La Bibliothèque bleue au XVIIIe siècle [billet 2/3]

Suite du billet « La Bibliothèque bleue et les éditions de la famille Chalopin [billet 1/3] » réalisé dans le cadre d’un travail d’étudiants du Collège Lettres & Histoire de l’université Lyon 3.

 

Une bibliothèque pour un public large

Les romans chevaleresques, qui étaient des éditions dites « savantes » disponibles pour un large public (donc un public populaire), furent le premier genre de la Bibliothèque : « Tous les hommes (…) ont besoin d’histoires plus ou moins exagérées, qui relèvent de la grandeur de leur origine par quelques fables épiques. La bibliothèque qui se compose de ces merveilleuses traditions écrites est la véritable bibliothèque du peuple1. » Mais trois problèmes se posent par rapport au contenu de la Bibliothèque bleue : la première est la datation qui peut être floue ou absente. La deuxième est l’infime partie des ouvrages qui est conservée sur l’ensemble des catalogues de l’époque. Troisièmement, le corpus n’est pas un corpus stable car il s’est développé sur deux siècles. Marie-Dominique Leclerc rappelle que le fonds conservé n’est pas comparable à la diversité de celui des siècles précédents. Concernant la classification, Jean-Luc Marais distingue trois genres : les livrets religieux, qui sont majoritaires, les livrets techniques comme les syllabaires ou abécédaires, ou encore les récits de fiction2.

Des genres très variés

Les livres relevant du genre religieux (environ 30% d’après Marie-Dominique Leclerc) sont le plus souvent des histoires saintes, de récits de pèlerinages, des cantiques, enfin des livres d’instruction et d’édification religieuse. La plupart d’entre eux ont soutenu la Réforme catholique tout au long du XVIIIe siècle. Dans l’ensemble du corpus, ils sont les plus illustrés, ce qui permit de favoriser l’accès de ces textes aux personnes illettrées. Concernant les cantiques de Noël rapportant des scènes de la nativité, Henri-Jean Martin indique qu’il s’agit de best sellers de la Bibliothèque bleue favorisant la « piété populaire » et permettant ainsi au peuple de participer au culte religieux, entre autres par le chant3.

Dans le genre prosopographique, les livrets relevant de la fiction recouvrent les contes de fées, les romans de chevalerie, les romans, les nouvelles, les contes et les facéties, burlesques et poissards, les théâtres et chansons. Certains contes sont des emprunts des œuvres de Charles Perrault, de Madame d’Aulnoy ou encore de la comtesse de Murat.

Les romans chevaleresques de la Bibliothèque bleue, qui connurent un vif succès, reprenaient aussi des personnages fictifs ou réels dont les exploits nourrirent ce genre de longue date.

Bien différent fut le registre de l’instruction et de l’information sous forme d’abécédaires, de syllabaires, de traités de civilité, d’arithmétique, de modèles épistolaires, de conversations, de jeux, de morales, de satires, d’informations, faits divers, politique, satires des conditions sociales, pronostications, recettes magiques, techniques de la vie, histoires et itinéraires. Certains ouvrages de la Bibliothèque bleue furent aussi des livrets techniques qui abordaient des sujets très variés d’anatomie ou encore de botanique. Le fonds est donc extrêmement riche et varié.

Un public populaire ?

Culture populaire ? La notion de littérature populaire s’oppose à la notion d’écriture et de littérature dite « savante » réservée à une certaine « élite sociale ». La notion de « populaire » réside aussi dans le choix de la présentation de l’œuvre. Les ouvrages savants sont souvent ornés de reliures alors que ceux dits populaires sont de petits ouvrages, couverts d’un papier bleu ou gris. Ce papier est souvent de très mauvaise qualité, mal imprimé et les illustrations ne semblent pas toujours avoir un rapport avec le texte car, dans un but économique, les imprimeurs réutilisent certaines illustrations dans des ouvrages différents. Au début de l’histoire de l’édition, les ouvrages populaires et savants ont du mal à être différenciés puis c’est avec le temps que les deux genres vont se différencier. Les ouvrages de la Bibliothèque bleue sont alors décrits comme « des traductions informes4 » et « écrits d’une manière si barbare5» ce qui montre bien l’importance de la forme et de la présentation des œuvres.

Mais que faut-il entendre par le caractère populaire du public ? Ce dernier doit nécessairement posséder un certain niveau d’alphabétisation. D’après l’étude de Magiollo, de 1877, qui se base sur la capacité à signer repérée dans les actes de mariage, même si savoir signer ne signifie pas toujours savoir lire, à la fin du XVIIIe siècle, 80% des Français du Nord de sexe masculin savaient lire et écrire contre seulement 30% dans le sud6. Les hommes sont en général plus alphabétisés que les femmes et, dans le Nord toujours, à la fin du XVIIIe siècle, 80% des hommes sont alphabétisés contre 47% de femmes. En un siècle, entre la fin du XVIIe et la fin du XVIIIe siècle, la population semble largement s’alphabétiser. Robert Mandrou informe d’ailleurs sur la lecture collective des livres de la Bibliothèque bleue lors des veillées, dès la seconde moitié du XVIIIe siècle7.

