John Lubbock et les insectes

  • Image4
  • IMG_20211105_091715_resized_20211105_093247591
  • Image2
  • Fleurs (2)
  • Image1
  • abeilles
  • tableau

Après avoir présenté le mois dernier, Mémoires pour servir à l’histoire des insectes de René Antoine Ferchault de Réaumur (1683-1757), nous poursuivons la présentation d’ouvrages d’entomologie conservés dans les fonds anciens de la BU, avec deux livres rédigés par John Lubbock (1834-1913), un des meilleurs vulgarisateurs scientifiques de son temps : Les Insectes et fleurs sauvages, leurs rapports réciproques, traduit par Edmond Barbier et publié chez C. Reinsvald en 1879 et Fourmis, abeilles et guêpes: études expérimentales sur l’organisation et les mœurs des sociétés d’insectes hyménoptères, édité par la Librairie Germer Baillière en 1883.

Les Insectes et fleurs sauvages, leurs rapports réciproques (1879)

Fourmis, abeilles et guêpes: études expérimentales sur l'organisation et les mœurs des sociétés d'insectes hyménoptères (1883)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

John Lubbock (1834-1913)

Comme son père, Sir John William Lubbock (1803-1865), banquier, mathématicien et astronome britannique, John Lubbock étudie au collège d’Eton puis rejoint la banque familiale tout en continuant à s’intéresser à de multiples domaines: l’anthropologie, la sociologie, la philosophie, la préhistoire, la botanique et l’entomologie. Ami de Charles Darwin, il entretient avec lui une abondante correspondance et participe activement à la diffusion de la théorie de l’évolution. Très prolixe, il publie de très nombreux articles et vingt-cinq livres environ sur des sujets très divers. Son œuvre a eu une forte influence dans les domaines de l’archéologie et de l’entomologie. Il est le premier en 1865, à utiliser dans son livre, L’homme préhistorique, les termes Paléolithique et Néolithique pour faire la distinction entre ces deux périodes de l’Âge de pierre.  Ses recherches sur les insectes et en particulier les hyménoptères sociaux (fourmis, abeilles et guêpes) lui vaudront une notoriété internationale.

Les insectes et les fleurs sauvages

Les Insectes et fleurs sauvages, leurs rapports réciproques (1879)

 

Les Insectes et fleurs sauvages, leurs rapports réciproques (1879)

Orchis mascula

C’est en 1879 que paraît la version française de l’ouvrage de John Lubbock, On british wild flowers considered in relation to insects with numerous, publié à Londres chez Macmillan en 1875. La traduction est réalisée par Edmond Barbier (1834?-1880) qui est également le traducteur de Charles Darwin. Cet ouvrage de petit format (in-8) de 227 pages est relié en percaline verte. La couverture et le dos sont illustrés, les tranches rouges. Il comporte 131 gravures en noir dans le texte. L’ouvrage numérisé avec le soutien de la BnF est consultable en ligne.

Dans son introduction John Lubbock explique que lorsqu’il a commencé ses observations sur les rapports qu’entretiennent les fleurs et les insectes son but était de : « développer chez [ses] enfants l’amour de l’histoire naturelle, dont l’étude [lui avait] procuré tant de jouissance réelles ». C’est donc un ouvrage très accessible qu’il a voulu écrire, il précise : « J’ai évité, autant que possible, l’emploi de termes techniques, et j’ai expliqué, dans un petit vocabulaire, la signification exacte de ceux dont j’ai été forcé de me servir. ». Il prend aussi la précaution d’avertir ses lecteurs que le sujet est nouveau et que par conséquent les déductions qu’il en tire doivent être interprétées comme des hypothèses qui méritent d’être confirmées par des travaux ultérieurs.

Fourmis abeilles et guêpes

Fourmis, abeilles et guêpes: études expérimentales sur l’organisation et les mœurs des sociétés d’insectes hyménoptères (traduction française de Ants, bees, and wasps, a record of observations on the habits of the social hymenoptera) est publié en 1883 par la Librairie Germer Baillières dans la collection « Bibliothèque scientifique internationale », un an après sa parution en Angleterre. L’ouvrage comporte deux volumes, le premier est consacré aux fourmis tandis que le second étudie surtout les abeilles et les guêpes. La BU Lyon 1 possède uniquement le tome 2. Dans ce volume de format in-8, relié en percaline prune avec fers dorés sur les plats, John Lubbock décrit l’expérience qu’il a réalisée avec les abeilles pour montrer que les insectes reconnaissent les couleurs: « Je mis une abeille sur du miel […] placé sur du papier bleu » et plus loin « j’avais mis pareille quantité de miel sur un papier orange. Quand elle eut fait deux voyages, je transposai les papiers ; elle revint quand même chercher le miel du papier bleu, je les transposai de nouveau, et de nouveau elle suivit la couleur, quoiqu’il fût resté du miel à la même place. ». Il répète l’expérience les jours suivants avec des plaques de verre de différentes couleurs et écrit : « En résumé, il est possible […] que les abeilles préfèrent une couleur à une autre, et que le bleu soit leur couleur favorite. ».

Fourmis, abeilles et guêpes: études expérimentales sur l'organisation et les mœurs des sociétés d'insectes hyménoptères (1883)

Article rédigé par Livia Rapatel BU Lyon 1

Bibliographie :

Hutchinson, H. G. Life of Sir John Lubbock , Lord Avebury . 2 vol. London : Macmillan, 1914

Maigre, Étienne. « La nature et la genèse des instincts, d’après Weissmann ». In: L’année psychologique. vol1906. 13. pp. 230-244. Disponible en ligne [consulté le 9 novembre 2021]

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search