Cartographie coloniale de l’Algérie, une autre image de la conquête, les années 1830-1840 [1/2]

Au sein des magasins de ses fonds patrimoniaux, la BDL conserve un coffret de sept « cartes d’état-major » de l’Algérie, dressées en 1845 au Dépôt Général de la Guerre. L’étui de carton, décoré de papier marbré, contient une carte générale au 1 : 1 500 000 et six cartes au 1 : 400 000 (deux par province : Alger, Oran et Constantine). Ce coffret nous offre l’occasion de nous pencher sur la dimension spatiale de la colonisation française de l’Algérie…

Une estampille imprimée et collée sur le plat supérieur de l’étui nous informe que les cartes ont appartenu au 52e régiment d’infanterie de ligne et qu’elles proviennent du don Meynier.
Gilbert Meynier était un historien, spécialiste de l’histoire contemporaine, notamment de l’Algérie à la période coloniale et de la guerre d’Algérie.

Dépôt Général de la Guerre, « Cartes d’état-major de l’Algérie », 1845, Don Meynier.

Point historiographique

À partir de 1992, la loi française rendait accessible l’ensemble des archives publiques produites sur la période de la guerre d’Algérie1.  L’historiographie de cette guerre a été profondément marquée par l’ouverture des archives militaires. Depuis, le nombre de thèses sur le sujet a explosé2. C’est dans ce cadre que Gilbert Meynier a publié Le FLN, documents et histoire : 1954-1962 (2004), écrit en collaboration avec Mohammed Harbi3. Les deux historiens montrent les divisions internes du FLN et offrent une voie de passage de la mémoire à l’histoire, grâce au témoignage et aux documents de M. Harbi.

La guerre d’Algérie a donc donné matière à une abondante production historique4 ,  éclipsant les études sur l’histoire de la colonisation. Or, pour comprendre la guerre, il faut comprendre les enjeux et les modalités de la colonisation – M. Meynier a d’ailleurs livré un ouvrage de référence sur le sujet5. Aussi, à partir du début des années 2000, à mesure que l’histoire sur la guerre se complexifiait, les recherches sur la période coloniale ont émergé de nouveau.

Cependant, l’aspect territorial de la colonisation reste peu étudié, alors que la dimension spatiale des débats politiques des années 1830-1840, autour de l’occupation, sont particulièrement révélateurs du manque de projet colonial en Algérie.

Premier temps politiques et militaires

La conquête de l’Algérie, qui ne s’intégrait pas dans la politique coloniale de la France de la Restauration, serait le fruit d’un concours de circonstances : le régime monarchique de Charles X, contesté, chercha – alléguant un incident diplomatique entre Hussein Dey et le consul de France à Alger – à entraver la course en Méditerranée d’une part et à redorer son blason au travers d’une victoire militaire d’autre part ; mais la prise d’Alger n’empêcha pas la révolution de Juillet…

Le 5 juillet 1830 eut lieu, en vertu de la convention signée entre le duc de Bourmont et Hussein Dey, un transfert de souveraineté, mais qui ne renvoyait alors pas à un territoire strictement délimité.

Shaw, Thomas. A map of the Southern Province of the Kingdom of Algiers, 1757, engraving.

En outre, entre 1830 et 1834, au matin de la monarchie de Juillet, aucune décision politique sur l’objectif de l’occupation militaire ne fut réellement fixé ; le pouvoir de décision, qui relevait alors de commandants militaires, en était d’autant plus grand, et celui-ci fut critiqué par les défenseurs d’une colonisation de peuplement qui aspiraient à un régime civil en Algérie6 et par les anticolonistes7 qui contestaient la légalité de l’occupation et accusaient l’armée de mener une guerre trop brutale8 – quant aux colonistes, ils justifiaient la colonisation par les possibles richesses agricoles et commerciales de l’Algérie et par le progrès et l’éducation qu’ils souhaitaient apporter aux « indigènes ».

En ce qui concerne le mode d’occupation, la question était, dans les années 1830-1840, de savoir quelle partie du territoire pouvait ou devait être occupée par la France. S’opposaient les partisans de trois types de projets coloniaux (une occupation restreinte, étendue, ou intermédiaire) dont les définitions étaient flottantes.

La régence d’Alger et l’héritage ottoman

La longue présence ottomane en Afrique du Nord – du début du XVIe siècle jusqu’à 1830 – a participé à la construction du pays d’Alger (watan al-jazâ’ir). Les Turcs ont ainsi doté l’entité algérienne d’une organisation politique et administrative propre et en ont délimité les frontières,  la dissociant de la régence de Tunis à l’est, et du royaume du Maroc à l’ouest.

Le territoire algérien, qui s’ouvre sur la Méditerranée au nord et le vaste désert du Sahara au sud, se caractérise par deux ensembles de hautes terres, l’Atlas tellien et l’Atlas saharien, entre lesquels s’inscrivent de hautes plaines.

Carte du Sahara algérien, dédiée à Mr le maréchal duc d’Isly [général Bugeaud], gouverneur général de l’Algérie par la Direction centrale des affaires indigènes, 1845.

