Cartographie coloniale de l’Algérie, une autre image de la conquête, les années 1830-1840 [2/2]

Les premières décennies de la colonisation de l’Algérie, traitées par le biais de sa cartographie, ont fait l’objet d’un premier billet de blog qui revient sur les premiers temps de la conquête et sur l’héritage de la régence d’Alger.

Bibliographie et idéologie

Dès 1830, la Section topographique du corps d’état-major, en charge de servir les opérations militaires, est instituée par le Ministère de la Guerre. Ses officiers intervenaient d’abord sur le terrain pour des campagnes de levées, puis au Dépôt de la Guerre pour le traitement des données. Ils étaient, en grande partie, issus de Saint-Cyr, certains de l’École polytechnique.

Boutin, Vincent-Yves, Reconnaissance des villes, forts et batteries d’Alger par le chef de bataillon Boutin…

En 1830, le Dépôt de la Guerre publie l’Aperçu historique, statistique et topographique de l’État d’Alger dans lequel sont rattachées une carte d’ensemble (au 1 : 4 000 000) et une carte au 1 : 600 000, réalisées par Lapié – chef de la Section topographique – qui se fonde sur les reconnaissances du chef de bataillon Vincent-Yves Boutin, réalisées en 1808. Mais ces cartes, à la disposition des officiers du corps expéditionnaire, d’une précision incertaine, se sont vite révélées inemployables.

Shaw, Thomas, Travels or observation…, 1757, carte de la Maurétanie césarienne.

Les érudits et militaires se sont aussi référés à des sources antiques, notamment aux données de la Géographie de Ptolémée qui rassemblait l’étendue des connaissances à l’époque d’Hadrien (117-118) ; le Tell algérien colonisé est ainsi assimilé à la Maurétanie césarienne de l’époque de la domination romaine. L’utilisation n’est pas neutre, la France légitime l’entreprise coloniale par cette référence – quand le général Bugeaud est nommé gouverneur général de l’Algérie en 1840, il s’inspire d’ailleurs des colonies romaines qui peuplaient de soldats cultivateurs les terres prises aux ennemis.
Par ailleurs, les savoirs produits par les géographes arabes de l’époque médiévale sont traités avec réserve, et leurs textes ne sont utilisés par l’armée que pour ce qu’ils contiennent de renseignements « utiles » (routes, itinéraires…).

Page de titre de la Géographie de Ptolémée.

D’autre part, les récits des auteurs européens Thomas Shaw (Travels or observation…, 1757) et William Shaler (Esquisse d’Alger, 1826), qui ont résidé à Alger – plus actuels, et considérés comme plus légitimes parce qu’européens – sont abondamment exploités. En plus de ses observations géographiques, Shaler – alors consul des États-Unis à Alger – développa des considérations politiques sur le pouvoir du dey, ses difficultés dues à la récession, les mœurs des populations autochtones et ce que pouvait apporter, selon lui, la colonisation du territoire. Cette référence était donc précieuse pour les autorités françaises.

Shaw, Thomas, Travels or observation…, 1757, page de titre.

Enquête scientifique et contexte de guerre

C’est néanmoins le savoir lacunaire sur la topographie de l’Algérie qui justifia un certain nombre d’entreprises d’explorations ; aussi, afin de statuer sur le type de colonisation à entreprendre, le gouvernement de Louis-Philippe délègue en 1833 une commission spéciale pour enquêter en Algérie : elle est composée d’hommes politiques et de deux officiers supérieurs du Génie et de la marine et s’inscrit dans la filiation des expéditions « militaro-scientifiques » napoléoniennes d’Égypte, la culture savante et militaire ayant été profondément impactée par la publication de la Description de l’Égypte, ainsi que par le modèle mis sur pied en Morée.
La première question des instructions de la commission était : « Que doit-on faire à Alger ? » ; la seconde renvoyait au type de colonie à édifier (militaire ou civile).

L’itinéraire de cette première commission se fit sur le modèle du territoire occupé et suivit les quelques villes littorales reliées par la mer. Une seconde commission fut ensuite créée pour évaluer les résultats de l’enquête de terrain. Complétant les travaux par des auditions à Paris, leur rapport préconisa la conservation d’Alger – même s’il ne permettait pas de se faire une idée concrète des terres vers lesquelles la France pouvait étendre son influence et malgré les réserves qui avaient été émises par les membres de la première commission.

