Le Lavater des dames

La Bibliothèque Diderot de Lyon conserve un exemplaire du Lavater des dames dans une des réserves de ses fonds patrimoniaux. Dans ce traité abrégé de physiognomonie, le pasteur zurichois Johann Kaspar Lavater (1741-1801) revient sur une discipline antique qui consiste à juger de la nature d’une personne en analysant sa physionomie. Partant du principe que ce qui est plaisant au regard est forcément bon, la physiognomonie tente d’élaborer une méthode qui dégagerait les principes de ces processus cachés par lesquels nous nous estimons mutuellement. Les qualités morales et le vice s’apprécient alors à la lecture de l’ensemble anatomique que constituent les muscles du visage, la saillie de l’os de l’œil, la longueur du cou, la forme du front, la disposition de ses rides, l’emplacement des yeux ou la forme du nez…

La physiognomonie avant Lavater

Nous pouvons retrouver des traces de cette discipline dans De oratore de Cicéron, et des traités que l’on attribue à un Pseudo-Aristote, Polémon et l’Anonyme latin. Puis, à la faveur des traductions des textes grecs et latins – comme celle d’Antoine du Moulin en 1550 – de la parution d’autres traités – comme celui de Giovanni Battista della Porta en 1586 – ou des publications de Charles Le Brun sur l’expression du corps1, la méthode physiognomonique a pu traverser les siècles jusqu’à Lavater qui publie, à la fin du XVIIIe siècle, les quatre volumes des Physiognomische Fragmente2.

Prestige de la physiognomonie de Lavater

Malgré quelques détracteurs qui ont contesté l’approche épistémologique et idéologique de Lavater – Kant parle de la physiognomonie comme d’une « pseudo-science », une « connaissance sans concept »3 relevant du jugement de goût – Lavater aurait permis, par ses nombreuses publications, que la discipline connaisse au XVIIIe et au XIXe siècle un grand succès. Ses théories se sont en outre diffusées par la traduction de ses publications dès 1786-1803, par l’édition complétée de Moreau de la Sarthe, et par une multiplicité d’éditions populaires abrégées, destinées à une large audience, comme le Lavater portatif, le Lavater des tempéraments ou le Lavater des dames.

En Europe, si la physiognomonie a ensuite été suivie par d’autres pratiques fondées sur le dévoilement des corps et du cerveau pour détecter un tempérament ou traduire un symptôme4, bon nombre d’écrivains romantiques du XIXe siècle furent parmi les plus prosélytes des thèses de Lavater, considérées comme de précieux supports pour l’élaboration de plus en plus minutieuse de la complexité des personnages. On peut penser à La Comédie humaine de Balzac qui fait largement référence à la physiognomonie de Lavater ; mais aussi aux œuvres de Chateaubriand, Baudelaire ou Théophile Gautier… Dans la VIIe des Lettres d’un voyageur, George Sand encense directement la discipline et ses vertus : « Je suis convaincue pour ma part, que ce système est bon et que Lavater doit être un physiognomoniste presque infaillible […] ». Les illustrateurs ont aussi été séduits par la physiognomonie, notamment des caricaturistes comme Grandville ou Daumier. Avec cela, l’influence commune de la physiognomonie a favorisé le rapprochement des arts visuels et de l’écriture : Grandville a été l’illustrateur de La Fontaine ; Delacroix a mis en image le Faust de Goethe ; Henri Monnier a illustré les livres de Balzac ; Nanteuil ceux de Hugo.

La méthode physiognomonique

Lavater est un sensualiste pour qui la continuité entre l’intérieur et l’extérieur établirait une cohérence entre l’esprit et le corps, « la beauté physique et la beauté morale ». La pratique de la physiognomonie nous apprendrait donc « que l’expression de la vertu, de l’innocence, de la candeur, ainsi que celle du vice, appartiennent à certains traits caractéristiques qu’il faut bien connoître »5. Ainsi, pour étayer ce qu’il considère comme une science, il invoque d’autres traités comme ceux de della Porta ; mais la physiognomonie est avant tout présentée comme une science intuitive qui découlerait d’un sens inné chez l’homme pour déchiffrer les visages, considérés comme des livres ouverts sur l’âme humaine. Aussi, selon Lavater, cette perception intuitive aiderait à appréhender la cohérence des lois de la nature assurée par la perfection divine.

Lavater développe ainsi la physiognomonie des peuples, des nations et des tempéraments ; et en particulier des femmes dans Le Lavater des dames, où il expose comment « renfermer dans de juste bornes » notre instinct inné.

