La flore d’Espagne et d’Orient d’Edmond Boissier

  • MIK_8361
  • MIK_8388
  • MIK_8387
  • MIK_8370
  • MIK_8372
  • MIK_8377-2
  • MIK_8373
  • MIK_8365
  • MIK_8364

La bibliothèque universitaire Lyon 1 conserve dans ses collections deux œuvres majeures du botaniste Edmond Boissier (1810-1885), Le voyage botanique dans le Midi de l’Espagne pendant l’année 1837 et Flora Orientalis.

Pierre Edmond Boissier

Portrait in E. Boissier. Flora Orientalis, supplementum. 1888

Edmond Boissier est originaire de Genève où sa famille paternelle s’est installée à la suite de la révocation de l’Edit de Nantes. Sa mère est la fille de Pierre Butini (1759-1838) médecin, physicien et naturaliste, c’est lui qui l’initie à la botanique et l’emmène très tôt herboriser autour de Genève et dans le Jura. A l’Académie de Genève il suit les cours de botanique d’Augustin-Pyramus de Candolle (1778-1841) et plus tard en 1832 durant un séjour à Paris se lie d’amitié avec Philip Barker Webb (1793-1854). Ce dernier qui depuis 1826 avait sillonné le Royaume de Grenade avait constitué « un herbier considérable » qu’il cède à Edmond Boissier. Comme l’écrit Hermann Christ (1833-1933) dans sa préface au supplément à Flora orientalis, cette rencontre « […] peut bien avoir déterminé Boissier à étudier à fond ce pays alors presque vierge. Webb n’ayant consigné le résultat de ses travaux que dans deux publications très restreintes […] »1. En mai 1837 , Boissier débute son expédition de six mois dans le sud de l’Espagne et découvre dans la Sierra Bermeja un conifère nouveau dont il avait entendu parler, l’Abies Pinsapo.

Pl.168 Abies Pinsapo

Pl.169 Abies Pinsapo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En octobre, au terme de son voyage il a rassemblé 100 000 échantillons de 1800 espèces dont 200 jusque-là inconnues. En 1838, son grand-père Pierre Butini, décède et il hérite d’une partie de son imposante fortune. Son aisance financière lui permet d’éditer en 1839 une version luxueuse de son Voyage botanique dans le Midi de l’Espagne illustrée de 206 planches en couleur magnifiquement dessinées par Jean-Christophe Heyland (1791-1866). Malheureusement ce projet s’avère très onéreux, il ne rentre pas dans ses frais et doit vite se contenter d’impressions en noir et blanc. En 1840, il épouse sa cousine germaine, Françoise Lucile Butini, c’est ensemble qu’ils effectuent en 1841 le premier voyage en Grèce et Turquie, suivi en 1845-1846 d’une expédition qui les mènera en Egypte, en Palestine, au Liban et en Syrie. En 1849 au cours d’un troisième voyage, sa jeune épouse âgée de 27 ans, meurt du typhus à Grenade.

P.267. E. Boissier. Flora Orientalis. T.4, 1879

 

 

C’est à elle qu’il dédit une petite fleur bleue qu’il dénomme Omphalodes luciliae car elle lui rappelle les yeux bleus de Lucile.

 

 

 

Malgré son chagrin, il poursuit son travail et publie entre 1867 et 1884 sa Flora Orientalis en cinq volumes. Cette publication que son biographe définit de « labor improbus » connaît un grand succès et constitue un apport majeur à la connaissance jusqu’alors lacunaire de la flore du Moyen-Orient et de l’Asie occidentale.

Le voyage botanique dans le Royaume de Grenade

Pl.105 Centaurea

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Boissier a seulement 29 ans lorsqu’il publie les deux tomes in-quarto de son expédition dans le sud de la péninsule ibérique. Le premier volume qui paraît en 1839 s’intitule « Narration et géographie botanique », il comprend 248 pages, il est complété d’un atlas composé d’un « Tableau synoptique des hauteurs et limites des végétaux les plus caractéristiques dans le Royaume de Grenade » et de 206 planches dessinées par Heyland. Le second volume édité en 1845 comporte 757 pages : « Enumération des plantes spontanées observées jusqu’à ce jour dans le Royaume de Grenade ». La BU Lyon1 possède une version avec des illustrations noir et blanc de l’ouvrage.

Comme le rappelle Michel Grenon dans son article, Edmond Boissier est un précurseur en géobotanique, il accorde une grande importance à la géographie de la végétation ; il « […] distingue quatre zones altitudinales, ou zones thermiques, définies par leur type de végétation et l’intervalle de température moyenne : zone chaude, montagnarde, alpine et glaciale. Chacune est caractérisée par deux ou trois plantes indicatrices, dont les limites inférieure et supérieure sont précisées, ainsi que la phénologie (époques de floraison et de maturation des fruits). En cela, il est dans la continuité immédiate des travaux d’A. von Humbolt et A.-P. de Candolle. ».2.

