La Bibliothèque bleue et les éditions de la famille Chalopin [billet 1/3]

Ce billet ainsi que les deux qui vont suivre ont été réalisés dans le cadre d’un travail d’étudiants du Collège Lettres & Histoire de l’université Lyon 3

 

L’étude des ouvrages de la Bibliothèque bleue permet une approche interdisciplinaire – historique et littéraire – du « patrimoine écrit1 » autour des savoirs de la culture populaire. Le nombre important d’exemplaires dans l’espace et le temps, leur grande diversité (religion, instruction, fiction) ainsi que leur aspect sériel leur vaut le titre de « Bibliothèque » dès le XVIe siècle. 

1. Qu’est-ce qu’un livre de la Bibliothèque bleue ?

La Bibliothèque bleue a plusieurs origines. Selon J-L. Marais, le nom peut venir de la couleur du papier de couverture, car c’est du « papier à sucre » qui est souvent bleu mais peut également être orange, jaune, lilas ou rose…

L’expression de Molière dans Tartuffe, « Voilà les contes bleus qu’il faut pour vous plaire », est liée à la notion de divertissement2. D’après Michel Pastoureau, la couleur bleue est associée à la notion de morale sous l’Ancien Régime3. Or, malgré cette cohérence entre la couleur symbolique du support et son contenu, il n’en reste pas moins que ce choix du bleu comme couverture ne résulte pas d’un choix « métaphorique » mais est plutôt lié à des questions purement économiques. Cette couverture bleue était initialement destinée à précéder la reliure mais pour des raisons économiques cette étape ne fut jamais réalisée pour les ouvrages de la Bibliothèque bleue. Depuis le XVIsiècle, ces ouvrages sont bon marché (entre 1 et 4 sols), l’impression est très peu soignée, la trame du papier est grossière et trop fine. Par ailleurs, les livrets sont mal paginés, voire sans pagination. L’encrage est irrégulier et certaines pages sont effacées entièrement ou partiellement, ce qui rend la lecture difficile. Il y a aussi de nombreuses fautes typographiques ou répétitions de mots. Leur format varie entre 12 x 7 cm et 22 x 15 cm ; ils font entre 8 et 200 pages. Ils comportent quelques vignettes et se caractérisent souvent par une absence du nom de l’auteur ou de la date d’impression.

2. Les origines de la Bibliothèque bleue

On accorde, selon une tradition remontant au XIXe siècle, l’invention de la Bibliothèque bleue à l’imprimeur Nicolas Oudot au tout début du  XVIIe siècle dans son imprimerie le « Chapon d’or » située à Troyes. Toutefois, d’après des études contemporaines, les origines de la Bibliothèque bleue font encore débat. Il se pourrait que les ouvrages de la Bibliothèque bleue des Oudot ne soient que des rééditions raccourcies et plus économiques d’ouvrages plus anciens. Ce phénomène est repéré, quelques années avant Nicolas Oudot, à Lyon où le marché du livre bon marché s’est largement développé grâce à des éditeurs comme Claude Nourry ou Benoît Rigaud, par exemple4. Chez ces imprimeurs-libraires lyonnais, certains titres de la Bibliothèque bleue ont été publiés avant ceux d’Oudot. Les origines des ouvrages de la Bibliothèque bleue restent donc incertaines. L’Histoire des nobles prouesses et vaillances de Gallien restauré, imprimée chez Oudot en 1606, remonte ainsi à une édition plus ancienne, chez Jehan Juhunot, à Paris, en 1521.

Malgré cela, la Bibliothèque bleue a été considérée comme troyenne pendant plus de deux siècles. Puis ces éditions furent concurrencées au  XVIIIe siècle par d’autres, notamment à Caen avec les imprimeurs Chalopin.

