Gustave Foëx, précurseur de la science viticole

  • Viticulture_12
  • Viticulture_01
  • Viticulture_36
  • Viticulture_06
  • Viticulture_27
  • Viticulture_08
  • Viticulture_22
  • Viticulture_23
  • Viticulture_04
  • Viticulture_08
  • IMG_20210907_122237_resized_20210907_122259832

Le mois de septembre est traditionnellement le mois des vendanges, nous avons donc choisi de consacrer ce billet à Gustave Foëx. Nous conservons dans les collections patrimoniales de la BU, deux volumes de son Cours complet de viticulture, la seconde édition parue en 1888 et la quatrième en date de 1895. L’édition originale a été publiée en 1886 à Montpellier chez Camille Coulet, ces nombreuses rééditions témoignent de l’importance et du succès de ce traité.

Foex, Gustave. Cours complet de viticulture.1888

Foex, Gustave. Cours complet de viticulture.1888

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gustave Foëx (1844-1906)

Suisse d’origine, Gustave Foëx est né à Marseille en 1844, il fait ses études à l’Ecole d’agriculture de Grignon et débute sa carrière d’agronome à l’Ecole de Montpellier en 1872. Chargé du cours d’agriculture au début de la crise du phylloxéra, il s’intéresse surtout à la culture de la vigne et à ses problèmes. Il étudie les différentes variétés de vigne pour déterminer celles qui conviennent le mieux au greffage comme porte-greffes ou comme greffons. A la suite de ses travaux qui démontrent la résistance des racines américaines, il prône le greffage des vignes françaises sur pieds américains. C’est grâce à cette technique que Montpellier a pris de l’avance sur les autres régions viticoles françaises et étrangères.1.

Ed. 1895. Racines résistantes

Alors que la viticulture est une simple sous-branche de l’agriculture générale, Gustave Foëx par ses travaux, son enseignement et la création du premier laboratoire de viticulture français, en fait une discipline à part entière. Lorsqu’il prend la direction de l’Ecole de Montpellier en 1881, il obtient la création d’une chaire de viticulture et se l’attribue. Jusqu’en 1886, il cumule les fonctions de directeur et de professeur. Auteur de nombreux articles scientifiques, il publie en mai 1886 la première édition de son « Cours complet de viticulture », une somme de 900 pages qui devient en France et à l’étranger l’ouvrage de référence de cette nouvelle discipline. Cette première synthèse consacrée à la vigne connaît un très grand succès, son tirage est épuisé en moins d’un an, aussitôt réédité, il est traduit en anglais et en espagnol.

Foex, Gustave. Cours complet de viticulture.1888Le Cours complet de viticulture revu et augmenté

 

Foex, Gustave. Cours complet de viticulture.1895

Ed. 1895. Fig. 383

 

Dans son introduction Foëx explique que si son ouvrage est destiné aux élèves des écoles d’agriculture, il intéressera l’ensemble les viticulteurs car écrit-il : « La viticulture est en effet arrivée à une époque où l’expérience et les connaissances traditionnelles qui ont assuré pendant longtemps sa prospérité ne sont plus suffisantes, et où la possession d’une solide instruction professionnelle est indispensable à ceux qui la pratiquent. Les vignobles sont menacés de toute part ; favorisés dans leur dissémination par l’extension des relations internationales, des parasites nombreux, et qui pour la plupart ont été inconnus en Europe jusqu’à une époque récente, détruisent fréquemment les récoltes et menacent la vigne elle-même dans son existence ».2.

 

 

L’ouvrage comporte cinq parties : la première retrace l’histoire de la viticulture, la seconde traite de l’ampélographie, la troisième est consacrée à la viticulture générale, la quatrième expose les accidents, maladies et parasites qui peuvent atteindre la vigne et la dernière présente une étude de viticulture comparée.

