Étude de 4 livrets imprimés par les Chalopin [billet 3/3]

Troisième partie du billet réalisé dans le cadre d’un travail d’étudiants du Collège Lettres & Histoire de l’université Lyon 3.

 

Le corpus étudié est composé de quatre petits livres de la Bibliothèque bleue imprimés chez Pierre Chalopin à Caen.

I. Descriptions bibliographiques

Histoire nouvelle et divertissante du Bon Homme Misère

Le premier livre est celui du Bon Homme Misère. Il est vendu 4 sous, chez l’imprimeur-libraire Pierre Chalopin situé rue de la Froide-Rue ; il comporte 24 pages et est recouvert d’une couverture bleu gris. Les pages sont assemblées sous forme de cahiers par une ficelle blanche. La page de titre présente un titre long : Histoire nouvelle et divertissante du Bon Homme Misère, dans laquelle on verra ce que c’est que la Misère, où elle a pris son origine, comme elle a trompé la Mort, et quand elle finira dans le monde. On y trouve aussi une image : le buste d’un homme de profil. Le nom de l’auteur n’est pas inscrit dans le livret. Le titre courant est « Origine de Misère » (avec une erreur page 6), le livret est paginé. Il contient 2 cahiers, comme le montrent les signatures, l’un de 8 feuillets, l’autre de 4. Ce livre possède aussi une note de bas de page aux pages 7 et 15 : ces notes étaient souvent enlevées pour les livres destinés à la lecture orale.

Fortunée

Le deuxième livre est intitulé Fortunée et comprend 24 pages. Il n’est composé que d’un seul cahier de 12 feuillets (signés A), paginé. La dernière page montre deux motifs : le portrait d’un homme et un bouquet de fleurs. Le titre du récit est inscrit sur la première page qui sert de couvrure ; on le retrouve sur la deuxième page accompagné de la mention « conte », puis en titre courant. L’auteur du conte n’est pas mentionné.

La 4e de couverture
Barbe-Bleue

Le troisième livret, proche du précédent, est celui de Barbe-Bleue ; il comprend 12 pages formant un seul cahier. Comme pour Fortunée, il y a deux motifs sur la dernière page : le profil d’un homme et deux oiseaux entourés de branches, gravés. On trouve le titre de l’histoire en première et en troisième page, assorti de la mention « conte ». Le livre est paginé, « La Barbe-Bleue » sert de titre courant (avec une faute pages 10 et 11). Une moralité termine le récit.

Jeune et Belle, conte nouveau

Le quatrième ouvrage est celui de Jeune et Belle, conte nouveau dont la bibliothèque possède deux exemplaires. La couverture est bleue, le livret est paginé. Il est composé de 4 cahiers signés, de 8 et 4 feuillets alternativement. Avec ses 48 pages, il s’agit du plus long des récits étudiés. On retrouve sur la page de titre le même fleuron qu’à la fin de Barbe-Bleue : deux oiseaux encadrés de branches. Dessous est inscrit le lieu d’impression « A Troyes » et le nom de l’imprimeur « Chez Jean Garnier, Imprimeur-Libraire, rue du Temple ». C’est l’adresse éditoriale. Dans le pied de page se trouve la mention « Avec Permission ». Sur la troisième page : le titre avec la mention « conte nouveau », et une illustration (le visage d’un homme qui porte une couronne de laurier de profil). Jeune et belle est inscrit également en titre courant.

Jeune et Belle et la 4e de couverture de Barbe-bleue

Dans les trois premiers livres, la vignette du portrait de l’homme est toujours la même.

Le buste identique

Des éléments se retrouvent dans les quatre livres : le nom de l’histoire et la pagination dans l’en-tête, la présence d’ornements. La localisation des gravures et leur nombre est variable ; les images n’illustrent jamais l’histoire mais sont plutôt là pour inciter le lecteur à acheter. Ces gravures ne sont pas inédites et sont réutilisées pour plusieurs livres. La technique de la gravure sur bois est généralement utilisée car elle est peu coûteuse ; le motif est imprimé en relief puis encré, les imprimeurs réutilisent plusieurs fois la même gravure. Le nom de l’imprimeur, ainsi que le prix et lieu de vente ne sont pas toujours inscrits comme c’est le cas dans Bon homme Misère. Ces livres n’ont pas tous une morale ou un court résumé. La mise en page n’est donc pas totalement uniforme.

II. Les exemples de réadaptation de contes par la Bibliothèque bleue

Jeune et Belle, conte de fées

Jeune et Belle est un conte de fées en prose rédigé par la romancière et conteuse française Henriette-Julie de Castelnau (1670-1716), comtesse de Murat. Il fut publié en 1698 dans le recueil Contes de Fées, alors que le genre du « conte à la française » est à son apogée dans la décennie 1690.