Copie d’un ouvrage imprimé à Troyes [2RA 1351]

L’imprimerie s’était développée dans ce centre secondaire grâce à l’amélioration des techniques et de l’artisanat ainsi que par l’essor du commerce du livre bleu diffusé par colportage. De surcroît, la crise de l’industrie papetière depuis le XIIIe siècle en Champagne favorisa la diffusion et l’édition d’ouvrages peu coûteux. Cette tendance témoigne également d’un attrait graduel des populations pour cette littérature pour plusieurs raisons : la première est le taux d’alphabétisation très fort dans le nord-est de la France5, et la deuxième est la présence de foires qui permettent la diffusion de ces ouvrages6.

3. Les imprimeurs-libraires 

Le marché du livre en France évolue entre l’arrivée de l’imprimerie dans les années 1470 et le début du XVIIIe siècle. Cette évolution n’est pas linéaire mais plutôt influencée par des causes externes comme l’impact des conflits7. Jusqu’aux années 1490, l’installation des imprimeurs fut surtout déterminée par la proximité d’un marché ou d’une foire pour des raisons économiques. Les deux premiers grands centres furent donc Paris et Lyon où des dynasties d’imprimeurs et de libraires prospérèrent. Le libraire devint vite une figure importante du marché, d’une part en contribuant à l’enrichissement des catalogues et à leur financement comme éditeur, et d’autre part en servant de relais dans les réseaux de commercialisation du livre. Dès le milieu du  XVIe siècle, l’industrie du livre devient un monopole urbain. À cette même époque, de nouveaux acteurs émergent, comme les protestants. L’imprimé permet alors de diffuser en partie les nouvelles idées comme il permet à leurs détracteurs de leur répondre. Le nombre de textes catholiques a ainsi augmenté et de nouvelles formes du livre se développent, comme les libelles et les pamphlets, qui permettent de toucher un large public. La diffusion large des imprimés et de leurs contenus inquiéta très tôt les autorités ecclésiastiques puis les autorités civiles dans le contexte de l’émergence de la Réforme, soutenue, entre autres, par les presses genevoises. Édits et ordonnances se multiplièrent pour censurer, surveiller et punir. Les troubles affectèrent le marché du livre et, au début du  XVIIe siècle, son économie devint fragile. La ville de Lyon perdit ainsi son importance, tandis que des villes comme Troyes ou Rouen émergèrent avec leurs spécialités : la Bibliothèque bleue pour Troyes par exemple. La forme du livre changea aussi : les petits livrets de médiocre qualité devinrent populaires car moins coûteux8.

4. L’importance des foires

Au début du  XVIIIe siècle, les conditions du succès demeuraient toujours économiques, en particulier avec les foires constituant le plus sûr moyen de diffusion et le plus rapide à l’échelle du royaume. Malgré un déclin progressif entamé à partir du  XVIe siècle, les foires connurent un léger regain de croissance sous Colbert et Turgot qui furent à l’origine d’une audacieuse politique d’aménagement du territoire. Avec la création de nouvelles routes, certaines zones du royaume furent désenclavées et les échanges entre les villes commerciales augmentèrent. Ces progrès, dès le règne de Louis XIV, marquent un tournant majeur dans le processus de circulation des ouvrages de la Bibliothèque bleue. La carte des imprimeurs de livrets de la Bibliothèque bleue en France aux XVIIIe et XIXe siècles, montre que la France du Nord, de langue d’oïl, concentre l’essentiel des centres d’imprimerie du royaume, en particulier à l’est et surtout en Champagne où les foires demeuraient importantes9. Il existe donc une corrélation entre les centres d’imprimerie et les foires. Les principaux centres d’imprimerie se localisent dans les villes de foires comme Troyes ou Reims.

Imprimeurs de livrets de la Bibliothèque bleue en France aux XVIIIe et XIXe siècles10