La seconde édition du traité, paraît en 1888 peu de temps après la première qui fut très vite épuisée. Comme l’explique Gustave Foëx dans sa préface, elle lui permet de compléter certaines parties, en particulier celles consacrées à l’ampélographie et au mildiou. Les chapitres traitant des différentes maladies cryptogamiques sont mis à jour et amplement développés. Ses différents ajouts portent le nombre de pages de 852 à 940 et le nombre de figures dans le texte de 440 à 501. L’ouvrage contient également 4 cartes en couleur hors texte.

Foex, Gustave. Cours complet de viticulture.1888

Ed. 1888. Fig.347

Foex, Gustave. Cours complet de viticulture.1888

Ed. 1888. Fig.233

Foex, Gustave. Cours complet de viticulture.1888

Ed. 1888. Fig.271

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme le livre rencontre toujours autant de succès auprès des viticulteurs avides de conseils et de solutions pour sauver leurs vignobles menacés par de nouveaux parasites, Gustave Foëx poursuit les mises à jour de son cours et après les trois premières éditions, en publie une quatrième en 1895, toujours chez le même éditeur. Dans sa préface, il précise qu’il a complété l’ampélographie par la description « d’hybrides ou de formes nouvelles d’espèces américaines susceptibles de fournir de bons porte-greffes », qu’il a ajouté l’étude de cépages étrangers ou à raisins de table qui lui paraissent particulièrement intéressants et intégré dans les chapitres sur les procédés de greffage les nouvelles recherches réalisées sur les engrais applicables à la vigne. L’étude des parasites fait l’objet de nombreuses mises à jour avec notamment la description de nouvelles maladies, tandis que la section viticulture comparée est enrichie par la présentation de plusieurs vignobles comme le Châteauneuf du Pape, la Côte-Rôtie ou encore le Tokay. Autre nouveauté, l’ouvrage contient une analyse des nouveaux procédés pour la culture des raisins de table. Riche de ces nombreux compléments, cette nouvelle édition compte désormais 1120 p., 597 gravures dans le texte et 5 cartes en couleur hors texte dont la carte géologique et viticole du Beaujolais.

Foex, Gustave. Cours complet de viticulture.1895

Ed. 1895

Foex, Gustave. Cours complet de viticulture.1895

Ed. 1895. Carte géologique et viticole du Beaujolais en couleur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Célébré en France et à l’étranger pour ses travaux de sauvegarde de la viticulture, Gustave Foëx reçoit de nombreuses hautes distinctions : en Russie, en Roumanie, en Espagne, en Grèce, en Italie ou encore au Portugal. En France il est élevé au grade d’ Officier de l’Instruction publique, de Commandeur du Mérite Agricole et d’Officier de la Légion d’Honneur. De santé fragile, il décède à Montélimar en 1906 à l’âge de 62 ans3

Article rédigé par Livia Rapatel BU Lyon 1

Sources :

Foex, Gustave. Cours complet de viticulture. Montpellier ; Paris : C. Coulet; A. Delahaye, 1888.

Foëx, Gustave. Cours complet de viticulture. Montpellier ; Paris : C. Coulet ; G. Masson, 1895.

Bibliographie :

Boursiquot, Jean-Michel, Legros, Jean-Paul. « Agronomie et viticulture à Montpellier. Montpellier et la Science : un passé prestigieux, atout pour l’avenir ». In Bulleton de l’Académie des Sciences et des Lettres de Montpellier. vol. 48, suppl. C1, 2017. Disponible en ligne [consulté le 6 septembre 2021]

Maurin Yvette. « L’impulsion donnée par la crise du phylloxéra à l’enseignement agricole en Languedoc méditerranéen ». In Cahiers de la Méditerranée, hors-série n°8, 1984. « Innovations et technologies dans les pays méditerranéens (XVIe-XXe siècles) ». Actes des journées d’études Bendor 22, 23 et 24 avril 1982. pp. 81-94. Disponible en ligne [consulté le 6 septembre 2021]

  1. Bull. Acad. Sc. Lett. Montp., vol. 48, suppl. C1 (2017) p.4 []
  2. Edition 1888 []
  3. Yvette Maurin voir bibliographie []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search