E. Boissier. Voyage botanique dans le Midi de l’Espagne. T.1

La flore d’Orient

Dès la fin des années 1830, Boissier commence à rassembler les matériaux pour la rédaction de son « opus magnum », le Flora Orientalis. Après avoir acquis une partie de l’herbier du botaniste français Pierre-Rémi-Martin Aucher-Eloy (1793-1838), il effectue, comme il l’indique dans sa préface, un immense travail de documentation pour recenser : « […] les voyageurs qui ont contribué à l’exploration de la Flore d’Orient, les collections et ouvrages spéciaux relatifs à la même contrée. »3. Grâce à ses multiples correspondants, Il parvient à rassembler 100 000 échantillons. Pour la publication de sa Flore d’Orient, il utilise les grandes divisions et la série des familles naturelles établies par De Candolle pour le Prodromus.

Le premier volume de la Flora Orientalis est publié en Suisse chez Georg en 1867, le second en 1872, le troisième en 1875, le quatrième et le cinquième tomes paraissent entre 1875 et 1884. Il s’agit d’un ensemble de volumes austères, composés de 5386 pages sans aucune illustration. Lorsque Boissier décède en 1885, il n’a pas fini de rédiger le Supplément à Flora Orientalis. C’est Robert Buser (1857-1931) conservateur de l’Herbier De Candolle qui s’en chargera et confiera à Hermann Christ la rédaction de la notice liminaire. Ce dernier écrit : « […] les résultats obtenus par Boissier dans la botanique descriptive sont assez comparables à ceux de son illustre maître  Augustin-Pyramus De Candolle qui a créé, […] en tout 6350 espèces nouvelles, dont beaucoup à diagnoses très succinctes, tandis que Boissier a atteint le chiffre de 3602 qu’il a créées à lui seul et de 2388 établies en collaboration avec d’autres botanistes […] »4 soit au total 5990 espèces nouvelles.

E. Boissier. Flora Orientalis, supplementum. 1888, P.XXVIII

Conclusion

Malgré son immense apport à la connaissance de la flore, Edmont Boissier, pourtant contemporain de Darwin, conservera jusqu’à sa mort une position créationniste alors même que ses propres travaux l’emmèneront à observer à plusieurs reprises5.« la facilité d’hybridation et de divergence entre espèces proches mais isolées géographiquement les unes des autres. ». Boissier écrit dans sa préface à Flora Orientalis : « N’acceptant, pour ma part à aucun degré l’hypothèse Darwinienne, qui est en désaccord avec l’essence intime des êtres organisés et avec la résistance que nous les voyons opposer aux agents extérieurs, je regarde les espèces, non comme des conceptions arbitraires de l’esprit humain, mais comme des créations sorties à des époques diverses de la puissante main de Dieu, ne pouvant se transmuer l’une en l’autre, mais souvent variables dans des limites plus ou moins étendues, quelquefois difficiles à tracer mais qui toujours existent et qu’elles ne dépassent jamais. »6.

Article rédigé par Livia Rapatel, BU Lyon1

Sources :

Boissier, Edmond. Voyage botanique dans le midi de l’Espagne pendant l’année 1837. Paris : Gide et cie, 1839-1845. Vol.1 Disponible en ligne et vol.2 Disponible en ligne [consulté le 30 juillet 2020]

Boissier, Edmond. Flora Orientalis. Basileae : H. Georg, 1867-1888.Vol.1 à 5 et Supplément. Cote 45786

Bibliographie:

Charpin, André. «Les voyages d’Edmond Boissier en Grèce et au Moyen-Orient».in Archives des Sciences. 2011, n°64, p.25-42. Disponible en ligne [consulté le 30 juillet 2020]

Grenon, Michel. « Edmond Boissier (1810-1885) : scientifique, voyageur, mécène et collectionneur ». in Archives des Sciences. 2011, n°64, p.3-24.Disponible en ligne [consulté le 30 juillet 2020]

Vos, Anton. « Edmond Boissier, gentilhomme botaniste» in Campus . 2015, n°120. Disponible en ligne [consulté le 30 juillet 2020]

 

 

 

  1. Boissier, Edmond. Flora orientalis : supplementum. 1888, p.II []
  2. Grenon, Michel. « Edmond Boissier (1810-1885) : scientifique, voyageur, mécène et collectionneur ». in Archives des Sciences. 2011, n°64, p.3-24 []
  3. Boissier, Edmond. Flora Orientalis. 1867, vol.1, p.XI []
  4. Boissier, Edmond. Flora orientalis : supplementum. 1888, p.XVII []
  5. Vos, Anton.  « Edmond Boissier, gentilhomme botaniste» in Campus . 2015, n°120 []
  6. Boissier, Edmond. Flora Orientalis. 1867, vol.1, p.XXXI []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search