5. L’essor du colportage

Les foires contribuèrent longtemps au succès du marché du livre, en dépit de leur déclin. Puis, avec l’émergence du colportage, elles perdirent leur monopole commercial. Cette pratique d’abord urbaine se généralisa rapidement à l’ensemble du royaume dès le début du  XVIIIe siècle. Dès lors, les marchands s’adressèrent directement aux fabricants, aux imprimeurs, sans attendre le moment des foires. De même, le vendeur s’adapta à ces nouvelles circonstances. Le siècle des Lumières apporta le livre à son public grâce au colportage. Ce n’est plus l’homme qui allait au livre mais le livre qui venait à lui. Le colportage est une première forme de distribution du livre à l’échelle du royaume et un moyen de diffusion de la « culture populaire » pour reprendre l’expression de Robert Mandrou11. Les colporteurs pouvaient servir de grossistes pour les forains et proposer une marchandise variée de livres savants et populaires12. Ils couvraient parfois de grandes distances, reliant Avignon et Lyon, ou encore Paris, l’été, et la Normandie, l’hiver. Dans le cas de la Bibliothèque bleue, il existait un trafic de longue distance. Tout comme pour les imprimeries, le colportage était minutieusement règlementé et des mesures successives se multiplièrent afin d’éviter la contrebande. Certains marchands venaient ainsi de loin pour s’approvisionner à Troyes chez les Oudot mais ce sont les colporteurs qui assuraient l’essentiel de la diffusion. En dépit des soupçons pesant sur leur profession, en lien avec la diffusion de livres interdits, les colporteurs furent de plus en plus nombreux : à Paris, du  XVIIe au  XVIIIe siècle, leur nombre doubla voire tripla presque en passant de 46 colporteurs à 120. Au XIXe siècle, en France, ce ne sont pas moins de 3500 personnes qui étaient concernées par cette activité alors que le colportage commençait à disparaître avec l’apparition et la diffusion de journaux hebdomadaires et quotidiens depuis la seconde moitié du XIXe siècle. Il n’en reste pas moins que les colporteurs demeuraient les premiers médiateurs d’une culture populaire en pourvoyant un savoir oral et écrit, reflet des mentalités.

6. La maison Chalopin : une affaire familiale florissante

Dans sa thèse, Mathilde Le Roc’h-Morgère apporte de nombreuses informations concernant la création et l’établissement de la maison Chalopin en Basse-Normandie ainsi que son évolution durant l’époque moderne qui amena la librairie à devenir aussi une imprimerie13. En effet, la maison Chalopin fut d’abord une simple librairie, créée en 1666 par Charles Chalopin à Caen, en Normandie. Puis, elle évolua jusqu’à devenir une imprimerie-librairie, grâce à Pierre Chalopin au cours du  XVIIIe siècle.

C’est dans la première moitié du XIXe siècle, en 1832, avec la mort de Pierre-Théodore Chalopin, que l’imprimerie disparut. La production des livrets de la Bibliothèque bleue coïncide avec cette évolution. À partir des archives comptables tenues par les Chalopin entre 1730 et 1789, et des archives notariales, de juridictions ou encore de plans cadastraux, Mathilde Le Roc’h-Morgère a pu reconstituer la situation économique des Chalopin au  XVIIIe siècle et du commerce du livre de colportage en Normandie sous l’Ancien Régime. Il apparaît que la ville de Caen, à partir de la fin du  XVIIe siècle, était très largement alphabétisée, à 80%. Cette proportion est alors très importante par rapport à la moyenne du royaume qui se situe entre 29% et 14% d’après les travaux pionniers de Roger Chartier. Cependant, ces chiffres sont approximatifs car ils se basent sur la capacité à signer dans les registres paroissiaux et non sur celle de pouvoir lire un ouvrage. En effet, il est difficile d’évaluer exactement l’accès à la lecture : savoir signer n’est pas forcément savoir lire et l’on peut aussi savoir lire et ne pas savoir signer. Malgré tout il demeure incontestable qu’au cours du  XVIIIe siècle, l’alphabétisation est en constante progression puisqu’à la veille de la Révolution, alors que 47% des Français et 27% des Françaises savent lire et écrire, ce chiffre s’élève à 60% pour les artisans et ouvriers, avec malgré tout de fortes disparités territoriales et sociales14. On peut donc penser que le succès de la Bibliothèque bleue accompagne cette croissance de l’alphabétisation comme en atteste la multiplication des centres d’imprimerie et du nombre de colporteurs. Nous avons bien ici un cas de corrélation positive puisque la littérature de colportage développe l’alphabétisation de même que l’alphabétisation entraîne un accroissement de la demande et donc de l’industrie du livre.

