Amable Tastu, de la poésie à la pédagogie

Amable Tastu (1795-1885) fut une poétesse romantique reconnue par ses pairs comme Chateaubriand, Lamartine ou Victor Hugo. Elle fréquenta de nombreux salons comme celui d’Adélaïde-Gillette Dufrénoy (1765-1825) ou bien celui de Juliette Récamier (1777-1849) et tint également elle-même salon. En 1825, elle fit son entrée à l’Académie nationale de Metz. Elle fut également couronnée à quatre reprises par l’Académie des jeux floraux de Toulouse.

Les auteurs, qui se sont intéressés à Amable Tastu et à son œuvre, ont retenu de ses poèmes leur maîtrise formelle plus que leur contenu, jugé trop académique. Ils ont souligné son intelligence tout autant que sa vertu et son abnégation maternelle mais aussi la damnatio memoriæ à laquelle son statut de femme-écrivaine la condamna. 

La BDL ne possède curieusement aucun de ses recueils de poésies1. Si celle-ci figure en bonne place dans ses collections, ce n’est donc pas en tant que poétesse mais comme autrice d’ouvrages éducatifs. Le Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, publié sous la direction de Ferdinand Buisson en 1911, lui a même consacré une notice.

Portrait lithographié d’Amable Tastu gravé par Émile Lassalle (1813-1871). Disponible sur le web : <https://www.parismuseescollections.paris.fr/fr/maison-de-victor-hugo/oeuvres/mme-amable-tastu-0#infos-principales>

(Sabine-Casimir)-Amable (Voïart-)Tastu ou l’art de l’ellipse

Sabine-Casimir-Amable Voïart (1795-1885) était issue de la bourgeoisie aisée et éclairée messine. En 1816, elle épousa un imprimeur et érudit perpignanais, Joseph Tastu (1787-1849). Ce fut lui qui publia, en 1826, son premier recueil de Poésies. Elle fit alors de son nom d’épouse son nom de plume.

Le choix du prénom Amable dans son nom d’autrice, peut sembler surprenant. Il lui vient toutefois de sa mère Jeanne-Amable Bouchotte, morte prématurément en 1802. Bien qu’il fasse partie des prénoms épicènes, sa connotation est masculine. Le choix d’un prénom tel qu’Amable pourrait-il traduire un désir de légitimation dans un monde littéraire réservé aux hommes ? 

Une poétesse reconnue…, publiée dans des almanachs et des keepsakes

Amable Tastu fit paraître certains de ses poèmes dans des almanachs littéraires et des keepsakes, offerts au moment des étrennes. Les almanachs étaient des petits cartonnages d’éditeur, recouverts de papier glacé, imprimé ou gaufré. Ils réunissaient des poèmes ou des extraits littéraires, accompagnés ou non d’un calendrier2.

Ils furent à la mode de 1812 jusqu’en 1835 puis supplantés par les keepsakes, venus d’Angleterre. Ceux-ci étaient de plus grandes dimensions et plus richement décorés. Ils furent en vogue en France sous la monarchie de Juillet.

Almanachs et keepsakes étaient destinés à un public féminin et bourgeois. Publier dans l’un d’eux n’était pas valorisant.

Almanach dédié aux demoiselles du libraire-relieur spécialisé dans les almanachs et les keepsakes, Louis Janet (1788-1840), daté des années 1820. Il s’agit d’un cartonnage romantique, possédant encore son étui ce qui est très rare. Il est recouvert de papier glacé imprimé en taille-douce et possède des tranches dorées.
[Cote BDL : 2RA 1044]

Une poétesse contrainte d’abandonner son art

Après la révolution de Juillet, l’imprimerie de Joseph Tastu fit faillite. Il eut du mal à s’en remettre. Il n’obtint qu’en 1838, notamment avec l’appui de Pierre-Jean de Béranger (1780-1857) un poste à la bibliothèque Sainte-Geneviève. Bien qu’une pension littéraire lui fut octroyée, Amable Tastu fut obligée de vivre de sa plume afin de subvenir aux besoins de sa famille. Elle se consacra alors à l’écriture d’ouvrages éducatifs.

Dans la préface de la première édition d’Éducation maternelle, elle justifie son choix ainsi :

« Il est à remarquer qu’il n’est presque pas de femmes–auteurs qui n’aient écrit pour l’enfance. Beaucoup d’entre elles doivent même à ce genre d’écrits leurs plus beaux succès ».

