Pestalozzi, un pédagogue humaniste en bonne place dans les collections de la BDL

Johann Heinrich Pestalozzi, en tant qu’auteur ou sujet d’étude, est très présent dans les collections de la BDL. Cette dernière possède, dans ses fonds consacrés à l’éducation, un grand nombre d’ouvrages ayant appartenu à Jean-Jacques Rapet (1805-1882), qui fut inspecteur général de l’enseignement primaire. Pestalozzi est considéré comme l’un des fondateurs de la pédagogie moderne. C’est la raison pour laquelle, Jean-Jacques Rapet figure parmi ses admirateurs. En 1847, il participa à un concours de l’Académie des sciences morales et politiques et dont le sujet était : « Examen critique du système d’instruction et d’éducation de Pestalozzi, considéré principalement dans ses rapports avec le bien-être et la moralité des classes pauvres ». Son mémoire, quoique couronné par l’Académie, ne fut pas publié.

Notes manuscrites (69 pages) datées de 1877, insérées par Jean-Jacques Rapet, au début de son exemplaire de Wie Gertrud ihre Kinder lehrt, publié chez Geßner et daté de 1820 [cote BDL : 39987]. N’ayant pu acquérir une première édition de cet ouvrage, il a ainsi restitué tous les changements opérés par Pestalozzi dans l’édition remaniée que celui-ci fit de son œuvre.

Ses années de formation

Johann Heinrich Pestalozzi naquit le 12 janvier 1746 à Zurich. Sa famille était originaire de Chiavenne en Lombardie. Il était issu d’une famille modeste. À l’âge de 5 ans, il perdit son père et vécut alors dans la pauvreté auprès de sa mère et de ses frère et sœur.

Pestalozzi fut un élève médiocre. En 1754, il entra au Collège des humanités de Zurich. En 1763, il entreprit des études en théologie au Collegium Carolinum de Zurich afin de se préparer au pastorat.

Portrait extrait de l’ouvrage d’AEPLI, Ernest. Pestalozzi. Sa vie, sa pensée, son action au service du peuple. Genève : Éditions Labor et Fides, [s. d.]. [Cote BDL : 109907]

Au Collegium Carolinum, Pestalozzi, comme bon nombre de ses camarades, fut fortement influencé par Johann Jakob Bodmer (1698-1783). Ce professeur d’histoire suisse et de politique dénonçait les dérives de la République zurichoise qui était, selon lui, entre les mains de riches commerçants, avides de profit. Il avait réuni un groupe d’étudiants républicains et radicaux, qui se faisaient appeler les Patriotes ou fils de Sparte. Ceux-ci dénonçaient, dans des libelles, l’oligarchie et la corruption qui gangrénaient Zurich. En 1764, Pestalozzi rejoignit les Patriotes. Durant l’hiver 1766-1767, l’un deux écrivit un opuscule qui critiquait l’aide apportée par Zurich à Genève, alors aux prises avec des groupes séditieux. Le libelle fut largement diffusé. Pestalozzi fut accusé à tort d’en être l’auteur et emprisonné durant plusieurs jours.

La lecture des œuvres de Jean-Jacques Rousseau, le souvenir des visites pastorales faites aux pauvres avec son grand-père, pasteur à Höngg, lui firent renoncer à la théologie au profit du droit. Il espérait ainsi aider concrètement les habitants les plus humbles de Zurich. Pestalozzi croyait fermement en l’idéal d’une république vertueuse qui assurerait à chacun de ses membres les mêmes droits ainsi que l’accès à la propriété, seule garantie d’autonomie économique.

Le Neuhof, un essai d’école industrielle

Durant l’été 1767, Pestalozzi, échaudé par son emprisonnement, décida de mener une vie plus simple, comme le préconisait Rousseau. Il s’initia alors à l’agriculture, une tâche qu’il jugeait plus utile. Il se forma à l’agronomie, ainsi qu’aux théories physiocrates, chez le bernois Johann Rudolf Tschiffeli (1716-1780). Il acheta ensuite une ferme près de Birr en Argovie, qu’il appela le Neuhof. En 1769, il épousa Anna Schulthess (1738-1815), issue d’une riche famille zurichoise. De cette union naquit un fils, Hans-Jakob (1770-1801), élevé par son père selon les préceptes de Rousseau. Pestalozzi se rendit compte, bien trop tard, que ceux-ci étaient inapplicables ! Il était en effet impossible d’élever un enfant dans la plus grande liberté, tout en l’éduquant à devenir un citoyen respectueux de lois nécessairement limitatives. Ce fut un cruel échec pour Pestalozzi.

