Allan Kardec, le codificateur du spiritisme

Dans le fonds éducation de la Bibliothèque Diderot de Lyon, figurent deux ouvrages d’Allan Kardec. Cela peut surprendre étant donné qu’il était le père du spiritisme…

Un élève de Johann Heinrich Pestalozzi

Allan Kardec était le pseudonyme d’Hippolyte Léon Denizard Rivail. Celui-ci naquit à Lyon le 3 octobre 1804 dans une famille bourgeoise et catholique. Il mourut à Paris le 31 mars 1869. Allan Kardec n’était pas vraiment un nom d’emprunt. Il lui fut révélé par son ange gardien. Dans une vie antérieure, Rivail était druide et se nommait Allan Kardec. Ainsi, commença la légende.

Rivail débuta ses études à Lyon. Il fut ensuite envoyé dans une école de garçons protestante, située dans le château d’Yverdon-les-Bains, dans le canton de Vaud. Celle-ci était dirigée par Johann Heinrich Pestalozzi (1746-1827), pionnier de la pédagogie moderne. Les méthodes de Pestalozzi étaient inspirées de celles exposées par Jean-Jacques Rousseau dans L’Émile : encouragement à l’autodiscipline, à la liberté d’expression, à l’observation de la nature et aux travaux manuels. Il en sortit bachelier ès lettres et ès sciences. Il y apprit l’allemand, l’anglais et le hollandais. Il fit également ses gammes d’enseignant à Yverdon.

Un passé d’enseignant

Vers 1830, Rivail ouvrit un cours privé à Paris. Il y appliqua les méthodes de Pestalozzi.

Cote BDL : 107289

Un de ses oncles était son bailleur de fonds mais il était aussi un joueur invétéré. En 1834, Rivail dut vendre son école afin de payer les dettes de jeu de son oncle.

Il se fit alors engager comme enseignant dans différentes institutions parisiennes comme le Cours normal pour institutrices fondé en 1833 par David Lévi Alvarès (1794-1870). Il donnait également des cours gratuits à son domicile à des élèves issus de familles défavorisées. La question sociale était au cœur de ses préoccupations.

Il traduisit et écrivit des ouvrages pédagogiques d’arithmétique, de grammaire et d’orthographe. Curieusement, la BDL ne possède, dans son fonds de manuels scolaires, aucun des ouvrages écrits par Rivail. Il semble pourtant qu’il les ait signés H. L. D. Rivail.

Rivail souhaita également contribuer à la réforme de l’enseignement afin de transformer la société. Il fit ainsi publier un plan pour l’amélioration de l’éducation publique dans lequel il exposait ses conceptions pédagogiques.

Cote BDL : 7694

La découverte qui bouleversa sa vie

Le spiritualisme vint des États-Unis où il se développa à partir de 1848. Il s’agissait du phénomène des tables tournantes qui permettait de communiquer avec les esprits des défunts. Il fut importé en Europe en 1852, d’abord en Angleterre et en Allemagne puis en France. Il peut être considéré comme une des premières formes d’américanisme de la culture européenne. C’est Allan Kardec qui renomma en 1857 le spiritualisme américain spiritisme. En France, le spiritualisme était un courant philosophique affirmant la supériorité ontologique de l’esprit sur la matière.

Allan Kardec définit ainsi sa doctrine :

« Le spiritisme est fondé sur l’existence d’un monde invisible, formé d’êtres incorporels qui peuplent l’espace, et qui ne sont autres que les âmes de ceux qui ont vécu sur la Terre ou dans d’autres globes où ils ont laissé leur enveloppe matérielle »1.

Selon Kardec, lorsqu’une personne meurt, son âme se sépare de son corps mais conserve une enveloppe semi matérielle nommée périsprit. C’est ce dernier, qui en produisant un fluide électrique, permet à l’esprit d’interagir avec le monde matériel ainsi qu’avec les êtres vivants.

En 1854, un magnétiseur dénommé Fortier fit connaître à Rivail le phénomène des tables tournantes. En mai 1855, un certain Carlotti invita Rivail à participer à une séance de tables tournantes.

La biographie de Rivail présente bien souvent des dates et des faits qui ont été modifiés par Allan Kardec. Ainsi, il est étonnant qu’il n’ait assisté à des séances de tables tournantes qu’en 1855 après la vogue suscitée (1853-1854). Sans doute chercha-t-il ainsi à se dissocier d’un phénomène de mode qu’il jugeait frivole et mondain.

La doctrine spirite

Les sœurs Baudin achevèrent de convaincre Rivail qu’elles communiquaient bel et bien avec l’esprit de personnes défuntes. Elles lui firent découvrir l’écriture automatique, un moyen de communication bien plus sérieux que les tables tournantes ou les corbeilles-toupies !