Par suite, le 1er traité de 1834, entre l’émir El-Kader – à la tête d’une partie de la résistance – et le général Desmichels, confirma le maintien d’une occupation restreinte à Alger et les villes du littoral, étiquetées « possessions françaises dans le nord de l’Afrique ». Le pouvoir relevait alors du ministère de la Guerre et était directement exercé par un gouverneur général.
En 1835, la guerre atteignit son paroxysme, et suite à la défaite de 1836 à Constantine, la mauvaise compréhension du territoire fut mise en cause par certains hommes politiques. Aussi, de nouvelles instructions du Dépôt de la Guerre furent envoyées au Service topographique afin de dresser une carte propice à la guerre.
Le traité de la Tafna, signé en 1837, entre le général Bugeaud et El-Kader étendit le territoire de l’émir sur la superficie du Tell ; eu égard à cet accord contradictoire avec la politique de colonisation, la guerre reprit en 18391 et s’intensifia avec la nomination de Bugeaud au poste de gouverneur général en 1840 – Abd El-Kader se rendit en 1847. Si l’idée d’abandonner Alger ne semblait plus d’actualité, la colonisation dut se faire à moindre frais, ce qui, à ce moment-là, justifia de nouveau l’occupation restreinte.
En 1838, le Service topographique eut pour mission de lever systématiquement le territoire d’Alger jusqu’à l’Atlas tellien (les plaines occupées par l’armée), et des autres provinces, à l’aide de campagnes géodésiques. Des xylogravures furent publiées puis corrigées jusqu’à la mise à jour de la carte générale de l’Algérie en 1841.

Aperçu de la carte de la province d’Alger dressée au Dépôt de la Guerre en 1845 (1 : 400 000)

En 1839, une autre instance scientifique fut missionnée en Algérie, avec à sa tête Bory de Saint-Vincent, qui avait participé à l’exploration de la Morée. Après une enquête de deux ans et demi, le ministère de la Guerre publia les résultats en trente-neuf tomes entre 1845 et 1867. La partie historique, si elle réhabilite un savoir des populations colonisées, abonde dans le sens d’une colonisation qui ramènerait une fertilité perdue – celle de la civilisation romaine ; du point de vue géographique, la documentation publiée dans les années 1840 n’offre encore qu’une vision impressionniste d’un savoir en cours de production.
Enfin, l’année 1845 marque la première division juridique en Algérie qui distingue les droits des populations vivant au sein de territoires civils, mixtes et « arabes » (qui restent soumis à l’autorité militaire)2. Outre sa situation géographique, l’Algérie se pense alors en fonction de son administration coloniale ; aucune carte ne permet donc de signifier ce morcellement complexe dont les parties – qui peuvent s’enclaver les unes les autres – sont vouées au changement permanent, ce qui d’ailleurs enraya le processus de départementalisation à partir de 1848.

Colonisation de l’Algérie par Enfantin, membre de la commission scientifique d’Algérie en 1843. Carte de l’Algérie / Plan de colonisation

Le Sahara algérien

Dès les années 1830-1840, contribuèrent à la conception du concept de Sahara algérien : la politique de défense de «  l’Algérie utile », restreinte à la bande tellienne ; une promesse d’expansion de la colonie ; et la confrontation de l’imaginaire colonial du désert avec ses habitants.
En 1845, dans une lettre dédicatoire au général Bugeaud, le lieutenant-colonel Daumas écrit ceci à propos de l’occupation du Sahara :

Premières pages de la dédicace de M. Daumas Eugène au général Bugeaud dans Le Sahara algérien, 1845.

Encore une fois, les sources pour établir une connaissance du Sahara sont variées. Puisant dans la Géographie de Ptolémée, les géographes arabes décrivirent « l’Afrique intérieure » comme une zone de séparation d’avec le « Pays des Noirs ». En outre, le commerce est au cœur de cette géographie vouée aux étapes et aux voies de passage.
Or, même s’ils s’appuyèrent sur cette géographie, les voyageurs européens du XVIIIe siècle ont participé à forger une image du désert proche de celle d’une mer de sable inculte.

L’Afrique connue des anciens jusqu’au temps de Ptolémée, par M. Vivien de Saint-Martin, 1862.

Au début du XIXe siècle, nous pouvons aussi signaler les passages de voyageurs comme Mungo Park et René Caillié au sein de certaines parties du désert. Mais ces explorations restèrent isolées jusqu’aux années 1850, tant l’entreprise semblait risquée. Aussi, la connaissance du désert dans les années 1830-1840 était encore très littéraire.

Carte générale du voyage de M. Caillié à Jenné, à Temboctou, et à travers le Sahara en 1827 & 1828 ; rédigée par M. Jomard, membre de l’Institut royal de France, Paris, 1829.

Mais, même si les Français constatèrent vite leur méconnaissance du désert et si l’Algérie méditerranéenne les occupa dans les premières décennies de la conquête, leur vision changea progressivement ; et s’élabora bientôt un discours sur une géographie du désert qui serait tournée vers les intérêts économiques de la colonie – par exemple en reliant Alger et une partie de l’AOF.
Les travaux de reconnaissance de Daumas et Carette devinrent des références. Ceux de Carrette mettent à mal la représentation d’un désert stérile et s’appliquent à en délimiter sa limite méridionale sur une ligne d’oasis, que Carette estimait être une « frontière naturelle » avec le reste du Sahara au sud. Cette première géographie de l’Algérie incluant un Sahara algérien avait, selon lui, du sens en ceci que les habitants du Tell nourrissaient des relations avec ceux des oasis. Pour lui, ces deux parties constitueraient ainsi une « Algérie complète ». Sans être en vogue dans les années 1840, cet argument, qui met en valeur une Algérie encore incomplète parce que fragmentée, sert implicitement un message politique : celui de continuer l’expansion.
Puis, le père Enfantin motive l’exploration du désert à son tour en évoquant dans La colonisation de l’Algérie les potentiels liens commerciaux que les Français pourraient établir avec les peuples établis au sud du Sahara. Enfin, dans Le Sahara algérien, Daumas décrit en détail les échanges et interdépendances entre les habitants des oasis et ceux de la bande tellienne ; lui aussi légitime ainsi une position en faveur de l’expansion de la colonie en décrivant le Tell comme « le grenier du Sahara ».

