Délit de faciès : l’image du criminel

  • Physionomie du criminel d'après les savants et les artistes
  • Physionomie du criminel d'après les savants et les artistes
  • Physionomie du criminel d'après les savants et les artistes
  • Physionomie du criminel d'après les savants et les artistes
  • Physionomie du criminel d'après les savants et les artistes
  • Physionomie du criminel d'après les savants et les artistes
  • MIK_8226-2

La seconde moitié du XIXe siècle voit le développement de l’anthropologie criminelle. En France, elle est notamment incarnée par l’école lyonnaise menée par le professeur Alexandre Lacassagne (1843-1924), titulaire de la chaire de médecine légale et fondateur en 1886 des Archives d’anthropologie criminelle. Parmi les plus de deux cents thèses qu’il a encadrées, se trouve celle d’Edouard Lefort soutenue en janvier 1892 et intitulée Physionomie du criminel d’après les savants et les artistes.

Dans cette étude, Lefort s’applique tout d’abord à démontrer les points de vue des différentes écoles sur les caractéristiques physiques du criminel. Il s’attarde notamment sur les hypothèses du professeur Cesare Lombroso (1835-1909), fondateur de l’école positiviste italienne et auteur en 1876 de l’Homme criminel dans lequel il expose sa théorie selon laquelle les criminels présenteraient des caractéristiques physiques qui démontreraient le caractère inné de leurs comportements. Pour valider ses thèses, il s’appuie sur des études phrénologiques et physionomiques. En 1885, le professeur italien est à l’initiative du premier congrès d’anthropologie criminelle qui se tient à Rome. Six autres se tiendront jusqu’en 1911, au cours desquels ses thèses et sa méthodologie seront vivement critiquées. Lefort évoque également les théories et les études d’autres scientifiques parmi lesquels le sociologue et psychologue Gabriel Tarde (1843-1904), le criminologue Alphonse Bertillon (1853-1914) ou encore le psychiatre Henry Maudsley (1835-1918). Comme son maître, Lefort prend ses distances avec les thèses du criminel-type, et notamment celles défendues par Lombroso. Il considère cependant que le visage du criminel se distingue des autres par son manque d’expression : « Jusqu’ici, dans cette revue critique des diverses écoles, nous n’avons pas encore trouvé le type criminel, peut-être dira-t-on parce qu’il n’en existe aucun ? Nous pensons autrement, mais pour nous il est tout différent. Et d’ailleurs, remarquons que le champ d’expériences diminuant pour le criminel tout occupé de son crime et des conséquences qui le hantent comme une idée fixe, le nombre des expressions qui y correspondent diminue aussi : ce qui lui donne l’air hébété qu’on lui voit souvent ; en sorte que le défaut d’expression serait peut-être la meilleure caractéristique du criminel ».

Dans un second temps, Lefort s’intéresse à la représentation iconographique et statutaire du criminel de l’Antiquité jusqu’au XIXe siècle. Il agrémente sa réflexion de croquis de sa main.

Pl. Ecole italienne

Pl. 9 Ecole Flamande

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pl. 14 Ecole française

Sa conclusion finale est qu’il y a une « parfaite analogie de l’œuvre artistique de plusieurs siècles et [..] la conception du criminel-né du Professeur Lombroso ». Il note notamment la récurrence des oreilles en pointe chez de nombreux artistes, caractéristique que le professeur italien avait souligné chez de nombreux criminels.

Pl.15 Géricault

L’exemplaire conservé par les BU de Lyon 1, est un document de travail du professeur Lacassagne. Il comporte ainsi quelques annotations, mais également la correspondance qu’il a entretenue avec son élève et deux lettres de collègues à qui il a transmis la version éditée de ce travail et dont le titre diffère légèrement de la version de soutenance1. Une de ces lettres est du professeur Mathias Duval (1844-1907), professeur d’histologie à la Faculté de médecine de Paris, directeur du Laboratoire d’anthropologie à l’École des hautes études de Paris et membre de l’Académie de Médecine. Très critique envers le travail d’Edouard Lefort, il ne mâche pas ses mots : « Franchement, je n’en suis pas satisfait : l’auteur a gâté un beau sujet. L’auteur est ou bien très jeune, trop jeune, ou bien mal équilibré du cerveau ; ses raisonnements, ou même ses simples exposés du sujet me donnent le mal de mer, par incohérence ! ».

