La bibliothèque de Paul Lapie enfin accessible !

La bibliothèque vient de terminer le catalogage dans le SUDOC d’un ensemble d’environ 1500 livres et brochures, ayant appartenu à M. Paul Lapie, haute personnalité de l’instruction publique de 1911 à sa mort en 1927.

L’arrivée de la bibliothèque de Paul Lapie au Musée pédagogique

Comme bien souvent, les circonstances et la date de l’arrivée à la bibliothèque du Musée pédagogique des livres de M. Paul Lapie sont mal connues. Les livres entrent grâce à un don, le don David-Weill : tous les ouvrages arrivés par ce biais sont marqués d’un tampon et entrés avec précision dans un registre manuscrit, selon l’usage de l’époque – c’est d’ailleurs la conjonction de ces deux renseignements (présence du tampon sur le livre et inscription au registre) qui a permis de retirer de cette collection quelques livres intrus qui s’étaient insérés là au fil du temps1. Le don est sans doute antérieur à 1932 : le tampon du Musée pédagogique, lorsqu’il a été apposé, donne encore l’adresse de la rue Gay-Lussac.

Les ouvrages reçoivent une cote BLP (Bibliothèque Lapie Paul) suivie d’un numéro d’ordre, collée sur les dos ou notée sur les brochures.

Pendant longtemps, à Paris comme à Lyon, cette bibliothèque est conservée sans être cataloguée. En 2017, un premier bilan de cette collection est dressé par une élève de l’ENS accueillie en stage : évaluation quantitative et qualitative de la collection, éléments de bibliographie, biographie de Paul Lapie… Les conclusions amènent à surseoir au catalogage immédiat de cette collection : dans un contexte de pénurie de catalogueurs, ce fonds – bien qu’intéressant – ne peut malheureusement constituer une priorité ; trop de livres en effet font redondance avec les collections de la BDL.

Un fonds catalogué grâce à Colodus et avec l’appui du service Signalement

L’adoption en 2019 à la bibliothèque de l’application professionnelle Colodus permet de reconsidérer un certain nombre de ces priorités. Cet outil permet en effet de signaler les exemplaires d’ouvrages dont les notices existent déjà dans le SUDOC (il permet de ne faire que des « localisations » pour employer le jargon bibliothéconomique) ; il demande une formation un peu moins poussée en catalogage que la création de notices bibliographiques complètes et peut donc être confié à davantage de personnes. Le fonds Lapie, important, ne nécessitant pas de catalogage selon les normes du livre ancien, présentant beaucoup d’ouvrages déjà présents dans le SUDOC, se prête donc bien à un traitement de ce type, à un signalement mixte : créations classiques de notices dans le SUDOC par des catalogueurs avertis, et localisations via Colodus par des catalogueurs sérieux mais moins chevronnés. Grâce à un travail conjoint de deux magasiniers et à l’encadrement d’une catalogueuse du service Signalement (qui crée et met à jour les notices), après sept mois de travail, le fonds Lapie est aujourd’hui signalé dans le SUDOC et accessible au public2. Un dépoussiérage de la collection ainsi que de nombreux emboîtages pour protéger certains ouvrages sont également en cours de réalisation.

Paul Lapie, un intellectuel engagé dans l’administration

Bien moins connu que Ferdinand Buisson, n’ayant donné son nom qu’à très peu de rues (trois rues repérées en France) ou établissements scolaires (deux lycées, l’un à Lunéville et l’autre à Courbevoie), Paul Lapie (1869-1927) est pourtant une personnalité intellectuelle et administrative importante du tournant du siècle. Il fait de brillantes études que couronnent une khâgne au lycée Henri-IV, un cursus en philosophie à La Sorbonne et une agrégation dans cette discipline en 1893 ; il enseigne ensuite dans les lycées de Tunis et de Pau, avant de rejoindre l’université en 1898 comme maître de conférences puis professeur à Rennes et Bordeaux. C’est un homme curieux des nouveautés intellectuelles de son temps qu’il promeut activement, comme la sociologie, la science de l’éducation, la psychologie. Il est d’ailleurs en 1898 un des co-fondateurs de l’Année sociologique avec Émile Durkheim, Célestin Bouglé et plusieurs autres agrégés.

Pour diffuser ses idées, il écrit de nombreux livres et articles et prononce régulièrement des conférences.

Ses préoccupations intellectuelles touchent beaucoup l’école et la transmission des savoirs : comment permettre l’élévation sociale par l’école afin que chaque individu s’épanouisse et trouve une fonction sociale adéquate à ses possibilités révélées par l’instruction ; comment faire entrer la laïcité dans les esprits ; comment rendre le travail scolaire rentable pour le plus grand nombre d’enfants ? Il s’intéresse à la pédagogie et à la psychopédagogie, aux émotions de l’enfant.

