Charles Depéret, virtuose lyonnais de la paléontologie et de la stratigraphie

  • portrait en togeFLO
  • thèse V2
  • ill3cartegéoLyon (option 1) FLO
  • ill 4b-1, monographie Miocene La Grive, plancheFLO
  • ill 5, V2transfo monde animal (option 2)
  • ill 5, v2transfo monde animal en russe (option 1)
  • ill 6, UCBL-FSL 41336, Dolichopithecus arvernensis (option 1) v2

Portrait. Archives de la Bibliothèque-Cartothèque de l’Observatoire de Lyon

Académicien, chevalier de la Légion d’Honneur, vice-président de la Société géologique de France, doyen de la Faculté des Sciences de Lyon, titulaire de la chaire de Géologie de la Faculté des Sciences de Lyon de 1889 à 1929. Charles Depéret est considéré comme le géologue lyonnais le plus illustre.

Charles, Jean, Julien Depéret naît à Perpignan le 25 juin 1854. Il soutient une thèse en médecine en 1879 à Paris et débute une carrière de médecin militaire. Mais ses promenades géologiques et son appétence pour l’étude des fossiles préludent une carrière scientifique. Affecté à Sathonay, dans les environs de Lyon, il côtoie Claude Jourdan, directeur du Muséum d’histoire naturelle de Lyon, et Francisque Fontannes, professeur à la Faculté des Sciences, qui le convainquent de sa vocation de géologue. Il demande sa mise en congé en 1885, avant de quitter définitivement l’armée en 1888.

Fonds de la bibliothèque-cartothèque de l’Observatoire de Lyon

 

Depéret s’oriente vers la paléontologie et soutient sa thèse de doctorat ès-Sciences sur la Description géologique du bassin tertiaire du Roussillon en 1885, toujours à Paris. Il est nommé chargé de cours (1886) puis professeur-adjoint (1887) à la Faculté des Sciences de Marseille. Il rejoint la Faculté des Sciences de Lyon comme chargé de cours (1888) puis professeur de géologie (1889). En cette année 1889, malgré son jeune âge (35 ans), les maîtres de la discipline lui prédisent déjà un grand avenir. L’un d’entre eux dira : « Depéret est, à mes yeux, le seul de nos jeunes géologues qui sache distinguer une hypothèse séduisante d’un résultat vraiment acquis ; vous verrez le beau chemin qu’il fera »1.

 

Depéret est avant tout un géologue de terrain, qui collabore activement au levé et à la réalisation de nombreuses cartes géologiques de la France au 1:80 000, dans la vallée du Rhône (Lyon, Saint-Étienne, Valence, …) et le Languedoc-Roussillon (Narbonne, Perpignan, …).

Carte géologique de la France au 1/80000, feuille de Lyon (n°168), 1922. Collection de la bibliothèque-cartothèque de l’Observatoire de Lyon

Les travaux de C. Depéret portent notamment sur la stratigraphie des terrains tertiaires et quaternaires des régions méditerranéennes. Parmi de nombreux résultats, il a mis en évidence l’existence de trois phases successives d’extension des glaciers quaternaires dans la région lyonnaise. Plus remarquable encore, il propose une synthèse pour l’ensemble des terrains des régions alpines de l’époque Miocène (-23 à -5 millions d’années). Cette étude, à portée résolument internationale, l’a conduit à définir deux étages géologiques nouveaux (Burdigalien et Vindobonien), adoptés depuis par tous les géologues.

Pl.1. Depéret, Charles. La faune de mammifères miocènes de La Grive-Saint-Alban (Isère), 1892. Fonds de la bibliothèque-cartothèque de l’Observatoire de Lyon

 

Une illustration de sa célébrité est l’autorité scientifique qu’il acquiert au Congrès géologique international de Vienne (Autriche) de 1903. Il en est sans conteste le chef de la délégation française. Cette même année, il avait achevé une longue campagne de terrain autour de la chaîne des Alpes, de la France à la Hongrie. Il venait de publier son travail de synthèse, riche d’une multitude d’informations paléontologiques et d’observations stratigraphiques louées par l’ensemble des participants du congrès. Toutefois, C. Depéret est surtout connu pour ses études sur la paléontologie des mammifères, pour lesquelles il a publié de nombreuses monographies richement illustrées.

