Voyage d’exploration en Indochine

  • Indochine - 30
  • Indochine - 28
  • Indochine - 4
  • Indochine - 13
  • Indochine - 8
  • Indochine - 15
  • Indochine - 26
  • Indochine - 10
  • V2IMG_20200915_094123_resized_20200915_101528458

La BU Lyon 1 conserve dans ses collections le récit de l’expédition d’exploration du bassin du Mékong entreprise en juin 1866 sous le commandement du capitaine de frégate Ernest Doudart de Lagrée. L’ouvrage publié en 1873 comporte 2 volumes complétés d’un atlas.

La présence française et son extension territoriale dans la péninsule indochinoise ont connu différentes phases tout au long du XIXème siècle. A la recherche de nouvelles voies d’accès au marché chinois pour concurrencer les ambitions commerciales anglaises sur la région, le Mékong apparaît comme une route possible vers la Chine. Une reconnaissance du cours du grand fleuve est prévue pour envisager son exploitation afin de relier la Cochinchine déjà annexée par la France à la province du Yunnan aux richesses encore inexploitées. Le ministre de la marine, le marquis de Chasseloup-Laubat décide en avril 1865 d’autoriser une mission d’exploration. Il en confie le commandement au capitaine de frégate Ernest Doudart de Lagrée (1823-1868), secondé par l’officier de marine Francis Garnier (1839-1873).

Portrait de Doudart de Lagrée en frontispice

Le 5 juin 1866 une vingtaine d’hommes embarquent à Saïgon sur deux canonnières. Un public nombreux vient saluer « les valeureux pionniers de la science »1. La mission dirigée par Doudart de Lagrée est composée de : Francis Garnier, chargé des travaux d’hydrographie et du tracé de la carte du voyage ; du dessinateur Louis Delaporte ; du chirurgien de marine Lucien Joubert, responsable des observations géologiques ; de Clovis Thorel, botaniste et médecin; du vicomte Louis de Carné, en charge de la description des pays traversés et de l’étude des questions commerciales ainsi que du photographe Emile Gsell.

Membres de la commission d’exploration

La navigation sur le fleuve s’avère vite extrêmement difficile et les conditions de vie particulièrement éprouvantes. L’équipe est confrontée à de nombreux problèmes géographiques, sanitaires et politiques. Doudart de Lagrée épuisé et malade décède à Tong Tchuen le 12 mars 1868, son second Francis Garnier prend le commandement de l’expédition et achève la mission en juin 1868. C’est par le Yang-tsé-Kiang et par la mer de Chine que s’effectue le retour.

L’expédition connait de multiples rebondissements et dure au total deux ans et 24 jours. Dans son compte-rendu, Francis Garnier décompte 9860 km parcourus : 5870 en barques et 3990 par voie de terre. La navigation sur le fleuve s’avère trop périlleuse, elle est abandonnée en juillet 1867.

T.2 Pl. XVI, Course de pirogues à Bassac

Si le voyage invalide la possibilité d’utiliser le Mékong comme nouvel accès commercial vers la Chine, les connaissances scientifiques collectées lors de ce long et pénible périple sont impressionnantes. L’exploration permet de dresser la première carte scientifique du fleuve jusqu’à 120 miles de son embouchure, procure de multiples renseignements sur les ressources de ces territoires et fournit de précieuses informations ethnologiques et historiques sur les populations de ces régions.

Atlas, Pl.1 Carte générale de l’Indochine et de la Chine centrale

Le récit de l’expédition

Francis Garnier est chargée par le Ministère de la Marine de la publication du récit du voyage. L’ouvrage est composé de deux volumes in-4 et d’un atlas in-folio. L’exemplaire de la BU est l’édition originale publiée par la Librairie Hachette en 1873. L’ouvrage comporte de nombreuses gravures sur bois dans le texte et pleine page, et 10 cartes gravées en couleur.

T.2 Pl. IX. Ruines du Baion, monuments aux 48 tours

Comme l’explique Garnier dans la préface, le premier volume contient la partie descriptive, historique et politique du voyage, le second est consacré aux observations scientifiques et aux travaux spéciaux de la Commission d’exploration, il se termine par un recueil de vocabulaire des langues indochinoises. L’atlas se divise en deux parties, la première comprend les cartes et les plans ; la seconde est l’album du voyage réalisé par Louis Delaporte.

T.2, Pl.XIX Orchidées Épiphytes

T.2 Pl. XXXIX. Population du sud Yun-Nan

L’ouvrage témoigne de l’importance des grandes expéditions d’exploration menées au XIXème siècle. Le plus souvent motivées par des visées essentiellement commerciales et impérialistes, elles permettent d’accroître considérablement les connaissances scientifiques de l’époque.

Article rédigé par Livia Rapatel, BU Lyon1

Source :

Doudart de Lagrée, Ernest, Garnier, Francis. Voyage d’exploration en Indo-Chine: effectué pendant les années 1866, 1867 et 1868. Paris : Hachette et Cie, 1873.

 Bibliographie :

Gomane, Jean-Pierre. L’exploration du Mékong. La mission Doudart de Lagrée. Francis Garnier (1866-1868). Paris : L’Harmattan, 1994, 287 p.

Taboulet Georges. « Le voyage d’exploration du Mékong (1866-1868), Doudart de Lagrée et Francis Garnier ». In: Revue française d’histoire d’outre-mer, tome 57, n°206, 1er trimestre 1970. pp. 5-90. Disponible en ligne [consulté le 11 septembre 2020].

 

  1. Taboulet Georges. « Le voyage d’exploration du Mékong (1866-1868), Doudart de Lagrée et Francis Garnier ». In: Revue française d’histoire d’outre-mer, tome 57, n°206, 1er trimestre 1970, p.38 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search