Faire œuvre d’utilité : le credo d’Amable Tastu

Éducation maternelle. Simples leçons d’une mère à ses enfants n’est pas un traité pédagogique : Amable Tastu n’eut pour seule expérience éducative que l’éducation de son fils Eugène (1817-1893).

Il s’agissait d’un guide pratique, destiné aux mères de famille. Dans la préface de la première édition de son ouvrage, Amable Tastu expliquait ainsi son passage de la poésie à la prose :

« L’espoir d’être utile aux mères qui ont le désir de diriger elles-mêmes la première éducation de leurs enfants a pu seul me faire abandonner mes travaux habituels, pour entreprendre un minutieux ouvrage, bien différent de ceux qui m’ont valu quelque bienveillance de la part du public. »

Frontispices d’Éducation maternelle, rééditions de 1845 et de 1861

Éducation maternelle s’adressait aux mères d’enfants d’âge préscolaire des deux sexes.

En préambule de son ouvrage, Amable Tastu faisait montre de sa modestie coutumière. Elle y rappelait qu’elle ne souhaitait pas faire de l’ombre « aux bons ouvrages d’enseignement ». Mais, ceux-ci étaient si nombreux qu’il était difficile de faire un choix car cela exigeait « beaucoup de temps et quelques lumières ». Elle ne voulait pas davantage concurrencer les « excellents instituteurs, qui dévouent leur temps et leur science à l’instruction du premier âge […] ».

Éducation maternelle, un véritable programme éducatif 

Toutefois, malgré toutes les précautions oratoires utilisées par Amable Tastu, il s’agissait d’un projet ambitieux puisqu’elle évaluait son cours entier d’enseignement à environ cent leçons.

Cet ouvrage fut édité pour la première fois en 1836, en parution périodique mais également sous forme reliée. La BDL possède un exemplaire relié ayant une pagination continue,  publié chez Eugène Renduel (1798-1874), Henri Delloye (1787-1846) – connus pour avoir publié un grand nombre d’auteurs romantiques – associés à un éditeur méconnu nommé Perrotin [cote BDL : 2RD 3045]. Elle conserve également une autre édition de 1836, ayant une pagination multiple, publiée chez le libraire éditeur, spécialisé en éducation, Pierre Paul Didier (1800-1865) [cote BDL : 2RD 2087].

Le but recherché par Amable Tastu était de fournir aux mères de famille « quelle que soit leur fortune ou leur éducation » une méthode d’apprentissage « la plus claire et la plus facile à appliquer », modulable et progressive, adaptée au « développement présumé de l’élève ».

Afin de maintenir l’attention des enfants, de ne pas les lasser ni les dégoûter, chaque leçon était divisée en séances. L’enseignement devait être quotidien, court « pas plus d’une demi-heure » mais répété au cours de la journée. Elle préconisait également de ne passer à la leçon suivante que si la précédente avait bien été assimilée : « […] l’essentiel n’est pas de comprendre en plus ou moins de temps, mais d’arriver à comprendre ».

Les matières enseignées étaient : la lecture, l’écriture, l’arithmétique, la grammaire, l’orthographe, la géographie, l’Histoire sainte et les sciences.

Cet ouvrage est illustré de gravures amusantes.

Il comporte également des illustrations plus conventionnelles.

Éducation maternelle, un succès éditorial

La BDL conserve, sous forme reliée, de nombreuses rééditions de cet ouvrage ce qui prouve l’engouement qu’il suscita. Sainte-Beuve soulignait le succès qu’il remporta en Russie.

Les rééditions de 1842 et 1848 (3e édition revue et corrigée) se composent de neuf parties thématiques ayant chacune sa propre page de titre et sa pagination. Une 4e édition revue et corrigée de 1852 ainsi qu’une 6e édition de 1861 avec une pagination continue se trouvent également dans les collections de la BDL.

Préface de l’édition de 1842

Une partie de l’ouvrage, le Livre de récréations (proposant récits distrayants et leçons de choses) a fait l’objet d’une parution reliée séparée [cote BDL : 2RC 6224, édition de 1843].

L’exemplaire de 1842 présente de nombreuses marques d’usage (vignettes coloriées, taches d’encre brune) ainsi qu’un ex-dono manuscrit se présentant sous la forme d’un poème.

Amable Tastu et l’Histoire

Si Amable Tastu écarta l’Histoire des matières enseignées dans Éducation maternelle, cela s’explique par le contexte politique : la loi sur l’instruction primaire de 1833 ne rendait pas l’enseignement de l’Histoire obligatoire contrairement à celle du 10 avril 1867.

