La version initiale de ce mémoire en 1821 compte 27 pages et une planche gravée, mais il sera par la suite largement enrichi par Langlois jusqu’à devenir un essai de 300 pages environ, illustré de sept gravures, qui paraît en 1832 chez Édouard Frère sous le titre Essai historique et descriptif sur la peinture sur verre ancienne et moderne, et sur les vitraux les plus remarquables de quelques monumens français et étrangers, suivi de la biographie des plus célèbres peintres-verriers10

Tel père telle fille

Eustache-Hyacinthe Langlois a donc initié sa fille Espérance, mais aussi son fils Polyclès, au dessin et à la gravure. Espérance participe davantage aux travaux de son père et réalise plusieurs croquis pour ses publications sur les monuments historiques de Rouen, comme en témoigne le recueil factice qui fait partie des collections de la BDL. Ses sujets sont principalement historiques et archéologiques, mais on lui attribue également des huiles de scènes de genre et des portraits. Elle se consacre à ses talents de dessinatrice qui lui valent de travailler à la peinture sur porcelaine pour la manufacture de Sèvres. La qualité de ses travaux est aussi reconnue par l’académie des Beaux-Arts de Rouen qui lui attribue la médaille d’argent dans la catégorie « genre »11.

La plupart de ses illustrations sont publiées dans des œuvres écrites par son père, ou bien le fruit d’une collaboration avec ce dernier qui procède parfois à la gravure. Mais elle réalise aussi elle-même des gravures pour des œuvres publiées chez des imprimeurs rouennais comme c’est le cas pour le Diaire ou Journal du voyage du chancelier Séguier en Normandie, paru chez Édouard Frère en 1842. Espérance grave pour le frontispice une illustration d’Israël Silvestre :

« Rouen au XVIIe siècle ». Gravé en 1820 par Melle Espérance Langlois d’après Israël Silvestre, vers 1650. SÉGUIER, Pierre. Diaire ou Journal du voyage du chancelier Séguier en Normandie. Rouen : Edouard Frère, 1842. Cote 003362

La formation d’Espérance au dessin et à la gravure par son père, ainsi que la certaine notoriété de ce dernier, ont joué un rôle clé dans son accession au milieu artistique professionnel. Le plus souvent, la pratique du dessin était plutôt enseignée aux filles de familles aisées et considérée comme un talent d’agrément, au même titre que la musique. L’accès à une carrière artistique pour les femmes est, comme le déplore Léon Lagrange en 1860 dans son article « Du rang des femmes dans les arts »12, d’autant plus difficile que les écoles de dessin ne leur sont pas ouvertes :

« Non seulement il n’existe pas de conservatoires de dessin, mais il n’existe, en France, qu’une seule école publique gratuite de dessin pour les femmes, c’est celle que la ville de Paris a fondée, et que dirige avec tant de talent mademoiselle Rosa Bonheur. […] La France possède, dans tous les chefs-lieux de départements et dans d’autres villes importantes, des écoles communales de dessin. Qui nous expliquera pourquoi les femmes en sont exclues ? ».

Dans le domaine de la gravure, parmi les femmes qui, ayant pu bénéficier d’une éducation artistique, ont pu vendre ou publier leurs œuvres, Charlotte Foucher Zarmanian13 souligne que celles-ci travaillaient le plus souvent à la gravure dite de reproduction, c’est-à-dire de transcription d’une autre œuvre (peinture, dessin), mais rarement à la gravure d’invention, plutôt dominée par les hommes. En effet selon Léon Lagrange, si la société a tout intérêt à ouvrir l’accès à une éducation artistique aux femmes, elles n’en concurrenceraient pas pour autant les hommes dans ce domaine. Il distingue au sein des différents arts, des genres « majeurs » et « mineurs » correspondant respectivement au talent masculin et au tempérament féminin :

« Le génie mâle n’a rien à redouter du goût féminin. Au premier les grandes conceptions architecturales, la statuaire, la peinture dans son expression la plus élevée, la gravure des œuvres qui exigent une plus haute conception de l’idéal, en un mot, le grand art. Aux femmes, les genres que les femmes ont de tout temps préférés : le portrait […], le pastel […], les fleurs […], le genre et toutes ses variétés […]. Aux femmes surtout la gravure, cet art de sacrifice, qui correspond si bien au rôle d’abnégation et de dévouement que la femme honnête remplit avec bonheur sur la terre »

Il plaide pour l’ouverture des écoles communales gratuites de dessin aux femmes, ce qui selon lui est avant tout un enjeu de justice sociale qui permettrait aux femmes de toutes conditions de pouvoir prétendre à des métiers incluant une dimension artistique, telle que la peinture de porcelaine que pratique Espérance, dans l’industrie ou le commerce, mais ne remet pas en question la place prédominante des hommes dans les beaux-arts.

Ainsi les gravures de reproduction réalisées par Espérance, de même que sa participation aux œuvres de son père, ont été le moyen pour elle de concrétiser sa vocation artistique dans un domaine encore très inégalement accessible. Espérance Langlois signe d’ailleurs ses illustrations et ses gravures de son nom de jeune fille, s’inscrivant par là même dans le sillage de son père, tout en prenant une certaine distance avec son statut familial d’épouse14 ; ceci nous rappelle la problématique sociale que pouvait représenter le choix pour une femme au XIXe siècle d’embrasser une carrière artistique.