Vignette gravée sur bois extraite de Lienhard und Gertrud. Zurich : F. Schulthess, 1896, p. 480 [Cote BDL : 18830]

Pestalozzi voulait tirer le peuple des campagnes de l’ignorance et de la misère grâce à l’éducation. Celle-ci devait associer connaissances élémentaires (lecture, écriture et calcul) et travail manuel. Il fonda, en 1774, dans le domaine du Neuhof une ferme-école pour les enfants pauvres grâce aux prêts de philanthropes. Les enfants étaient initiés au filage et au tissage du coton ainsi qu’aux travaux de la ferme. La proto-industrie était alors considérée comme une activité pleine de promesses pour les paysans, soumis aux aléas du climat qui compromettaient trop souvent leurs récoltes. Il s’agissait là d’une éducation à la pauvreté destinée à donner aux enfants issus des classes défavorisées les moyens de vivre en autarcie.

En 1780, Pestalozzi, accablé de dettes, fut contraint de cesser son activité de ferme-école, faute de revenus suffisants.

L’orphelinat de Stans

En 1798, la Suisse devint une République où le pouvoir exécutif fut confié à un Directoire. Pestalozzi écrivit à la demande de celui-ci un appel aux habitants des anciens cantons afin qu’ils se rallient à la nouvelle Constitution. Il proposa également au Directoire ses services pour réformer l’éducation. 

En certaines contrées, le passage à la nouvelle Constitution se fit dans le sang. En décembre 1798, Pestalozzi fut placé à la tête d’un établissement situé à Stans, dans le comté de Nidwald, chargé d’accueillir des orphelins de guerre. Il y associait, comme au Neuhof, éducation et activités industrielle et agricole. Pestalozzi y fut confronté à de nombreuses difficultés très éloignées des rêveries rousseauistes. Il ne s’agissait pas d’éduquer un unique enfant mais de faire face à un groupe d’une cinquantaine d’enfants meurtris, rétifs à toute forme d’éducation, souvent violents et hostiles à Pestalozzi en tant que prorévolutionnaire.

En juin 1799, l’orphelinat ferma ses portes. Le bâtiment accueillant celui-ci fut réquisitionné lors de la Guerre de la deuxième coalition (1798-1802) afin d’ouvrir un hôpital militaire.

Léonard et Gertrude, première œuvre majeure de Pestalozzi

Léonard et Gertrude fut publié à Berlin, par l’imprimeur-libraire de la cour royale de Prusse, Georg Jakob Decker (1732-1799). Il est composé de quatre parties, qui furent éditées respectivement en 1781, 1783, 1785 et 1787. Seules les deux premières parties furent traduites en français.

La BDL possède une édition de Lienhard und Gertrud. Ein Buch für das Volk, datée de 1819 [Cotes BDL : 39989-1 à 4], publiée chez l’imprimeur-libraire Johann Georg Cotta (1796-1963) à Stuttgart et Tübingen. Cotta fut à l’origine d’une souscription européenne visant à récolter des fonds afin de rassembler toutes les œuvres de Pestalozzi en une seule publication éditée avec le titre d’ensemble : Pestalozzi’s Sämtliche Werke.

Dans cet ouvrage, Pestalozzi renoue avec son passé de Patriote, épris de justice sociale. Il raconte, en effet, l’histoire d’un maçon nommé Léonard et de sa femme Gertrude. Léonard, encouragé par le bailli local à s’adonner au jeu et à la boisson, accumule les dettes auprès de ce dernier. Sa femme se tourne alors vers le nouveau seigneur du village, un homme juste, afin qu’il les aide. Celui-ci mène une enquête sur les agissements du bailli et met un terme à ses malversations.

