Paul d’Ivoi, un cousin méconnu de Jules Verne

Les collections jeunesse de la Bibliothèque Diderot de Lyon possèdent les œuvres de Paul d’Ivoi, un parent littéraire de Jules Verne, qui n’a toutefois pas connu la même postérité. Il a pourtant laissé sa trace dans l’esprit de nombreux jeunes lecteurs durant l’entre-deux-guerres. Ainsi, dans Les Mots,1 Jean-Paul Sartre avouait avoir préféré se plonger dans les ouvrages de Paul d’Ivoi plutôt que dans ceux de Jules Verne qu’il jugeait trop pondérés.

Portraits extrait du [Recueil. Portraits d’écrivains et hommes de lettres de la seconde moitié du XIXe siècle] : [t. 4, d’Émile de Girardin à Édouard Laboulaye] – 1855-1890. [en ligne]. Disponible sur le Web : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8438655d/f27.item.r=paul%20d’ivoi>

Paul d’Ivoi, un pseudonyme en héritage

Paul Charles Philippe Éric Deleutre, connu sous le pseudonyme de Paul d’Ivoi, est né le 28 octobre 1856. Il est mort le 6 septembre 1915. Il s’agit d’un nom de plume de tradition familiale puisqu’il était celui de son père Charles ainsi que de son grand-père Édouard, tous deux chroniqueurs dans des journaux.

Il débuta comme journaliste à Paris-Journal puis au Figaro. Il fut critique littéraire au Globe. On lui doit également des vaudevilles.

Paul d’Ivoi a acquis une certaine renommée, à la Belle époque, grâce à la collection intitulée « Voyages excentriques » comprenant vingt-et-un volumes. Le dernier volume publié, Match de milliardaire [cote BDL : 2RD 6826] parut en 1916 après sa mort. Cette collection fut éditée à partir de 1894 par la Librairie Furne, Jouvet et Cie éditeurs à raison d’un volume par an. Elle était spécialisée dans les cartonnages (cf. billet de blog sur les cartonnages en percaline).

Un romancier populaire

Le premier roman de Paul d’Ivoi s’intitule Les Cinq sous de Lavarède [cote BDL : 2RD 2603]. Il fut écrit en collaboration avec son ami Henri Chabrillat (1841-1893), journaliste, auteur dramatique, librettiste et directeur de théâtre.

Les Cinq sous de Lavarède furent publiés pour la première fois en feuilleton hebdomadaire – comme c’était alors l’usage lorsqu’un auteur était peu connu – dans un quotidien populaire, Le Petit journal, entre le 24 août et le 27 décembre 1893.

Plat supérieur des Cinq sous de Lavarède
cote BDL : 2RD 2603

Paul d’Ivoi publia également certaines de ses œuvres dans Le Journal des voyages suivant en cela les traces de Jules Verne. Cet hebdomadaire, richement illustré, associait récits de voyage ou d’exploration et récits d’aventures.

Les Voleurs de foudre [cote BDL : 2RD 6824] firent l’objet de deux livraisons : l’une, entre le 17 octobre 1909 et le 15 mai 1910 sous le titre Les Trois demoiselles Pickpocket, et l’autre entre le 20 octobre 1907 et le 21 juin 1908 intitulé L’Automobile de verre.

Comme le montrent les exemples ci-dessus, les récits de Paul d’Ivoi ne se situèrent pas d’emblée au sein de la littérature pour la jeunesse comme ce fut le cas pour ceux d’André Laurie (cf. billet de blog sur André Laurie) mais bel et bien dans la littérature populaire. Les frontières entre les deux étaient alors très poreuses.

Les récits, parus en feuilletons, s’ils avaient du succès auprès des lecteurs, étaient ensuite publiés sous forme de cartonnages d’éditeur avec un nouveau titre. Les cartonnages d’éditeur étaient traditionnellement offerts en cadeaux lors des étrennes mais aussi lors des remises de prix. Les romans de Paul d’Ivoi faisaient en effet partie des ouvrages approuvés par le ministère de l’Instruction publique. Ils avaient ainsi leur place dans les bibliothèques scolaires. La Librairie Furne proposait les cartonnages en deux qualités en fonction des moyens financiers de l’acheteur. L’un était recouvert de percaline rouge et dorée, richement illustrée et l’autre de percaline bleue avec un simple décor.

