De quelques cacographies conservées à la BDL

Parmi les nombreux recueils d’exercices et autres méthodes d’apprentissage qui fleurissent dans les collections Éducation, on trouve, en bonne place, un exercice en usage au XIXe siècle dans les classes, les cacographies, exercice et terme aujourd’hui presque totalement oubliés.

Une cacographie est, au sens premier, la mauvaise écriture d’un mot ­‑ le terme est attesté dès le XVIe siècle. Les cacographies (au pluriel) sont également des « textes fautifs ou imprimés exprès avec des fautes d’orthographe, que l’on met sous les yeux et entre les mains des élèves pour qu’ils les corrigent » (Littré). Par synecdoque, cela désigne également les recueils qui les contiennent et la méthode pédagogique qui consiste à faire corriger des fautes par les élèves pour leur permettre d’acquérir ainsi une bonne orthographe.

Une importance croissante accordée à l’orthographe

Dans la première moitié du XIXe siècle, la maîtrise de l’orthographe commence à devenir un marqueur social qui peut s’avérer important pour l’acquisition d’une place ; il est également la marque d’un certain statut. Par conséquent, l’apprentissage de l’orthographe devient de plus en plus important, et en 1833, l’enseignement des « éléments de la langue française » (c’est-à-dire la grammaire et l’orthographe) entre pleinement dans les programmes officiels des écoles primaires élémentaires et supérieures (loi Guizot du 28 juin 1833). Maîtres et élèves doivent acquérir de fortes compétences en orthographe, ce qui était loin d’être le cas encore au début du siècle, y compris pour les maîtres. Cette primauté accordée à la bonne orthographe durera jusque dans les années 1880 où des réformes viseront à diminuer la part de celle-ci dans les compétences attendues des élèves : une nouvelle phase des exigences scolaires commence alors.

Comment se présentent les premières cacographies ?

Un des premiers exemples de cacographie se trouve dans l’ouvrage de M. Pollet, Élemens d’orthographe ou méthode pour apprendre cette science parfaitement et en très-peu de temps sans être obligé de prendre un maître, paru à Paris chez l’auteur en 1787. Sans que le terme de cacographie soit employé, on y apprend que ce maître donnait des textes à corriger à ses élèves et que ceux-ci (ou celles-ci), après avoir pris un certain nombre de leçons avec lui, arrivaient à corriger facilement la plupart des fautes.

Cote BDL : 1R 180806

Mais l’ouvrage de Pollet ne connaît pas une grande diffusion et ce n’est pas lui qui est à l’origine de la vulgarisation de cette méthode. C’est à la cacographie de Boinvilliers que revient ce rôle – curieusement, la BDL n’en conserve pas d’exemplaires.

Une des cacographies les plus répandues est celle de Charles-Constant Le Tellier, qui connut de multiples rééditions ; la bibliothèque conserve la 2édition de la Nouvelle cacographie de 1812, ainsi que les corrigés des 2e, 10e et 11e éditions, dans des états variables.

Il s’agit d’une suite de 100 petits textes d’une à deux pages, en effet truffés de fautes, sur des sujets très divers : histoires tirées de l’Antiquité, anecdotes, descriptions géographiques (l’Angleterre, Pondichéry), extraits d’auteurs… Le manuel de cacographie de Le Tellier propose tout à la fois de corriger des fautes d’orthographe mais aussi des fautes de langue (cacologie). Il propose également à la fin du livre une trentaine d’exercices de composition.

L’exemplaire de la seconde édition de 1812 est relié avec, à sa suite, le Corrigé de la nouvelle cacographie : il s’agit sans doute d’une reliure de bibliothèque car les deux ne se vendaient pas ensemble, ni aux mêmes personnes, comme nous en avertit bien un petit passage imprimé derrière l’avant-titre :

Le niveau en orthographe des maîtres au début du XIXe est en effet assez faible et les corrigés devaient être les bienvenus…

Les cacographies méthodiques

Se voulant plus construites, plus logiques et donc plus pédagogiques, paraissent rapidement des cacographies méthodiques ou classées, comme la Cacographie méthodique de l’instituteur F. Munier qui paraît en 1820.

Cote BDL : 1R 96307

L’ouvrage s’inscrit contre la prolifération des cacographies ineptes qui fleurissent partout, et condamne les cacographies de MM. Boinvilliers et Le Tellier, qui ne laissent à l’élève aucune chance… L’auteur n’a voulu introduire de fautes que sur les règles de grammaire que l’élève est censé savoir appliquer et non sur l’orthographe pure. Un distinguo subtil se fait peu à peu entre l’orthographe grammaticale et l’orthographe usuelle. Les exercices de cacographie accompagnent désormais les leçons de grammaire et s’appuient sur elles.