Frontispice gravé sur bois de Lienhard und Gertrud. Zurich : F. Schulthess, 1896. [Cote BDL : 18830]

Dans les deux dernières parties de l’ouvrage, Pestalozzi introduit un ancien militaire, devenu maître d’école, dénommé Gluphi, afin d’exposer sa conception de la pédagogie associant connaissances élémentaires et activités manuelles.

Pestalozzi, maître d’école puis responsable d’institution à Berthoud

Philipp Albert Stapfer (1766-1840), ministre des Arts et de l’Éducation au sein de la République helvétique, voulait mettre en place un nouveau système éducatif de type laïc. L’école primaire devait, en effet, servir à intégrer les futurs citoyens au sein de la nation. Aussi, se tourna-t-il vers Pestalozzi et sa volonté de réformer l’enseignement.

À partir de juillet 1799, Pestalozzi fut autorisé à tester sa façon d’enseigner dans une école élémentaire. Il le fit dans l’école de Berthoud (ou Burgdorf), près de Berne, qui accueillait les enfants des classes populaires. Les parents d’élèves ne furent pas satisfaits de ses méthodes pédagogiques qu’ils jugeaient trop laxistes.

Pestalozzi fut relégué dans l’école enfantine. Il y mit au point une méthode de lecture empirique basée sur la combinatoire des sons et l’épellation. La BDL en possède un exemplaire, publié par l’Imprimerie nationale bernoise, en 1801 sous le titre Anweisung zum Buchstabieren und Lesenlehren von Pestalozzi [cote BDL : 1R 31816].

En 1800, Philipp Albert Stapfer fonda la Société des amis de l’éducation afin de soutenir Pestalozzi dans son travail. Cela permit à celui-ci d’ouvrir un institut éducatif au sein du château de Berthoud. L’institut éducatif de Berthoud fut à la fois un lieu d’enseignement pour les élèves mais aussi un lieu de formation pour les maîtres.

Comment Gertrude instruit ses enfants : un essai pour introduire les mères à l’art d’enseigner elles-mêmes leurs enfants, autre œuvre majeure de Pestalozzi

[http://ife.ens-lyon.fr/kadekol/ife-quoi/episode-15]

La première édition de cet ouvrage parut en 1801. La BDL conserve un exemplaire de la seconde édition, publiée en 1820, chez Cotta [cote BDL : 39989-5]. Il se présente sous la forme d’une correspondance littéraire, composée de 14 lettres adressées à son ami l’imprimeur-libraire Heinrich Geßner (1768-1813). Pestalozzi y expose dans les trois premières lettres sa conception de l’enseignement. Il affirme également dans ses lettres le rôle essentiel de l’éducation maternelle, jugée comme un préalable nécessaire à l’éducation scolaire.

Une méthode éducative expérimentale dite « tête, cœur, main »

Autour de 1800, s’opéra un tournant pédagogique en Europe. Les méthodes pédagogiques se multiplièrent [cf. billet de blog d’octobre 2020 : « La grande vogue de l’enseignement mutuel »]. Pestalozzi mit également au point, au fur et à mesure de ses expérimentations, sa propre méthode éducative. Elle se basait sur l’expérience sensible ou Anschauung. Il désirait « psychologiser » l’éducation en respectant le développement naturel de l’enfant, en tenant compte de ses affects et de ses capacités, qu’elles soient physiques, morales ou intellectuelles et en l’aidant à les développer. Il s’agissait d’une méthode d’enseignement de type heuristique amenant l’élève à découvrir les choses par lui-même.
Les châtiments corporels ainsi que toute forme de sélection étaient proscrits.

Le rapport Ith et la reconnaissance

En 1802, le Directoire de la République helvétique fit évaluer la méthode de Pestalozzi par le premier doyen de la collégiale de Berne, Johann Samuel Ith (1747-1813). Le Rapport officiel publié par Ith sur l’institut de Berthoud fut très favorable [cote BDL : 37308]. Il contribua à la renommée européenne de l’institut.

