Jean Macé, l’apôtre oublié de l’instruction populaire

Les collections de la BDL permettent de mettre en lumière Jean Macé (1815-1894) qui consacra sa vie à favoriser l’instruction sous toutes ses formes.

Des origines populaires assumées

Jean-François Macé est né à Paris le 22 août 1815 dans une famille ouvrière. Son père était un ancien grognard, reconverti en conducteur de voitures de roulage. Jean Macé disait de lui-même non sans fierté :

« Je suis fils d’un camionneur. Je suis un camionneur d’idées ».1.

Sa mère, très croyante, confia l’éducation de son fils à un abbé de la maîtrise Sainte-Eustache, qui tenait une petite école. C’était un très bon élève et il obtint une bourse afin de poursuivre ses études au collège Stanislas où il fut interne. Il reçut de nombreux prix au Concours général.

Une place dans la société difficile à trouver

En 1835, Jean-François Macé décrocha son baccalauréat mais ne souhaita pas poursuivre d’études supérieures. Il mena alors une vie de bohème. Il fut répétiteur dans des lycées et vécut de divers travaux d’écritures. Ainsi, il aida dans ses recherches et dans la rédaction de ses ouvrages historiques son ancien professeur au collège Stanislas, Théodose Burette (1804-1847).

Afin de rembourser ses dettes, il entra dans l’armée en septembre 1842. En décembre 1845, libéré de son contrat militaire, il fut engagé comme secrétaire par Théodose Burette. Jean Macé occupa cette fonction jusqu’à la mort prématurée de celui-ci en 1847.

photographie non datée réalisée par l’atelier Nadar, extraite de Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b530660758?rk=21459;2

De fortes convictions socialistes

Jean Macé fut un adepte du fouriérisme et en retint les principes de coopération et de  solidarité. Á partir de novembre 1848, il dirigea le Bureau de propagande socialiste, qui était chargé de collecter des journaux et de les envoyer en province. En juin 1849, il prit part à une manifestation organisée pour protester contre l’expédition des troupes françaises à Rome. Cette manifestation se voulait pacifiste mais dégénéra en prise d’armes. Jean Macé dut s’exiler en Normandie afin de ne pas être inquiété.

En 1850, il visita l’Est de la France afin d’y recruter des correspondants pour le journal La République. Á cette occasion, il découvrit Beblenheim en Alsace et visita le pensionnat de jeunes filles du Petit-Château, fondé et dirigé par Mlle Coraly-Léopoldine Vérenet (1808-1880).

Document extrait de l’ouvrage d’Édouard Petit : Jean Macé. Sa vie, son œuvre. 1922 ? Édouard Petit (1858-1917) fut nommé au conseil général de la Ligue de l’enseignement en 1892 à la demande de Jean Macé. Il en devint vice-président de 1899 à sa mort.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : PF 08617

Une vocation inespérée : professeur de demoiselles

Après le coup d’état du 2 décembre 1851, Jean Macé perdit son emploi au journal La République, désormais interdit. L’année suivante, Mlle Vérenet l’engagea comme professeur de sciences naturelles. L’enseignement au Petit-Château différait de celui donné dans les autres pensionnats pour jeunes filles. Il n’était pas uniquement axé sur les bonnes manières. Il cherchait à développer leur curiosité intellectuelle notamment au contact de la nature. Le Petit-Château accueillait des demoiselles issues de la bourgeoisie française, anglaise, allemande ou russe. Jean Macé était un féministe pour qui l’enseignement des filles était aussi nécessaire que celui des garçons.

En 1870, de nombreuses pensionnaires allemandes furent retirées du Petit-Château et celui-ci fut contraint de fermer. Il rouvrit en 1871 mais ne put rester en Alsace afin de ne pas être germanisé. Le pensionnat fut transféré en 1872 à Monthiers dans l’Aisne.

Un apostolat : la défense de l’enseignement populaire

Caricature d’André Gill (1840-1885), datée des années 1870, extraite des collections du Musée national de l’Éducation : https://www.reseau-canope.fr/musee/collections/fr/museum/mne/jean-mace/b9a3e230-2c2b-47f6-8b7a-87c5f645157b

L’idée d’une école gratuite et obligatoire avait germé dans les esprits révolutionnaires. Jean Macé en fit son cheval de bataille. En 1861, il publia, sous le pseudonyme de Daniel Ortlieb, Lettres d’un paysan d’Alsace à un sénateur sur l’instruction obligatoire2. Elles furent publiées dans les numéros de décembre 1861 et janvier 1862 de l’Industriel alsacien. Pierre-Jules Hetzel (1814-1886) les édita en 1870 dans un petit format de poche vendu 30 centimes.

