Le Traité de paléontologie de François-Jules Pictet

A l’occasion de la Fête de la science 2020 la BU Lyon 1 a mis en ligne l’exposition, « Espèces de climat ! ». Les chercheurs de plusieurs laboratoires de l’Université présentent les conséquences des changements climatiques sur la biodiversité animale. En lien avec la partie consacrée aux incidences de la modification des températures sur la faune préhistorique, nous vous proposons de découvrir le Traité de paléontologie ou Histoire naturelle des animaux fossiles considérés dans leurs rapports zoologiques et géologiques de François-Jules Pictet paru en 4 volumes et complété d’un atlas de 110 planches in quarto. Il s’agit de la deuxième édition, publiée par l’éditeur Jean-Baptiste Baillière entre 1853 et 1857. L’Université possède aussi, dans les collections de la bibliothèque de l’Observatoire la première édition du Traité parue en 1844.

Ed. 1844, Bibliothèque de l’Observatoire

Ed. 1853, BU Sciences

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’auteur François-Jules Pictet (1809-1872) appartient à une ancienne famille de la bourgeoisie genevoise. Après avoir obtenu son baccalauréat de sciences en 1829, il part étudier à Paris où il a comme maîtres, Georges Cuvier (1769-1832) et Henri-Marie Ducrotay de Blainville (1777-1850). De retour à Genève, il obtient un prix de l’Académie de Genève pour ses études sur les phryganes. En 1835, après le départ d’Augustin Pyrame de Candolle (1778-1841), il reprend la chaire de zoologie de l’Académie. Les besoins de son enseignement, centré sur la géologie et la paléontologie, conduisent cet éminent entomologiste à délaisser l’étude des insectes pour rédiger le premier traité complet de paléontologie, relatif aux animaux fossiles. La première édition paraît de 1844 à 1846. Dans sa préface François-Jules Pictet souligne l’objectif pédagogique de son ouvrage : « J’ai souvent vu les étudiants désireux de pouvoir s’aider de quelques livres à leur portée, pour mettre dans cette étude la rigueur et la précision que l’enseignement public ne permet pas toujours. […] parmi les livres nombreux que possède la paléontologie, les uns sont trop élémentaires ou trop incomplets, d’autres trop spéciaux ou volumineux pour le temps que les élèves peuvent y consacrer, et quelques-uns enfin, trop chers pour la plupart d’entre eux. »1. Dans cette édition, F.J. Pictet demeure sur l’hypothèse de la création d’une succession d’espèces, tout en admettant que pour certaines cela peut provenir de la modification de formes antérieures. Cependant sa position évolue et dans l’édition suivante publiée de 1853 à 1857, il se rapproche des théories de Darwin en reconnaissant la possible transformation de certaines espèces ainsi que l’indépendance d’autres qui ne peuvent provenir de types communs.

Ed. 1844

Ed. 1855

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans l’introduction à la seconde édition, Pictet explique qu’il a conservé les trois parties : « la première comprenant les considérations générales sur la paléontologie ; la seconde, l’énumération zoologique ; la troisième, les applications de la paléontologie à l’histoire du globe. » mais il précise qu’il les a beaucoup développées afin « […]de rendre service aux paléontologistes » et à ses étudiants. Il indique avoir ajouté dans la seconde partie les références des ouvrages où « […] l’on trouve la description des espèces en citant nominativement les plus caractéristiques et les plus certaines. »2. Cette édition comporte aussi une table alphabétique que Pictet qualifie de « Dictionnaire paléontologique » et une bibliographie exhaustive des livres cités. Jugeant les planches insérées dans la première édition « insuffisantes » et certaines figures trop petites, l’auteur se réjouit que l’éditeur ait accepté la publication d’un atlas in quarto comportant 110 planches « […] qui sera d’un puissant secours pour aider dans la détermination générique des débris fossiles. Les caractères essentiels de presque tous les genres y seront représentés en détail soit au moyen de figures originales, soit par des copies […] des espèces qui ne sont connues que par des pièces uniques ou rares. »3. Il s’agit selon Pictet de « l’Atlas paléontologique élémentaire le plus complet qui ait encore été publié » !

Pl.4 éd.1844

Pl.II Ursides. Atlas éd.1853

Pl. VI Phoques et rongeurs. Atlas éd.1853

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A la suite de cet ouvrage François-Jules Pictet réalisera d’importants travaux sur les faunes fossiles des montagnes voisines de Genève ainsi que sur les fossiles du Jura et des Alpes. Son épouse, Eléonore de la Rive sera sa plus précieuse collaboratrice et sa traductrice.

Article rédigé par Livia Rapatel, BU Lyon1

Sources :

Pictet, François-Jules. Traité élémentaire de paléontologie : ou, Histoire naturelle des animaux fossiles considérés dans leurs rapports zoologiques et géologiques. Genève : Impr. de J.-G. Fick, 1844-1846. 4 vol. Bibliothèque de l’Observatoire

Pictet, François-Jules. Traité de paléontologie ou Histoire naturelle des animaux fossiles considérés dans leurs rapports zoologiques et géologiques. Paris : J.-B. Baillière, 1853-1857. 4 vol. plus un atlas. BU Sciences.

Bibliographie :

Lanterno, Edouard. « Les sciences géologiques, paléontologiques et minéralogiques à Genève, du XVIIIe au XXe siècle ». Travaux du Comité français d’Histoire de la Géologie. 2000, 3ème série (tome 14), pp.119-134. Disponible en ligne [consulté le 12 octobre 2020]

Wüest, Jean. « L’entomologie genevoise, du XVIIIe siècle à nos jours ». In: Bulletin de la Société entomologique de France, volume 88 (1-2), Janvier-février 1983. Livre du Cent Cinquantenaire. Premier congrès international des entomologistes d’expression française. Paris, 6-9 juillet 1982. Comptes rendus des travaux. I. pp. 143-154. Disponible en ligne [consulté le 12 octobre 2020]

  1. Traité élémentaire de paléontologie ou histoire naturelle des animaux fossiles. 1844, T.1 p.VI []
  2. ibid. []
  3. ibid. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search