Maurice Bouchor : une vie dédiée à l’éducation populaire

La BDL possède un grand nombre d’œuvres de Maurice Bouchor (1855-1929), dont la diversité des titres évoque un touche-à-tout prolixe, qui, sans être passé vraiment à la postérité, a eu cependant une grande influence en son temps.

Un poète tout d’abord

Après des études au lycée Louis-Le Grand et un baccalauréat ès-lettres, Maurice Bouchor se fait d’abord connaître comme poète. La BDL possède peu cette partie de son œuvre littéraire en dehors des Symboles, poèmes philosophiques et mystiques qui reflètent ses recherches spirituelles et religieuses. Il appartient à divers cercles poétiques autour de Jean Richepin et Charles Cros, dirige une revue et collabore à diverses autres.

Il met en vers La chanson de Roland, qui paraît en 1899, à destination des écoles normales, lycées, etc. La bibliothèque possède un manuscrit de cette traduction, offert par l’auteur à l’École normale de Fontenay aux Roses en octobre 1898. Il semble que l’école l’ait fait relier peu après, dans une reliure soignée typique de la fin du XIXe-début XXe.

La chanson de Roland traduite en vers par Maurice Bouchor. Paris : Hachette, 1899 (cote BDL : MS 86598)

La poésie, y compris celle des autres, l’intéressera toute sa vie et il cherchera sans cesse à la partager. Il écrit ainsi La vie profonde, choix de textes tirés des grands poètes et mis à la portée de tous : ces ouvrages mêlent des extraits, des commentaires sur les œuvres, des traductions libres, des résumés. « Le poète doit jouer un rôle social et moral » déclare-t-il.

La vie profonde ; Homère (cote BDL : DVIII 1223)

En 1924, il publie également une anthologie de ses propres œuvres, toutes introduites par une préface ou des commentaires.

Un homme de théâtre

Maurice Bouchor est également un homme de théâtre. À partir de 1889, il crée pour « le petit théâtre des marionnettes » de la galerie Vivienne, dirigé par un de ses amis, des pièces destinées à faire connaître au peuple les chefs-d’œuvre anciens et modernes : grands textes dramatiques de l’Antiquité (traduction des Oiseaux), de l’Inde, de la Renaissance espagnole ou du 16e siècle anglais (traduction de La tempête). Il est très actif dans ce petit théâtre et compose également des pièces spécialement pour lui ; la bibliothèque en conserve quelques-unes : Le mystère de la Nativité, La dévotion à Saint André, Les mystères d’Eleusis ou Le songe de Kheyam. Il fabrique même certaines marionnettes et interprète des rôles. Ce théâtre remporte beaucoup de succès et fonctionne pendant quatre ans.

préface des Mystères d’Eleusis, 1894 (cote BDL : 336953-1)

En dehors de ce petit théâtre, il se lance dans le « vrai » théâtre avec Michel Lando ou le Conte de Noël. Il a d’autres projets en perspective mais l’année 1893 change tout.

L’inventeur de la chanson scolaire républicaine ?

À la fin du XIXe siècle, la chanson scolaire est à créer ; depuis 1882, la musique et le chant sont en effet devenus des disciplines obligatoires à l’école primaire mais il manque encore une tradition de chant scolaire, un répertoire et des méthodes à destination des écoles.

Fin 1893 est donc ouvert un concours, lancé par la Correspondance générale de l’enseignement primaire : Maurice Bouchor se porte candidat et c’est lui qui remporte le prix avec ses Chants populaires pour les écoles écrits sur des mélodies traditionnelles, mises en musique par Julien Tiersot et imposées aux candidats.

préface du Livre du maître des Chants populaires pour les écoles de 1898 (cote BDL : MS 86377)

Il s’agit d’une chanson scolaire à portée didactique, une chanson pédagogique permettant aux enfants d’accéder au patrimoine musical français – il n’y a d’ailleurs pas d’auteur étranger en dehors de Beethoven. Le chant populaire et scolaire est la marque de l’âme française, il a une coloration patriotique. Face à la poétique sonore catholique, incarnée par les cantiques, se mettent en place une poétique et une lyrique sonores républicaines, un socle musical commun à tous les petits écoliers français.

Très enthousiasmé par le recueil, Ferdinand Buisson enjoint Maurice Bouchor à présenter son oeuvre lors de conférences à l’École normale de Fontenay-aux-Roses et lors de conférences dans les écoles normales départementales de toute la France.

Dans le quartier de l’ENS de Lyon, une rue porte d’ailleurs son nom

Ces trois recueils de 100 Chants populaires pour les écoles, publiés en 1895 pour la première fois chez Hachette (la BDL ne possède que la 2e édition de 1896), seront publié de nouveau en 1902 et en 1909, accompagnés chacun d’un livre du maître. Tous connaissent de très nombreuses rééditions – ainsi qu’une publication en grand format avec harmonisation pour 2 ou 3 voix et accompagnement au piano que la BDL ne possède malheureusement pas. Les livres du maître sont particulièrement intéressants car Bouchor y exprime ses convictions progressistes – mais non révolutionnaires – ; un infléchissement se fait également entre les éditions, qui deviennent moins patriotiques, moins guerrières, plus laïques.