Jean Macé y affirmait la nécessité d’éduquer à l’exercice de la citoyenneté. Il fallait que chaque citoyen soit capable de faire preuve de sens critique et soit en mesure de voter librement dans le cadre du suffrage universel.

Pour lui, l’émancipation intellectuelle passait nécessairement par la lecture. Le 1er août 1862, le colonel Idelphonse Favé (1812-1894) fonda la Société Franklin afin de favoriser la création de bibliothèques populaires en France. En décembre 1862, Jean Macé le suivit dans cette voie en créant la première bibliothèque communale du Haut-Rhin. L’année suivante, la Société des bibliothèques communales du Haut-Rhin vit le jour. Il s’agissait là d’un coup d’essai réussi en matière d’association qui allait en préfigurer un autre.

Dans Morale en action. Mouvement de propagande intellectuelle en Alsace3, en date de 1865, Jean Macé rassemble des textes qu’il avait publiés dans divers journaux alsaciens ainsi que des comptes rendus de séances de la Société des bibliothèques communales du Haut-Rhin. Cet ouvrage reproduit également le catalogue populaire de la société Franklin, daté de 1862 et destiné à alimenter les fonds des bibliothèques populaires. Il est composé de cinq cents ouvrages à prix réduits (moins 30% du prix de vente) négociés auprès de cinquante-trois éditeurs.

Dédicace de Jean Macé à l’inspecteur général de l’enseignement primaire (1886-1903) et alsacien Guillaume Jost (1831-1907) au recto de la première garde volante de l’exemplaire de Morale en Action.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 1R 96327

La Ligue de l’enseignement : sa grande œuvre

En 1866, Jean Macé créa la Ligue de l’enseignement, suivant le modèle de la Ligue de l’enseignement de Bruxelles, créée le 26 décembre 1864. Son but était de développer l’instruction publique. Elle se voulait neutre aussi bien politiquement qu’en matière de religion. Il s’agissait de fonder des écoles, des cours du soir pour les adultes et des bibliothèques ou bien de les aider. Des cercles essaimèrent dans la France entière. Ils étaient indépendants les uns des autres mais poursuivaient les mêmes buts que ceux de la Ligue. 

Cet exemplaire de La ligue à Beblenheim est dédicacé par Jean Macé à l’alsacien Edmond Dreyfus-Brisac (1850-1921) qui fut attaché au cabinet du ministre de l’Intérieur de 1875 à 1877, secrétaire adjoint de la Société d’enseignement supérieur et rédacteur en chef de la Revue internationale de l’enseignement [cote BDL : P 4].
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 1R 180140

En octobre 1871, la Ligue lança une pétition en faveur de l’enseignement public et obligatoire (Mouvement national du sou contre l’ignorance), qui récolta plus d’un million de signatures.

En 1881, un congrès national eut lieu à Paris et la Ligue de l’enseignement devint une fédération de sociétés indépendantes, présidée par Jean Macé.

Après la promulgation des lois portant sur l’instruction publique obligatoire, Jean Macé continua à animer des conférences dans toute la France ainsi qu’à l’étranger.

Il écrivit en 1891 un manuel scolaire pour un cercle de la Ligue de l’enseignement situé en Amérique latine. Il s’agit de l’Arithmétique élémentaire4 en deux parties. La BDL possède uniquement la première partie, datée de 1891 et publiée par le Groupe de l’Amérique latine de la Ligue de l’enseignement.

Écrire pour convaincre

En 1872, Jean Macé se servit de sa plume pour protester contre le rétablissement de l’Ordre moral qui était opposé à la Ligue parce qu’il la jugeait anticléricale. Ainsi, il publia une série de petites brochures qui parurent sous le titre : Les Idées de Jean-François. La BDL en conserve trois sur les sept écrites. Elles furent publiées par le Cercle parisien de la Ligue dirigé par Emmanuel Vauchez (1836-18..).

La première brochure est sous-titrée La Séparation de l’Église et de l’École5. Jean Macé y affirmait la nécessité d’une école neutre.

« Avons-nous une religion d’État ? Non, n’est-ce pas ? Eh bien ! Pourquoi l’État aurait-il une religion d’école ? ». p. 7.

