Emile Reiber, le dessin pour passion

La BDL conserve quatre boîtes comprenant des dessins et gravures d’Emile Reiber ; c’est la présence de ces boîtes, un peu inhabituelles parmi les collections (la BDL possède essentiellement des ouvrages et peu d’objets autres), qui a attiré notre attention. De cet artiste, nous conservons également quelques huit manuels scolaires consacrés à l’apprentissage du dessin. Qui était donc Emile Reiber ?

Le fondateur de la revue L’Art pour tous

Emile-Auguste Reiber (1826-1893) a fait des études d’architecture aux Beaux-Arts à Paris : c’est d’ailleurs ce titre d’architecte qu’il aimera à faire figurer tout au long de sa vie dans sa signature.

En 1861, il fonde la revue L’Art pour tous : encyclopédie de l’art industriel et décoratif, une revue spécialisée dans les applications de l’art à l’industrie, qui vise à faire découvrir aux artistes et aux amateurs éclairés des modèles que Reiber a repérés dans des expositions ou des galeries. Cette revue paraît pendant 46 ans et connaît un très grand succès. Il en est le directeur jusqu’en 1864 puis de nouveau de 1886 à 1890. Si la BDL ne possède pas cette revue, elle conserve en revanche des maquettes qui ont servi à sa mise en page.

Etudes pour la maquette de la revue L’Art pour tous [cotes 1389-A5 et A3]

Un architecte, chef décorateur de la maison Christofle

Emile Reiber devient en 1865 chef de l’atelier de composition et de dessin de la maison Christofle pour laquelle il composa nombre de dessins et plans dont beaucoup furent exécutés (certaines de ses œuvres sont d’ailleurs conservées au Musée d’Orsay). À partir des années 1870, il se passionne pour l’art japonais, notamment après l’exposition à Paris de la collection de bronzes japonais de M. Cernuschi (1873).

Dessins sur papier collés sur carton [boîte cotée 1389]

Les créations japonisantes de Reiber pour la maison Christofle rencontrent un succès immense comme en témoignent les expositions de Vienne (1873) et de Paris (1878) ; des Japonais sont même envoyés en Europe pour voir comment celles-ci étaient réalisées ! Malgré cela, les relations de Reiber avec la maison Christofle se compliquent : il doit quitter l’entreprise en 1878, car sa curiosité insatiable l’empêche de fournir un travail régulier et exclusif au sein de l’atelier. C’est que Reiber mène de front de nombreux projets artistiques et personnels qui entrent en concurrence avec le travail pour un employeur !

Les Albums Reiber

Le premier Album Reiber paraît en 1878 à l’occasion de l’exposition universelle ; c’est une œuvre ambitieuse, rien moins qu’une bibliothèque portative des arts du dessin, qui devait être suivie de deux autres volumes (qui ne sont jamais parus). Le but poursuivi est voisin de celui de la revue L’Art pour tous : présenter des modèles et des images issus des expositions et de la collection personnelle de Reiber ; c’est à la fois un carnet de voyage (il y présente des œuvres de provenances variées qu’il dessinait au cours de ses pérégrinations) et un manuel d’enseignement. L’ouvrage est dédié aux ateliers, aux écoles et au peuple de France.

Publicité pour les albums et deux autres publications de Reiber [cote 10467bis]

L’alphabet des formes : enseigner le dessin au peuple

Tout au long du XIXe siècle l’enseignement du dessin s’organise : programmes, méthodes, enseignants, matériel sont passés au crible. Le dessin intègre les cursus scolaires et devient obligatoire dans le primaire et le secondaire entre 1878 et 1882 (non sans difficultés et exceptions pour le secondaire). Il s’agit en effet pour la France d’encourager la pratique du dessin, indispensable à la bonne marche économique du pays. Le programme repose essentiellement sur le dessin d’imitation, d’abord les objets en deux dimensions, puis en trois (apprentissage de la perspective et de la représentation dans l’espace) ; l’élève passe ensuite à la représentation de la figure humaine ou des paysages.

Durant les années 1870, Reiber met au point sa méthode de l’alphabet des formes, inspirée du modèle japonais : l’enseignement du dessin doit être semblable à celui de l’écriture.

« Le dessin enseigné comme l’écriture. Comment enseigne-t-on l’écriture ? À l’aide d’un alphabet des signes. Pareillement le dessin populaire devra-t-il être enseigné à l’aide d’un alphabet des formes » lit-on en bas de ce feuillet.