Dans ce contexte favorable, Charles Chalopin, le premier, ne négligea aucune demande en vendant ses livres moins chers, se démarquant ainsi des autres libraires de la région. La librairie Chalopin, sous sa direction, faisait partie d’un réseau d’approvisionnement passant par Paris, Rouen et Lyon. Charles établit son entreprise rue Froide, en 1720.

Vues de Caen au XVIIIe siècle 15

Son fils René lui succéda avec l’idée de créer une imprimerie mais la ville de Caen limita alors le nombre d’imprimeur dans la ville à quatre. Ce fut, plus tard, sous l’impulsion de Pierre Chalopin que l’établissement devint une imprimerie-librairie en prenant la place de l’imprimeur Doublet en 1758. Pierre Chalopin équipa alors son entreprise de quatre presses d’occasion, puis de deux autres à la fin du siècle. Les caractères de ces presses étaient des caractères dits « grand public » et non pas des caractères destinés à des ouvrages soignés plus onéreux. Pierre Jean-Aimé Chalopin, fils du précédent, poursuivit l’activité en 1788 et imprima les exemplaires de notre corpus.

Cette entreprise familiale assura sa prospérité grâce à une stricte et rigoureuse gestion financière reposant sur la manipulation habile du crédit qui se faisait alors par le moyen de « billets à ordre »16. Ses ventes, par ailleurs, étaient assurées par ses ouvrages peu onéreux, comme ceux de la Bibliothèque bleue, qui étaient pour la plupart des ouvrages religieux, destinés aux écoles et à l’éducation, ou des almanachs. Les formats des ouvrages étaient petits, destinés à être produits en masse pour un large public et furent souvent des rééditions d’ouvrages anciens. Enfin, l’entreprise bénéficia du soutien des autorités, par la création d’une sorte de domaine public des œuvres, qui lui permirent de produire et de vendre des « classiques ».

Billet écrit par les étudiants du collège Lettres & Histoire de l’université Lyon 3 :

AGOPIAN Jean-Baptiste (L2 Lettres), BAYLE Toscane (L3 Histoire), MAIGNIEN Arnault (L3 Histoire/Géographie) et MOREL Solène (L2 Lettres)

Bibliographie

ANDRIES Lise. La Bibliothèque bleue : les réécritures de « Robert le Diable ». Littérature. 30, 1978, p. 51-66.

ANDRIES Lise, BOLLÈME Geneviève. La Bibliothèque bleue. Littérature de colportage, Paris : Robert Laffont, 2003.

ARBOS Philippe. Les Foires. Annales de Géographie. t. 32, n°180, 1923, p. 554-558.

BLOM H. « Vieux Romans » et « Grand Siècle » : éditions et réceptions de la littérature chevaleresque médiévale dans la France du dix-septième siècle. unpublished PhD dissertation. Utrecht University, 2012.

BOLLÈME Geneviève. La Bibliothèque bleue. Littérature populaire en France du  XVIIe au XIXe siècle. Paris : Gallimard, Collection Archives, 1980.

CHAMPFLEURY. Recherches sur les origines et les variations de la légende du bonhomme Misère. Paris : Poulet-Malassis et de Broise éditeurs, 1861.

FLEURY Michel, VALMARY Pierre. Les progrès de l’instruction élémentaire de Louis XIV à Napoléon III, d’après l’enquête de Louis Maggiolo (1877-1879). Population. 12-1, 1957, p. 71-92.

FURET François, OZOUF Jacques. Lire et écrire. L’alphabétisation des Français de Calvin à Ferry. 2 vol. Paris : Éditions de Minuit, 1977.

GAUCHER Élisabeth. La représentation du surnaturel dans les réécritures de Robert le Diable. Thierry Delcourt et Élisabeth Parinet (dir.). La Bibliothèque bleue et les littératures de colportage. Paris : H. Champion, Genève, Droz, 2000. p. 149-159.

GIACOMO Mathée. La politique à propos des langues régionales : cadre historique.  Langue française. 1975, 25, p. 12-28.