Page de titre de M. Daumas Eugène, Le Sahara algérien, 1845 ; Page de titre de Enfantin, Barthélémy-Prosper, Colonisation de l’Algérie…, 1843.

Alors que la conquête militaire n’avait pas encore commencé, Daumas et Carette contribuèrent à l’inclusion du désert au sein de la géographie de l’Algérie colonisée. Par conséquent, il n’était pas rare que le terme « Sahara algérien » soit juxtaposé aux cartes de l’Algérie dès les années 1840.

La connaissance et la reconnaissance du territoire algérien participent à l’élaboration d’une politique coloniale et il convient de bien appréhender la façon dont l’armée a cartographié l’Algérie pour comprendre son histoire coloniale et l’affirmation de l’autorité française sur ce territoire ; ces productions cartographiques, se pratiquant dans un contexte de domination et d’appropriation d’un territoire, n’étant jamais neutres.

Billet rédigé par Mickaël Bonilla
(Master Histoire, civilisations et patrimoine, parcours Cultures de l’écrit et de l’image, ENSSIB)

Sources

BOUTIN, Vincent-Yves. Reconnaissance des villes, forts et batteries d’Alger par le chef de bataillon Boutin…. Paris : Librairie ancienne Honoré Champion, 1927.
> Cote BDL : 114367, Magasin 9

Dépôt général de la guerre. Cartes général de l’Algérie, 1845.

DAUMAS, Eugène, GABORIAUD. Le Sahara algérien : études géographiques, statistiques et historiques sur la région au sud des établissements franc̜ais en Algérie. Paris : Langlois et leclercq : Fortin, Masson et Cie, 1845.
> Cote BDL : 3RC 1193, Magasin 10

CAILLIÉ, René. Journal d’un voyage à Temboctou et à Jenné, dans l’Afrique centrale, précédé d’observations faites chez les Maures Braknas, les Nalous et d’autres peuples ; pendant les années 1824, 1825, 1826, 1827, 1828 : par René Caillié. Avec une carte itinéraire, et des remarques géographiques, par M. Jomard, membre de l’Institut. Tome premier [-troisième]. Paris, 1830.
Cote BDL : 24186, Fonds patrimoniaux

ENFANTIN, Barthélémy-Prosper. Colonisation de l’Algérie . Paris : P. Bertrand, libraire, 1843.
Cote BDL : 3RD 0365, Magasin 10

France, Commission des sciences et arts d’Égypte. Description de l’Égypte… Paris : Impr. Impériale, puis Royale, 1809-1828.
> Cote BDL : A236, Fonds patrimoniaux, Réserve 2
> Cote BDL : 132135, Fonds patrimoniaux, Réserve 1
> Cote BDL : 48551, Fonds patrimoniaux

SHAW, Thomas. Travels or observations relating to several parts of the Barbary and the Levant. London : A. Miller and W. Sandby, 1757.
> Cote BDL : 9398, Fonds patrimoniaux, Réserve 2

Κλαυδιου πτολεμαιου γεωγραφικη υφηγησισ. Claudii Ptolemaei geographia. E codicibus recognovit, prolegomenis, annotatione, indicibus, tabulis instruxit ; Carolus Müllerus, Parisiis : Editore Alfredo Firmin Didot, M DCCC LXXXIII.
> Cote BDL : 020109, Magasin 2

VIVIEN DE SAINT-MARTIN, Louis. Le nord de l’Afrique dans l’antiquité grecque et romaine, étude historique et géographique. Paris : Imprimerie Impériale, 1863.
> Cote BDL : 002008, Magasin 2

Bibliographie

Cartographie coloniale de l’Algérie, une autre image de la conquête, les années 1830-1840 [1/2]

  1. Le terme « Algérie » apparaît dans les textes officiels français la même année. []
  2. Les territoires « arabes » se situent au-delà du Tell et restent soumis à l’autorité militaire ; le terme sera remplacé en 1848 par « territoire militaire » et en 1880 par « territoire de commandement ». Les territoires mixtes renvoient à une catégorie intermédiaire, dont l’administration n’est pas civile mais militaire, les populations européennes y vivant en minorité ; ils sont voués à devenir des territoires « civils ». []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.