La seconde a pour sous-titre La Demi-instruction6. Jean Macé y dénonçait les propos tenus par un député de la droite, Ernest de Tarteron (1821-1888). Celui-ci avait critiqué le projet de loi de Jules Simon (1814-1896) sur l’instruction obligatoire. Il trouvait préférable « l’ignorance naïve du paysan » à une instruction au rabais. Jean Macé réaffirmait dans cette petite brochure la nécessité d’un apprentissage électoral dont les bases (s’instruire et apprendre à raisonner) reposaient sur l’accès à l’école :

« Or, voilà un enfant qui sera électeur un jour ! Il deviendra un des arbitres de nos destinées ; il tiendra pour sa part notre vie à tous dans ses mains ». p. 36.

La troisième brochure est intitulée La Soutane de l’Abbé Junqua7. Elle fait référence à un prêtre bordelais, condamné par le clergé à ne plus pouvoir porter la soutane parce qu’il s’était opposé au dogme de l’infaillibilité, proclamé par le Vatican en 1870 sans l’aval du Concile. L’archevêque de Bordeaux dut avoir recours à la justice civile pour faire appliquer la sentence. L’abbé fut condamné à une peine de prison de six mois. Cette affaire servit à nouveau à Jean Macé de plaidoyer en faveur d’une séparation de l’Église et de l’État.

L’art de moraliser tout en amusant

Au Petit-Château, Jean Macé écrivit de petites pièces de théâtre aussi bien édifiantes que divertissantes, qu’il mettait en scène avec ses élèves. Les vertus éducatives du théâtre avaient largement été démontrées par Mme de Maintenon dans son pensionnat de Saint Cyr. Les pièces écrites par Jean Macé parurent dans Le Théâtre du Petit-Château (1862). L’exemplaire8 de la BDL est daté de 1863. Il est illustré par Eugène Froment (1844-1926?) et publié chez Hetzel et Firmin Didot frères et fils.

Jean Macé rédigea également des contes pour ses élèves. En 1864, il en publia certains dans un recueil intitulé Les Contes du Petit-château. L’exemplaire9 de la BDL est un cartonnage, rouge et or, signé Jean Engel (1811-1892), publié chez Hetzel en 1878. Il est richement illustré de gravures sur bois signées Charles Constant Albert Nicolas d’Arnoux de Limoges Saint-Saëns dit Bertall (1820-1882). Ce sont des récits récréatifs et moraux, dédiés à Mlle Vérenet. Dans chaque conte, une qualité ou un défaut est personnifié. Il est récompensé ou bien châtié en conséquence, comme dans les contes moraux de Mme Leprince de Beaumont (1711-1780). (cf. billet de blog de mai 2019)

Jean Macé, le libre-penseur, empiétait ainsi allègrement sur les terres des auteurs et éditeurs catholiques. Ceux-ci étaient approuvés par l’Église, dont le but était de maintenir son contrôle sur les mœurs et la morale de la jeunesse. Jean Macé faisait pour sa part œuvre de moralité laïque.

De la leçon de choses à la vulgarisation scientifique

Jean Macé chercha également à mettre la science à la portée des enfants. Sa carrière d’enseignant l’avait préparé à la tâche de présenter les sciences sous une forme agréable.

Il commença son œuvre de vulgarisation par sa matière de prédilection, les sciences naturelles. L’Histoire d’une bouchée de pain : lettres à une petite fille sur la vie de l’homme et des animaux (1861) est dédiée à la mémoire d’Isidore Geoffroy Saint-Hilaire (1805-1861). Ce dernier lui avait décerné le premier prix d’histoire naturelle au Concours général en 1831. La BDL possède plusieurs exemplaires de cet ouvrage dont le plus ancien10 date de 1865.

Cette œuvre est une leçon de biologie humaine et animale à destination des enfants. Dans l’introduction, Jean Macé souligne que ce type de leçons n’est en général pas dispensé aux filles parce qu’elles sont très difficiles à comprendre ! Il s’est donc employé à les rendre « amusantes pour les petites filles » à l’encontre de ce que veulent les savants. Jean Macé y évite les deux écueils qui font trop souvent obstacle à la compréhension : le jargon et l’érudition.

Sa collaboration avec Hetzel

Pierre-Jules Hetzel, qui était un ancien camarade du Collège Stanislas, encouragea Jean Macé à écrire. Il prit en charge la publication de ses œuvres. En 1864, ils fondèrent une revue bimensuelle, le Magasin d’éducation et de récréation : journal de toute la famille11.  Cette revue se voulait un moyen de faire comprendre les sciences aux enfants.