Ce conte emprunte beaucoup à l’univers mythologique avec des personnages tels que Zéphyr, Vénus, Diane, Patrocle, Narcisse ou encore des créatures de l’imaginaire antique comme les sirènes et les tritons. À cela s’ajoute un univers médiéval parcouru des thèmes de la poésie et de la littérature de chevalerie comme l’amour courtois, la lutte contre les dragons, les prouesses ou encore la rivalité d’influence, qui sont des sujets très en vogue sous l’Ancien Régime. D’autres éléments en revanche sont très contemporains et témoignent de la fascination de l’auteur et de sa génération pour le château de Versailles. En effet, le château des Fleurs, au milieu de la forêt, renvoie clairement au château de Versailles. La description détaillée du faste, de la richesse et du raffinement de château ainsi que des jardins, des cours d’eau et des fontaines évoque bien la réalité de Versailles, centre de pouvoir hors la ville. Dans le conte, le contraste entre le monde de la ville et de la campagne est d’ailleurs saisissant. La ville et la cour sont décrites comme un univers hostile, lieu des artifices, de la superficialité, des tentations et des tensions. À l’inverse, la campagne est le cadre de l’émerveillement comme en témoigne le champ lexical de la féérie pour l’environnement pastoral : « bois charmant », « prairie délicieuse ». Ce contraste ville/campagne se reflète dans les vertus, les vices et les caractères des personnages. Tandis que les hommes de la cour sont artificiels, profiteurs et orgueilleux, le berger est simple, honnête, tranquille et possède beaucoup d’esprit. On retrouve bien là la tradition selon laquelle au XVIIIe siècle, le personnage du berger incarne l’idéal de vertu, de dévotion, de travail et de fidélité. La hiérarchie des valeurs paraît primer sur la hiérarchie sociale, même si ce dernier point est à nuancer puisqu’on découvre que le berger a des origines aristocratiques et princières. Un autre élément contemporain serait l’introduction d’esclaves dans la société française depuis les colonies du royaume. Dans le conte, ce sont des esclaves qui gardent en effet le troupeau. Enfin, l’action du conte se déroule lors d’un hiver particulièrement rigoureux comme l’époque en connut en raison du « petit âge glaciaire ». Pour terminer, ce conte a fait l’objet d’une réédition de la maison Chalopin et intègre ainsi le catalogue de la Bibliothèque bleue de Caen. Deux vignettes provenant de l’atelier de Chalopin décorent cette contrefaçon, à l’adresse de Troyes « avec permission ». Si cette version du récit reste fidèle à la version originale de la comtesse de Murat, elle est toutefois simplifiée par Chalopin, sans doute pour élargir et diversifier son public tout en s’adaptant à lui. Les différences se situent surtout au niveau de ce que Raymonde Robert nomme « l’écriture féerique1». Dans la version de la Bibliothèque bleue on retrouve plus explicitement et « simplement » le schéma classique du conte de fées qui structure le récit, c’est-à-dire la réparation du méfait avec la libération d’Alidor, la mise en évidence d’un couple héroïque que sont « Jeune et Belle » et son berger qui résistent chacun aux tentations et aux artifices, et enfin l’instauration d’un ordre féerique avec un univers empreint de fantastique et des personnages imaginaires.

L’histoire du Bon homme Misère

Elle est présentée par le narrateur comme le récit d’un conte fait par un curé rencontré lors d’un voyage en Italie.

Vivait dans une paroisse un homme nommé Misère qui parvint à tromper la mort. Voici comme la chose advint. Deux hommes se retrouvent chez Monsieur Misère, un homme très pauvre et chagriné par le vol de ses poires, qui accueille chez lui ces étrangers de passage en quête d’un abri. Ayant entendu Monsieur Misère souhaiter se venger du voleur, les deux hommes prièrent Dieu d’exaucer son vœu. Lorsque le voleur revient voler les poires de Misère, il se retrouve alors piégé dans le poirier et ne peut en descendre que grâce à l’autorisation de Monsieur Misère. Désormais, toute personne montant dans l’arbre est faite prisonnière et ne peut en descendre que sous l’ordre de Monsieur Misère. Plus tard, la mort qui était venue chercher Monsieur Misère se retrouve elle aussi piégée grâce à ce stratagème. Ce dernier promet à la mort de la laisser descendre en échange de sa vie éternelle.