Lettre de Mathias Duval

Cet avis est partagé par Georges Sorel (1847-1922), futur théoricien du syndicalisme révolutionnaire et adepte des thèses de Cesare Lombroso. Dans sa correspondance avec le médecin, il écrit ainsi : « Je ne puis pas faire un mémoire sur l’Homme criminel antique ; c’est un sujet magnifique, que je ne voudrais pas gâcher : M. Lefort a gâché le crime dans l’art, faute d’avoir eu assez d’éléments sous la main »2 .

Ces avis sont en décalage avec le ressenti de l’auteur de la thèse qui dans ses échanges avec le professeur Lacassagne, le remercie pour ses « bonnes paroles » envers son travail. Lacassagne lui-même, conclut d’ailleurs ses notes sur cette thèse ainsi : « J’ai plaisir de voir ce commencement de vos études et il est agréable pour mes sentiments affectifs de m’associer aux compliments qui vous ont été adressés ». Les lettres envoyées par Edouard Lefort à son directeur de thèse témoignent des liens intimes et personnels qu’il entretien avec son maître. Ainsi, tout en le tenant au courant de l’avancée de sa carrière professionnelle, il l’informe également d’événements plus privés comme par exemple le fait de ne pas avoir pu louer un logement commun avec Henri de Libessart, autre élève de Lacassagne.

Lettres conservées dans la thèse

L’exemplaire de la thèse d’Edouard Lefort avec la correspondance associée est disponible en ligne. D’autres thèses dirigées par Alexandre Lacassagne et conservées par les BU de Lyon 1 traitent des données physiologiques ou physionomiques des criminels. Vous pouvez notamment découvrir en ligne Le Cerveau des criminels de Camille Genod (1868-1911) soutenue en 1893.

Article rédigé par Emilie Leromain, élève conservatrice enssib

Sources :

Lefort Edouard. Physionomie du criminel d’après les savants et les artistes. Lyon: Imprimerie de A. Storck, 1892. Disponible en ligne [consultée le 10 juillet 2020]

Bibliographie :

Carli Maddalena, Montaldo Silvano. « Lettres de Georges Sorel à Cesare Lombroso (1893-1895) », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, 2018/1 (n° 36), p. 155-182. Disponible en ligne [consultée le 10 juillet 2020]

Kaluszynski Martine. « Quand est née la criminologie ? ou la criminologie avant les Archives… », Criminocorpus [En ligne], Histoire de la criminologie, 2. Thématiques et théories. Disponible en ligne [consultée le 10 juillet 2020]

Ouimet, Marc. La délinquance. Théories, causes et facteurs. Québec: Presses universitaires de Laval, 2018, 260 p.

Renneville Marc. « La criminologie perdue d’Alexandre Lacassagne (1843-1924) », Criminocorpus [En ligne], Histoire de la criminologie, 1. La revue et ses hommes. Disponible en ligne [consultée le 10 juillet 2020]

Renneville Marc. « Le criminel-né : imposture ou réalité ? », Criminocorpus [En ligne], Histoire de la criminologie, 2. Thématiques et théories. Disponible en ligne [consultée le 10 juillet 2020]

Renneville Marc. « Quelle histoire pour la criminologie en France ? (1885-1939) », Criminocorpus [En ligne], Histoire de la criminologie, 1. La revue et ses hommes. Disponible en ligne [consultée le 10 juillet 2020]

Renneville Marc. Crime et folie. Deux siècles d’enquêtes médicales et judiciaires, Paris, Fayard, 2003, 527 pp.

  1. Le titre de ces exemplaires est Le type criminel d’après les savants et les artistes. On peut supposer que les exemplaires ayant été adressés à Mathias Duval de l’Académie de Médecine et à un professeur de l’université de médecine de Montpellier, sont aujourd’hui ceux conservés dans les fonds de ces deux institutions []
  2. Lettre de Georges Sorel à Cesare Lombroso du 26 février 1893. Carli Maddalena, Montaldo Silvano, « Lettres de Georges Sorel à Cesare Lombroso (1893-1895) », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, 2018/1 (n° 36), p. 155-182 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.