Jean Macé écrivit une suite à son Histoire d’une bouchée de pain intitulée : Les Serviteurs de l’estomac qu’il fit paraître en feuilletons dans le premier numéro du Magasin d’éducation et de récréation. Cet ouvrage fut publié en 1866 en volume in-18. L’exemplaire12 de la BDL daterait de 1868. Il s’agit d’un livre relié auquel est joint le catalogue de la Bibliothèque nouvelle d’éducation et de récréation à l’usage des enfants, des jeunes filles et des jeunes gens. Ce catalogue annonçait la parution prochaine d’un ouvrage de Jules Verne intitulé Vingt-cinq mille lieues sous l’océan. Vingt mille lieues sous les mers parut en 1869. Jules Verne y fait référence à l’ouvrage de Jean Macé, emprunté à la bibliothèque du capitaine Nemo par Pierre Arronax.

« Je lisais en ce moment un livre charmant de Jean Macé, Les Serviteurs de l’estomac, et j’en savourais les leçons ingénieuses, lorsque Conseil interrompit ma lecture »13.

Jean Macé, un vulgarisateur pas comme les autres

L’Arithmétique du Grand-Papa. Histoire de deux petits marchands de pommes, publiée en 1863, montre que Jean Macé n’était pas un vulgarisateur scientifique comme les autres.  Hetzel y joignit un avertissement dans lequel il s’opposait à l’opinion de Louis Figuier (1819-1894) qui jugeait incompatible la science et l’imagination.

Jean Macé prouvait le contraire puisqu’il mélangeait féerie et réalité :

 « Quel mal cela leur [les savants] ferait-il, si leur science était plus aimable ? ».

Dans cet ouvrage, deux frères sont initiés aux quatre opérations, aux fractions ainsi qu’au système métrique par leur grande sœur Pinchinette, au moyen de démonstrations pratiques et expérimentales. Dans la préface de son ouvrage, Jean Macé s’étonnait que l’on commençât toujours par enseigner les règles abstraites avant d’aborder les problèmes à résoudre. Pour lui, la méthode efficace consistait à expliquer l’utilité de l’arithmétique sous une forme ludique.

Toutefois, Jean Macé n’échappa pas au reproche de vouloir puériliser la science.
Il écrivit bien d’autres ouvrages pour instruire la jeunesse tels que :

L’Arithmétique de mademoiselle Lili, dont les planches ont été dessinées par Lorenz Frølich (1820-1908) et gravées par Charles-Émile Matthis (1838-1893), fut publiée chez J. Hetzel dans la Bibliothèque d’éducation et de récréation. Cet exemplaire est daté de 1867 d’après le catalogue de la BnF.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RD 2246
Légende : La Grammaire de mademoiselle Lili est illustrée de planches en regard de chaque chapitre, également dessinées par Frølich et gravées par Matthis. Cet ouvrage a également été publié chez J. Hetzel dans la Bibliothèque d’éducation et de récréation. Cet exemplaire daterait de 1878 d’après le catalogue de la BnF.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RD 1045

Jean Macé ou l’art de sensibiliser aux beautés de l’univers

Sa dernière œuvre de vulgarisation s’intitule Les soirées de ma tante Rosy14. Elle date de 1894 et porte une dédicace à Théodora Bord [18..-19..], alors directrice du pensionnat du Petit-Château dont voici un extrait :

« Vous êtes actuellement la tante Rosy de la maison où ma vie s’abrite depuis quarante-trois ans ».

Dans cet ouvrage, Jean Macé rend un vibrant hommage aux éducatrices qu’il a connues. Tout son féminisme y transparaît à nouveau puisqu’il confie le rôle d’éduquer à une femme alors que c’était encore l’apanage des hommes.

Portrait de Jean Macé peint par Édouard Krug (1829-1901), extrait de l’ouvrage d’Édouard Petit : Jean Macé. Sa vie, son œuvre.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : PF 08617

Jean Macé fut élu sénateur à vie le 8 décembre 1883. Il mourut des suites d’une congestion cérébrale à Monthiers le 13 décembre 1894. Quelques jours auparavant, il avait pris la parole au sénat afin de marquer son opposition à un emprunt d’état, destiné à l’envoi de troupes à Madagascar afin d’y instaurer un protectorat français. Jean Macé estimait que la France devait consacrer toutes ses forces à reprendre l’Alsace et la Lorraine. Il ne fut pas suivi dans cette voie et succomba d’avoir défendu trop ardemment ses convictions.

