Des livres pour les prisonniers de guerre

Une partie des collections de la Bibliothèque Diderot de Lyon a connu d’autres vies avant de rejoindre les rayonnages de notre bibliothèque, comme en témoignent les nombreux ex-libris, anciens cachets et mentions de dons. Parmi ces ouvrages, une édition de Port-Royal de Sainte-Beuve, parue chez Hachette en 19121, se démarque par cet ex-libris laissé au crayon de papier sur la page de garde :

Tome 1 de Port-Royal de Sainte-Beuve, parue chez Hachette en 1912.
> Cote BDL : 30029-8

« Pierre Lespinas, prisonnier de guerre, K. L. Senne III […] (Engels) bei Paderborn, Allemagne »
La note au crayon est partiellement biffée et commence à s’estomper. Elle s’accompagne de différents cachets dont :
« Bibliothèque française, Block II, Sennelager »

Ainsi qu’un autre en allemand :
« Geprüft durch die Kommandantur des Kriegsgefangenen-Lagers Senne III»

Port-Royal de Sainte-Beuve, parue chez Hachette en 1912.
> Cote BDL : 30029-8 à 30029-13

Un soldat d’infanterie ?

Qui était ce prisonnier de guerre ? Et qu’est-ce que « Senne III » ? Des éléments de réponses sont apportés par le Comité international de la Croix-Rouge.
Grâce au fonds d’archives du CICR, nous avons des informations sur les prisonniers retenus dans les différents camps et également sur leurs conditions de vie. Des fiches individuelles ont été réalisées sur la base des nombreuses listes de prisonniers qui lui ont été envoyées pendant la première guerre mondiale. Aujourd’hui ces fiches ont été numérisées et sont accessibles en ligne2. Plusieurs d’entre elles portent le nom de Pierre Lespinas, dont celle d’un soldat du 5e bataillon 17e corps d’infanterie détenu à Sennelager, qui pourrait donc être l’auteur de notre ex-libris.

Fiche de Pierre Lespinas, 5e bataillon 17e corps d’infanterie, disponible dans les archives du CICR

Ce précieux fonds d’archives compte pas moins de cinq millions de fiches nominatives. On estime que près de dix millions de prisonniers, militaires et civils, ont été détenus dans des camps durant la première guerre mondiale.

Depuis sa création en 1863, le Comité international de la Croix-Rouge est une institution basée à Genève, dont le but est la protection des victimes de conflits armés3. Pendant la première guerre mondiale, le CICR doit développer son action et prend une véritable ampleur internationale. Il bénéficie de la neutralité politique de la Suisse pour créer une agence internationale des prisonniers de guerre chargée de réunir et de transmettre aux familles les renseignements les concernant. Recevant des centaines de milliers de demandes, il grossit jusqu’à employer 1200 collaborateurs. Ce sont donc les listes de prisonniers envoyées par les États en guerre qui ont permis la rédaction par le comité de ces fiches pour chaque détenu.

Sennelager

Le CICR parvint à obtenir un droit de visite des camps de prisonniers. Des informations sur leurs conditions de vie sont transmises grâce à des rapports rédigés pour le Comité tels que ceux de MM. Naville, van Berchem, de Marval et Eugster, après leur passage dans des camps de prisonniers en Angleterre, en France et en Allemagne. Ces rapports ont été publiés pendant la guerre et sont aujourd’hui également consultables en ligne4. Le rapport de janvier 1915 recense plus de 20 000 prisonniers à Paderborn, répartis dans les trois camps de Sennelager, dont 10 948 Français.
Sennelager était un camp d’exercice militaire créé au Nord de la ville de Paderborn en 1852 pour la cavalerie prussienne. Il fut transformé en camp de prisonniers de guerre pendant les deux guerres mondiales. Avec l’arrivée de plus en plus de prisonniers, le camp fut agrandi et réorganisé en divisions d’où les dénominations de Senne I, Senne II et Senne III. Les prisonniers internés y étaient regroupés par nationalités : des Français, des Belges, des Britanniques et également des Russes.