Rivail s’employa alors à démontrer scientifiquement la réalité de ce phénomène. Afin d’y parvenir, il appliqua à celui-ci la méthode expérimentale, développée par le chimiste Michel-Eugène Chevreul (1786–1889). Celui-ci, bien avant que Rivail ne développe sa théorie spirite, avait dénoncé avec force le phénomène des tables tournantes2. Rivail multiplia les séances avec des médiums différents. Il les observa en plein jour afin de s’assurer de l’absence de tricherie. Il en conclut que les phénomènes observés étaient l’œuvre d’esprits intelligents venant de l’au-delà et désireux de communiquer avec les vivants. Il ne soumit toutefois jamais sa théorie à la critique ni au doute pourtant si cher à Pestalozzi.

La théorie spirite est basée sur la réincarnation. Celle-ci sert à l’homme à évoluer au cours de ses différentes vies. Il peut ainsi racheter les erreurs qu’il a commises ou bien mener une mission auprès des vivants. Cette transmigration des âmes se fait uniquement d’humain à humain, homme ou femme, sur Terre ou bien sur d’autres planètes.

En un siècle qui connut de nombreuses désillusions, où les hommes furent désespérés des progrès de l’humanité, le spiritisme leur redonna une certaine espérance en démontrant que la vie humaine n’était qu’une étape parmi d’autres. Le but ultime des vies successives était en effet d’atteindre le niveau supérieur de l’âme humaine, qui seul permettait d’accéder à une vie éternelle aux côtés de Dieu.

Aux sources du spiritisme

La théorie spirite telle qu’elle a été définie par Allan Kardec trouve ses sources dans les différents courants d’idées qui se répandirent à la fin du XVIIIe siècle et dans la première moitié du XIXe siècle. Seuls quelques-uns seront cités tant les sources sont nombreuses.

Le spiritisme puise ainsi ses racines dans les théories philosophiques de Charles Fourier (1772-1837) à qui il emprunte la notion de corps aromal renommé périsprit par Kardec. Il s’inspire également de celles de Jean Ernest Reynaud (1806-1863) dont il retient la notion de réincarnation.

Les idées de Félicité Robert de Lamennais (1782-1854) eurent également une grande influence sur Allan Kardec. En effet, Lamennais prônait un christianisme sans églises, fédérateur et capable de conduire les hommes vers le progrès au moyen de la charité. La devise d’Allan Kardec était « Hors la charité, point de salut » comme on peut le lire sur la page de titre de son ouvrage Qu’est-ce que le spiritisme ?

Cote BDL : 54168

Un homme de l’écrit

Allan Kardec n’était ni un médium ni un prophète mais un codificateur, un homme du livre.

Le Livre des esprits, premier ouvrage écrit sous le nom d’Allan Kardec, constitue le socle de la doctrine spirite.

Il existe deux versions liées à la genèse de cet ouvrage. Dans l’une, Rivail fut introduit au sein d’un groupe spirite dont la composition diverge selon les sources. Ce groupe aurait été composé entre autres de l’auteur dramatique et médium Victorien Sardou (1831-1908), du professeur d’anatomie, de physiologie et de zoologie et académicien, Friedrich Tiedemann (1781-1861), de l’historien et académicien Saint-René Taillandier (1817-1879) et de l’éditeur Pierre Paul Didier (1800-1865). Ceux-ci lui auraient demandé de synthétiser les dires des esprits, consignés dans des cahiers et obtenus par écriture automatique au cours de séances médiumniques. De cette synthèse, serait né le Livre des esprits.

Dans l’autre version, Rivail aurait pris l’initiative d’écrire cet ouvrage à la demande des esprits. Il aurait alors synthétisé le contenu de cahiers, obtenus sous leur dictée, lors des séances médiumniques auxquelles il assistait ou remis par d’autres spirites. Rivail aurait alors approfondi les révélations données par les esprits au cours de séances médiumniques complémentaires où il leur posait des questions précises via des médiums.

Quoi qu’il en fut, Allan Kardec se considérait comme un prête-plume, un missionnaire, celui des esprits, qui à travers l’écriture automatique ou la voix des médiums, lui faisait des révélations. Le spiritisme serait en effet la troisième révélation divine après Moïse et Jésus.

Le Livre des esprits fut publié le 18 avril 1857, à compte d’auteur chez Édouard Dentu (1830-1884), passionné d’occultisme et de magie. La deuxième édition, augmentée, parut en 1860. Le Livre des esprits fut réédité maintes fois. Les collections de la BDL provenant de l’université de Lyon en conservent un exemplaire daté de 1860 [cote BDL : 012235]. Il porte le tampon du fonds du grand séminaire de Lyon ou séminaire de Saint-Irénée.