 Il faut se concentrer sur les formes et non sur l’esthétique ou l’ornement. Le dessin peut s’apprendre en combinant par des procédés ces éléments de base que sont le trait d’équerre, le trait biais et le trait courbe. Il ne s’agit pas de faire de tous les enfants des artistes mais des adultes capables de restituer graphiquement, de représenter des éléments qu’ils auront vus ou qu’ils auraient besoin d’expliquer. C’est lors de l’exposition universelle de 1878 que Reiber présente son alphabet de la graphique primaire, gigantesque fresque qui explique les principes de sa méthode.

l’alphabet de la graphique primaire [cotes 10467 et 10467bis]

A la suite de cette exposition universelle, Reiber prononce de nombreuses conférences pour faire connaître et vulgariser sa méthode.

Il participe également à des concours, notamment le concours pédagogique du Trocadéro de 1882 : il y présente des études sur la décoration des écoles et obtient un premier prix et un classement hors pair.

Des manuels pour les écoles

La BDL conserve huit ABC des formes : le dessin enseigné comme l’écriture publiés en 1882, quatre manuels d’exercice et quatre livres du maître (tomes 5 à 8 pour chacun, ce qui correspond à la deuxième année d’enseignement élémentaire). Ce sont de petits fascicules brochés de 16 pages. Les cahiers pour les élèves ne comprennent que des exercices répartis thématiquement de façon graduelle.

Les livres du maître correspondants ne comportent que du texte : une partie générale pour expliquer et réexpliquer la méthode, ses buts, les points auxquels les maîtres doivent veiller ; une partie composée de petits commentaires se rapportant à chacun des exercices du livre de l’élève.

Comme souvent, il est difficile de savoir quand ce fonds est entré dans les collections de la bibliothèque et par quel biais (don, achat, legs ?). La thématique est en revanche en accord parfait avec les documents collectés par le Musée pédagogique puisque Reiber est représenté ici surtout pour ses contributions à l’enseignement du dessin. Une autre boîte contient d’ailleurs quelques propositions d’autres réformateurs envoyés à Ferdinand Buisson (M. Corbon, Cassagne, Delhommeau, etc.). Une dernière boîte contient en vrac des dessins sur cartons de différentes tailles, indéniablement liés à Emile Reiber et à ses principes d’enseignement ; ces dessins nécessiteraient un inventaire.

Billet rédigé par Claire Giordanengo
(Bibliothèque Diderot de Lyon, département Patrimoine et conservation)

Sources

Carton à dessin et boîtes cotées 1389, 2454.

REIBER, Emile. L’enseignement primaire du dessin à l’exposition universelle de 1878. L’alphabet de la graphique primaire, base préliminaire de l’enseignement des arts du dessin.  Paris : chez l’auteur, 1878 [cote BDL : 10467]

REIBER, Emile. Le dessin enseigné comme l’écriture, conférence tenue au siège de la société le 11 janvier 1879. Paris : chez l’auteur,  1879 [cote BDL : 10468]

REIBER, Emile. Le dessin enseigné comme l’écriture. Première série. Cours élémentaire. Tomes 5 à 8. Paris, 1882 [cotes BDL : MS 88407 à MS 88410]

REIBER, Emile. Le dessin enseigné comme l’écriture. Première série. Cahiers du maître ou explication des exercices à main levée. Tomes 5, 6, 7 et 9. Paris, 1882 [cotes BDL : MS 81829 à MS 81832]

Bibliographie

D’ENFERT, Renaud et LAGOUTTE, Daniel. Un art pour tous, le dessin à l’école de 1800 à nos jours. Rouen, 2004. [cote BDL : 239111]

MASUDA, Yoko. Emile Reiber chef dessinateur chez Christofle et l’art extrême-oriental.  Mémoire de master 2005-2006. [cote BDL : 240238-1 et 240238-2]

PASDELOU,  Sabine. Du japonisme à l’asiatisme : une céramique de demi-luxe pour tous (France, 1861-1939). Art et histoire de l’art. Université Paris Nanterre, 2016. Disponible sur le web : <https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01674417/document>

THIBAULT, Estelle. La graphique, une science des figures pour l’école et l’atelier. In De l’Orient à la mathématique de l’ornement. Jules Bourgoin (1838-1908). Paris : A. et J. Picard, 2015 [En ligne], [consulté le 17/08/2020]. Disponible sur le web : <http://journals.openedition.org/inha/7034>

THIBAULT, Estelle. La Grammaire élémentaire de l’ornement : modèles linguistiques et enjeux pédagogiques. In De l’Orient à la mathématique de l’ornement. Jules Bourgoin (1838-1908). Picard, 2015. pp. 231-254. Disponible sur le web : <https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01635901/document>


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search