Présenter aux élèves des fautes est un risque puisque cela peut apporter de la confusion, dans la mesure où la « mémoire des yeux » peut ainsi être trompée.

Les enfants sont divisés en 4 classes, des moins instruits aux plus instruits. Pour la 1ère classe, on commence par 17 listes de mots dont il faut apprendre l’orthographe par cœur. Ensuite ces mots sont employés dans des phrases où les accords noms-adjectifs sont à faire – le reste de l’orthographe est en revanche normal. Dans la 2e classe, on travaille sur les verbes, leurs conjugaisons, les accords aux différents temps ; en plus des verbes à accorder, on trouve des éléments d’orthographe à corriger sur des mots simples. La 3e classe s’entraîne à accorder les participes. Ce n’est que pour la 4e classe que l’on trouve des textes où tout est à corriger : noms, verbes, adjectifs, participes, etc. dans de courts textes en prose ou en vers.

La prolifération des cacographies

Les recueils de cacographies se multiplient au fur et à mesure que les exigences orthographiques augmentent. Elles se diversifient également, englobant parfois des exercices de correction de la ponctuation. Elles sont utilisées dans tous les types d’établissements, qu’ils soient religieux ou non : témoin ce recueil, Nouvelle cacographie dont les exemples sont tirés tant de l’Écriture sainte que des saints pères et autres bons auteurs, de Constantin et Bransiet, paru en 1834.

Les mots à corriger sont d’abord en italique, puis leur nombre est indiqué en fin de ligne, puis seulement en fin d’exercice.

Un exercice contesté

Rapidement, des oppositions s’élèvent contre la méthode cacographique accusée d’implanter dans l’esprit des enfants une fausse orthographe que l’œil mémorise aussi facilement que la bonne. En 1843, le grammairien Bernard Jullien, interrogé pour le Manuel général, s’exprime ainsi : « Ces exercices cacographiques peuvent avoir quelques résultats avantageux, mais ils présentent un grand danger : ils habituent l’enfant à une écriture fautive et doivent laisser dans sa mémoire de mauvaises empreintes ». Certains inspecteurs généraux cherchent à les éradiquer des établissements qu’ils visitent.

L’autre argument souvent avancé contre les exercices cacographiques, c’est qu’il est étrange de vouloir apprendre le vrai à partir du faux : « Est-ce en marchant de travers que l’on peut enseigner à aller bien droit ? » demande Anne-François Fréville, auteur d’ouvrages à destination des enfants. C’est contraire à toutes les règles de l’enseignement : pourquoi faire une exception dans l’apprentissage de l’orthographe ?

Ces critiques ne doivent pas faire oublier que la cacographie a cependant connu un certain succès auprès des élèves comme des professeurs et que la méthode a eu ses vertus. Elle exige une participation active de l’élève : c’est lui qui corrige les fautes, il ne se contente pas d’apprendre des listes par cœur ou de réciter des règles sans les appliquer. La cacographie a donc un aspect ludique par rapport à d’autres méthodes alors en usage. Elle fait partie de ces nombreux procédés, méthodes, tentatives, astuces, expériences qui jalonnent l’histoire de l’éducation.

Un exercice remplacé ?

Comment faire en effet pour enseigner l’orthographe aux enfants ? La question reste entière et n’est pas forcément résolue aujourd’hui.

Si le terme de cacographie tend à disparaître des titres, la teneur des exercices reste pourtant parfois la même. C’est le cas par exemple des très célèbres « exercices de la grammaire française » de Noël et Chapsal. Ces « exercices français […] d’orthographe, de syntaxe et de ponctuation » sont bien des exercices cacographiques. Les fautes sont imprimées, l’élève est chargé de les corriger. Grâce à un petit énoncé, il sait en revanche quel type de fautes il aura à corriger. Certains exercices de « thèmes français », comme celui de M. Bonnaire paru en 1855, Cours de thèmes français ou nouveaux exercices d’orthographe, de syntaxe, d’analyse et de ponctuation, fonctionnent de la même façon.

Cote BDL : MS 89578

Plusieurs, qui critiquent pourtant les cacographies dans leurs préfaces ou introductions, s’en inspirent cependant et proposent des exercices qui tentent de pallier les inconvénients de la méthode tout en conservant ses avantages : c’est le cas du Livre des permutations, joli titre de Pierre Larousse, qui connaît sa 15e édition en 1879. Les textes présentés aux élèves ne sont pas fautifs mais justes (ce qui évite à l’enfant de mémoriser visuellement des formes fausses) ; il faut en revanche les passer dans une autre forme – du masculin au féminin, du singulier au pluriel, de la voix active à la voix passive, etc. Cette méthode permet ainsi à l’enfant d’être actif, de créer un nouveau texte, sans qu’il ne voie ni mémorise de fausse orthographe.