Alfred Morin, en se basant sur les livres de comptes du libraire grenoblois Jean Nicolas, au milieu du XVIIe siècle, distingue différents types d’accès aux livres8. Ces derniers pouvaient être achetés à crédit ou encore loués. Outre un public majoritairement religieux et bourgeois, consommateur de livres perçus comme des marqueurs sociaux, le monde rural fut gagné par le livre, et en particulier les livres de la Bibliothèque bleue, grâce à de petits notables ou de riches paysans lettrés. Les modalités de l’accès, par la lecture collective, et le goût plus prononcé pour un type d’ouvrage inspiré de la tradition orale, marquent une fracture entre lecteurs urbains et lecteurs ruraux. Les livrets de colportage offrent alors une sorte de fracture sociale entre les lecteurs. Le français utilisé est ainsi plus adapté aux citadins qu’aux ruraux qui doivent compter sur l’interprétation et la traduction de petits notables maîtrisant le français.

Thèmes et motifs récurrents dans la Bibliothèque bleue

Les contes étaient un genre particulièrement apprécié dans le monde rural. En effet, les héros de ces contes étaient souvent des déshérités physiques ou mentaux, loin de l’idée qu’un héros est toujours un prince ou une princesse. Souvent, un corps de métier est également mis en avant comme, par exemple, le forgeron dans Le bonhomme misère, ou encore le meunier et le tailleur, souvent associés à une figure diabolique. La trame narrative, souvent la même, fixe toutefois un but à atteindre qui est l’élévation par l’aboutissement d’une quête. Pour achever celle-ci, le héros doit accomplir des tâches surhumaines relevant souvent du fantastique qui prend racine dans le folklore et emprunte des motifs traditionnels. Les contes populaires s’inspirent des mythes pour créer des situations de vraisemblance. Au cœur de la trame narrative, se trouve un rapport d’opposition qui génère tensions et luttes faisant référence à un horizon d’attente : l’homme et la nature, le maître et le sujet, la communauté paysanne et tout ce qui n’en fait pas partie9. On relève aussi une prépondérance de sujets « surnaturels », témoignant d’un besoin d’évasion « mythique ou mystique » des masses paysannes.

À l’inverse, les livres les moins édités concernent la vie quotidienne et le travail : le public rural cherche des livres pour s’évader (comme le montre par exemple l’idéal du berger incarnant l’idéal du travailleur vertueux et pieux, personnage souvent présent). 20% des livrets sont des contes de fées tandis que les livres d’instruction représentent moins du quart de la production.

Dans les livres de la Bibliothèque bleue, le monde rural est valorisé tandis que la ville apparaît comme un lieu de misère et de perdition. Les membres des corporations de métiers se lamentent ainsi sur leur sort, dans le roman Jeune et Belle, car la ville est décrite comme un lieu d’enfermement rempli de vices, tandis que le milieu champêtre est un lieu d’amour et de divertissement, empreint de merveilleux.

Beaucoup de titres de la Bibliothèque bleue sont des adaptations de récits médiévaux, notamment de romans chevaleresques, pour la plupart issus de la tradition orale. Cependant, le passage à l’écrit et les réécritures successives en font une création continue. Or, cette transposition de la tradition orale à l’écrit naît et se développe grâce à l’imprimerie. Le passage de l’oralité à l’écrit n’est pas toujours connu, comme pour Le bonhomme Misère.

La Bibliothèque bleue et les ouvrages qui la constituent n’ont cessé d’évoluer à travers les siècles. Souvent, lors de réimpressions ou de rééditions, le vocabulaire est rafraîchi, remis au goût du jour : « ouir » devient « entendre » ou « voir » dans certains ouvrages. Le style, lui aussi, est simplifié pour prendre selon les termes une forme plus « écrite ». Cette réécriture tend à se figer et à s’éloigner alors de la tradition orale des campagnes, marquant ainsi une distinction entre tradition orale du monde rural et tradition écrite des villes.

Ces remaniements des textes et ces modifications peuvent aussi démontrer l’évolution de la société. Ainsi, Dieu, qui était autrefois compatissant avec les pauvres, devient plus lointain et sévère, ce qui reflèterait la société d’ancien Régime et son pouvoir. Roger Chartier et Daniel Roche ont souligné cette divergence dans les écrits au cours de la période moderne. Ainsi, le thème de la mort et de la peur de mourir relève d’une réelle obsession du XVe au XVIIe siècle qui a cependant tendance à s’atténuer jusqu’à la Révolution. Le motif répond bien à un horizon d’attente qui change avec la société elle-même. C’est ainsi que, dans le terreau de la prospérité des villes, se constitue une classe bourgeoise lettrée et des spiritualités renouvelées par la présence d’ordres religieux. Alfred Morin a montré l’importance de ces livrets dans la diffusion de nouveaux courants religieux comme ce fut le cas pour le protestantisme10.

