Encore et toujours la ville et l’université de Leyde…

En 2017, la BDL reçoit en don la bibliothèque de recherche de M. Paul Dibon (1915-1995), ancien directeur d’études à l’EPHE, spécialiste de l’histoire des idées au XVIIe siècle. Ce don (encore en cours de traitement) comprend de nombreux livres de philosophie et d’histoire de la philosophie publiés au XXe siècle mais aussi environ 200 livres anciens, essentiellement des XVIIe et XVIIIe siècles. Le catalogage de ces ouvrages par l’équipe du département Patrimoine est aujourd’hui terminé.

Parmi eux, un ouvrage de Johannes Meursius (1579-1639) a attiré de nouveau notre attention, tant il complète Icones, elogia ac vitae professorum Lugdunensium apud Batavos, quibus addita sunt omnia academiae ornamenta summo artificio aeri incisa, le livre présenté dans le billet de blog du mois de décembre : il s’agit de Joannis Meursi Athenæ Batavæ. Sive, de urbe Leidensi,& academiâ, virisque claris ; qui utramque ingenio suo, atque scriptis, illustrarunt : libri duo, publié lui aussi chez Andries Clouck en 1625.

Une belle reliure aux armes

La reliure en maroquin rouge est assez jolie ; elle a été malheureusement fortement restaurée, de façon trop serrée, ce qui empêche d’accéder aisément aux fonds de cahier.

L’ouvrage a appartenu à Ramiro Nunez de Guzman (1600-1668), second duc de Medina de las Torres et grand bibliophile ; sur le premier plat figurent les armoiries de sa famille, et sur le dernier plat, ses armoiries personnelles accompagnées de sa devise.

Des ressemblances d’un livre à l’autre

La décoration de la page de titre est identique à celle du premier ouvrage : seul le texte a été changé, ce qui n’est pas rare dans l’atelier d’un même imprimeur libraire.

Qui feuillette le livre s’aperçoit très vite d’un grand nombre de similitudes avec les Icones, elogia..., que ce soit dans le texte ou les illustrations.

Johannes Meursius entend écrire l’histoire de l’université et de la ville de Leyde en deux livres. Mais dès l’adresse au lecteur, il prévient : e quibus secundus tamen non est noster (« de ces livres, le second n’est cependant pas de moi »). Il s’agit explicitement de la réinsertion, dans ce livre édité en 1625, du livre édité en 1613, avec quelques légères modifications pour maintenir une cohérence.

Deux séries de gravures

Après les pièces liminaires d’usage (épître dédicatoire, adresse au lecteur) et la retranscription du discours d’inauguration de l’université, on trouve une série de neuf gravures en planches dépliantes.

Dans ces gravures se dessinent deux cycles, différents par le style et les types de documents : le premier cycle est composé de six scènes avec personnages ; le second est constitué de trois plans.

Dans le cycle figuratif, chaque scène est encadrée par un décor architectural soutenu par deux statues engainées qui, de gravure en gravure, associent leurs postures, traits et humeurs à l’esprit de la scène : tout à tour curieuses, détournées, en larmes, squelettiques, apaisées ou généreuses, elles ponctuent les événements représentés.

Seule l’une des gravures est signée (la cinquième gravure) : Guilielm(us) Hanius fecit (Willem De Haen) mais une unité stylistique certaine les relie.

Les trois cartes représentent :

– une vue de la ville et de ses environs en 1574 ;

gravure 7

– un plan de la ville avec une vue en coupe qui permet de distinguer ses principaux grands monuments ;

gravure 8

– une vue de la ville et de ses environs au moment de la libération : Guillaume d’Orange avait fait ouvrir les digues et ennoyer tous les environs ; dans le désordre qui s’en est ensuivi, des bateaux ont pu s’approcher pour ravitailler Leyde, ce qui a permis de mettre fin au siège.

gravure 9

Contrairement aux recommandations émises, toutes ces gravures n’ont pas été insérées aux bonnes places dans l’ouvrage ni dans le bon ordre, ce qui est assez courant, mais peut être plus ou moins gênant pour la compréhension des scènes représentées.

Ordre conseillé pour l’insertion des gravures

L’ordre préconisé, s’il rompt quelque peu l’unité stylistique, permet de mieux comprendre le cycle représenté, qui est un cycle unique et non dual : il s’agit des sièges de la ville en 1574, sièges à la suite desquels sera fondée l’université en 1575.

Le plan de la ville (gravure 8) devait illustrer le 1er chapitre du livre I consacré au site de Leyde. Toutes les autres gravures étaient destinées à figurer dans le long chapitre XXII consacré aux sièges (De obsidione duplici) dans l’ordre suivant : le siège lui-même (gravure 7), puis quatre des scènes avec personnages : la faim, la division, le serment (gravures 3, 2, 1), ensuite la mortalité (gravure 4). Quelques pages plus loin encore devait s’insérer le plan de la libération de la ville (gravure 9), puis la distribution des vivres (la ville avait cruellement souffert de la faim) et l’action de grâces (gravures 6 et 5). On comprend ainsi mieux pourquoi la 5e gravure seule est signée : elle était censée clore l’ensemble.

