Éloges de professeurs : l’université de Leyde au début du XVIIe siècle

Dans les collections Éducation, si l’on trouve beaucoup d’ouvrages consacrés aux enfants ou à destination de la jeunesse, on trouve également des éloges de professeurs. Quelques billets de ce blog leur ont d’ailleurs déjà été consacrés (https://bibulyon.hypotheses.org/4049 ou https://bibulyon.hypotheses.org/8518). Ce mois-ci, c’est un ouvrage du XVIIe siècle vantant les mérites des professeurs de la jeune université de Leyde qui a attiré notre attention : Icones, elogia ac vitae professorum Lugdunensium apud Batavos, quibus addita sunt omnia academiae ornamenta summo artificio aeri incisa, publié à Leyde en 1617 par Andries Clouck.

Une jolie reliure

L’exemplaire de la BDL est conservé dans une reliure simple mais soignée du XIXe, signée Hardy, en maroquin brun, avec des tranches dorées et un double filet sur les chants. Un ex-libris signale que l’ouvrage a appartenu un temps à Laurent Veydt (1800-1877), parlementaire et homme d’affaires flamand, collectionneur et bibliophile.

Comme l’indique le titre, le livre se signale d’abord par la présence de nombreuses illustrations gravées sur cuivre.

Une page de titre caractéristique du XVIIe siècle

La page de titre est représentative de l’esthétique du XVIIe siècle : le titre, imprimé dans des polices variées, est encadré par des éléments architecturaux ; en guise de colonnes, deux statues en pied représentent Athéna et Apollon dotés de leurs attributs classiques (casque, lance, bouclier et chouette pour la première, lyre et arc pour le second) ; deux putti les couronnent : faut-il y voir une subtile allusion à la marque de l’imprimeur-libraire, Andries Clouck, qui représentait un ange couronné ? Entre les deux putti, les clés de saint Pierre, patron de la ville de Leyde. En bas de la page, sous le cartouche de l’adresse bibliographique, des livres et des feuilles évoquent le savoir.

La gravure est signée en bas à gauche : G. Swan fecit. Il s’agit du graveur hollandais Willem Swanenburg (1580-1612).

Une galerie d’illustres 

Dans le corps d’ouvrage se trouvent 34 portraits de professeurs de cette université, ayant exercé depuis sa fondation en 1575 jusqu’au début du XVIIe siècle. Ces portraits se présentent tous de la même façon : le buste, souvent de ¾, est représenté dans un ovale, lui-même enserré dans un rectangle. Sous chaque portrait figurent le nom du professeur et sa discipline, et s’il y a lieu, dans la partie haute de l’ovale, la devise de l’enseignant.

Portraits de Lambert Daneau (1530-1595) et d’Aelius Everhardus Vorstius (1565-1624)

Ces portraits, que l’on peut penser assez réalistes, sont extrêmement expressifs : les défauts physiques (gros nez, léger strabisme, calvitie, menton proéminent) ou les rides, parfaitement rendus, contribuent à faire ressortir des personnalités. Ce sont bien des hommes que l’on a sous les yeux et non des stéréotypes d’enseignants : certains semblent presque vouloir s’animer. Un historien du costume pourrait également tirer profit de leurs diverses tenues, visibles en partie.

Portraits de Daniel Heinsius (1580-1665), de Johannes Meursius (1579-1639) et de Paulus Merula (1558-1607)

Quatre gravures dépliantes

Ce qui est le plus connu dans cet ouvrage, ce sont les quatre planches dépliantes insérées au début qui représentent la salle d’armes de l’université, la bibliothèque, le jardin botanique et le théâtre d’anatomie. Chacune de ces quatre gravures est brièvement commentée par l’éditeur à la fin. Elles ont été dessinées par Jan Cornelis Woudanus (1570-1615) et gravées par Willem Swanenburg.

La salle d’armes :

L’escrime était une activité jugée importante à l’université de Leyde ; des maîtres d’armes étaient engagés pour dispenser spécifiquement cet enseignement mais aucun n’a l’honneur d’un portrait ou même d’un éloge. La salle d’armes était située dans une partie de la chapelle des béguines.

La bibliothèque :

La gravure date de 1610. La bibliothèque était installée elle aussi dans une partie de la chapelle des béguines depuis 1595. Les rayonnages sont au centre de la salle. On remarque les livres enchaînés, sur lesquels travaillent deux lecteurs debout, la présence de globes (voilés lorsqu’ils ne servent pas). À droite, une armoire comprend les livres de Scaliger qu’il a légués à la bibliothèque.

Portrait de Joseph-Juste Scaliger (1540-1609)

Les disciplines les plus riches en livres sont la théologie, le droit, l’histoire. Aux murs, des portraits et des cartes. Le tout premier catalogue de cette bibliothèque, le Nomenclator, rédigé en 1595 contenait 442 titres classés par auteur.

Le jardin botanique est une autre des curiosités et célébrités de cette université.

C’est le plus ancien jardin botanique des Pays-Bas, créé par le professeur de médecine Pieter Pauw.

Éloge de Pieter Pauw (1564-1617)

Il a été fortement enrichi vers la fin du XVIe siècle par Charles de L’Écluse, professeur de botanique.