Cote BDL : 012235

De la riche bibliographie d’Allan Kardec, il faut retenir un autre de ses ouvrages conservé à la BDL dans les collections issues du Musée pédagogique. Il s’agit de Qu’est-ce que le spiritisme ? : introduction à la connaissance du monde invisible par les manifestations des esprits contenant le résumé des principes de la doctrine spirite, et la réponse aux principales objections. Il fut publié pour la première fois en 1859. Il résume, comme l’indique son sous-titre, les principes de la doctrine spirite contenue dans le Livre des esprits et le Livre des médiums. Le Livre des médiums codifie la pratique du spiritisme. Il répond également aux critiques communément portées contre la doctrine spirite. Il se présente, pour partie, sous la forme d’une série de questions-réponses entre l’auteur et différents contradicteurs : le critique, le sceptique et le prêtre. Cette forme rappelle celle employée communément dans les catéchismes et renvoie à la fonction de pédagogue, longtemps occupée par Rivail.

Liste des livres de la doctrine spirite, au verso de la page de faux-titre de Qu’est-ce que le spiritisme ? Cote BDL : 54168

Le spiritisme, une science ?

Dans Qu’est-ce que le spiritisme ? Allan Kardec réaffirme l’appartenance du spiritisme au domaine des sciences3.

Il n’hésite pas à comparer le spiritisme à une puissance naturelle comme l’électricité ou la gravitation. Il ajoute :

« Le spiritisme est la science qui nous fait connaître cette loi [qui régit les rapports du monde visible et du monde invisible], comme la mécanique nous fait connaître la loi du mouvement, l’optique celle de la lumière. »4

Il relie plus spécifiquement le spiritisme à la philosophie :

« Le spiritisme touche à toutes les branches de la philosophie, de la métaphysique, de la psychologie et de la morale […]5».

Le spiritisme, une nouvelle religion ?

Selon Kardec, le spiritisme permettait de renouveler le christianisme en réconciliant science et religion. Il tempérait toutefois cela :

« Son véritable caractère est donc celui d’une science, et non d’une religion, et la preuve en est, c’est qu’il compte parmi ses adhérents des hommes de toutes les croyances, qui n’ont point pour cela renoncé à leurs convictions »6.

L’Église catholique était opposée aux concepts de réincarnation et de prédestination. Elle condamnait la doctrine spirite mais pas de manière officielle. Seul un décret du Saint-Office, daté du 25 avril 1864, mit à l’index les ouvrages d’Allan Kardec.

Quelle réception pour le spiritisme en France ?

En France, le spiritisme toucha surtout des hommes et des femmes de gauche, au sein des professions libérales, des propriétaires fonciers, de la petite bourgeoisie, des artisans et des ouvriers. Des instituteurs adhérèrent en nombre à cette doctrine. Kardec fut proche de Jean Macé (1815-1894), le fondateur de la Ligue de l’enseignement.

Allan Kardec, qui se défendait de tout prosélytisme, répandit la doctrine spirite en France, en Suisse et en Belgique lors de nombreuses tournées de conférences.

Une marque de possession sur un des ouvrages d’Allan Kardec conservé à la BDL

L’exemplaire de Qu’est-ce que le spiritisme ? conservé à la BDL est en effet marqué de l’ex-dono de Jean Meyer (1855-1931). Il s’agit d’une quarantième édition. Il est sans doute daté de 1922. Il parut à la Librairie des sciences psychiques, située 42 rue Saint-Jacques à Paris, maison d’édition de l’Union spirite française, créée en 1883 sur proposition de Pierre-Gaëtan Leymarie (1827-1901).

Ex-dono de Jean Meyer sur la page de faux-titre de Qu’est-ce que le spiritisme ? Cote BDL : 54168
Au recto de la page de titre de Qu’est-ce que le spiritisme ? Cote BDL : 54168

Jean Meyer était un riche négociant en vins ainsi qu’un ardent défenseur du spiritisme. Il relança en 1916 la Revue spirite, fondée en 1858 par Allan Kardec. Celle-ci avait cessé de paraître au tout début du premier conflit mondial.

Au contreplat supérieur de Qu’est-ce que le spiritisme ? Cote BDL : 54168

En 1919, il créa, à Paris, avec le Docteur Gustave Geley (1868-1924) et le professeur Rocco Santoliquido (1854-1930) l’Institut métapsychique international (IMI). Cette fondation privée fut chargée d’étudier les phénomènes paranormaux.