L’histoire de la ville de Leyde

Le livre I de Johannes Meursius, de la page 1 à 80, raconte en effet l’histoire de la ville depuis sa fondation jusqu’au XVIIe siècle : sont évoqués son site, ses monuments religieux et civils, ses alentours, les calamités qui l’ont frappée, ses institutions pour les pauvres, sa mairie… Pour les monuments, le texte est celui d’un véritable guide touristique, accompagné d’illustrations.

L’hôtel de ville construit en 1600 par Lieven de Key

Une université prestigieuse

L’université est au centre de l’ouvrage et occupe plusieurs chapitres du livre I (chapitres X à XIV) ; l’ouvrage s’ouvre d’ailleurs par le discours prononcé à l’occasion de sa fondation par Louis Capell (1585-1658), professeur de théologie.

On trouve également (p. 21) le portrait de son fondateur, Guillaume de Nassau, qui était le premier portrait de l’ouvrage de 1613. S’ensuit l’histoire de l’académie, incendiée puis reconstruite, accompagnée des épigrammes composées pour cette occasion.

Couvent de sainte Barbara, où est installée l’université de 1574 à 1577
La chapelle du couvent des dominicaines, siège de l’université après 1581. Devant le bâtiment, le pont de l’université, détruit au XIXe siècle

Puis, c’est au tour des richesses de l’académie d’être évoquées : le jardin botanique, le théâtre anatomique et la bibliothèque. Ces trois descriptions sont illustrées : on reconnaît les trois gravures du premier ouvrage ; ce ne sont plus des planches dépliantes d’assez grand format mais des petites images occupant une demi-page ; ce ne sont d’ailleurs pas exactement les mêmes (la bibliothèque est inversée, une partie des personnages du théâtre anatomique ont disparu…). La salle d’armes, présente dans le premier ouvrage, n’est pas réintégrée dans celui-ci.

La ville et ses désordres

À partir du chapitre XV, l’auteur délaisse l’université pour évoquer de nouveau les curiosités et l’histoire de la ville : un texte, illustré d’une gravure, décrit la citadelle (le Burcht), ancienne forteresse construite par Engistus, roi des Frisons et des Bataves au Ve siècle ; un autre évoque le « rocher de cire », lieu des exécutions.

Sur environ 25 pages à partir du chapitre XVII se succèdent les évocations des conflits, frictions, révoltes qui ont émaillé l’histoire de la cité, notamment le long chapitre XXII qui évoque les sièges des troupes espagnoles subis par la cité entre fin 1573 et octobre 1574.

Pour terminer le livre I, Meursius évoque les personnalités qui ont rendu Leyde illustre. L’éloge commence par Guillaume de Nassau et son fils Florent V, qui bénéficient d’une représentation en médaillons.

Elle se poursuit avec des personnalités moins connues et se termine par l’évocation du tyran Jean de Leyde (Jan Bockelson), roi des anabaptistes, qui instaura un régime de terreur à Münster, sinistre personnage que l’auteur aurait préféré pouvoir oublier, mais qu’il se doit d’évoquer, ce dernier étant né à Leyde en 1510.

Portraits de Jan Bockelson (1510-1536) et de sa femme en médaillons

La galerie des illustres complétée 

Pour le livre II (p. 81 à 351), Meursius reprend ensuite le contenu du livre précédent sur les professeurs de l’université et le complète. Quelques changements subtils rendent le texte plus fluide et permettent une meilleure transition vers les parties ajoutées. Le lecteur retrouve la majeure partie du livre présenté dans le billet du mois de décembre, avec les mêmes gravures, dans le même ordre, les mêmes épigrammes et épitaphes mais sans les parties introductives. L’auteur a même laissé son propre éloge et son portrait !

À partir de la page 245 sont présentés dans un appendice de nouveaux professeurs ; 16 sont accompagnés de portraits, dans les mêmes poses et cadres qu’en 1613.

Portraits d’Otto Heurnius (1577-1652) et de Festus Hommius (1576-1642)

Certains, qui n’avaient eu droit qu’à un court texte dans la première édition, ont désormais un éloge plus long et un portrait : c’est le cas par exemple de Pieter Pauw, présenté succinctement dans le livre de 1613.

Portrait de Pieter Pauw (1564-1617)

Les nouvelles gravures sont néanmoins d’une qualité inférieure, de même que le tirage des gravures déjà présentes en 1613.

En somme se trouvent présents à la BDL pour des raisons historiques très différentes (l’un provient du Musée pédagogique, l’autre du don d’un professeur d’histoire de la philosophie néerlandaise au siècle d’or) deux superbes ouvrages qui se complètent remarquablement et donnent une très belle image de l’université de Leyde au début du XVIIe siècle.

Billet rédigé par Claire Giordanengo
(Bibliothèque Diderot de Lyon, département Patrimoine et conservation)

Bibliographie 

Athenae Batavae. De Leidse Universiteit/The university of Leiden 1575-1975. Leyde : 1975.

Pour les armoiries : 17th century armorial binding and contemporary slip case. Notabilia: A Blog about Rare Books. Disponible sur le Web : <https://blogs.princeton.edu/notabilia/2012/06/21/17th-century-armorial-binding-and-contemporary-slip-case/>

Source

Joannis Meursi Athenæ Batavæ. Sive, de urbe Leidensi,& academiâ, virisque claris ; qui utramque ingenio suo, atque scriptis, illustrarunt : libri duo. Chez Andries Clouck, 1625 [cote BDL : FD 093]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search