Portrait de Charles de L’Écluse (1526-1609)

C’est un jardin destiné aux étudiants en médecine qui contenait plus de mille plants dont certains arrivés des parties lointaines du monde grâce à une collaboration mise en place avec des marchands et des explorateurs. Au fond du jardin, on aperçoit une grande galerie, l’ambulacrum, qui servait à la fois à herboriser à l’abri, à protéger certaines plantes en hiver mais aussi qui présentait des curiosités, comme le rappellent les animaux étranges présentés dans le cadre sous le jardin.

Le théâtre d’anatomie est sans conteste la gravure la plus célèbre de toutes.

Elle représente un amphithéâtre dédié aux séances d’anatomie, qui commencent à se développer au XVIIe siècle dans les universités où est enseignée la médecine. Adam et Ève autour de l’arbre de la connaissance, des squelettes à pied ou à cheval brandissant des devises rappelant le caractère mortel de l’homme, des quidams portant une peau humaine, des squelettes d’animaux répartis dans les gradins : tout est mise en scène de la finitude humaine, des vanités, et non représentation réaliste de ce théâtre anatomique.

Dans la mesure où l’on devient plus sensible à la science pratique, les théâtres d’anatomie comme les jardins botaniques deviennent essentiels dans l’enseignement de la médecine.

L’université de Leyde

Le premier portrait de l’ouvrage est celui de Guillaume, comte de Nassau et prince d’Orange.

Portrait de Guillaume Louis, comte de Nassau (1560-1620)

C’est lui qui fonde l’université de Leyde en 1575 pour donner une université au nord du pays (les étudiants partaient alors à l’étranger ou à Louvain, ville sous contrôle espagnol). Cette académie devient rapidement très célèbre et attire des célébrités intellectuelles de l’ensemble de l’Europe. Leyde, petite cité de 10000 habitants, devient une ville dynamique, attractive, voire touristique.

Les éloges de professeurs

L’ouvrage présente donc les éloges de 34 professeurs éminents de l’université ; certains sont déjà morts au moment de la parution de l’ouvrage, d’autres exercent encore.

Chaque portrait est accompagné d’une biographie, d’une liste des écrits de l’auteur, parfois d’une épitaphe ; celle de Scaliger est le plus remarquable.

Épitaphe gravée sur bois et publications d’Hadrianus Junius (1511-1576)
Épitaphe de Joseph-Juste Scaliger (1540-1609)

À la fin de l’ouvrage sont reproduites des épigrammes dédiées à chacun des professeurs, signées par d’autres de leurs collègues.

Dans les dernières pages, 23 professeurs sont cités sans bénéficier de portrait ; ce sont des hommes qui sont morts trop tôt, ou qui ont peu écrit ou qui sont partis enseigner ailleurs… : ils n’ont droit qu’à une courte biographie, à la liste de leurs écrits et parfois à leur épitaphe.

Toutes les disciplines enseignées à Leyde sont représentées, à commencer par celles des quatre facultés de médecine, théologie, jurisprudence et philosophie ; on trouve également des professeurs d’hébreu, d’histoire, de botanique, de grec, de mathématiques… Certains de ces professeurs sont encore largement connus aujourd’hui, comme Juste Lipse ou Grotius, parfois des seuls spécialistes comme Scaliger, Heinsius ou Meursius.

Portraits de Juste Lipse (1547-1606) et Hugo Grotius (1583-1645)

Les textes sont assez neutres : ils retracent la carrière de chacun, les collègues avec lesquels chaque professeur a noué des liens fructueux, les autres universités dans lesquelles ils ont enseigné etc. Nulle trace, par exemple, dans les éloges d’Arminius et de Gomarus, des dissensions très fortes entre les deux hommes à propos de la prédestination.

L’université de Leyde est une université qui est relativement bien documentée et cet ouvrage fait partie des sources intéressantes de cette institution prestigieuse (liste des écrits des enseignants, origines sociales et parcours académiques de chacun d’entre eux, dates d’exercice etc.). La beauté de ses gravures illustratives, notamment les portraits, confère en plus à ce document un caractère extrêmement plaisant.

Billet rédigé par Claire Giordanengo
(Bibliothèque Diderot de Lyon, département Patrimoine et conservation)

Source

Icones, elogia ac vitae professorum Lugdunensium apud Batavos, quibus addita sunt omnia academiae ornamenta summo artificio aeri incisa. Chez Andries Clouck, Leyde, 1617 [cote BDL : 1R 154481]

Bibliographie

BARBIER Frédéric, Histoire des bibliothèques : d’Alexandrie aux bibliothèques virtuelles. Paris : Armand Colin, 2013.

BARBIER Frédéric dans son blog : http://histoire-du-livre.blogspot.com/2012/04/la-bibliotheque-de-luniversite-de-leyde.html

Athenae batavae. De Leidse Universiteit / The University of Leiden, 1575-1975.  Leyde :  Universitaire Pers, 1975.

BERKVENS-STEVELINCK Christiane. Magna commoditas. Leiden university’s great asset. 425 years library collections and services. Leiden : university press, 2012.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search