À partir de 1911, pour pouvoir mettre en œuvre ses convictions avec une plus grande efficacité, il entame une carrière dans la haute administration scolaire : il devient recteur à Toulouse (1911-1914), directeur de l’enseignement primaire (de 1914 à 1925), puis vice-recteur et recteur de Paris de 1925 à sa mort deux ans plus tard à 58 ans.

Il réforme alors les brevets élémentaire et supérieur, ainsi que les écoles normales. Il souhaite renforcer les aspects laïcs et démocratiques de l’école primaire : il prône un système qui s’adapte aux aptitudes intellectuelles de chacun, où l’orientation de l’élève ne soit pas trop déterminée par les origines sociales de celui-ci. L’instituteur doit être un enseignant militant, prônant une morale laïque, observant ses élèves et sachant adapter son enseignement à ceux-ci. Certaines de ses tentatives de réforme ne rencontreront pas le succès espéré : il ne réussira pas par exemple à introduire une heure d’enseignement de la sociologie dans les écoles normales…

La bibliothèque, reflet de ses multiples intérêts

La bibliothèque (pour autant qu’elle soit arrivée complète) comprend aujourd’hui 1500 volumes environ, ainsi que des numéros de revues. Même si nous ne disposons d’aucune source externe sur cette collection personnelle, son examen permet d’entrapercevoir un certain nombre d’éléments ; elle mériterait d’ailleurs, tout comme Paul Lapie lui-même, une étude approfondie.

C’est une bibliothèque utile, une bibliothèque de travail : il n’y a pas d’ouvrages récréatifs (pas de romans par exemple). Ce n’est pas non plus la bibliothèque d’un bibliophile : il n’y a pas de livres anciens (la date d’édition la plus basse remonte à 1828), les reliures ne sont ni belles, ni même soignées, M. Lapie n’avait pas d’ex-libris.

Il n’est bien sûr pas possible de savoir dans quel ordre M. Lapie a acheté ses livres, ni comment il les organisait, mais on constate que les ouvrages dont les éditions sont les plus anciennes comprennent davantage de philosophie – sans que celle-ci soit néanmoins prédominante. Paul Lapie n’a jamais cessé d’acheter des livres jusqu’à sa mort comme en témoignent les dates d’édition récentes ; la part de la philosophie devient infime, l’éducation devient de plus en plus présente. Quelques livres lui ont été offerts et dédicacés.

Même si l’on peut être sûr que ces livres ont été lus et médités, Paul Lapie n’est pas quelqu’un qui annote ses ouvrages. De façon curieuse, il ne possède d’ailleurs quasiment aucune de ses propres œuvres.

Sans surprise on trouve dans cette bibliothèque personnelle quelques très grands classiques de la philosophie (Platon, Aristote, Descartes, Malebranche…), de la littérature latine (Suétone, Sénèque, Xénophon, Rutilius Namatianus) ou française (Montesquieu, Balzac), quelques textes religieux (une édition du Coran notamment). On trouve surtout énormément de psychologie, des questions d’organisations scolaires, de la sociologie, de la sociologie politique, de la psychologie, de la criminologie, quelques livres sur la condition des femmes, un peu de biologie, qui semble liée à l’enseignement agricole. Les ouvrages sont très contemporains, reflets des intérêts d’un homme pour les débats de son temps.

L’essentiel des ouvrages est en français mais on peut noter un certain nombre de livres en allemand (dont deux sur le Japon), et en italien ; l’anglais vient loin derrière, ce qui n’est pas étonnant pour l’époque.

La bibliothèque de Paul Lapie est donc un ensemble riche, multiple, reflet des évolutions des centres d’intérêt de toute une vie et pourrait donner lieu, pour donner toute sa mesure, à une très belle étude.

Billet rédigé par Claire Giordanengo
(Bibliothèque Diderot de Lyon, département Patrimoine et conservation)

Liste des documents de la bibliothèque de Paul Lapie

Bibliographie

TERRAL Hervé. Paul Lapie (1869-1927): universitaire et bâtisseur de l’école laïque. Carrefours de l’éducation. 2005/1 (n° 19), p. 121-137. DOI : 10.3917/cdle.019.0121. Disponible sur le web : http://www.cairn.info/revue-carrefours-de-l-education-2005-1-page-121.htm

CTHS – LAPIE Paul Félix

  1. Au fil des ans des bibliothécaires ont parfois substitué un exemplaire du même titre (parfois avec une date d’édition différente) à l’original de la bibliothèque Lapie (peut-être l’exemplaire de Lapie était-il en mauvais état ?). Ces livres ont été étiquetés comme des livres Lapie. Certains ont sans doute encore échappé à notre vigilance lors du catalogage… []
  2. Un grand merci à Sophie Thévenard, Jean-Noël Rabut et Nicolas Vaissier, sans qui ce travail n’aurait pu être mené à bien avec cette qualité ! []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search