Des thèmes français invitent également à corriger des fautes sans imprimer celles-ci.

Alexandre Eyssette, Thèmes français à l’usage des écoles préparatoires, institutions et pensionnats, Paris, 1868

Le triomphe de la dictée

La dictée, avec ses multiples variantes, comme la dictée préparée (l’élève a appris le texte par cœur avant la dictée proprement dite) reste un grand classique tout au long du XIXe siècle (et bien après). Des listes de mots thématiques à mémoriser avant la dictée peuvent aussi renforcer son efficacité. Les exercices à trous concurrencent également les exercices cacographiques.

À leur façon, les exercices cacographiques ont contribué à faire avancer la réflexion sur l’apprentissage de l’orthographe au XIXe siècle. Transformés, améliorés, ils ont donné naissance à quelques types d’exercices encore utilisés aujourd’hui, sans détrôner la traditionnelle dictée, qui a fait souffrir tant de générations d’élèves. Aucun procédé ne permet un apprentissage simple et infaillible de l’orthographe française encore aujourd’hui. Sans que les cacographies soient réhabilitées sous leurs formes anciennes, certains projets orthographiques très actuels, comme le Projet Voltaire, les utilisent encore parmi d’autres méthodes d’apprentissage.

Billet rédigé par Claire Giordanengo
(Bibliothèque Diderot de Lyon, département Patrimoine et conservation)

Sources

Pollet, Louis-Gabriel. Élémens d’orthographe, ou Méthode pour apprendre cette science parfaitement, en tres-peu de tems, sans être obligé de prendre un maitre. Paris : chez l’auteur, 1787 [cote BDL : 1R 180806]

Le Tellier, Charles Constant. Nouvelle cacographie, ou Exercices sur les participes et les principales difficultés de la langue françoise ; suivis d’un choix de sujets de lettres et de compositions propres a former le style et le jugement des élèves. Paris : Belin, 1812 [cote BDL : 32076]

Le Tellier, Charles Constant. Corrigé de la nouvelle cacographie. Paris : chez les libraires associés, 1822 [cote BDL : MS 89548]

Le Tellier, Charles Constant. Corrigé de la nouvelle cacographie. Paris : Belin-Le Prieur, 1823 [cote BDL : 2RA 3266]

Munier, F. Cacographie méthodique. Metz, 1820 [cote BDL : 1R 96307]

Noël François, Chapsal Charles-Pierre. Nouvelle grammaire française, sur un plan très-méthodique, avec de nombreux exercices d’orthographe, de syntaxe et de ponctuation, tirés de nos meilleurs auteurs et distribués dans l’ordre des règles. Exercices. Paris, 1831 [cote BDL : MS 89578]

Constantin, Louis. Nouvelle cacographie, dont les exemples sont tirés tant de l’Écriture sainte que des saints pères et autres bons auteurs. Paris : chez l’auteur, 1834 [cote BDL : 42602]

Pautex, B. Recueil de mots français rangés par ordre de matières avec des notes sur les locutions vicieuses et des règles d’orthographe. Paris, 1838 [cote BDL : MS 89609]

Bonnaire, A. Cours de thèmes français : ou Nouveaux exercices d’orthographe, de syntaxe, d’analyse et de ponctuation : rédigés suivant les règles de la Nouvelle grammaire française des commençants. Paris, 1855 [cote BDL : MS 88499]

Eyssette, Alexandre. Thèmes français à l’usage des écoles préparatoires, institutions et pensionnats. Paris : chez Élie Gauguet, 1868 [cote BDL : MS 90237]

Larousse, Pierre. Livre des permutations. Petits exercices d’orthographe en texte suivi sans le secours de la méthode cacographique : permutations de nombre, de genre, de personne, de forme et de voix. Livre de l’élève et livre du maître. Paris, 1879 [MS 88095 et MS 88096]

Bibliographie

Chervel, André. Histoire de l’enseignement du français du XVIIe au XXe siècle. Paris : éditions Retz, 2008 [cote BDL : 315072]

Jullien Bernard. 95. 1843. Méthodes d’enseignement : des procédés ou moyens pratiques pour l’étude de l’orthographe. In : L’enseignement du Français à l’école primaire – Textes officiels. Tome 1 : 1791-1879. Paris : Institut national de recherche pédagogique, 1992. p. 141-144. (Bibliothèque de l’Histoire de l’Éducation, 5). Disponible sur le web : <www.persee.fr/doc/inrp_0000-0000_1992_ant_5_1_1807>

Cacographie. In : Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire. Paris : Hachette et cie, 1911. Disponible sur le web : <http://www.inrp.fr/edition-electronique/lodel/dictionnaire-ferdinand-buisson/document.php?id=2231>


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search