Le conte du Bon homme Misère fut l’une des éditions les plus populaires de la Bibliothèque bleue. Sa plus vieille occurrence date du 1er juillet 1719 et est signée Sieur de la Rivière. Il se peut que le conte du Bon homme Misère ait déjà été édité par les Oudot en 1665. La présence de ce récit dans la Bibliothèque bleue daterait alors de la seconde moitié du XVIIe siècle voire, de manière plus certaine, du début du XVIIIe siècle. Dans une étude déjà ancienne, Champfleury rapporte que cet ouvrage de la Bibliothèque bleue eut un tel succès qu’il fut réimprimé sans cesse pendant deux siècles à grande échelle. Champfleury parle de plusieurs milliards d’exemplaires de tirages2. Le thème de la mort, présent dans ce conte, appartient à la littérature macabre, liée très fortement au catholicisme et à la sensibilité baroque. Le conte tient pourtant sa source d’un récit très ancien venu d’Italie. Dans ce récit, le personnage est le jeune Federigo qui héberge le Christ et bénéficie en échange de trois vœux. L’un des vœux est de pouvoir piéger quiconque monterait dans son oranger. Federigo trompe lui aussi la mort de la même manière que monsieur Misère mais ne rallonge son existence que de quelques années pour la finir en enfer. Il y a donc de fortes similitudes entre les deux récits comme la présence de la mort, de l’arbre ou encore du souhait. D’autres contes européens sont aussi similaires, comme en Allemagne avec le pêcheur et sa femme, le conte gascon de La Ramée ou encore un gwerz breton datant de 1700. Champfleury souligne d’ailleurs que la transmission de ce conte s’est faite par l’oral, ce qui expliquerait sa présence dans diverses parties de l’Europe : « Dans ces voyages infinis de bouches en bouches, les mauvais vers sont mis de côté, les véritables formules de la pensée sont fixées3. » Le conte du Bon homme Misère est donc un conte issu de la tradition orale populaire ayant puisé sa source en Italie.

Le conte de Barbe-bleue

Il est inspiré de la version établie par Charles Perrault et publiée dans ses Contes de ma mère l’Oye en 1697.

Il est question d’un homme riche et repoussant dont les épouses disparaissent. Après le refus de ses voisines de l’épouser, seule l’une d’entre elles accepte, attirée par les richesses. Alors que Barbe-bleue s’est absenté en lui laissant toutes les clés du château, elle lui désobéit en ouvrant la seule porte interdite. Elle découvre alors les cadavres des épouses précédentes et laisse tomber de stupeur la clé. Alors que Barbe-bleue, découvrant l’imposture, décide d’égorger sa femme, celle-ci obtient de recevoir d’abord sa sœur Anne et ses deux frères, lesquels parviennent, quand tout espoir semble perdu, à sauver leur sœur en tuant Barbe-bleue. Le personnage de Barbe-bleue est une variante du personnage de l’ogre qui s’attaque aux femmes et aux enfants dans la tradition orale. Il rappelle Cronos et Médée dans la mythologie grecque qui ont, eux aussi, un comportement infanticide. Mais la version de Perrault semble prendre son inspiration dans plusieurs sources, la Bible et le péché d’Ève, ou encore le mythe de Didon et de sa sœur Anne (L’Énéide, livre IV), peut-être même le roi d’Angleterre Henri VIII. Du texte de Perrault, Chalopin suit fidèlement la trame mais modernise la langue.

Le conte de fées Fortunée

Fortunée est un conte de fées écrit et publié vers 1697-1698 par Marie-Catherine d’Aulnoy à laquelle le genre du conte merveilleux ou conte de fées doit beaucoup.

En 1690, est publié son roman Histoire d’Hypolite, comte de Duglas, livre second qui inclut le premier conte de fées littéraire français : L’Ile de la félicité.

Antoine Furetière définit alors, dans son dictionnaire universel de 1690, le conte de fées comme un « terme qu’on trouve dans les vieux romans, qui s’est dit de certaines femmes ayant le secret de faire des choses surprenantes ». L’auteure inclut d’ailleurs de nombreuses allégories et des satires dans ses œuvres de façon à critiquer la cour et la société française du XVIIe siècle. À sa sortie, le conte connait immédiatement un grand succès mais l’auteur le signe anonymement sous le nom « Madame d’**** », car il n’est pas convenable pour une femme noble de publier sous son nom et parce que ce nouveau genre est encore sujet à débats. C’est à Marie-Catherine d’Aulnoy que l’on doit l’idée de faire passer les contes de l’oral à l’écrit : ses écrits reprennent quelques idées tirées du folklore mais les histoires restent originales et étaient racontés dans les salons littéraires du XVIIe siècle. Le succès ne fut pas seulement français mais aussi anglais, jusqu’à inspirer le théâtre des deux pays. Jusqu’au XIXe siècle, des dramaturges français s’inspirent en effet des trames de ses œuvres pour les transformer en pièces de théâtre. Son audience est cependant limitée par le succès que rencontre son contemporain Charles Perrault. Ses contes font toutefois l’objet d’une réédition dans la Bibliothèque Bleue : la maison Chalopin publie entre 1777 et 1822 ses contes de fées : la Princesse Rosette, La Grenouille bienfaisante, conte nouveau tiré des Fées, et Fortunée.