Les livres élémentaires de Pestalozzi

Le Directoire helvétique commanda également à Pestalozzi des manuels scolaires ou livres élémentaires.
Das Buch der Mütter parut en 1803. Il fut écrit en collaboration avec Hermann Krüsi (1775-1844). Il s’agissait d’une éducation par les choses, visant à apprendre au jeune enfant à observer ce qui l’entourait et à nommer ce qu’il voyait. Sa traduction française, Le manuel des mères, fut publiée en 1821 à Paris et Genève chez Jean-Jacques Paschoud [cote BDL : 1R 31838].

ABC der Anschauung, oder, Anschauungs-Lehre der Massverhältnisse. Zwentes Heft fut édité en 1803 chez Cotta [Cote BDL : 1R 90026]. Il fut écrit avec l’aide de ses collaborateurs Hermann Krüsi et Jean-Christophe Buss (1776-1855). Il s’agit d’une initiation à la forme et au nombre se basant sur le carré.

L’institut d’éducation d’Yverdon

En 1802, Napoléon Ier intervint en Suisse afin de rétablir l’ordre suite à plusieurs coups d’état. En février 1803, il dicta à la République helvétique un Acte de médiation qui mettait en place une nouvelle Confédération, dite des XIII cantons. Dès 1804, Pestalozzi, qui n’était plus soutenu par le pouvoir en place, fut expulsé du château de Berthoud.

Il déménagea alors son institut d’abord à Münchenbuchsee puis à Yverdon en 1805, dans le canton de Vaud, où il resta jusqu’en 1821. À son apogée, en 1809, l’institut d’Yverdon recevait 165 élèves et 43 maîtres et stagiaires. Les élèves étaient reçus à titre payant ou gratuit. En ce cas, les élèves effectuaient des tâches domestiques afin de payer leurs frais d’entretien.

Pestalozzi ouvrit également un institut pour les jeunes filles en 1806 ainsi qu’un institut pour les enfants pauvres à Clendy en 1818, qui fut rattaché à celui d’Yverdon en 1819. Allan Kardec fut élève à Yverdon [cf. billet de blog d’août 2020 : « Allan Kardec, le codificateur du spiritisme »].

Réception de la méthode pestalozzienne

Les instituts de Berthoud puis d’Yverdon reçurent de nombreux visiteurs venus de toute l’Europe. La BDL conserve des traces écrites de ces visites, soigneusement collectées par Jean-Jacques Rapet.
Ainsi, Johann Rudolf Steinmüller (1773-1835), pasteur à Gais, dans le canton d’Appenzell, vint en 1803 au château de Berthoud et se montra peu convaincu par l’approche pestalozzienne.

La méthode de Pestalozzi rencontra beaucoup de succès en Prusse comme en témoigne l’ouvrage de Johann Friedrich Wilhelm Himly (1769-1831).

En France, la démarche de Pestalozzi, fait citoyen d’honneur de la République française en 1792, ne rencontra pas une réception positive. Ce fut le pasteur vaudois, Daniel-Alexandre Chavannes, qui fit connaître Pestalozzi en publiant en langue française, en 1805, un Exposé de la méthode élémentaire de H. Pestalozzi. Suivi d’une notice sur les travaux de cet homme célèbre, son Institut et ses principaux collaborateurs. La BDL possède une réimpression parisienne de cet ouvrage, publié chez J. J. Paschoud en 1819 [cote BDL : 1R 180173].

Le principe de l’intériorité et/ou la scolarisation généralisée du peuple, prônés par Pestalozzi, déplaisaient aux principaux courants pédagogiques français (Jésuites, Lassalliens,…) ainsi qu’à Napoléon Ier.

Pestalozzi parvint également à exporter sa méthode aux États-Unis. Son collaborateur Joseph Neef (1770-1854) publia à Philadelphie en 1808 un ouvrage promouvant cette méthode [cote BDL : 38326].

Le rapport Girard ou Les prémices de la chute

En 1809, la Diète fédérale ouvrit, à la demande de Pestalozzi, une enquête sur l’institut d’Yverdon. Pestalozzi voulait en effet légitimer sa méthode et la généraliser à l’ensemble des écoles suisses. Grégoire Girard (1765- 1850), père franciscain et pédagogue, fut désigné avec le mathématicien Friedrich Trechsel (1776-1849), de Berne, ainsi qu’Abel Mérian (1771-1842), magistrat de Bâle, pour réaliser cette enquête. Ils passèrent cinq jours dans l’institut d’Yverdon. Ils estimèrent que la manière d’y enseigner, trop familiale, n’était pas généralisable à l’ensemble du système éducatif suisse. Leur rapport fut publié en 1810.

