La grande vogue de l’enseignement mutuel

L’enseignement mutuel qui se développe en Europe au début du XIXe siècle ne pouvait pas être ignoré par la riche bibliothèque du Musée pédagogique. On trouve dans les collections de la BDL l’ouvrage de Joseph Lancaster présentant sa méthode d’enseignement, des traductions de ce livre en français ainsi qu’une traduction de l’ouvrage de Joseph Hamel, retraçant pour la première fois en 1818 l’histoire de cette nouvelle méthode pédagogique.

La première édition de Joseph Lancaster date de 1803 ; il y eut six éditions en 4 ans, dont celle de 1805.

Joseph Lancaster, une vie dédiée à l’éducation des enfants pauvres

Joseph Lancaster (1778-1838) est un maître d’école de religion quaker qui ouvre une école dans un quartier pauvre de Londres, Southwark, en 1798. Dans cette école, il enseigne en même temps la lecture, l’écriture, l’arithmétique et la connaissance des écritures saintes.

S’il est un praticien, Lancaster souhaite aussi répandre sa méthode et la faire connaître à tous. Après cinq ans d’enseignement, il publie un ouvrage qui expose celle-ci en détail ; le livre se veut concret : il ne s’agit pas d’un traité, encore moins d’une philosophie de l’éducation mais d’une sorte de manuel pour mettre en œuvre ce qui sera très rapidement connu sous le terme de « système lancastérien ». Le titre contient le mot Improvments et c’est bien de cela qu’il s’agit, d’améliorations incessantes du système d’enseignement de masse. Lancaster recommande d’ailleurs une lecture très attentive de son ouvrage car ce sont les détails qui sont importants.

Le livre commence par une courte histoire de l’école ouverte par Lancaster, notamment sur son mode de financement puisque les parents pauvres ne peuvent subvenir aux besoins scolaires de leurs enfants. Le livre est d’ailleurs dédié à deux grands bienfaiteurs de l’école, le duc de Bedford et Lord Sommerville.

De nombreuses pages présentent ensuite les comptes de l’école ; puis vient l’exposé de la méthode proprement dite.

Une organisation matérielle originale

Lancaster commence par l’organisation des bâtiments : il évoque d’abord les salles de classe, qui doivent être immenses et point encombrées pour que les élèves puissent y circuler aisément. Le mot classe n’a d’ailleurs pas le sens matériel que nous lui connaissons (salle de classe) : une classe est un groupe d’élèves de même niveau. Huit classes sont regroupées dans une même grande salle, ce qui peut représenter un très grand nombre d’enfants, jusqu’à plusieurs centaines. Les plus petits (1ère classe) sont devant, plus près de l’estrade du maître, car ils sont souvent les plus turbulents.

Sur les murs de côté se trouvent des stations où les enfants vont lire à tour de rôle sur des tableaux muraux, par petits groupes de huit.

En tête de salle, la plateforme sur laquelle s’installe le maître ; les numéros derrière les accolades représentent les classes, des plus petits aux plus avancés ; le point isolé en tête de chaque pupitre représente l’élève-moniteur ; les demi-cercles sont les endroits où les élèves se rendent pour lire.
Voici ce à quoi pouvait ressembler une école lancastérienne au début du XIXe siècle : on comprend tout l’intérêt d’une bonne organisation matérielle et disciplinaire !

Sont évoqués ensuite toutes sortes de détails pratiques, en apparence anodins, mais importants dans la mesure où les élèves circulent beaucoup et que ces déplacements ne doivent pas engendrer de désordre : les élèves doivent porter par exemple leurs chapeaux attachés par un ruban autour du cou. Pour ne pas perdre de temps à faire l’appel, les élèves vont se ranger sous un numéro qui leur est attribué : les élèves absents se voient donc tout de suite, sans que l’appel n’engendre de bruit et sans perte de temps. Des coups de sifflet signalent les déplacements à effectuer.

Les élèves lisent une leçon sur un tableau mural sous la conduite de leur moniteur. On trouve également le schéma d’organisation de l’appel.

Les enfants accueillis étant pauvres, il convient d’économiser sur les fournitures scolaires. Ainsi, des tableaux muraux permettent d’éviter les livres personnels de même que les ardoises et les craies permettent de ne pas avoir besoin de plumes et de papier, plus onéreux. Les plus jeunes tracent leurs premières lettres dans du sable sec, indéfiniment réutilisable.

Sable et pupitre

Des classes de niveau

Les classes doivent être organisées en fonction du niveau, quel que soit le nombre d’élèves qu’elles contiennent (20 ou 100 élèves) et quel que soit l’âge des enfants ; un élève moniteur s’occupe de vingt enfants, pas plus. La lecture, l’écriture et les bases du calcul s’apprennent en même temps, ce qui n’était pas le cas dans les écoles classiques.

Lorsqu’un élève a réussi à apprendre ce qui est enseigné à son niveau, il passe dans le degré supérieur où il apprendra la suite. L’enfant peut donc être dans des classes différentes selon la discipline.

Le monitorat est l’originalité de la méthode, que l’on appelait monitorial system initialement. Le moniteur (ou admoniteur) est un élève un peu plus grand et plus avancé dans la discipline. Il ne doit point enseigner mais s’assurer que les élèves s’enseignent entre eux. Il y a certes un motif économique à ce choix (il n’y a pas à payer de sous-maîtres) mais également un choix pédagogique : apprendre aux autres amène à se perfectionner soi-même ; lorsque l’on peut également nommer moniteur un élève agité, cela canalise son énergie vers le bien.