La vie dans le camp

Les prisonniers étaient acheminés par des trains qui traversaient la Belgique pour arriver en Westphalie. Dans un premier temps, ils furent accueillis sous des tentes. Leurs cheveux étaient rasés, leurs vêtements marqués d’un Z. Des baraques furent rapidement construites pour loger les prisonniers, en plus des constructions déjà présentes qui servaient aux soldats allemands en temps de paix. Les prisonniers avaient la possibilité d’écrire à leur famille et pouvaient recevoir des colis, de nourriture notamment, ce qui les aidait à survivre quand le ravitaillement des camps n’était pas suffisamment assuré.
Plusieurs travaux ou ateliers occupaient la journée des prisonniers : la réception des colis, les travaux de menuiserie, d’entretien du camp, le travail aux champs chez des paysans des environs, etc.
Dans leur rapport au CICR, les rédacteurs soulignent une bonne hygiène dans le camp, la possibilité pour les prisonniers de prendre un bain, la désinfection des installations, ainsi que la construction de lazarets qui permettaient de soigner les blessés, sous l’égide d’un médecin en chef.
Se tenait également à Sennelager un lieu de culte pour les prisonniers catholiques, dans lequel officiaient, d’après le rapport de 1915, douze ecclésiastiques français, internés soit comme infirmiers, soit comme prisonniers civils.

Apporter un soutien aux prisonniers de guerre

Le CICR n’est pas la seule organisation à être venue en aide aux prisonniers, comme en témoigne un autre ouvrage des collections patrimoniales de la BDL.

Génie du christianisme ou Beautés de la religion chrétienne de Chateaubriand, parue en 1816.
> Cote BDL : 3RC 2426

Une édition du Génie du christianisme ou Beautés de la religion chrétienne de Chateaubriand, parue en 18165, porte le cachet de l’ « Œuvre Universitaire Suisse des étudiants prisonniers de guerre, Comité de Neuchâtel », ainsi qu’un cachet du camp de Münsingen.

En effet, dans les camps de prisonniers se trouvaient non seulement des soldats, mais également des civils de toutes professions, y compris des étudiants. C’est préoccupé en particulier par le sort de ces derniers que Louis Maillard6, professeur d’astronomie à l’Université de Lausanne, fonda l’Œuvre Universitaire Suisse des étudiants prisonniers de guerre. De nombreux universitaires suisses y adhérèrent et apportèrent une aide matérielle en faveur des étudiants et des professeurs prisonniers. Durant les cinq années de son activité, l’œuvre apporta son aide à des prisonniers dans 472 camps européens, et envoya des livres à plus de 18 000 prisonniers de guerre.

Des bibliothèques pour les prisonniers

Grâce à ces institutions humanitaires, des bibliothèques ouvrirent dans les camps de prisonniers à partir de 1915. Comme l’indiquent les tampons apposés sur les ouvrages présents à la BDL, le camp de Sennelager disposait d’une « bibliothèque française ». En atteste également cette photographie des archives de la ville de Paderborn : « Französische Bibliothek im Zivil – Gefangenenlager Senne – Bibliothèque française du camp de prisonniers civils Sennelager »7.

« Französische Bibliothek im Zivil – Gefangenenlager Senne – Bibliothèque française du camp de prisonniers civils Sennelager ». Source : Stadt- und Kreisarchiv Paderborn

D’après le second tampon « Geprüft durch die Kommandantur des Kriegsgesangenen-Lagers Senne III », on peut vraisemblablement déduire que la documentation qui s’y trouvait avait au préalable été approuvée par la direction du camp.

Un cachet très similaire marque l’ouvrage de Chateaubriand envoyé par l’Œuvre Universitaire Suisse des étudiants prisonniers de guerre, qui bien qu’en partie effacé, atteste qu’il se trouvait donc au camp de Münsingen : « Geprüft, Postprüfungsstelle der [Kriegsgefangenenlager ?], Münsingen ». Sur ce cachet a été apposé celui, plus récent, du Musée pédagogique8.

Génie du christianisme ou Beautés de la religion chrétienne de Chateaubriand, parue en 1816.
> Cote BDL : 3RC 2426

Les prisonniers de Münsingen reçurent donc eux aussi des livres envoyés par différents comités, dont celui de la Croix-Rouge. En 1915, le CICR avait déjà envoyé environ deux mille cinq cents titres français et mille en russe. Le camp de Münsingen a ainsi pu bénéficier lui aussi d’une bibliothèque9.