édition des Chants populaires pour les écoles de 1909 (cote BDL : MS 62355)
commentaires dans le livre du maître accompagnant les Chants populaires pour les écoles, 1898 (cote BDL : MS 86377)

Il a publié également 30 Chansons rustiques en 1912 chez Alphonse Leduc et encore une vingtaine de Chants nouveaux pour les petits Français (10 sur la guerre et 10 sur la paix) et les Vieilles chansons d’Alsace rajeunies.

La plupart des airs proviennent du folklore français ou sont écrits par Julien Tiersot à partir des thèmes de chansons populaires de régions françaises. Maurice Bouchor a sans doute été celui dont les textes ont été le plus chantés par les écoliers français jusque dans l’entre-deux-guerres.

Un chantre de l’éducation populaire

Rédacteur inlassable de préfaces et de commentaires, Bouchor est devenu un fervent adepte de l’éducation populaire. Il participe à des cours du soir, organise des conférences et des lectures populaires : sous le préau d’une école par exemple, il lit ou fait lire des extraits des grands auteurs pour faire pénétrer la culture classique dans le peuple. Il a gardé d’ailleurs un excellent souvenir de son tour de France des écoles normales départementales, commencé à Fontenay-aux-Roses, pendant lequel il est intervenu dans des fêtes syndicales, des bourses du travail, etc. Onze volumes de son Répertoire des lectures populaires témoignent de cette activité.

cote BDL : B93

Cet intérêt pour l’école et les enfants ne peut être dissocié de son intérêt pour l’éducation populaire, car éduquer, faire chanter les écoliers, c’est éduquer aussi leurs familles et faire chanter le peuple : ce sont bien des chants populaires pour les écoles, comme l’indique les titres, et pas seulement des chants scolaires. De la même façon, en créant des pièces de théâtre pour les enfants, jouées dans des écoles, il entend toucher aussi les parents et la société.

photo publiée dans l’Anthologie de Maurice Bouchor (cote BDL : 107483)

Pour terminer, citons Maurice Bouchor lui-même : « C’est la diffusion de l’instruction qui, par sa vertu, amènera l’avènement d’un ordre de choses plus rationnel, plus juste, plus harmonieux, où toutes les forces individuelles concourront au profit de la société tout entière, sans distinction de classes… » (17 février 1900). Une grande figure de l’école républicaine et de l’éducation populaire, aujourd’hui un peu oubliée, mais qui contribua, par son activité inlassable, à l’aura de l’école de Jules Ferry.

Billet rédigé par Claire Giordanengo
(Bibliothèque Diderot de Lyon, département Patrimoine et conservation)

Sources

Le catalogue de la BDL comprenant 81 références écrites par Maurice Bouchor, nous renvoyons à celui-ci.

Bibliographie

COUSIN, Bernard. L’enfant et la chanson : une histoire de la chanson d’enfant. Paris : Messidor, 1988. [Cote BDL : mag5, 616517]

Maurice Bouchor, premier titulaire de la dotation des amitiés laïques. Versailles : impr. De C. Barbier, 1924. [cote BDL :  mag9, 53655]

Amitiés laïques. Maurice Bouchor et les amitiés laïques. Paris : Musée pédagogique, 1937. [Cote BDL : mag9, 58115]

DUPUY, Ernest. Maurice Bouchor et les lectures populaires. In Poètes et critiques. Paris : Hachette, 1913. [Cote BDL : mag9, 51638]

PIGEON, Amédée. Maurice Bouchor et son théâtre de marionnettes. In L’art et l’idée. 1892 [consulté le 15/06/2020].Disponible sur le Web : <http://livrenblog.blogspot.com/2010/10/maurice-bouchor-et-son-theatre-de.html>

BOUCHOR, Maurice. Une traduction inédite de quelques passages des Oiseaux. In: Bulletin de l’Association Guillaume Budé, n°52, juillet 1936. pp. 24-41. Disponible sur le Web : <http://www.persee.fr/doc/bude_0004-5527_1936_num_52_1_6084>

ALTEN, Michèle. Musique scolaire et société dans la France de la Troisième République. Tréma, n° 25, 2005, pp. 5-19. Disponible sur le Web : <https://doi.org/10.4000/trema.310>

CHEYRONNAUD, Jacques. Poétique Sonore De La République : Le Modèle Julien Tiersot. Ethnologie Française, vol. 25, no. 4, 1995, pp. 581–590. [consulté le 12/06/2020]. Disponible sur le Web : <http://www.jstor.org/stable/40989572>

Bouchor, Maurice. pages d’un blog. Disponible sur le Web : <https://tybalt.pagesperso-orange.fr/LesGendelettres/biographies/Bouchor.htm>

Maurice Bouchor au service de l’école. In: La revue pédagogique, tome 87, Juillet-Décembre 1925. pp. 176-194. Disponible sur le Web : <education.persee.fr/doc/revpe_2021-4111_1925_num_87_2_9209>


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.