Le Lavater des dames

L’exemplaire conservé à la BDL témoigne de la médiocre qualité de cette édition populaire, non reliée et protégée d’une modeste feuille de carton. Un ex-libris manuscrit fautif, griffonné au crayon graphite sur la page de faux-titre6 ainsi que son usure et la présence de dessins crayonnés sur certaines pages blanches témoignent en outre de son usage courant.

Seize des trente planches originelles de l’exemplaire sont manquantes, mais l’ouvrage contient un panel représentatif de la méthode de Lavater pour décrypter les portraits. On retrouve par exemple page 21, la lecture de la planche n°7 ; et page 51-52 celle de la planche n°30 [hélas absente].

Tous les portraits analysés par Lavater se rapportent à la physiognomonie du tempérament moral ou intellectuel. De cette façon, les traits du visage du portrait n°8 « portent l’empreinte non équivoque de la méchanceté » ; ceux du portrait n°12 indiquent « grandeur d’âme, bonté, douceur et sensibilité » ; les principaux caractères de la planche 22 sont un « esprit borné, foible et stupide » ; tandis qu’un « caractère réfléchi et même profond, un esprit spirituel et original » sont refusés à la physionomie de la planche n°9, etc.

S’il est aujourd’hui évident que les analyses de Lavater sont contestables puisque sans fondement – une hypothèse simplement posée ne s’auto-validant pas comme par enchantement – il convient d’évoquer le contexte dans lequel elles ont pu se développer et trouver un auditoire.

Raisonnement circulaire

Dans les décryptages des portraits de la planche n°7 et n°30, la différence des sexes réduite à un déterminisme naturel reporté sur les lignes du visage est présentée comme le fondement d’une catégorisation. En l’occurrence, le visage de la planche n°30 est valorisé en ceci qu’il exprime une « qualité mâle », ce qui renvoie aux différences sociales qui divisent les hommes et les femmes et ces dernières entre elles.

En une sorte de raisonnement circulaire, cette superposition rhétorique (différence des sexes ; déterminisme naturel ; équivalence dans les traits du visage), construite sur des différences socialement produites mais admises par l’auteur et ses lecteurs, consolide ainsi la vraisemblance des thèses physiognomonistes et induit implicitement le caractère « naturel, prédéterminé et inéluctable des dispositions individuelles »7.

L’approche sensualiste de la discipline, qui s’appuie sur « l’expérience immédiate et des connaissances de sens commun, issues de jugements spontanés dictés par des impressions »8, constitue en outre la voie royale pour les biais de confirmation et les préjugés sociaux.

Présupposés de classe et caution scientifique

Plus largement, la représentation qui se dégage de l’œuvre de Lavater est in fine composée selon l’opposition « hommes d’esprit »/« populace », dominants/dominés. Dans le tableau théorique qui récapitule les qualités des portraits analysés, on trouve ainsi : les traits valorisés dans leur principe « mâle » d’abord ; puis ceux caractérisés par les signes admis de la féminité ; et enfin ceux marqués par l’animalité.

À la fin du XVIIIe siècle, d’importants changements touchent les champs sociaux et politiques, les structures hiérarchiques traditionnelles étant ébranlées par la Révolution. À sa façon, la physiognomonie résiste aux violences qu’a subies la noblesse en cherchant à asseoir sur les présupposés admis par cette classe cultivée et ses « habitudes perceptives et évaluatives »9, une science « conforme au bon sens, naturelle et légitime », qui serait une caution pour justifier la volonté d’organiser la société en distinguant d’un côté une catégorie mixte d’hommes et de femmes issus de la noblesse et de la bourgeoisie, partageant des valeurs morales et intellectuelles, et de l’autre la « populace ».

Naissance de la notion d’individu

Ensuite, afin de comprendre la renaissance de la physiognomonie du point de vue de l’histoire culturelle, nous pouvons évoquer l’influence de philosophes tels que Diderot ou Jean-Jacques Rousseau, dans la naissance de la notion d’individu en histoire, cette notion étant pour Rousseau liée à la physionomie. Rousseau est nostalgique d’une transparence originelle, d’une vérité individuelle qu’il souhaiterait en résonance directe avec les apparences, au-delà des masques sociaux conventionnels : « avant que l’Art eut façonné nos maniéres, & appris à nos passions à parler un langage apprêté, nos mœurs étoient rustiques, mais naturelles ; & la différence des procédés annonçoit au premier coup d’œil celle des caractéres. […] »10. Aussi, la physionomie serait une clé pour avoir accès à cette authenticité originelle, car pour Rousseau, « certaines affections de l’âme […] se marquent sur le visage » et « la physionomie annonce le caractère […] »11. Le corps « vertueux » de Julie est ainsi marqué de cette croyance dans La Nouvelle Héloïse.