 

 

Au-delà, dans son ouvrage Les transformations du monde animal (1907), il fixe plusieurs « lois » paléontologiques importantes, dont celle de l’augmentation progressive de la taille et celle dite « de spécialisation » dans les lignées d’espèces fossiles. Ces intuitions sont aujourd’hui confirmées par de nombreuses études quantitatives appuyées sur de grandes bases de données. L’ensemble des travaux de C. Depéret lui valent d’être nommé membre non résidant de l’Académie des Sciences en 1913. Après l’avoir été à l’Académie des Sciences de New-York et de l’Académie royale de Barcelone, de la Société géologique de Londres, de l’Académie des Sciences de Russie etc.

Traduction en russe publiée à Belgrade en 1922. Fonds de la bibliothèque-cartothèque de l’Observatoire de Lyon

Fonds de la bibliothèque-cartothèque de l’Observatoire de Lyon

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vers la fin de sa carrière, il s’est intéressé à la paléontologie humaine et à la préhistoire. Il a daté de nombreux sites préhistoriques et contribué à des découvertes majeures, notamment sur le célèbre gisement de Solutré.

Charles Depéret décède à Lyon le 17 mai 1929. Il a légué une riche production scientifique avec plus de 250 publications et 17 monographies, publiés entre 1876 et 1929, dont la Bibliothèque-Cartothèque de l’Observatoire de Lyon possède les œuvres complètes. Les milliers de fossiles qu’il a étudié et illustré sont eux-mêmes conservés dans les collections de géologie de l’Université Lyon 1, dont il a assuré la responsabilité scientifique et muséographique pendant plus de 20 ans, il est l’un des grands artisans de leur développement. Plusieurs centaines de ces spécimens sont des référents paléontologiques, qui décrivent et définissent des espèces fossiles. Ils sont d’une importance essentielle pour la nomenclature et sont régulièrement étudiés par les chercheurs internationaux.

Dolichopithecus arvernensis (FSL 41336). collections de géologie de l’Université Lyon 1

Un monument a été érigé en 1913 en l’honneur de C. Depéret dans le grand escalier de la Faculté des Sciences de Lyon, située alors Quai Claude Bernard. Sur le campus actuel de la Doua à Villeurbanne, un grand amphithéâtre porte son nom, tout comme une rue à Tassin-la-Demi-Lune et un square à Lyon. Un Prix Depéret est décerné chaque année à de jeunes doctorants par l’Association Paléontologique Française.

Article rédigé par Emmanuel Robert, responsable des collections de géologie de l’Université Lyon 1, directeur-adjoint du Centre de Ressources pour les Sciences de l’Évolution (CERESE)

Sources:

Carte géologique de la France au 1/80 000, feuille de Lyon (n°168), 2ème édition, 1922.

Depéret, Charles. 1885. Description géologique du Bassin tertiaire du Roussillon. Thèse de la Faculté des Sciences de Paris : Masson, 1885, 274 p.

Depéret Charles. « Recherches sur la succession des faunes de Vertébrés miocènes de la vallée du Rhône ». In: Archives du Muséum d’histoire naturelle de Lyon, tome 4, 1887. pp. 45-313. Disponible en ligne [Consulté le 10 novembre 2020]

Depéret, Charles. « La faune de mammifères miocènes de La Grive-Saint-Alban (Isère) et de quelques autres localités du bassin du Rhône ». In Archives du Muséum d’Histoire naturelle de Lyon. 1892. tome V, 93 p. Disponible en ligne [Consulté le 10 novembre 2020]

Depéret, Charles. Les Transformations du Monde animal. Paris : Flammarion, 1907, 360 p.

Termier, Pierre. « Funérailles de Charles Depéret, membre non résidant de l’Académie des Sciences ». In Académie des Sciences, notices et discours, mardi 21 mai 1929. Disponible en ligne [Consulté le 10 novembre 2020]

 

 

  1. Termier, Pierre. « Funérailles de Charles Depéret, membre non résidant de l’Académie des Sciences ». In Académie des Sciences, notices et discours, mardi 21 mai 1929 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search