Joseph Roques : les débuts de la botanique scientifique

  • 2010L3_37957-7
    1807-1808
  • 2010L1_035693_4 V-7
  • 2010L3_37957-567
  • 2010L3_37957-575
  • 2010L3_37957-574
  • 2010L3_37957-577
  • 2010L3_37957-587
    1807-1808
  • 2010L3_37957-670
    1807-1808
  • 2010L1_035693_4 V-2
  • 2010L1_035693_4 V-217
  • 2010L1_035693_4 V-207

La bibliothèque universitaire conserve dans ses collections patrimoniales les deux principaux ouvrages de botanique de Joseph Roques (1772-1850) : Plantes usuelles, indigènes et exotiques, dessinées et coloriées d’après nature, avec la description de leurs caractères distinctifs et de leurs propriétés médicales, publié à Paris chez Madame veuve Hocquart (1764-1849) en 1807 et la seconde édition de la Phytographie médicale : histoire des substances héroïques et des poisons tirés du règne végétal édité en 1835 chez Cormon et Blanc. Les deux titres ont été numérisés avec la soutien de la Bibliothèque nationale de France et sont consultables en ligne sur le site web de la BU et sur Gallica.

Phytographie médicale.1835Plantes usuelles, indigènes et exotiques. 1807

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Joseph Roques (1772-1850) 

Né à Valence dans le Tarn en 1772, Joseph Roques a fait ses études à la faculté de médecine de l’Université de Montpellier. D’abord médecin militaire dans plusieurs hôpitaux du Midi de 1794 à 1798 ; il se rend ensuite à Paris où il se consacre à l’étude de la botanique, la publication de ses travaux sur le sujet est un succès, elle lui vaut une large reconnaissance et la croix de chevalier de la Légion d’honneur. Il décède à Montpellier en mai 1850.

Le traité des plantes usuelles, indigènes et exotiques

La BU Lyon 1 possède un exemplaire de la première édition de l’ouvrage. Le volume réunit les 2 tomes, le premier publié en 1807 et le second paru en 1808. Le tome 2 comporte 61 feuillets de planches hors texte gravées sur cuivre et rehaussées de couleurs à la main, toutes sous serpentes. Ces planches présentent plus de 480 figures de botanique réalisées par Jacques Grasset de Saint-Sauveur (1757-1810).

Le volume débute par un titre frontispice dédiant l’ouvrage à Monsieur de Solages dont la famille est originaire du Tarn.

Plantes usuelles, indigènes et exotiques. 1807Dans son discours préliminaire Joseph Roques explique avoir choisi de classer les plantes dans l’ordre alphabétique pour simplifier la recherche du lecteur. Chaque plante est désignée « par son nom vulgaire, et par celui qui a été adopté par Linnaeus », il précise avoir « fait mention de la classe et de l’ordre de cet illustre botaniste, ainsi que de la classe de Tournefort, et de la famille de Jussieu. Dans la description particulière des plantes, nous avons tâché d’exposer, d’une manière simple et précise, leurs caractères distinctifs, ainsi que leurs propriétés médicinales ; et, lorsque le sujet a paru l’exiger, nous sommes rentrés dans quelques détails sur l’histoire et le traitement des maladies ».1.

Plantes usuelles, indigènes et exotiques. 1807

Plantes usuelles, indigènes et exotiques. 1807Plantes usuelles, indigènes et exotiques. 1807

Dans ce traité qui se veut généraliste, il consacre aussi une part importante à la flore exotique ainsi il évoque les vertus du sapotillier, de l’avocatier ou encore du sucre officinal, cultivés dans les Caraïbes.

Plantes usuelles, indigènes et exotiques. 1807

Pl.21 Plantes usuelles, indigènes et exotiques

Plantes usuelles, indigènes et exotiques. 1807

Pl.32 Plantes usuelles, indigènes et exotiques

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La phytographie médicale

Phytographie médicale.1835

Ex-libris Jean-Louis Brachet (1789 – 1858)

 

L’exemplaire présent dans les collections de la BU est la seconde édition de la Phytographie médicale : histoire des substances héroïques et des poisons tirés du règne végétal édité en 1835 chez Cormon et Blanc. L’édition originale publiée chez Didot jeune en 1821 était composée de 2 volumes in-4°et comportait des planches coloriées. L’édition de 1835 « entièrement refondue » comporte trois volumes in-8° complétés par un atlas in-4° de 150 planches coloriées et finement terminées au pinceau réalisées par Édouard Auguste Patrice Hocquart (1789–1870). L’ouvrage provient du don Brachet comme l’attestent les ex-libris présents sur le contreplat supérieur et sur la page de titre.

 

 

Comme dans son précèdent traité Joseph Roques fait le choix d’un classement alphabétique des plantes. Parmi les plantes traditionnellement conseillées comme médicament, il a sélectionné uniquement celles qu’il a lui-même expérimentées et validées. Il précise ainsi : « les éloges que l’on donne même aux substances les plus efficaces sont vains et dangereux, si l’on ne spécifie d’une manière précise les cas de leur application. On ne saurait trop insister sur ce dogme fondamental de la thérapeutique dans la description des propriétés médicales des plantes. Nous faisons connaître […] leurs principes constituants, d’après les analyses faites par les plus habiles chimistes ; mais ces analyses sont toujours subordonnées à l’observation clinique, parce que c’est elle seule qui confirme ou rejette les promesses de la chimie. ».

Concernant les planches il explique que « chaque planche offre une plante de grandeur naturelle, accompagnée du fruit et des détails botaniques de la fleur. ».2

Phytographie médicale. 1835

Pl. 98 Hellébore noir

Phytographie médicale. 1835

Pl. 103 Aconit napel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Article rédigé par Livia Rapatel BU Lyon 1

Sources:

Roques, Joseph. Plantes usuelles, indigènes et exotiques, dessinées et coloriées d’après nature, avec la description de leurs caractères distinctifs et de leurs propriétés médicales. Paris chez Madame veuve Hocquart, 1807-1808. Disponible en ligne, [consulté le 28 juillet 2021]

Roques, Joseph. Phytographie médicale : histoire des substances héroïques et des poisons tirés du règne végétal.Paris ; Lyon : B. Cormon et Blanc, 1835. Disponible en ligne vol.1, vol. 2, vol. 3, atlas  [consulté le 28 juillet 2021]

Bibliographie:

Dechambre, Amédée (dir.). Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales.  Paris : G. Masson : P. Asselin, 1877, série 3, tome 5.

Lozère, Christelle. Le rôle des images dans la diffusion des savoirs sur les plantes médicinales des Antilles. In L’usage des plantes médicinales aux Antilles et en Guyane. Les remèdes anciens au fil du temps, sous la direction de Pagney. François. Karthala, collection Terres d’Amérique. pp.37-59, 2015. Disponible en ligne [consulté le 28 juillet 2021]

Williams, Roger L. « Botanists and Medical Herbalism in Montpellier ». In Brittonia, 61(1), 2009, pp. 85–92.Disponible en ligne [consulté le 28 juillet 2021]

 

 

 

  1. Discours préliminaire p.VI []
  2. préliminaires p. XV []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search