Plats supérieurs de Message du Mikado
cotes BDL : 2RD 6823 et 2RD 6828

Un auteur vernien

Comme le rappelle le titre de la collection dans laquelle il publia ses œuvres, Paul d’Ivoi se situait dans la droite ligne de Jules Verne. Il écrivait des romans d’aventures géographiques mêlant découvertes du monde, péripéties et inventions. Il fit parcourir à ses héros tous les continents. Pourtant, comme Jules Verne, il faisait partie des voyageurs en chambre. Sa connaissance des contrées lointaines était purement livresque : guides de voyage, cartes, atlas ou encore récits de voyage comme Mon second voyage autour du monde d’Ida Pfeiffer publié à Vienne en 1856.

« Á son esprit se représentèrent en traits de feu les notes de voyage de Mme Ida Pfeiffer, cette vaillante femme qui osa aller étudier les Dayaks jusque dans leurs repaires »2.

Chez Paul d’Ivoi, les emprunts à Jules Verne sont flagrants : Corsaire Triplex [cote BDL : 2RD 6827] , avec son héros mystérieux, apatride et animé par la vengeance ainsi que la présence de sous-marins électriques rappelle Vingt mille lieues sous les mers [cote BDL : 2RD 510]. Par ailleurs, Nemo signifie en latin « personne » et Triplex doit s’entendre comme triple X. Cependant Paul d’Ivoi ne peut être réduit à un simple imitateur. Ses romans aboutissent invariablement à une nouvelle construction romanesque.

Illustrations extraites de Corsaire Triplex et de Vingt mille lieues sous les mers
cotes BDL : 2RD 6827 et 2RD 510

Dans Les Cinq sous de Lavarède, sont présents les mêmes thèmes que dans Le Tour du monde en Quatre-vingts jours [cote BDL : 2RB 6309] : voyage autour du globe avec une date de retour impérative, défi fixé au héros et présence d’un adversaire chargé de l’empêcher d’aller jusqu’au bout. Armand Lavarède marche bel et bien sur les traces de Phileas Fogg. Mais il le fait cinq sous en poche et dans un délai qui dépasse largement 80 jours (365 jours). Les thèmes de l’argent et du temps sont inversés. Lavarède, impécunieux et dépensier, doit en effet démontrer qu’il est capable de se montrer économe en faisant le tour du monde sans argent afin de toucher l’héritage de son riche cousin.

Toutefois, les œuvres de Paul d’Ivoi et de Jules Verne divergent sur la question des sciences. Dans celles de Jules Verne, la « science [est] conquérante, [elle] affronte la nature et, de victoire en victoire, abolit graduellement les distances […] ». Alors que dans les « Voyages excentriques », « le temps n’est plus un obstacle, car la nature a enfin été conquise ; les luttes victorieuses que, pour Jules Verne, menait encore la science se sont terminées par le triomphe définitif de ladite science »3.

Un écrivain en phase avec son époque

Les romans de Paul d’Ivoi sont ancrés dans l’actualité immédiate du temps où ils furent écrits. Dans Les Semeurs de glace [cote BDL : 2RE 6663] qui se déroule en Martinique, le récit fut écrit peu après l’éruption du Mont Pelée, dont la nuée ardente fit 30 000 morts. Toutefois, dans la fiction, l’éruption du volcan est attribuée aux manœuvres d’un scientifique cupide et non aux caprices de la nature.