L’héroïne du conte est une jeune fille appelée Fortunée dont le père vient de mourir et qui est victime des méfaits de son frère Badou. Une nuit, alors qu’elle va chercher de l’eau pour arroser ses œillets, Fortunée rencontre la reine des Bois qui lui remplit sa cruche d’or. En rentrant chez elle, elle remarque que Badou lui a volé ses œillets, et qu’elle doit partir les récupérer. Finalement, à la fin du récit, la reine apprend à Fortunée qu’elle est née princesse, qu’elle est sa tante, et que les œillets sont en réalité son fils. Les fleurs se transforment alors en un prince, que Fortunée prend pour époux.

Conclusion

La Bibliothèque bleue a su se renouveler, de sa création au XVIe jusqu’à son apogée au XVIIIe siècle, en proposant des contes, des récits et des cantiques adaptés aux nouvelles mentalités de la société d’Ancien Régime. Ainsi, du chevalier vertueux au berger dévot, du prince à l’artisan, de la puissante ville aux campagnes féeriques, ces évolutions témoignent bien d’un renouveau des conceptions sociales de l’individu au cours du XVIIIe siècle. Un même conte s’adapte aux préoccupations et aux mentalités locales pour permettre une certaine identification et une valorisation du lecteur dans son rapport à la société. En effet, cette littérature autant célébrée que décriée, constitue un outil d’analyse indispensable aux historiens pour comprendre l’univers et l’imaginaire du public dans sa diversité, sa complexité et ses limites, grâce aux récits bien sûr, mais également au rôle de l’image comme vecteur de représentation. En outre, ces livrets apportent des indications sur le contexte économique et sur le commerce de l’imprimerie comme nous l’avons mis en évidence avec les stratégies éditoriales de la famille Chalopin à Caen au début du XVIIIe siècle. Les méthodes de diffusion des ouvrages, de l’imprimerie aux colporteurs en passant par les foires, nous permettent de dégager un circuit bien établi, efficace et prospère qui a joué un rôle indéniable dans la croissance de l’alphabétisation et des connaissances à l’échelle du royaume. C’est cet héritage et cette volonté tant moralisatrice que pédagogique que l’on retrouve encore de nos jours avec les livres de la Bibliothèque rose et la Bibliothèque verte.

Billet écrit par les étudiants du collège Lettres & Histoire
de l’université Lyon 3

AGOPIAN Jean-Baptiste (L2 Lettres), BAYLE Toscane (L3 Histoire), MAIGNIEN Arnault (L3 Histoire/Géographie) et MOREL Solène (L2 Lettres)

Sources

Histoire nouvelle et divertissante du bon homme Misere, dans laquelle on verra ce que c’est que la misère, où elle a pris son origine, comme elle a trompé la mort, et quand elle finira dans le monde. Caen : chez P. Chalopin, [entre 1743 et 1822]
> Cote BDL : 2RA 4532

AULNOY, Marie-Catherine Le Jumel de Barneville (baronne d’). Fortunée. [Caen : par les Chalopin], [entre 1743 et 1834]
> Cote BDL : 2RA 4539

PERRAULT, Charles. Barbe-bleue. [Caen : par les Chalopin], [entre 1743 et 1834]
> Cote BDL : 2RA 4537

MURAT, Henriette-Julie de Castelnau (comtesse de). Jeune et belle, conte nouveau. Caen/Troyes : chez Pierre Chalopin/chez Jean Garnier, [entre 1743 et 1834]
> Cotes BDL : 2RA 1351 et 2RA 4659

 

  1. ROBERT Raymonde. Le conte de fées littéraire en France. De la fin du XVIIe à la fin du XVIIIe siècle. Paris : H. Champion, 2002. []
  2. CHAMPFLEURY. Recherches sur les origines et les variations de la légende du bonhomme Misère. Paris : Poulet-Malassis et de Broise, éditeurs, 1861. p. 5. []
  3. [1] Ibid., p. 20. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.