Au frontispice de l’édition de Bruxelles, un moniteur vérifie les ardoises de ses neuf élèves.

Récompenses et punitions

La méthode de Lancaster repose aussi sur l’émulation, ainsi que sur tout un système de récompenses et de punitions.

Ainsi, un élève qui passe dans le niveau supérieur reçoit un prix. Certains prix sont d’ailleurs des prix en argent.

Deux exemples de récompenses

Si Lancaster est fermement opposé aux punitions corporelles, prônées par ceux qu’il appelle les « chevaliers de la verge », il n’en reste pas moins que les punitions recommandées nous semblent bien inhumaines : pilori, entraves, joug collectif, suspension au plafond de la classe dans un panier… la moquerie des autres élèves est toujours fortement encouragée. Les traducteurs des Pays-Bas ont trouvées ces punitions si fortes qu’ils n’ont pas souhaité toutes les traduire !

Ces moyens répressifs assez extrêmes seront pour la plupart abandonnés lorsque les écoles mutuelles se multiplient et échappent à l’influence directe de Lancaster.

Un succès immense mais limité dans le temps

Lancaster n’est pas le premier à avoir prôné un système d’enseignement par les pairs : d’autres tentatives l’ont précédé mais elles n’avaient pas vraiment survécu à leur fondateur. À peu près au même moment, un anglican, Andrew Bell, prône une méthode très proche, fondée également sur le monitorat et destinée aux enfants pauvres. Lorsque Joseph Hamel écrit, pour le compte du tsar, son rapport sur l’enseignement mutuel, il intitule son ouvrage L’enseignement mutuel ou histoire de l’introduction et de la propagation de cette méthode par les soins du Docteur Bell, de J. Lancaster et d’autres.

Quelle qu’en soit exactement la paternité, la méthode intéresse tous les pays d’Europe de l’Ouest et essaime jusqu’aux États-Unis et en Amérique du Sud. Des sociétés sont créées pour contribuer à son développement : en France, c’est la Société pour l’Instruction élémentaire, fondée en 1815, qui soutient le mouvement.

Si le succès est rapide, il n’est cependant pas universel car toutes les écoles sont loin de suivre cette méthode. Jugé trop démocratique, associé aux élites progressistes ou protestantes, trop antireligieux, amoral, l’enseignement mutuel connaît aussi de farouches opposants. En matière de discipline ou de progression des élèves, cet enseignement n’apporte pas toutes les réponses escomptées. Dans la première moitié du XIXe siècle, l’enseignement public s’organise dans la plupart des pays, se dotant de bâtiments, de méthodes, de maîtres et c’est finalement l’enseignement simultané qui prendra toute son envergure dans le système public d’enseignement développé par les différentes nations européennes.

Billet rédigé par Claire Giordanengo
(Bibliothèque Diderot de Lyon, département Patrimoine et conservation)

Sources

Lancaster, Joseph.  Improvements in education as it respects the industrious classes of the community, containing among other important particulars, an account of the institution for the education of one thousand poor children, Borough Road, Southwark ; and of the new system of education on which it is conducted . London, 1805 [cote BDL : 8679]

Lancaster, Joseph. Système anglais d’instruction ou recueil complet des améliorations et inventions mises en pratique aux écoles royales, en Angleterre. Paris : imprimerie de Mme Huzard, 1815 [cote BDL : 18577]

Lancaster, Joseph. Méthode lancastérienne ou systême d’éducation britannique : épitome complet des inventions et améliorations faites dans l’éducation de la jeunesse et mises en pratique dans toutes les écoles publiques de la Grande-Bretagne. Bruxelles, 1816 [cote BDL : rés. 2, 88764]

Hamel, Joseph. L’enseignement mutuel ou l’histoire de l’introduction et de la propagation de cette méthode par les soins du docteur Bell, de J. Lancaster et d’autres ; description détaillée de son application dans les écoles élémentaires d’Angleterre et de France ainsi que dans quelques autres institutions. Paris : L. Colas, 1818 [cotes BDL : 1R 180362 et 1R 180363]

Bibliographie

Université Laval, University of Toronto. Lancaster, Joseph. Dictionnaire biographique du Canada. Disponible sur le web : <http://www.biographi.ca/fr/bio/lancaster_joseph_7F.html>

LESAGE  Pierre. La pédagogie dans les écoles mutuelles au XIXe siècle. Revue française de pédagogie. 1975. Volume 31, p. 62-70. Disponible sur le web : <https://doi.org/10.3406/rfp.1975.1592>

TINEMBART  Sylviane. L’enseignement mutuel, une « innovation » pédagogique au début du XIXe siècle. Encyclopédie pour une histoire nouvelle de l’Europe [en ligne]. 2016 [consulté le 29/09/2020]. Disponible sur le web : <https://ehne.fr/node/2420>

PERRIN Cédric. L’enseignement mutuel au XIXe siècle. Aggiornamento hist-geo. Disponible sur le web : <https://aggiornamento.hypotheses.org/4381>

TINEMBART Sylviane, PAHUD Edward. Une « innovation » pédagogique : le cas de l’enseignement mutuel au XIXe siècle. Neuchâtel, 2019 [cote BDL : 371.04 TIN]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search