Plat supérieur des Semeurs de glace
cote BDL : 2RE 6663

Il a été reproché à Paul d’Ivoi de ne pas être un visionnaire comme Jules Verne4. Les machines si étonnantes soient-elles qu’il met en scène ne sont pas aussi révolutionnaires que celles de Jules Verne. Paul d’Ivoi a vécu à une époque où les découvertes scientifiques et technologiques se succédèrent au point de ne plus susciter un aussi grand étonnement que par le passé. Il n’a fait qu’extrapoler les innovations de son temps. Dans La Course au radium [cote BDL : 2RE 3027], il s’inspira de la découverte du radium faite en 1898 par Marie Curie. Il imagina ainsi un pistolet laser au radium. Dans Corsaire Triplex, un ingénieur a conçu trois sous-marins. Paul d’Ivoi s’était inspiré des recherches de Claude Goubet (1837-1903) qui mit au point un petit submersible mis à l’eau en 1887. Il consacra également un chapitre au « Goubet » dans Les Cinq sous de Lavarède.

Plat supérieur de La Course au radium
cote BDL : 2RE 3027
Illustration du « Goubet » extraite des Cinq sous de Lavarède
cote BDL : 2RD 2603

Un homme de lettres engagé

Certains romans de Paul d’Ivoi, comme Cigale en Chine [cote BDL : 2RE 4356] ou Message du Mikado [cote BDL : 2RD 6823] s’inscrivent dans le genre littéraire du roman colonial. Ainsi Paul d’Ivoi se faisait, tout comme le capitaine Danrit (cf. billet de blog sur le capitaine Danrit), le chantre de la colonisation française, qui se voulait civilisatrice, alors que la colonisation britannique était jugée comme purement mercantile et hégémonique.

A contrario de ce réflexe nationaliste, Paul d’Ivoi a aussi brossé le portrait de personnages issus de communautés autochtones aux prises avec l’oppresseur occidental. Il va sans dire que ce dernier n’était pas de nationalité française ! Dans Corsaire Triplex, Robert Lavarède s’il veut épouser sa bien-aimée, l’égyptienne Lotia Hador, doit l’aider à libérer son peuple du joug britannique.

Les « Voyages excentriques » se voulaient également instructifs : ils étaient chargés de transmettre « des valeurs patriotiques, républicaines et morales destinées à édifier les jeunes lecteurs tout en leur communiquant un idéal optimiste de progrès, de paix et d’harmonie universelle »5. C’est pourquoi ils reçurent le blanc-seing du ministère de l’Instruction publique.

Un romancier non misogyne

Contrairement à Jules Verne, Paul d’Ivoi s’adressa dans son œuvre aussi bien aux jeunes garçons qu’aux jeunes filles. Dans chacun de ses romans figure une protagoniste féminine ou même plusieurs. Elle incarne alors un idéal féminin, destiné à faire fantasmer les jeunes garçons mais aussi à faire rêver les jeunes filles. Chez Paul d’Ivoi, les intrigues sentimentales sont également très présentes.

Bien souvent les héroïnes n’ont rien à envier en matière d’intelligence et de courage à leurs comparses masculins. Dans Corsaire Triplex, la jeune Maudlin Green se révèle pleine de ressources au point que son mentor James Pack lui confie le commandement d’un des sous-marins qu’il a conçu.

Paul d’Ivoi questionne également la notion de genre dans son œuvre. Dans Message du Mikado, se forme un jeune couple où l’homme se travestit en femme de chambre pour échapper à la justice et la femme – qui n’est autre qu’une espionne britannique – se déguise en homme pour passer inaperçue. Il n’hésite pas à intituler un de ses chapitres : « Idylle entre deux travestis ». La jeune femme se révèle également capable de piloter seule un avion.

Illustration extraite de Message du Mikado
cote BDL : 2RD 6823

Paul d’Ivoi dépeint des femmes d’exception. Dans Message du Mikado, Lydia Honeymoon est une espionne. Dans Les Dompteurs de l’or [cote BDL : 2RD 6825], Miss May est ingénieure. Elle a inventé un maillot électrique permettant de terrasser n’importe quel adversaire ainsi que de lui donner des hallucinations. Mais cela ne l’empêche pas de dresser de ses héroïnes, de manière systématique , un portrait physique très stéréotypé. Elles paraissent ainsi invariablement douces et jolies. Par ailleurs, leur seul horizon semble être le mariage.