Une fin de vie difficile

Pestalozzi, à la fin de son existence, fut la cible de polémiques de la part de certains de ses collaborateurs, qui ne supportaient pas l’influence de Joseph Schmid (1786-1851) sur lui. Johannes Niederer (1779-1843) quitta l’Institut en 1817 arguant qu’un différend religieux les opposait. Il jugeait en effet que l’enseignement donné à l’institut était insuffisant notamment en matière religieuse. En réalité, il ne supportait pas d’avoir été contrecarré par Schmid, qui était un didacticien ancré dans le réel, dans son projet d’instituer la méthode comme grand projet philosophique. Niederer et Krüsi ouvrirent alors un institut concurrent à Yverdon.
Cela déboucha sur plusieurs procès. Schmid qui était en situation irrégulière en Suisse fut expulsé et Pestalozzi ferma son institut en 1825. Il se réfugia au Neuhof.
Les reproches adressés à Pestalozzi portaient sur le caractère non reproductible de sa méthode, non théorisable. Elle ne possédait, par ailleurs, ni matériel, ni techniques pédagogiques spécifiques.
Pestalozzi se défendait en alléguant le fait que sa méthode laissait à chaque pédagogue le soin de se l’approprier et de l’appliquer à sa convenance.

Il mourut le 17 février 1827 à Brugg.

Billet rédigé par Nelly Kabac
(Bibliothèque Diderot de Lyon, département Patrimoine et conservation)

Sources

CHAVANNES, Daniel Alexandre. Exposé de la méthode élémentaire de H. Pestalozzi. Suivi d’une notice sur les travaux de cet homme célèbre, son institut et ses principaux collaborateurs. Nouvelle édition. Paris, Genève : J. J. Paschoud, 1809 [Cote BDL : 1R 180173]

HIMLY, Johann Friedrich Wilhelm. Versuch Einer Einleitung in die Grundsätze des Pestalozzi’schen elementar-Unterrichts. Nebst einem Anhange über die Oliviersche Lese- und Rechtschreibungs-lehrmethode. Berlin : Haude und Spener, 1803. [Cote BDL : 33158-1].

ITH, Johann Samuel. Amtlicher Bericht über die pestalozzische Anstalt und die neue Lehrart derselben, von Johann Ith, Dekan und Präsident des Erziehungs Raths in Bern. Bern, Zurich : H. Geßner, 1802. [Cote BDL : 33203]

NEEF, Joseph. Sketch of a plan and method of education, founded on a analysis of the human faculties, and natural reason, suitable for the offspring of a free people, and for all rational beings Philadelphia : imprimé pour l’auteur, 1808. [Cote BDL : 38326].

PESTALOZZI, Johann Heinrich. ABC der Anschauung, oder, Anschauungs-Lehre der Massverhältnisse. Zwentes Heft. Zurich, Tübingen : J. G. Cotta, 1803. [Cote BDL : 1R 90026].

PESTALOZZI, Johann Heinrich. Anweisung zum Buchstabieren und Lesenlehren von Pestalozzi. Bern : National Buchdruckerei, 1801. [cote BDL : 1R 31816].

PESTALOZZI, Johann Heinrich. Le manuel des mères. Genève, Paris : J. J. Paschoud, 1821. [Cote BDL : 1R 31838].

PESTALOZZI, Johann Heinrich. Lienhard und Gertrud. Ein Buch für das Volk. Erster[-Vierter Theil]. Stuttgart, Tübingen : J. G. Cotta, 1819. [Cotes BDL : 39989-1 à 4].