Billet rédigé par Nelly Kabac
(Bibliothèque Diderot de Lyon, département Patrimoine et conservation)

Sources

MACÉ, Jean. L’Arithmétique de mademoiselle Lili à l’usage de M. Toto pour servir à la préparation de l’arithmétique du grand-papa. Paris : J. Hetzel & Cie, 1867.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RD 2246

MACÉ, Jean. L’Arithmétique du grand-papa : histoire de deux petits marchands de pommes. Paris : J. Hetzel & Cie, 1863.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RB 1689

MACÉ, Jean. Arithmétique élémentaire. Première partie. Paris : Groupe de l’Amérique latine de la ligue internationale de l’enseignement, 1891.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : MS 85952

MACÉ, Jean. Contes du petit château. Paris : J. Hetzel & Cie, 1878.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RC 1518

MACÉ, Jean. La Grammaire de Mademoiselle Lili. Paris : J. Hetzel & Cie, 1878.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RD 1045

MACÉ, Jean. Histoire d’une bouchée de pain : lettres à une petite fille sur la vie de l’homme et des animaux. Paris : J. Hetzel & C°, 1865.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RC 4365

MACÉ, Jean. Les Idées de Jean-François. I. La séparation de l’Église et de l’École. Paris : Emmanuel Vauchez, 1872.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 1R 008

MACÉ, Jean. Les Idées de Jean-François. II. La demi-instruction. Paris : Emmanuel Vauchez, 1872.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 1R 009

MACÉ, Jean. Les Idées de Jean-François. II. La soutane de l’Abbé Junqua. Paris : Emmanuel Vauchez, 1872.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 1R 010

MACÉ, Jean. La Ligue à Beblenheim. [s.l.] : [s.n.], 1888 ?
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 1R 180140

MACÉ, Jean. Lettres d’un paysan d’Alsace à un sénateur sur l’instruction obligatoire. Paris : [s.n.], 1870.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 1R 007

MACÉ, Jean. Morale en action : mouvement de propagande intellectuelle en Alsace. Paris : J. Hetzel, 1865.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 1R 96327

MACÉ, Jean. Philosophie de poche suivie de Le grand savant. Paris : J. Hetzel et Cie, 1893.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 55957

MACÉ, Jean. Les Serviteurs de l’estomac : pour faire suite à « l’histoire d’une bouchée de pain ». Paris : J. Hetzel et Cie, 1866.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RB 7181

MACÉ, Jean. Les Soirées de ma tante Rosy. Paris : J. Hetzel & Cie, 1895.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RB 7118

MACÉ, Jean. Théâtre du petit château. Paris : J. Hetzel, éditeur, Firmin Didot frères & fils, 1863.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RC 2753

Bibliographie

ALFARIC, Prosper. Jean Macé : Fondateur de la ligue française de l’enseignement. Paris : Le Cercle parisien, 1955.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 656345

BOULOGNE, Arlette. Des livres pour éduquer les citoyens. Jean Macé et les bibliothèques populaires (1860-1881). Paris : L’Harmattan, 2016.

COMPAYRÉ, Gabriel. Jean Macé et l’instruction obligatoire. Paris : Paul Delaplane éditeur, 1903.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 325629

DESSOYE, Arthur. Jean Macé. In BUISSON, Ferdinand. Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire. [En ligne]. Paris : Librairie Hachette et Cie, 1911 [consulté le 20 novembre 2020]. Disponible sur le Web : <http://www.inrp.fr/edition-electronique/lodel/dictionnaire-ferdinand-buisson/document.php?id=3090>

DUCOMTE, Jean-Michel. Jean Macé militant de l’éducation populaire. Toulouse : Éditions Privat, 2015.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 372.9 DUC

FROIDEFOND, Alain. Jean Macé professeur de république. Paris : L’Harmattan, 2016.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 372.9 FRO

PETIT, Édouard. Jean Macé. Sa vie, son œuvre. Paris : Librairie Aristide Quillet, 1922 ?
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : PF 08 617

REMER, Roland. Jean Macé et les origines messines de la Ligue de l’enseignement. Metz : Éditions Serpenoise, 2003.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 640776

  1. Petit, 1922 ?, p. 13 []
  2. Cote BDL : 1R 007 []
  3. Cote BDL : 1R 96327 []
  4. Cote BDL : MS 85952 []
  5. Cote BDL : 1R 008 []
  6. Cote BDL : 1R 009 []
  7. Cote BDL : 1R 010 []
  8. Cote BDL : 2RC 2753 []
  9. Cote BDL : 2RC 1518 []
  10. Cote BDL : 2RC 4365 []
  11. Cote BDL : P 751 []
  12. Cote BDL : 2RB 7181 []
  13. Édition Hetzel de 1870, p. 140. Cote BDL 2RD 510 []
  14. Cote BDL : 2RB 7118 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search