La doctrine spirite a perduré dans le temps. Le spiritisme est considéré comme une religion au Brésil. La tombe d’Allan Kardec, en forme de dolmen, située dans le cimetière du Père Lachaise est un lieu de pèlerinage depuis sa mort. À Lyon, une stèle en forme de menhir, située dans le 2e arrondissement, commémore son souvenir.

Billet rédigé par Nelly Kabac
(Bibliothèque Diderot de Lyon, département Patrimoine et conservation)

Sources

KARDEC, Allan. Le livre des esprits. Contenant les principes de la doctrine spirite sur l’immortalité de l’âme, la nature des esprits et leurs rapports avec les hommes ; les lois morales, la vie présente, la vie future et l’avenir de l’humanité selon l’enseignement donné par les esprits supérieurs à l’aide de divers médiums. Seconde édition entièrement refondue et considérablement augmentée. Paris : Didier et Cie, libraires-éditeurs ; Ledoyen, libraire, 1860.
Cote BDL : 012235

KARDEC, Allan. Le livre des médiums ou Guide des médiums et des évocateurs : contenant l’enseignement spécial des esprits sur la théorie de tous les genres de manifestations, les moyens de communiquer avec le monde invisible, le développement de la médiumnité, les difficultés et les écueils que l’on peut rencontrer dans la pratique du spiritisme : pour faire suite au Livre des esprits. Nouvelle édition. Paris : Éditions du Griffon d’Or, 1950.
Cote BDL : 64642

KARDEC, Allan. Qu’est-ce que le spiritisme ? : introduction à la connaissance du monde invisible par les manifestations des esprits contenant le résumé des principes de la doctrine spirite, et la réponse aux principales objections. Paris : Librairie des sciences psychiques, [1922 ?].
Cote BDL : 54168

RIVAIL, H.-L.-D. École de premier degré, fondée et dirigée par H.-L.-D. Rivail. Vues générales sur l’éducation. [Lieu de publication inconnu] : [éditeur inconnu], [1830 ?]
Cote BDL : 107289

RIVAIL, H.-L.-D. Plan proposé pour l’amélioration de l’éducation publique. Paris : Dentu, libraire, 1828.
Cote BDL : 7694

Bibliographie

BUISSON, Ferdinand. Rivail. In Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire. [en ligne]. Paris : Librairie Hachette et Cie, 1911 [consulté le 3 juillet 2020]. Disponible sur le Web : <http://www.inrp.fr/edition-electronique/lodel/dictionnaire-ferdinand-buisson/document.php?id=3544>

CUCHET, Guillaume. Les voix d’outre-tombe : tables tournantes, spiritisme et société. Paris : Seuil, 2012.
Cote BDL : 133 CUC

EDELMAN, Nicole. Allan Kardec, le prophète du spiritisme. L’Histoire, n°98, mars 1987.

EDELMAN, Nicole. Histoire de la voyance et du paranormal : du XVIIIe siècle à nos jours. Paris : Édition du Seuil, 2006.
Cote BDL : SF 123

EDELMAN, Nicole. Voyantes, guérisseuses et visionnaires en France : 1785-1914. Paris. Albin Michel, 1995.
Cote BDL : 133 EDE

FAIVRE, Antoine. Kardec Hippolyte Léon Rivail dit Allan – (1804-1869). Encyclopædia Universalis [en ligne]. [consulté le 8 juillet 2020]. Disponible sur le web : <http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/kardec-hippolyte-leon-rivail-dit-allan/>

FAIVRE, Antoine. Spiritisme. Encyclopædia Universalis [en ligne]. [consulté le 8 juillet 2020]. Disponible sur le web : <http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/spiritisme/>

GRELLEY, Pierre. Contrepoint. La méthode expérimentale. Informations sociales, 2012/6, n°174, p. 23. [consulté le 8 juillet 2020]. Disponible sur le web : <https://www.cairn.info/revue-informations-sociales-2012-6-page-23.htm>

WARNE-MONROE, John. Laboratoires de la foi : mesmérisme, spiritisme et occultisme en France de 1853 à 1914. Pessac : Presses universitaires de Bordeaux, 2013.
Cote BDL : 133 MON

  1. Qu’est-ce que le spiritisme ? 40e édition, p. 87 []
  2. De la baguette divinatoire, du pendule dit explorateur et des tables tournantes, au point de vue de l’histoire, de la critique et de la méthode expérimentale. Paris : Mallet-Bachelier, 1854 [cote BDL : 004228]. []
  3. Qu’est-ce que le spiritisme ?, 40e édition, p. 86. []
  4. Qu’est-ce que le spiritisme ? 40e édition p. 122. []
  5. Qu’est-ce que le spiritisme ? 40e édition p. 18. []
  6. Qu’est-ce que le spiritisme ? 40e édition p. 87. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search