Dans un autre domaine, cette fois linguistique, Mathée Giacomo a souligné le rapport entre langues et diffusion littéraire comme enjeu de pouvoir11. L’ordonnance de Villers-Cotterêts, en 1539, abolit l’utilisation du latin dans la vie publique en systématisant l’utilisation du français. Dans les tribunaux par exemple, les notables, représentant une certaine autorité, se devaient de maîtriser le français. Cette ordonnance marque donc un premier pas vers une volonté d’unification linguistique qui joue en faveur aussi d’une unification politique. Or les notabilités de province jouèrent un rôle essentiel dans cette uniformisation. Plus tard, Richelieu, pour encourager cette diffusion de la langue française, créa en 1643 un imprimeur royal en langue française pour l’impression des commandes royales. Le français devint ainsi un instrument de l’expression et de la création de la culture moderne. Puis, sous Louis XIV, Colbert entreprend une politique scolaire s’appuyant sur une diffusion du français dans les écoles tandis que la langue pénètre de plus en plus les textes religieux. Toutefois, M. Giacomo pose les limites d’une telle logique en rappelant la difficile pénétration de l’usage de cette langue d’État dans les masses populaires. La langue française, jusqu’au XVIIIe siècle, reste donc une langue de l’élite. Elle ne pénètre vraiment les couches basses de la population qu’avec la Révolution et son ambition unificatrice.

Il existe bel et bien un lien indéniable entre la langue française et la littérature comme moyen de diffusion et d’exercice des formes de pouvoir. La diffusion de cette littérature par livrets rentre donc dans une mécanique complexe de la linguistique, du pouvoir de l’état et de la littérature.

Billet écrit par : AGOPIAN Jean-Baptiste (L2 Lettres), BAYLE Toscane (L3 Histoire), MAIGNIEN Arnault (L3 Histoire/Géographie) et MOREL Solène (L2 Lettres)
dans le cadre du Collège Lettres et Histoire de Lyon 3

  1. LECLERC Marie-Dominique, ROBERT Alain. Des éditions au succès populaire, les livrets de la Bibliothèque bleue, XVIIe - XIXe siècles. Présentation, anthologie, catalogue. CDDP : Troyes, 1986. Tome I, p. 21. []
  2. MARAIS Jean-Luc, art. cité, p. 65-105 []
  3. MARTIN Henri-Jean. art. cité, p. 247-248. []
  4. GAUCHER Élisabeth. La représentation du surnaturel dans les réécritures de Robert le Diable . Thierry Delcourt et Élisabeth Parinet (dir.). La Bibliothèque bleue et les littératures de colportage. Paris : H. Champion ; Genève : Droz, 2000. p. 155 : « Je sais bien que dans l’état où sont ces ouvrages, il n’est guères possible d’en juger : outre qu’ils ne sont presque tous que des traductions informes, ils sont écrits d’une manière si barbare, que vous auriez de la peine à les entendre ; ce sont de vieux tableaux qu’il faut raccommoder après les avoir bien lavés, et à plusieurs desquels il faut mettre des fonds […]. L’Auteur ne s’est pas contenté de les rajeunir, il a tâché de les rendre dignes de toutes sortes de Lecteurs, en les refondant entièrement, et en y ajoutant des situations et des épisodes nouveaux. » Extrait tiré de la préface de Jean de Castilhon à son édition de Robert le Diable. []
  5. Idem. []
  6. FLEURY Michel et VALMARY Pierre. Les progrès de l’instruction élémentaire de Louis XIV à Napoléon III, d’après l’enquête de Louis Maggiolo (1877-1879). Population, 12-1, 1957, p. 71-92. []
  7. MANDROU Robert. Littérature de colportage et mentalités paysannes. XVIIe et XVIIIe siècles. Études rurales, n°15, 1964, p. 72-85. []
  8. MORIN Alfred. Catalogue descriptif de la ‘Bibliothèque bleue’ de Troyes (Almanachs exclus). Genève : Droz, 1975 ; LECOQ Micheline et MARTIN Henri-Jean. Livres et lecteurs à Grenoble : les registres du libraire Nicolas (1645-1688). Genève : Droz, 1977. []
  9. ANDRIES Lise et BOLLÈME Geneviève, op. cit. []
  10. MORIN Alfred. Catalogue descriptif… op.cit. []
  11. GIACOMO Mathée. La politique à propos des langues régionales : cadre historique. Langue française. 1975, 25, p. 12-28. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search