GIRARD Charles-François. Du caractère et des destinées d’une littérature populaire en France : Discours couronné. Neuchâtel : Henri Wolfrath, 1851.

HÉLOT René. La Bibliothèque Bleue en Normandie. Rouen : Imprimerie Albert Lainé. Société rouennaise de bibliophiles. No 72, 1928.

HENRIOT Fabienne (dir.). La fabrique du patrimoine écrit. Objets, acteurs, usages sociaux. Villeurbanne : Presses de l’Enssib, 2019.

LE BLANC-HARDEL F. Étude sur la Bibliothèque bleue. Caen, 1884.

LE MEN Ségolène. L’image et la Bibliothèque bleue normande. Dix-huitième Siècle. n°18, 1986, p. 98-116.

LE ROC’H-MORGÈRE Mathilde. Devenir imprimeur-libraire en Basse-Normandie au  XVIIIe siècle, Les stratégies de la maison Chalopin. Thèse de l’École nationale des Chartes. 2013, 2 vol.

LE ROY LADURIE Emmanuel. Geneviève Bollème, « Littérature populaire et littérature de colportage au  XVIe siècle », dans Livre et société dans la France du XVIIIe siècle [compte-rendu]. In Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 28ᵉ année, n° 1, 1973, p. 146-151.

LECLERC Marie-Dominique, ROBERT Alain. Des éditions au succès populaire, les livrets de la Bibliothèque bleue,  XVIIe – XIXe siècles. Présentation, anthologie, catalogue. CDDP, 2 vol. Troyes, 1986.

LECLERC Marie-Dominique. Richard sans Peur dans la Bibliothèque bleue :  XVIIe – XIXe siècle.  Annales de Normandie. 64e année, no 1, 2014, p. 229-253.

LECOQ Micheline, MARTIN Henri-Jean. Livres et lecteurs à Grenoble : les registres du libraire Nicolas (1645-1688). Genève : Droz, « Histoire et civilisation du livre », n° 10, 1977.

LEY R. Les règlements commerciaux en foires de Caen et de Guibray sous l’Ancien Régime [article] L’exemple des Legueult, marchands-drapiers, à Vire.  Annales de Normandie, 1975. p. 181-186.

MAGGIOLO Louis. Statistique de l’Enseignement primaire, tome second (Statistique comparée de l’Enseignement primaire, 1829-1877). Paris : Imprimerie nationale, 1880.

MANDROU Robert. Littérature de colportage et mentalités paysannes.  XVIIe et  XVIIIe siècles.  Études rurales. n°15, 1964, p. 72-85.

MARAIS Jean-Luc. Littérature et culture « populaires » aux  XVIIe et  XVIIIe siècles.  Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest. Tome 87, numéro 1, 1980, p. 65-105.

MARTIN Henri-Jean. Culture écrite et culture orale, culture savante et culture populaire dans la France d’Ancien Régime. Journal des Savants. 1975, no 3-4, p. 225-282.

MELLOT Jean-Dominique. Richard sans Peur imprimé en Normandie : enquête sur une logique éditoriale (fin  XVIe-début XIXe). Annales de Normandie. 64e année, n° 1, 2014, p. 189-214.

MORIN Alfred. Catalogue descriptif de la « Bibliothèque bleue » de Troyes (Almanachs exclus). Genève : Droz, 1975.

MOUNIER Pascale. Les antécédents lyonnais de la bibliothèque bleue au  XVIe siècle : la constitution d’un romanesque pour le grand public. Littératures. 2015, 72, p. 191-216.

PASTOUREAU, Michel. Bleu. Histoire d’une couleur. Paris : Éditions du Seuil, 2000.

PUDAL Bernard. Lettrés, illettrés et politique. Genèses. Sciences sociales et histoire. 1992, 8, p. 169-181.

ROBERT Raymonde. Le conte de fées littéraire en France. De la fin du  XVIIe à la fin du  XVIIIe siècle. Paris : H. Champion, 2002.