Un auteur drôle et grave à la fois

L’humour qui tend souvent vers le burlesque est une des marques du style de Paul d’Ivoi tout comme les aventures trépidantes de ses héros. Le vaudeville, où Paul d’Ivoi excellait également, n’est-il pas basé sur une intrigue amusante et riche en rebondissements ?

L’intrigue de Message du Mikado est basée sur les désirs expansionnistes du Japon qui veut assurer son protectorat sur l’île de Madagascar afin de contrôler l’Océan indien. Elle se révèle être une farce rocambolesque accumulant les courses poursuites. Elle met en scène un diplomate japonais, chargé par un conseiller impérial nommé Arakiri (!) de remettre à la reine malgache un pantalon qui se révèle être l’objet des convoitises de deux espions (Miss Honeymoon et M. Midoulet). Le vêtement renferme en effet un message secret écrit à l’encre sympathique. Le mystère du pantalon sera découvert par une jeune fille d’une grande sagacité nommée Emmie.

Illustration extraite de Message du Mikado
cote BDL : 2RD 6823
Illustration extraite de Corsaire Triplex
cote BDL : 2RD 6827

Toutefois, l’œuvre de Paul d’Ivoi est également marquée par une certaine désillusion au sujet de la capacité de la science à œuvrer pour le bien des hommes. Ainsi, si Jules Verne faisait du scientifique un surhomme qui avait pour but ultime la reconnaissance scientifique, le désir de contribuer aux progrès des connaissances, Paul d’Ivoi le dépeignait sous un jour moins flatteur, assoiffé de pouvoir et d’argent comme Tom Slane dans Les Dompteurs de l’or.

Billet rédigé par Nelly Kabac 
(Bibliothèque Diderot de Lyon, département Patrimoine et conservation)

Sources

CHABRILLAT, Henri et IVOI, Paul d’. Les Cinq sous de Lavarède. Paris : Boivin et Cie, 1931. Les Voyages excentriques. 1er volume de la série
> Cote BDL : 2RD 2603

IVOI, Paul d’. L’Aéroplane fantôme. Paris : Boivin et Cie, 1930. Les Voyages excentriques. 17eme volume de la série
> Cote BDL : 2RD 2604

IVOI, Paul d’. Cigale en Chine. Paris : Combet et Cie, 1901. Les Voyages excentriques. 8eme volume de la série
> Cote BDL : 2RE 4356

IVOI, Paul d’. Corsaire Triplex. Paris : Ancienne librairie Furne. Boivin et Cie, éditeurs, 1908. Les Voyages excentriques. 5eme volume de la série
> Cote BDL : 2RD 6827

IVOI, Paul d’. Jud Allan, roi des « lads ». Paris : Ancienne Librairie Furne. Boivin et Cie, éditeurs, 1909. Les Voyages excentriques. 15eme volume de la série
> Cote BDL : 2RD 6833

IVOI, Paul d’. La Course au radium. Paris : Boivin et Cie, 1909. Les Voyages excentriques. 16eme volume de la série
> Cote BDL : 2RE 3027

IVOI, Paul d’. Les Dompteurs de l’or. Paris : Ancienne librairie Furne. Boivin et Cie, éditeurs, 1914. Les Voyages excentriques. 20me volume de la série
> Cote BDL : 2RD 6825

IVOI, Paul d’. Les Semeurs de glace. Paris : Ancienne Librairie Furne. Boivin et Cie, éditeurs, 1917. Les Voyages excentriques. 10eme volume de la série
> Cote BDL : 2RE 6663

IVOI, Paul d’. Les Voleurs de foudre. Paris : Ancienne Librairie Furne. Boivin et Cie, éditeurs, 1912. Les Voyages excentriques. 18eme volume de la série
> Cote BDL : 2RD 6824