PESTALOZZI, Johann Heinrich. Wie Gertrud ihre Kinder lehrt. Ein Versuch, den Müttern Anleitung zu geben, ihre Kinder selbst zu unterrichten. Stuttgart, Tübingen : J. G. Cotta, 1820. [Cote BDL : 39989-5]

STEINMÜLLER, Johann Rudolf. Bemerkungen gegen Pestalozzis’s Unterrichts-Methode : nebst einigen Beylagen, das Landschulwesen betreffend. Zurich : Orell Füßli und Kompagnie, 1803. [Cote BDL : 31986]

Bibliographie

ALLISSON, Jean-Jacques et BLIND, René. Pestalozzi : les grands pédagogues. Le-Mont-sur-Lausanne : Édition Loisirs et pédagogie, 2015. [Cote BDL : 371.39 PEST ALL]

BERGER, Bonaventure. Rapet. In BUISSON, Ferdinand. Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire. [en ligne]. Paris : Librairie Hachette et Cie, 1911 [consulté le 21 septembre 2020]. Disponible sur le Web : <http://www.inrp.fr/edition-electronique/lodel/dictionnaire-ferdinand-buisson/document.php?id=3491>

GUILLAUME, James. Pestalozzi. In BUISSON, Ferdinand. Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire. [en ligne]. Paris : Librairie Hachette et Cie, 1911 [consulté le 21 septembre 2020]. Disponible sur le Web : <http://www.inrp.fr/edition-electronique/lodel/dictionnaire-ferdinand-buisson/document.php?id=3376>

PESTALOZZI, Johann Heinrich, TRÖHLER, Daniel (Préf.), SOËTARD, Michel (Comment.). Écrits sur la méthode. Vol. 1. Tête, coeur, main. Le Mont-sur-Lausanne : LEP, Éd. Loisirs et pédagogie, cop. 2008. [Cote BDL : 371.39 PEST]

PESTALOZZI, Johann Heinrich, TRÖHLER, Daniel (Préf.), SOËTARD, Michel (Comment.). Écrits sur la méthode. Vol. 2. Industrie, pauvreté et éducation. Le Mont-sur-Lausanne : LEP, Éd. Loisirs et pédagogie, cop. 2009. [Cote BDL : 371.39 PEST]

PESTALOZZI, Johann Heinrich, TRÖHLER, Daniel (Préf.), SOËTARD, Michel (Comment.). Écrits sur la méthode. Vol. 3. Esprit de la Méthode. Le Mont-sur-Lausanne : LEP, Éd. Loisirs et pédagogie, 2009. [Cote BDL : 371.39 PEST]

PESTALOZZI, Johann Heinrich, TRÖHLER, Daniel (Introduction), CHALMEL, Loïc TOSATO-RIGO, Danièle, BUGNARD, Pierre-Philippe (Présentations), SOËTARD, Michel (Conclusion). Écrits sur la méthode. Vol. 4. La méthode à l’épreuve de l’expertise officielle. Le Mont-sur-Lausanne : LEP, Éd. Loisirs et pédagogie, 2011. [Cote BDL : 371.39 PEST]

PESTALOZZI, Johann Heinrich, SOËTARD, Michel (Introduction), CHALMEL, Loïc TOSATO-RIGO, Danièle. Écrits sur la méthode : Un essai pour introduire les mères à l’art d’enseigner elles-mêmes leurs enfants. Vol. 5. Comment Gertrude instruit ses enfants. Le Mont-sur-Lausanne : LEP, Éd. Loisirs et pédagogie, 2013. [Cote BDL : 371.39 PEST]

PESTALOZZI, Johann Heinrich. Écrits sur l’expérience du Neuhof. Bern, Berlin, Bruxelles [etc.] : Peter Lang, 2001. [Cote BDL : 632 925]

SOËTARD, Michel. Pestalozzi : un pédagogue suisse. Biographie intérieure. Genève : Éditions Slatkine, 2016. [Cote BDL : 371.39 PEST SOE]

TRÖHLER, Daniel. Pestalozzi : au cœur du « tournant pédagogique ». Lausanne : Éditions Antipodes, 2016. [Cote BDL : 371.39 PEST TRO]

TRÖHLER, Daniel. Pestalozzi et le monde francophone, une relation difficile. Revue germanique internationale [En ligne], 2016, n°23. [consulté le 9 novembre 2020]. Disponible sur le Web : <http://journals.openedition.org/rgi/1577


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search