De nouvelles découvertes scientifiques

Enfin, même si la sphère scientifique était depuis le XVIIe siècle affectée par de nouvelles découvertes – dans le domaine de la médecine physiologique et cérébrale – le moral humain restait un champ d’étude encore mal défini ; aussi, à la fin du XVIIIe siècle, la physiologie, qui s’intéresse d’abord à l’activité mécanique du corps, a brièvement procédé par analogie avec le moral pour dégager les principes de ses observations. Cette confusion renvoie aux méthodes de la physiognomonie.

La conjonction de changements sociaux, politiques, culturels et scientifiques aurait ainsi favorisé l’émersion d’une nouvelle vision du corps ; et Lavater aurait développé une théorie qui reflète ce nouveau rapport en combinant des points de vue à la fois scientifique, philosophique, mystique et artistique.

Billet rédigé par Mickaël Bonilla

(Master Histoire, civilisations et patrimoine, parcours Cultures de l’écrit et de l’image, ENSSIB)

Sources

LAVATER, Johann Kaspar. Le Lavater des dames, ou L’art de connoitre les femmes sur leur physionomie. Avec trente planches coloriées. Seconde édition. Paris : Hocquart, 1809.
> Cote BDL : Fonds patrimoniaux, Réserve 2, 88797

LAVATER, Johann Kaspar. L’Art de connaître les hommes par la physiognomonie, avec des notes et des commentaires de Moreau de la Sarthe. Paris : Levrault, Schoell et Cie, 1806. 10 tomes.
> Cote BDL : Magasin 11, 1R 115192

Bibliographie

AGNOLETTI, Marie-France. La perception des personnes. Psychologie des premières rencontres. Paris :  Dunod, 2017. p. 5-20.

BLACKBURN, Patricia. La technique physiognomonique de J. K. Lavater et son influence sur le personnage de roman. Mémoire présenté comme exigence partielle de la maîtrise en études littéraires. Université du Québec à Montréal, février 2008.

DUMONT, Martine. Le succès mondain d’une fausse science. Actes de la recherche en sciences sociales [En ligne], vol. 54, septembre 1984, Le savoir-voir, p. 2-30. Disponible sur le web <https://doi.org/10.3406/arss.1984.2220>

PERROT, Philippe. La vérité des apparences ou le drame du corps bourgeois (XVIIIe – XIXe siècles). Cahiers Internationaux de Sociologie. Presses Universitaires de France, Janvier-Juin 1984, Nouvelle série, vol. 76, Le sexuel, p. 185-199.

  1. Le Brun, Charles, Conférence de M. Le Brun,… sur l’expression générale et particulière…, Paris, E. Picart, 1698 ; Les expressions des passions de l’âme, représentées en plusieurs testes gravées d’après les dessins de feu M. Le Brun, Paris, s.l., 1727. Ces parutions ont suivi les conférences que Charles Le Brun a données en 1668 devant l’Académie royale de peinture et de sculpture. []
  2. Lavater, Johann Kaspar, Physiognomische Fragmente zur Beförderung der Menschenkenntnis und Menschenliebe, Leipzig, Weidmanns Erben und Reich, 1775-1778, 4 volumes []
  3. Kant, Emmanuel, Anthropologie du point de vue pragmatique, 1798 []
  4. La phrénologie et la morpho-psychologie en théorie anatomique ; l’anatomo-clinique en médecine ; etc. []
  5. Lavater, Johann Kaspar, Le Lavater des dames, ou L’art de connoitre les femmes sur leur physionomie. Avec trente planches coloriées, Seconde édition, Paris, Hocquart, 1809, p. 8 []
  6. « Livre apartenant à Murillon […] de Loyette » []
  7. Dumont, Martine, op. cit., p. 20 []
  8. Agnoletti, Marie-France, op. cit. []
  9. Dumont, Martine, op. cit., p. 6 []
  10. Rousseau, Jean-Jacques, Discours sur les Sciences et les Arts, 1750, p. 12 []
  11. Rousseau, Jean-Jacques, Émile, ou de l’Éducation, T. IV, 1762 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search