IVOI, Paul d’. Match de milliardaire. Paris : Ancienne librairie Furne. Boivin et Cie, éditeurs, 1917. Les voyages excentriques. 21eme volume de la série
> Cote BDL : 2RD 6826

IVOI, Paul d’. Message du Mikado. Paris : Combet et Cie, 1913. Les Voyages excentriques. 19me volume de la série
> Cote BDL : 2RD 6823

Bibliographie

BRIDENNE, Jean-Jacques. La littérature française d’imagination scientifique. Haubourdin : Madame Bridenne, 1983.
> Cote BDL : SF 0000066068

CARADEC, François. Histoire de la littérature enfantine en France. Paris : Albin Michel, 1977.
> Cote BDL : 646601

Cousins de Jules Verne. Le rocambole, Bulletin des amis du roman populaire. 2005, n°32.
> Cote BDL : 809.387 roc (CDR)

EMBS, Jean-Marie et MELLOT, Philippe. 100 ans de livres d’enfant et de jeunesse 1840-1940. Paris : Éditions de Lodi, 2006.
> Cote BDL : 253443

EVANS, Arthur B. The Verne School in France : Paul d’Ivoi’s Voyages Excentriques. Science Fiction Studies [en ligne], 2009, [Consulté le 11 mars 2020], vol. 36, n°2, p. 217-234. Disponible sur le Web : <https://www.jstor.org/stable/40649957>.

GAUTERO, Jean-Luc. De Jules Verne à Paul d’Ivoi. In De la science en littérature à la science-fiction. [actes du 119e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Section d’histoire des sciences et des techniques, Amiens, 26-30 octobre 1994]. Paris : Éditions du CTHS, 1996, p. 153-165.
> Cote BDL : 809.93 DEL

HERP, Jacques Van. Panorama de la science-fiction : les thèmes, les genres, les écoles, les problèmes. Verviers : Marabout. Paris : diffusion Inter-forum, 1975.
> Cote BDL : SF 0000066180

LETOURNEUX, Matthieu. Paul d’Ivoi. [en ligne]. [Consulté le 20 mars 2020]. Disponible sur le Web : <http://mletourneux.free.fr/auteurs/france/divoi/divoi.htm>

MOURLON, Jean-Paul. Ivoi Pau Deleutre dit Paul D’ – (1856-1915). In Encyclopædia Universalis. [en ligne]. [consulté le 15 mars 2020]. Disponible sur le Web : <http://www.universalis.fr/encyclopedie/ivoi-paul-deleutre-dit-paul-d/>

PALEWSKA, Marie. Séductions et leçons de l’ailleurs dans les Voyages excentriques de Paul d’Ivoi. In Le Magasin des petits explorateurs. Paris : Éditions Actes Sud. Musée du quai Branly – Jacques Chirac, 2018.
> Cote BDL : 809.892 82 BON

PALEWSKA, Marie. La femme chez Paul d’Ivoi : une reine dans les Voyages excentriques. L’Ull crític, [en ligne], 2012, [Consulté le 29 mars 2020], n° 15-16, p. 37-55. Disponible sur le Web : <https://www.raco.cat/index.php/UllCritic/article/view/267237>

PALEWSKA, Marie. Paul d’Ivoi qui a été éclipsé par Jules Verne est très injustement oublié aujourd’hui. In La Nuit des feuilletons, 2020. Les Nuits de France Culture.

SERENI, Franck. Les thèmes du nationalisme dans l’œuvre de Paul d’Ivoi. Mémoire : histoire : Paris I, 1985.
> Cote BDL : MEM 281

VERSINS, Pierre. Encyclopédie de l’utopie et de la science fiction. Lausanne : Éditions L’Age d’Homme, 1972.
> Cote BDL : SF 0000066023

  1. Gallimard, 1964, p. 62 []
  2. Corsaire Triplex, p. 303 []
  3. Gautero, 1996, p. 156 []
  4. Mourlon []
  5. Palewska, 2018, p. 99 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search