En 1837, elle fit paraître sous les auspices du Ministre de l’instruction publique, François Guizot (1787-1874), un Cours d’histoire de France. Lectures tirées des chroniques et des mémoires, avec un précis de l’histoire de France depuis les Gaulois jusqu’à nos jours.

Ce manuel scolaire, destiné aux jeunes filles, est une anthologie de textes historiques présentés par ordre chronologique. Il est accompagné d’un précis d’histoire de France qui sert à introduire des extraits d’ouvrages historiques comme ceux de Grégoire de Tours ou Guibert de Nogent, des chroniques comme celles de Jean Froissart ou de Philippe de Commynes et des mémoires comme ceux de Jean de Joinville, du cardinal de Retz ou de la marquise de Caylus.

Cartonnage d’éditeur composé de deux volumes, recouverts de basane sombre, imitant le maroquin ; plats gaufrés à froid (motifs d’entrelacs) et estampés à chaud d’un simple filet doré. C’est également un livre de prix dont le plat supérieur est orné du fer du collège Sainte-Barbe [cote BDL : 2RB 1939-1 et 2]

Promouvoir la poésie…

En 1840, Amable Tastu fit paraître un autre manuel scolaire chez Didier, Lectures pour les jeunes filles ou Leçons et modèles de littérature en vers. Cet ouvrage connut un grand succès puisqu’il fut réédité à six reprises entre 1847 et 1880 [cote BDL : 2RA 7191, réédition de 1880]. Le titre de l’ouvrage fut modifié dès la troisième édition et devint : Album poétique des jeunes personnes ou Choix de poésies extrait des meilleurs auteurs. Les poètes présents dans ce recueil sont contemporains de Mme Tastu comme Béranger ou Victor Hugo ou plus anciens comme Corneille ou Boileau. Il débute par une Lettre à une jeune fille, dans laquelle Amable Tastu définit ce qu’est une poésie et en propose une typologie : lyrique, épique et dramatique. Elle se sert de celle-ci pour classer les poèmes qu’elle a sélectionnés.

… et la littérature étrangère

En 1843, deux ouvrages d’Amable Tastu, consacrés à l’histoire littéraire (allemande et italienne), furent publiés par l’imprimeur-libraire tourangeau, Alfred Mame (1811-1893), dans la collection Bibliothèque de la jeunesse chrétienne (<https://bibulyon.hypotheses.org/5891>).

Il s’agissait vraisemblablement d’une commande de l’éditeur, répondant à une demande de la société bourgeoise, soucieuse d’initier ses enfants à la littérature étrangère, très prisée à l’époque romantique.

Mme Tastu avait reçu une excellente éducation, tournée vers l’apprentissage des langues étrangères. Elle fut encouragée en ce sens par sa belle-mère Élise Voïart (1786-1826), traductrice (allemand et anglais) et écrivaine notamment pour la jeunesse. Cette dernière traduisit notamment le Robinson suisse de Johann Rudolf Wyss (1743-1818) publié en 1843 [cote BDL : 2RC 3235].

Amable Tastu présente ses deux ouvrages d’histoire littéraire de manière chronologique en s’appuyant sur des extraits textuels qu’elle a elle-même traduits.

Le Tableau de la littérature allemande fut réédité à quatre reprises chez Mame entre 1852 et 1869 [cote BDL : 2RB 7217, réédition de 1865].

Le Tableau de la littérature italienne connut sans doute un peu moins de succès puisque la maison d’édition Mame ne le réédita que trois fois entre 1865 et 1875 [cote BDL : 2RB 7192, réédition de 1870].

Les exemplaires conservés à la BDL possèdent deux pages de titre. L’une est ornée d’une vignette gravée, d’aspect romantique. L’autre est d’un aspect plus austère, uniquement marquée des initiales de l’éditeur. Un frontispice gravé s’y ajoute. Cela montre que la production éditoriale de la Maison Mame oscillait encore dans les années 1860-1870 entre tradition (vignette au titre et frontispice provenant de la reliure artisanale) et modernité (reliure industrielle).

Inciter à la lecture et à la morale

Afin d’y parvenir, Amable Tastu ne fit pas preuve d’originalité. Elle traduisit (imita) les œuvres de Cesare Cantù (1807-1895), auteur d’ouvrages destinés aux enfants dont les fils directeurs était le respect de l’autorité et le comportement exemplaire. Cesare Cantù mêlait, dans ses écrits, connaissances pratiques et récits moralisateurs. Il fut taxé de cléricalisme et de conservatisme par la critique qui lui reprochait de diffuser auprès de ses jeunes lecteurs une image négative de l’homme : passif et soumis à la Providence divine. Malgré cela, les ouvrages de Cantù connurent en Italie et au-delà un grand succès tout au long du XIXe siècle.

Édition de 1841 en deux volumes, parfait exemple d’une production « de masse » diffusée dans une version luxueuse : reliure romantique plein chagrin, plats estampés à chaud d’un double-filet et d’entrelacs dorés ainsi que d’un large filet estampé à froid, gardes en papier marbré « petit peigne », roulettes sur les coupes et tranches dorées. [Cote BDL : 2RA 2150-1 et 2]
L’Honnête homme, lectures pour la jeunesse, 1844 : version modeste d’un cartonnage romantique en percaline verte, décor « à la cathédrale ». [Cote BDL : 2RA 4281]

Inviter au voyage

En 1846, Amable Tastu fit paraître chez Mame un récit de voyages intitulé Voyage en France.

Plats recouverts de percaline rouge à décor noir et or ; plaque signée par le graveur Auguste Souze (1829-1900).
[Cote BDL : 2RE 602]

Il s’agit d’un voyage en chambre : un père de famille, bourgeois, ayant sillonné toute la France durant sa jeunesse, s’emploie à dépeindre chaque soir à ses enfants les merveilles des plus pittoresques villes de France.

Pourtant, Amable Tastu fut une grande voyageuse au mitan de sa vie. Elle suivit en effet les pérégrinations de son fils à travers l’Europe, l’Asie et l’Afrique. Eugène Tastu fut consul de 1843 à 1867 puis ministre plénipotentiaire jusqu’en 1872. Il semblerait qu’Amable Tastu ait commencé ses voyages en 1844 ou 1845 par celui qui la conduisit à San Sebastian.

Cet ouvrage connut un large succès et fit l’objet de nombreuses rééditions [cote BDL : 2RC 546, première édition de 1846 ; cote BDL : 2RC 452, réédition de 1847 ; cote BDL : 2RE 602, nouvelle édition revue et augmentée datant de 1885].

L’œuvre éducative d’Amable Tastu a parfois été reprise dans des ouvrages éducatifs. Ainsi, un petit texte intitulé La Providence figure dans un manuel scolaire datant de 1892, intitulé Pour nos filles. Choix de lectures expliquées à l’usage des jeunes filles. Cours moyen (second degré). Il fut écrit par Charles Lebaigue (1820-1903), poète, grammairien et pédagogue français [cote BDL : MS 86002].

Pour Sainte-Beuve, ce fut l’écriture d’ouvrages éducatifs, indignes d’une poétesse, qui contribua à classer Amable Tastu, parmi les auteur·e·s mineur·e·s. C’était ignorer le destin imposé à de nombreuses femmes écrivaines au XIXe siècle, condamnées à intérioriser les obligations liées à leur sexe (vertu, sacrifice maternel) et à ne pas rivaliser avec les hommes sous peine de se ridiculiser. Les autrices n’étaient-elles pas considérées comme des bas-bleus, c’est-à-dire des hommes manqués…

Billet rédigé par Nelly Kabac
(Bibliothèque Diderot de Lyon, département Patrimoine et conservation)

Sources

TASTU, Amable. Album poétique des jeunes personnes ou Choix de poésies. Paris : Librairie académique, Didier et Cie, libraires éditeurs, 1880.
> Cote BDL : 2RA 7191

TASTU, Amable.  Cours d’histoire de France : Lectures tirées des chroniques et des mémoires, avec un précis de l’histoire de France depuis les Gaulois jusqu’à nos jours. Paris : Lavigne, 1837
> Cote BDL : 2RB 1939-1 et 2

TASTU, Amable. Éducation maternelle. Simples leçons d’une mère à ses enfants. Paris : Eugène Renduel, Delloye, Perrotin, 1836.
> Cote BDL : 2RD 3845

TASTU, Amable. Éducation maternelle. Simples leçons d’une mère à ses enfants. Paris : Didier, 1836.
> Cote BDL : 2RD 2087

TASTU, Amable. Éducation maternelle. Simples leçons d’une mère à ses enfants. Paris : Didier, 1842.
> Cote BDL : 2RD 3845

TASTU, Amable. 3e édition, revue et corrigée. Éducation maternelle. Simples leçons d’une mère à ses enfants. Paris : Didier, 1848.
> Cote BDL : 2RD 2087

TASTU, Amable. 4e édition, revue et corrigée. Éducation maternelle. Simples leçons d’une mère à ses enfants. Paris : Didier, 1852.
> Cote BDL : 2RD 2087

TASTU, Amable. 6e édition, revue et corrigée. Éducation maternelle. Simples leçons d’une mère à ses enfants. Paris : Didier, 1861.
> Cote BDL : 2RD 2087

TASTU, Amable.  Éducation morale populaire. 1. Le Bon petit garçon ou les Récits du maître d’école et M. Bonhomme ou L’adolescent conduit à la vertu, au savoir et à l’industrie. Paris : Didier, 1841.
> Cote BDL : 2RA 2150-1

TASTU, Amable. Éducation morale populaire imitée de l’italien de César Cantú. 2. L’Honnête homme et Le Portefeuille d’Ambroise. Paris : Didier, 1841.
> Cote BDL : 2RA 2150-2

TASTU, Amable. L’Honnête homme, lectures pour la jeunesse suivi du Portefeuille d’Ambroise, lectures pour tous les âges, imité de l’Italien de César Cantú. Paris : Didier, 1844.
> Cote BDL : 2RA 4281

TASTU, Amable.  Le Livre de récréations : pour servir aux simples leçons d’une mère à ses enfants. Paris : Didier, 1843.
> Cote BDL : 2RC 6224

TASTU, Amable. Tableau de la littérature allemande : depuis l’établissement du christianisme jusqu’à nos jours. Tours : A. Mame et fils, 1865.
> Cote BDL : 2RB 7217

TASTU, Amable. Tableau de la littérature italienne : depuis l’établissement du christianisme jusqu’à nos jours. Tours : A. Mame et fils, 1870.
> Cote BDL : 2RB 7192

TASTU, Amable.  Voyage en France. Tours : A. Mame et Cie, 1846.
> Cote BDL : 2RC 546

TASTU, Amable.  Voyage en France. Tours : A. Mame et Cie, 1862.
> Cote BDL : 2RC 452

TASTU, Amable.  Voyage en France. Tours : A. Mame et Cie, 1885.
> Cote BDL : 2RE 602

Bibliographie

Actualité Amable Tatsu. Disponible sur le Web : <http://aamabletastu.canalblog.com/>

COLIN, Mariella. L’âge d’or de la littérature d’enfance et de jeunesse italienne : des origines au fascisme. Caen : Presses universitaires de Caen, 2005.
> Cote BDL : 850.900 8 A COL

DURAND, Hippolyte. Tastu (Mme). In BUISSON, Ferdinand. Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire. [En ligne]. Paris : Librairie Hachette et Cie, 1911. [consulté le 26 avril 2021]. Disponible sur le Web : <http://www.inrp.fr/edition-electronique/lodel/dictionnaire-ferdinand-buisson/document.php?id=3720>

MARZOUKI, Afifa. La braise et la cendre : vie et voyages d’Amable Tastu, femme et poète au siècle romantique. Tunis : École Normale Supérieure de Tunis, 1998.
> Cote BDL : 840.900 7 P MAR

MARZOUKI, Afifa. Amable Tastu : une poétesse à l’époque romantique. Tunis : Faculté des Lettres de la Manouba, 1997.
> Cote BDL : B 7314

MELOT, Michel. Keepsake. In Encyclopædia Universalis. [En ligne]. [consulté le 26 avril 2021]. Disponible sur le Web : <http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/keepsake/>

SAINTE-BEUVE, Charles-Augustin. Portraits contemporains. Paris : Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2008.
> Cote BDL : 840.900 7 SAIN

SCHAPIRA, Marie-Claude. Amable Tastu, Delphine Gay, le désenchantement au féminin. In PLANTÉ, Christine (Dir.). Masculin-Féminin dans la poésie et les poétiques du XIXe siècle. Lyon : Presses universitaires de Lyon, 2002.
> Cote BDL : 840.900 7 P PLA

  1. Poésies (1826), 3e édition datée de 1827, disponible sur le web : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2037414?rk=42918;4>; Chroniques de France (1829), disponible sur le web : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4220053z?rk=21459;2>; Poésies nouvelles (1835), disponible sur le web : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k30684359?rk=21459;2> []
  2. Malavieille, Sophie. Reliures et cartonnages d’éditeur en France au XIXe siècle : 1815-1865. Paris : Promodis, 1985. p. 24.  Cote BDL : GF 05217. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.