Jean Antoine Nollet (1700 – 1770) : l’expérience au service de la diffusion des sciences

 

NOLLET, Jean-Antoine. Leçons de physique expérimentale, t.1, 6e éd. Durand, 1767. Frontispice

« Le nom de l’abbé Nollet est aujourd’hui presque entièrement oublié. Peu d’hommes ont rendu à l’humanité et à la science des services, sinon plus éclatants, au moins plus réels que l’abbé Nollet; et quand on verra que c’est surtout à créer une science utile et populaire que ce savant a sacrifié ses talents et sa vie, on comprendra moins encore que la postérité ait voulu y ajouter le sacrifice de sa gloire ». Ainsi s’exprime, en 1856, l’abbé Lecot, Professeur au Séminaire de Noyon dans la biographie qu’il consacre à Jean Antoine Nollet.

Cette appréciation est sans doute excessive en ce qui concerne la contribution de l’abbé à la science, cependant les ouvrages d’histoire des sciences comme ceux de vulgarisation lui accordent une place méritée et reproduisent fréquemment la gravure de frontispice du premier volume des Leçons de physique représentant l’abbé faisant des expériences en public dans son cabinet de physique.

 

 Alors qui fut l’abbé Jean Antoine Nollet ?


Né dans une famille de cultivateurs le 17 décembre 1700 près de Compiègne, il fit des études au collège de Clermont puis à celui de Beauvais. Un poste de précepteur des enfants du greffier de l’Hôtel de Ville lui permit de poursuivre ses études de théologie à Paris. Ses compétences scientifiques mais aussi techniques lui ouvrent les portes des salons parisiens et des cabinets des scientifiques renommés. Réaumur qui s’intéressait aux mesures de température pour la métallurgie et la porcelaine et du Fay, spécialiste français de l’électricité naissante, l’associent pour la conception et la fabrication de leurs appareils.

NOLLET, Jean-Antoine. Leçons de physiques expérimentale, t.6, 6e éd. Durand, 1767-1769. Pl.2

 

Ainsi en 1734 lorsque François du Fay entreprend un voyage en Angleterre, il propose à l’abbé Nollet de l’accompagner. Ce voyage lui permet de rencontrer entre autres, John Desaguliers, démonstrateur à la Royal Society. Celui-ci, newtonien, diffuse les idées de la physique expérimentale en donnant des conférences qu’il illustre d’expériences. A son retour à Paris en 1735, Nollet, conscient de l’attractivité d’une telle présentation, ouvre un cours de physique basé sur des expériences qu’il réalise lui-même et où se presse toute la bonne société.  

Il précise sa méthode dans la longue préface du tome 1 des Leçons de physique : «C’est pour ne point passer au-delà d’une Physique sensible & appuyée sur des faits, que j’écarte soigneusement toutes les questions métaphysiques […]. Je choisis dans chaque matière ce qu’il y a de plus intéressant, de plus nouveau & qui me paraît le plus propre à être prouvé par des expériences. J’explique, avec le plus de précision & de netteté qu’il m’est possible, l’état de la question ; j’en rappelle l’origine, [..], je la prouve ensuite par des opérations dont je fais connaître le mécanisme […].Je suppose toujours que le plus grand nombre n’est pas en état d’entendre les expressions d’algèbre ou de géométrie, & certains détails qui s’écartent trop des premiers principes. »

NOLLET, Jean-Antoine. Leçons de physique expérimentale, t.6, 6e éd. Durand, 1767-1769. Pl.2

Le succès est immense, amplifié par des expériences très spectaculaires en relation avec ses recherches sur l’électricité. Ainsi en 1746, il met dans la Galerie des glaces de Versailles, une chaîne de 140 personnes en contact avec une machine électrique, afin d’étudier la vitesse de l’électricité. A Paris, le collège de Navarre obtiendra pour lui l’autorisation de Louis XV, pour la construction d’un amphithéâtre de 600 places qui sera inauguré en 1753.

En province de nombreux Collèges Jésuites et des Universités souhaitent ouvrir des cours semblables. Ne pouvant fournir les appareils qu’on lui demande l’abbé Nollet rédigera L’art des expériences, trois volumes dans lesquels il décrit minutieusement les outils, les vernis et tout ce qui est nécessaire à leurs réalisations.

 Cette activité de pédagogue et de vulgarisateur très « médiatique » donna une très grande importance à  sa controverse avec Benjamin Franklin sur la nature de l’électricité. Mais la science moderne a abandonné le modèle explicatif de l’abbé Nollet au profit de celui de l’américain ; son nom est tombé dans l’oubli au XIXème siècle alors que les appareils de démonstration qu’il avait inventés étaient reproduits par tous les constructeurs, distribués dans les lycées et utilisés par des générations d’enseignants.

 

Article rédigé par Françoise Khantine-Langlois

 

Ouvrages de l’abbé Nollet à la BU :

  1. NOLLET, Jean-Antoine. Leçons de physique expérimentale. 6e éd. Paris : chez Durand, Neveu, 1767. Cote 46971
  2. NOLLET, Jean-Antoine. Leçons de physique expérimentale. 4e éd. Paris : chez Hippolyte-Louis Guérin, 1764. Cote 46970
  3. NOLLET, Jean-Antoine. Lettres sur l’électricité : dans lesquelles on examine les découvertes qui ont été faites sur cette matière depuis l’année 1752, & les conséquences que l’on en peut tirer. Avec figures en taille-douce. Nouvelle éd. Paris : chez H.L. Guérin & L.F. Delatour, 1764. Cote 46972
  4. NOLLET, Jean-Antoine. Recherches sur les causes particulières des phénomènes électriques. Paris : Frères Guérin, 1789. Cote 57361
  5. NOLLET, Jean-Antoine. Essai sur l’électricité des corps. 4e éd. Paris : Chez les Frères Guérin, 1765. Cote 46165
  6. NOLLET, Jean-Antoine. L’art de faire des chapeaux. [Paris] : [s.n.], 1765. Dans : Descriptions des arts et métiersCote 1082

 

Sources :

  1. LECOT, Victor-Lucien. L’abbé Nollet de Pimprez,… Noyon : impr. de Cottu-Harlay, 1856.
  2. PYENSON, Lewis, GAUVIN, Jean-François. L’art d’enseigner la physique : les appareils de démonstration de Jean-Antoine Nollet : 1700-1770. Sillery : éd. du Septentrion, 2002.
  3. TORLAIS, Jean. Un physicien au siècle des Lumières, l’abbé Nollet : 1700-1770. [Elbeuf-sur-Andelle] : éd. Jonas, 1954, rééd. 1987.

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 16 mai 2012

    […] Jean-Antoine Nollet, Leçons de physique expérimentale, vol. 1 (Durand, 1767) Categories Blog Comments […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *