La médecine des pauvres de Madame Fouquet

  • 2010L1_249199_1 V-4
  • 2010L1_249199_1 V-6
  • Exterieur 1-2
  • Exterieur 2
  • 2010L1_249199_1 V-2
  • 2010L1_249199_1 V-115

La BU Lyon 1 conserve dans ses collections, les deux volumes de la dernière édition lyonnaise du Recueil des remèdes faciles et domestiques : choisis, expérimentés & très approuvés pour toute sorte de Maladies internes et externes difficiles à guérir. Recueillis par les Ordres charitables de l’Illustre & pieuse Madame Fouquet, pour soulager les Pauvres Malades, publiée en 1757 par Jacques Certe. Si l’édition princeps fut éditée à Villefranche en Languedoc (Villefranche-de-Rouergue) en 1675, c’est la famille Certe qui imprimera à partir de 1676 toutes les éditions lyonnaises. Très populaire, l’ouvrage de Madame Fouquet a connu plus d’une cinquantaine d’éditions en France et plusieurs traductions en langues étrangères.

La médecine des pauvres de Madame Fouquet

Page de titre T.1

La médecine charitable

La médecine des pauvres de Madame Fouquet

Epître de Jacques Certe T.1

 

 

Dans les campagnes françaises aux XVIIème et XVIIIème siècles, les médecins et les apothicaires étaient rares, pour se soigner les plus pauvres pratiquaient l’automédication ou s’adressaient à des ecclésiastiques ou à des dames caritatives appartenant à la noblesse ou à la bourgeoisie. Des manuels de vulgarisation comme celui de Madame Fouquet leur étaient destinés ; les personnes charitables y trouvaient des méthodes et des formules qui les aidaient à prodiguer bénévolement des soins. Ils fournissaient les recettes de remèdes peu coûteux, efficaces, faciles à confectionner et indiquaient quand et comment les utiliser. Tout comme les Œuvres charitables de Philibert Guybert, présenté dans un précédent billet, l’ouvrage de Madame Fouquet était un vade-mecum pour soigner les plus modestes.

 

 

 

 

Madame Fouquet (1590-1681)

Marie de Maupeou, fille de Gilles de Maupeou (1553-1641) intendant et contrôleur général des finances, épouse en 1610 François Fouquet et donne naissance à 15 enfants, un de leurs fils, Nicolas deviendra le célèbre surintendant des finances de Louis XIV. Extrêmement pieuse, Marie Fouquet fut une des premières collaboratrices de Vincent de Paul lorsqu’il fonda les Filles de la charité. Elle avait une grande connaissance de la médecine des simples et confectionnait elle-même de nombreux remèdes qu’elle administrait à ses protégés. C’est l’un de ses fils, Louis Fouquet (1633-1702) évêque d’Agde, qui entreprend la publication de ses recettes et la confie à son médecin personnel Delescure. Les premières éditions du recueil comportent une préface de ce dernier mais elle disparaît au fil des éditions.

L’exemplaire de la BU

Il s’agit de la dernière édition lyonnaise publiée en 1757 par le libraire Jacques Certe installé rue Mercière. L’ouvrage est composé de deux tomes au format in-12, ce petit format permettait aux personnes charitables de les emporter facilement pour se rendre auprès des malades.

La médecine des pauvres de Madame FouquetLa médecine des pauvres de Madame Fouquet

 

 

 

 

 

 

 

La reliure de l’exemplaire de la BU est en veau marbré, avec des nerfs ornés et des tranches rouges. Sur le deuxième plat de chaque tome est apposé l’ex-libris héraldique de Pierre-Louis de Carbon (1734-1794). Cette marque d’appartenance manuscrite figure également sur la page de titre avec indiqué « n°483 ». Pierre-Louis de Carbon Prévinquière conseiller au parlement de Toulouse fut condamné à mort par le tribunal révolutionnaire de Paris en 1794, on peut donc supposer que l’ouvrage provient des confiscations révolutionnaires dévolues à l’Université de Lyon.

La médecine des pauvres de Madame Fouquet

La médecine des pauvres de Madame Fouquet

Emplâtre Manus Dei

 

 

Le premier tome débute par une épître de l’imprimeur Jacques Certe aux dames pieuses et charitables. Elle est suivie d’une partie sur la théorie des humeurs, un complément qui ne figure pas dans les premières publications du recueil. Dans son article Olivier Lafont (voir bibliographie) explique que les recettes de Madame Fouquet reprennent pour l’essentiel les formules des pharmacopées officielles avec parfois une simplification pour en faciliter la confection, il donne ainsi l’exemple de l’emplâtre divin Manus Dei que l’on trouve dans la Pharmacopée de Lémery.

 

 

 

 

Contrairement à l’ouvrage de Philibert Guybert, le recueil de Madame Fouquet ne comporte aucune animosité à l’égard des apothicaires et conseille même aux personnes charitables de s’adresser à eux en cas de besoin.

 Article rédigé par Livia Rapatel, BU Lyon1

Source :

Fouquet, Madame François. Recueil des remèdes faciles et domestiques : choisis, expérimentés & très approuvés pour toute sorte de Maladies internes et externes difficiles à guérir. Recueillis par les Ordres charitables de l’Illustre & pieuse Madame Fouquet, pour soulager les Pauvres Malades. Lyon : chez Jacques Certe, 1757. 2 vol. Disponible en ligne Vol.1 & Vol.2 [consulté le 10 février 2021]

Bibliographie :

Desroys, Marie. Les œuvres charitables de Philibert Guybert. In Blog interfaces/livres anciens, 2015. Disponible en ligne [consulté le 10 février 2021]

Lafont, Olivier. « Ouvrage de Dame et succès de librairie : les remèdes de Madame Fouquet ». In: Revue d’histoire de la pharmacie, 97e année, n° 365, 2010. pp. 57-72. Disponible en ligne [consulté le 10 février 2021]

Lafont, Olivier. « Médicaments des villes, médicaments des champs. Réglementation stricte, contre pragmatisme ». In: Revue d’histoire de la pharmacie, 90ᵉ année, n°334, 2002. pp. 211-220. Disponible en ligne [consulté le 10 février 2021]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search