En 1830, la régence d’Alger, dirigée par le dey, était sur le plan administratif divisée en quatre provinces : Dar es-Soltane, domaine réservé du dey, qui s’étendait jusqu’à la plaine de Mitidja, avec Alger pour capitale ; le beylik de l’Ouest (Oran) ; le beylik du Titteri (Médéa) ; et celui du Levant (Constantine). Chaque bey veillait à l’ordre et à la levée des impôts dans sa province qui était constituée de plusieurs ouatan (région) confiées à des caïds à la tête d’une force armée et disposant du soutien des chefs des « grandes confédérations tribales ». Les Ottomans ont ainsi pu régner grâce à l’appui de grandes familles locales, qui demeuraient toutefois bien à part de la population algérienne – qui compte alors près de 3 millions d’habitants – dont une majorité vit dans les zones rurales9.

Shaw, Thomas. Maps of the Western and the Eastern Provinces of the Kingdom of Algiers, 1757, engravings.

Alger, qui connut un extraordinaire essor économique grâce à la course maritime, périclita avec la baisse des activités corsaires ; mais sur 30 000 habitants en 1830 « cohabitaient », dans des quartiers séparés des Turcs, des Maures (musulmans et Juifs d’origines andalouses pour beaucoup) et des berranis (étrangers venus de l’intérieur du pays – Biskris, Mozabites, Laghouat, Kabyles – ou des ports méditerranéens). Il existait aussi des lieux de détention pour les captifs. En dehors d’Alger, la récession toucha les villes côtières comme Oran, Ténès ou Bougie, ainsi que les villes de l’intérieur comme Tlemcen, Miliana et Médéa.

Shaw, Thomas. A plan of the city an country round about Algiers, 1747.

La suzeraineté ottomane ne s’exerçait donc pas au moyen d’une présence administrative et militaire systématique dans les provinces. Aussi, les Français ne reprirent pas cette modalité d’occupation territoriale et ne gardèrent de la régence d’Alger que la géographie administrative tripartite concernant les provinces (Oran, Alger, Constantine). Ce découpage, qui n’a du reste pas été qualifié d’« ottoman » mais d’« historique » par les officiers, pour ne pas s’inscrire dans la filiation ottomane, fut défendu comme un choix reposant sur les usages politiques de chaque province : selon Ernest Carette – capitaine du Génie de l’armée – l’autorité aurait été plutôt théocratique dans la province d’Oran, aristocratique dans celle de Constantine et mixte dans celle d’Alger.
Le découpage ottoman fut en réalité repris parce qu’il était en adéquation avec le premier choix des français : une occupation littorale du territoire pour ses ports, points militaires et commerciaux. En outre, cette tripartition fut ensuite conservée et reprise dans un laborieux processus de départementalisation de l’Algérie…

D’autre part, l’espace de la souveraineté de l’Empire ottoman se définissait par l’impôt ; c’est en vertu de l’assujettissement fiscal que les appartenances des tribus se faisaient et se défaisaient. Les français, ne raisonnant pas avec les mêmes catégories, entreprirent de tracer des frontières sur une carte ; leurs repères étaient topographiques : reliefs, cours d’eau, etc.
Le traité de Lalla Maghnia, signé entre les français et le sultan du Maroc en 1845, entérina une première frontière topographique, du littoral jusqu’à Teniet el-Sassi. Or, un tracé dans le Sahara ne fut pas établi, le désert étant uniquement considéré comme une zone tampon. Mais ce choix inaugura une longue phase de conflits franco-marocains, qui ne furent réglés qu’en 1901 avec un nouveau traité fixant le rattachement des populations frontalières à un seul État.
La frontière algéro-tunisienne ne fut tout à fait définie qu’après l’établissement du protectorat français en 1881, qui fut en partie instauré parce que les opposants politiques et les chefs religieux fuyant l’Algérie trouvaient refuge au royaume de Tunis.

La carte générale de l’Algérie du Dépôt de 1845 (1 : 1 500 000), bien qu’encore peu lisible, montre une occupation tripartite (Oran, Alger, Constantine) et restreinte au littoral (mais intégrant déjà discrètement un « Sahara algérien »), ainsi qu’une première délimitation des frontières.

En définitive, dans ces années 1830-1840, moins que les choix politiques, ce furent les circonstances et les considérations sur la « sécurité » des colons (autrement dit sur l’état de leurs relations avec les populations colonisées et voisines), qui motivèrent les projets d’occupation restreinte ; l’ignorance qu’avaient les Français de l’Algérie et de ses potentialités coloniales étaient aussi en cause pour beaucoup…

Billet rédigé par Mickaël Bonilla
(Master Histoire, civilisations et patrimoine, parcours Cultures de l’écrit et de l’image, ENSSIB)

Sources

Dépôt général de la guerre. Cartes général de l’Algérie. 1845.