Carte postale – Münsingen

Donner accès aux livres n’est que l’une des nombreuses démarches visant à affirmer le droit international humanitaire dans le contexte de la grande guerre. Ces cachets imprimés à l’encre témoignent aujourd’hui de ces démarches et font de ces pages de papier de vraies pages d’histoire.

Billet rédigé par Émilie Bleschet
Bibliothèque Diderot de Lyon, Département Patrimoine et conservation

Sources

SAINTE-BEUVE, Charles-Augustin. Port Royal. Paris : Hachette, 1912.
> Cote BDL : 30029-8

CHATEAUBRIAND, François René de. Génie du christianisme ou Beautés de la religion chrétienne. Paris : Le Normant, 1816.
> Cote BDL : 3RC 2426

Bibliographie

NAVILLE, VAN BERCHEL, DE MARVAL et EUGSTER. Rapports sur leurs visites aux camps des prisonniers. In Comité International de la Croix-Rouge, Documents publiés à l’occasion de la guerre de 1914-1915. Genève : Libr. Georg & cie, 1915

DELUZ, Auguste. Œuvre universitaire suisse des étudiants prisonniers de guerre (1915–1920). Rapport général. Lausanne : impr. Petter, Giesser & Held, 1920

HINZ, Uta. Gefangen im Großen Krieg. Kriegsgefangenschaft in Deutschland 1914-1921. Essen : Klartext Verlag, 2006

COMITÉ INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE. Histoire du CICR : Première guerre mondiale [en ligne]. 13 mai 2010 [Consulté le 07/06/2021]. Disponible sur le web : <https://www.icrc.org/fr/qui-nous-sommes/histoire/premiere-guerre-mondiale >

CROIX-ROUGE FRANÇAISE. Mise en ligne des archives prisonniers de 14-18 [en ligne]. 07 août 2014 [Consulté le 07/06/2021]. Disponible sur le web : <https://www.croix-rouge.fr/Actualite/Mise-en-ligne-des-archives-prisonniers-de-14-18-1785>

Parcours d’un prisonnier de la première guerre. e-Ti : Histoire du Nord [en ligne]. [Consulté le 04/02/2021]. Disponible sur le web : <http://histoiredunord.over-blog.com/2014/01/parcours-d-un-prisonnier-de-la-premi%C3%A8re-guerre.html >

Prisonniers de guerre à Paderborn. In LE MANS UNIVERSITÉ. Sortir de la guerre, Le Mans & Paderborn 1919-1930 [en ligne]. [Consulté le 04/02/2021]. Disponible sur le web : <http://sortirdelaguerre.univ-lemans.fr/exhibits/show/sdlg/a4 >

Pour aller plus loin

BECKER, Annette. Oubliés de la Grande guerre : humanitaire et culture de guerre, 1914-1918 : populations occupées, déportés civils, prisonniers de guerre‎. Paris : Éditions Noêsis, 1998.
> Cote BDL : 940.31 BEC

FARCY, Jean-Claude Farcy. Les camps de concentration français de la Première Guerre mondiale (1914-1920). Paris : Anthropos‎, 1995.
> Cote BDL : 940.3 FAR

  1. Édition en 7 volumes : cotes 30029-8 à 30029-13 []
  2. Le CICR a mis en ligne ces archives sur un site dédié : « Prisonniers de la Première guerre mondiale – les archives du CICR » : https://grandeguerre.icrc.org/fr []
  3. La Croix-Rouge est née à l’initiative d’Henry Dunant qui, suite à la bataille de Solférino en 1859, incita les dirigeants politiques à la signature d’un traité obligeant les armées à soigner tous les blessés. Ce projet aboutit en 1864 à la première Convention de Genève. Henry Dunant reçoit le prix Nobel de la Paix en 1901. []
  4. https://grandeguerre.icrc.org/fr/Camps/Ingolstadt/352/fr/ []
  5. Cote : 3RC 2426, en cinq volumes []
  6. Louis Maillard (1867-1938) : astronome et professeur d’astronomie et de mathématiques []
  7. http://sortirdelaguerre.univ-lemans.fr/items/show/75. Source : Stadt- und Kreisarchiv Paderborn []
  8. Pour en savoir plus sur les collections patrimoniales en Éducation à la BDL : https://bibulyon.hypotheses.org/4381  []
  9. Carte postale. Source : https://www.geneanet.org/cartes-postales/view/6431737#0  []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search