SARRAZIN Véronique. L’affichage des prix et la promotion des livres dans les annonces de librairie au  XVIIIe siècle. In Annie Charon, Claire Lesage, Ève Netchine (dir.). Le livre entre le commerce et l’histoire des idées. Paris : Publications de l’École nationale des Chartes, 2011. p. 103-126.

SAUVY Anne. La librairie Chalopin. Livres et livrets de colportage à Caen au début du XIXe siècle. Bulletin d’histoire moderne et contemporaine. n° 11, 1978, p. 95-140.

THOMAS Jack. Foires et marchés ruraux en France à l’Époque moderne. Christian Desplat (dir.). Foires et marchés dans les campagnes de l’Europe médiévale et moderne. Toulouse : Presses universitaires du Midi, 1996. p. 177-207.

VIGIER Philippe. Diffusion d’une langue nationale et résistance des patois en France au XIXe siècle. Romantisme. 1979, 25-26, p. 191-208.

WALSBY Malcolm. Les étapes du développement du marché du livre imprimé en France du xve au début du  XVIIe siècle. Revue d’Histoire moderne et contemporaine. 2020, 3, p. 5-29.

  1. HENRIOT Fabienne (dir.). La fabrique du patrimoine écrit. Objets, acteurs, usages sociaux. Villeurbanne : Presses de l’Enssib, 2019. []
  2. MARAIS Jean-Luc. Littérature et culture « populaires » aux XVIIe et XVIIIe siècles. Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest. Tome 87, numéro 1, 1980, p. 65-105 []
  3. PASTOUREAU Michel. Bleu. Histoire d’une couleur. Paris : Éditions du Seuil, 2000. []
  4. MOUNIER Pascale. Les antécédents lyonnais de la bibliothèque bleue au  XVIe siècle : la constitution d’un romanesque pour le grand public. Littératures. 2015, 72, p. 191-216. []
  5. FURET François et OZOUF Jacques. Lire et écrire. L’alphabétisation des Français de Calvin à Ferry. 2 vol. Paris : Éditions de Minuit, 1977. []
  6. LE ROC’H-MORGÈRE Mathilde. Devenir imprimeur-libraire en Basse-Normandie au XVIIIe siècle, Les stratégies de la maison Chalopin. Thèse de l’École nationale des Chartes. 2013. 2 vol. []
  7. WALSBY Malcolm. Les étapes du développement du marché du livre imprimé en France du XVe au début du  XVIIe siècle. Revue d’Histoire moderne et contemporaine. 2020/3 (n°67-3), p. 5-29 []
  8. SARRAZIN Véronique. L’affichage des prix et la promotion des livres dans les annonces de librairie au  XVIIIe siècle. In Annie Charon, Claire Lesage, Ève Netchine (dir.). Le Livre entre le commerce et l’histoire des idées : Les catalogues de libraires (XVe-XIXe siècle). Paris : Publications de l’École nationale des Chartes, 2011. p. 103-126. []
  9. ANDRIES Lise et BOLLÈME Geneviève. La Bibliothèque bleue. Littérature de colportage. Paris : Robert Laffont, 2003. []
  10. Ibid. []
  11. MANDROU Robert. Littérature de colportage et mentalités paysannes  XVIIe et  XVIIIe siècles. Études rurales. n°15, 1964, p. 72-85 []
  12. MARTIN Henri-Jean Martin. Culture écrite et culture orale, culture savante et culture populaire dans la France d’Ancien Régime. Journal des Savants. 1975, no 3-4, p. 225-282. []
  13. LE ROC’H-MORGÈRE Mathilde. Devenir imprimeur-libraire en Basse-Normandie au  XVIIIe siècle, Les stratégies de la maison Chalopin. Paris : Publications de École nationale des Chartes, 2013. p. 49-54. []
  14. Ibid. []
  15. https://levraiportraitdecaen.fr/salle-caen- XVIIIe/ []
  16. LEY R. Les règlements commerciaux en foires de Caen et de Guibray sous l’Ancien Régime. L’exemple des Legueult, marchands-drapiers, à Vire. Annales de Normandie, 1975. 25-3, p. 182. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search