DAUMAS, Eugène (auteur), GABORIAUD (Cartographie). Le Sahara algérien : études géographiques, statistiques et historiques sur la région au sud des établissements franc̜ais en Algérie / ouvrage rédigé sur les documents recueillis par les soins de M. le lieutenant-colonel Daumas,… ; et publié avec l’autorisation de M. le maréchal, duc de Dalmatie,… Paris : Langlois et leclercq : Fortin, Masson et Cie, 1845.
> Cote BDL : 3RC 1193, Magasin 10

SHAW, Thomas. Travels or observations relating to several parts of the Barbary and the Levant. London : A. Miller and W. Sandby, 1757.
> Cote BDL : 9398, Fonds patrimoniaux, Réserve 2

Bibliographie

BLAIS, Hélène. « Les enquêtes des cartographes en Algérie, ou les ambiguïtés de l’usage des savoirs vernaculaires en situation coloniale ». Revue d’histoire moderne & contemporaine, 2007/4 (n° 54-4), p. 70-85

BLAIS, Hélène. Mirages de la carte : l’invention de l’Algérie coloniale, XIXe-XXe siècle. Paris : Fayard, DL 2014, cop. 2014.
> Cote BDL : 916.5 BLA, salle Sciences sociales

BLAIS, Hélène. « Qu’est-ce qu’Alger ? : le débat colonial sous la monarchie de Juillet », Romantisme, vol. 139, no. 1, 2008, pp. 19-32.

BOUCHÈNE, Abderrahmane, et al. Histoire de l’Algérie à la période coloniale. 1830-1962. La Découverte, 2014.

BRANCHE, Raphaëlle. Bilan historiographique de la guerre d’Algérie, des années 2000 à aujourd’hui. Rapport, 2011

JAUFFRET, Jean-Charles. Mémoires et histoire de la guerre d’Algérie : point d’historiographie. 2017

  1. La loi française, qui fixe les conditions d’accès aux archives, instaure des délais plus long pour des archives plus sensibles : relevant du secret de la défense nationale ou impliquant la sûreté de l’État ou la sécurité des personnes, etc. [République française, « Code des relations entre le public et l’administration », Livre III : L’accès aux documents administratifs et la réutilisation des informations publiques, article L311-5 ] ; les chercheurs doivent alors demander des dérogations pour avoir accès aux archives militaires du Ministère de la Défense. []
  2. Par ailleurs, tout s’accélère au moment du procès de Maurice Papon en 1998, où il est fait état de sa responsabilité dans la soirée du 17 octobre 1961. La reconnaissance par l’Assemblée nationale de la guerre d’Algérie en 1999 et les révélations du général Aussaresses en 2000, reprises dans son livre Services spéciaux, Algérie 1955-1957, accentuent ce mouvement. []
  3. Entre autre, membre de direction de la fédération de France du FLN jusqu’en septembre 1958, opposant politique au régime de Boumédiène, et réfugié en France depuis les années 1970… []
  4. À contre-pied des idées reçues concernant la guerre d’Algérie, l’ère des historiens a depuis longtemps commencée, et se poursuit encore. Les destinées des acteurs diffèrent tant et si bien que les chercheurs mettent à jour, depuis des décennies, une guerre d’Algérie plurielle, à l’opposé d’une histoire officielle, gravée dans le marbre. L’historiographie de la guerre d’Algérie est riche et abondante de publications scientifiques (monographies, thèses et mémoires) et de colloques franco-algériens dans lesquels aucune question n’est passée sous silence (massacres – des harkis ; des Algériens à Paris le 21 octobre 1961 ; de Français d’Algérie, dont le massacre d’Oran du 5 juillet 1962 – torture, viol, emploi du napalm, putsch des généraux, luttes fratricides à l’intérieur du mouvement national algérien, déportation des populations, camps de regroupements, etc.). []
  5. L’Algérie révélée, guerre de 1914-1918 et le premier quart du XXe siècle, Genève, Droz, 1981. []
  6. L’occupation militaire se double d’une colonisation civile européenne, à partir de la fin des années 1830. []
  7. Pour autant, leur engagement relève moins de la défense des peuples opprimés que de leur croyance en l’impossibilité d’ « éduquer » les « barbares ». Les opposants à un projet colonial en Algérie ont aussi pu invoquer son coût (Hyppolite Passy ou Xavier de Sade). []
  8. Suite aux premières résistances des tribus et de l’armée régulière d’Abd El-Kader, la guerre prit un tournant impitoyable. En 1832, bien avant la guerre de razzia conduite par Bugeaud et les « enfumades » des grottes du Dahra, le marquis de la Rochefoucauld-Liancourt dénonce déjà la violence de l’occupation, les exactions du duc de Rovigo, les expéditions punitives qui conduisirent les tribus à prendre le chemin de l’exode, la destruction des mosquées, etc. []
  9. À l’exception des villageois des zones montagneuses, les fellahs (paysans) vivent dans les plaines, éparpillés dans des mechtas (hameaux) ou sous des tentes. Au début du XIXe siècle, cette population, très fragilisée par les aléas climatiques, les épidémies et le poids de l’impôt, se révolte fréquemment. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search