Billet rédigé par Émilie Bleschet
Département Patrimoine et Conservation

Sources

LANGLOIS, Eustache-Hyacinthe. Mémoire sur la peinture sur verre et sur quelques vitraux remarquables des églises de Rouen. Rouen : F. Baudry, 1823.
> Cote BDL : 3RC 2702-3

LANGLOIS, Eustache-Hyacinthe. Mémoire sur la calligraphie des manuscrits du Moyen Age. Rouen : F. Baudry, 1821.
> Cote BDL : 3RC 2702-4

WACE, Robert. Le roman de Rou et des ducs de Normandie. Rouen : Édouard Frère, 1827.
> Cote BDL : 15032

BARBAZAN, Étienne. Fabliaux et contes des poètes françois. Paris : B. Warée, 1808
> Cotes BDL : 15037 et 17535

VERTHAMONT, François de. Diaire ou Journal du voyage du chancelier Séguier en Normandie. Rouen : Édouard Frère, 1842
> Cote BDL : 003362

Bibliographie

BOUCHON, Chantal. La renaissance du vitrail : E.-H. Langlois. Études Normandes. 38e année, n°4. 1989. Le vitrail normand au XIXe siècle. pp. 34-40. Disponible sur le web : <https://www.persee.fr/doc/etnor_0014-2158_1989_num_38_4_2844>

FOUCHER ZARMANIAN, Charlotte. Aux femmes surtout la gravure. Nouvelles de l’estampe. 249 | 2014. Mis en ligne le 15 octobre 2019. [consulté le 07 septembre 2021]. Disponible sur le web : <http://journals.openedition.org/estampe/662>

LAGRANGE, Léon. Du rang des femmes dans les arts. La Gazette des Beaux-Arts. Paris : 1860

LAUNAY, Armand. Biographie de Eustache-Hyacinthe Langlois (Pont-de-l’Arche, 1777 – Rouen, 1837). In Pont-de-l’Arche ma ville [en ligne]. [consulté le 01/09/21]. Disponible sur le web : <http://pontdelarche.over-blog.com/article-biographie-de-eustache-hyacinthe-langlois-pont-de-l-arche-1777-rouen-1837-78887099.html>

LEBRUN-JOUVE, Claudine. Langlois, Eustache-Hyacinthe (1777, Pont-de-L’arche – 1838, Rouen). 23-03-20. [consulté le 29-06-21]. Disponible sur le web : <https://www.inha.fr/fr/ressources/publications/publications-numeriques/dictionnaire-critique-des-historiens-de-l-art/langlois-eustache-hyacinthe.html>

LE MEN, Ségolène. Langlois Eustache Hyacinthe – (1777-1837). In Encyclopædia Universalis [en ligne]. [consulté le 13 avril 2021]. Disponible sur le web : <http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/eustache-hyacinthe-langlois/>

RICHARD, Charles. Notice sur E.-H. Langlois. In LANGLOIS, E. H. Stalles de la cathédrale de Rouen. Rouen : N. Périaux et E. Legrand, 1838. Disponible sur le web : <https://books.google.fr/books?id=y3_08JFKSBwC&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false>

  1. Anicet Charles Gabriel Lemonnier (1743-1824) : peintre français []
  2. Jacques-Louis David (1748-1825) : peintre français néo-classique []
  3. Consultable sur Gallica : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k110051h/f1.item> []
  4. Langlois a participé avec Achille Deville à la création de ce musée qui ouvre ses portes en 1831. []
  5. Consultable sur Gallica : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k110051h/f1.item> []
  6. LANGLOIS, Eustache-Hyacinthe. Memoire sur la peinture sur verre et sur quelques vitraux remarquables des églises de Rouen. Rouen : F. Baudry, 1823. p .51-52 []
  7. Consultable sur Google books : <https://books.google.fr/books?id=y3_08JFKSBwC&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false> []
  8. CHALINE Nadine. Trésors des abbayes normandes. p. 485. Cité par Chantal Bouchon dans : « La renaissance du vitrail : E.-H. Langlois ». []
  9. Consultation possible sur Gallica : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b52000858n > []
  10. Consultable à la BML et sur Numelyo :< https://numelyo.bm-lyon.fr/f_view/BML:BML_00GOO0100137001101427933#> []
  11. Cf la Revue de Rouen paru en 1835 chez Nicétas Périaux, T. 5, p. 63 : <https://books.google.fr/books?id=PkkYAAAAYAAJ&pg=PA63&redir_esc=y#v=onepage&q&f=false> []
  12. Gazette des beaux-arts, octobre 1860, p. 39 []
  13. Dans son étude sur Marie et Louise Danse « Aux femmes surtout la gravure », Nouvelles de l’estampe [en ligne] 2014. []
  14. Espérance Langlois (1805-1864), est aussi connue sous le nom de Bourlet de la Vallée, après son mariage avec l’avocat Jean Adrien Bourlet de la Vallée. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Renazé dit :

    Très riche article, bien détaillé sur ma ville de coeur, une famille d’artiste importante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search