Visions éducatives de Rodolphe Töpffer

Lorsque Rodolphe Töpffer (1799-1846) est évoqué aujourd’hui, c’est en général pour avoir été l’un des inventeurs de la bande dessinée avec ses « histoires en estampes ». Il fut en réalité bien plus que cela : il est connu au XIXe siècle en tant qu’écrivain – et c’est pourquoi la bibliothèque de l’Université de Lyon avait acquis certaines de ses œuvres – et aussi en tant qu’éducateur et pédagogue novateur ; c’est pour cette raison que la bibliothèque du Musée pédagogique s’était procuré la plupart des œuvres dans lesquelles il traite d’éducation. Réunissant l’ensemble de ces collections, la BDL possède aujourd’hui une assez jolie collection de nombre de ses titres.

Un pédagogue de terrain

Souhaitant d’abord devenir artiste peintre, Rodolphe Töpffer doit renoncer à sa carrière suite à un problème aux yeux. Pour renforcer son éducation littéraire déjà solide, il quitte la Suisse pour passer une année à Paris en 1819-1820, se formant en assistant à diverses conférences ; puis il rentre à Genève où il devient sous-maître de latin, grec et littérature ancienne dans le pensionnat du pasteur Heyer. Il y reste jusqu’en 1824, juste après son mariage.
La dot de sa femme lui permet en effet d’ouvrir son propre pensionnat dans la même ville ; il y accueille une quarantaine d’élèves de bonne famille, essentiellement étrangers – la réputation des pensions suisses n’est plus à faire en cette première moitié du XIXe siècle.
La pension Töpffer, c’est d’abord une maison, dans un quartier chic de Genève : au rez-de-chaussée se trouvent les salles de classe et d’étude, au 1er la direction et la salle à manger, au 2e, les appartements de la famille Töpffer (qui comprend Mme Töpffer et leurs quatre enfants) et au 4e, les chambres des élèves. « Nos pensionnats ne sont pas des lycées », dira Töpffer lui-même dans une de ses lettres, « on y vit en famille ». Avec les pensionnaires on mange, on dessine, on randonne, on joue au théâtre. Le père de Rodolphe est professeur de dessin dans l’institution, lui-même enseigne et dirige entouré de quelques maîtres. Il tiendra cette pension jusqu’à sa mort en 1846.

Parallèlement à sa charge de directeur, Töpffer obtient en 1833 la chaire de « belles lettres et rhétorique générale » à l’Académie de Genève. Il fait partie des notables protestants de la ville et appartient à la haute bourgeoisie du lieu. La BDL possède un manuscrit d’un des cours de Rodolphe Töpffer professé en 1844-45 à cette Académie qui occupait alors un certain nombre de salles de classe situées dans l’actuelle chapelle des Maccabées.

Des contre-modèles d’éducateur

Si Rodolphe Töpffer n’a pas écrit de traité d’éducation au sens strict, on peut déduire de son œuvre littéraire et graphique abondante un certain nombre de ses conceptions. On trouve en effet des modèles d’éducation (M. Prévère dans Le Presbytère) et surtout des contre-modèles dans plusieurs de ses écrits ou « histoires en estampes » : Le presbytère, La bibliothèque de mon oncle, l’Histoire de M. Crépin ou Les voyages et aventures du Dr. Festus.

Dans la veine d’un Montaigne ou d’un Rousseau, Töpffer milite pour une éducation complète, qui n’oublie ni le corps, ni les sens, qui laisse une place aux émotions, tout en reposant sur des bases classiques solides. Son propre père avait d’ailleurs tenu à ce qu’il reçoive lui-même une bonne éducation, ce qui lui fut bien utile lorsqu’il dut abandonner l’espoir d’une carrière de peintre et embrasser un autre métier.

Tout en maîtrisant lui-même parfaitement ces savoirs (sa première publication en 1824 est une édition scolaire de textes en grec ancien, Harangues politiques de Démosthène), Töpffer se moque des pédagogies à système, de l’érudition pure qui tourne sur elle-même ; il oppose sans cesse le pédant au sage, le faux-savant, qui a la tête encombrée de savoirs inutiles, au véritable érudit. Il prône un savoir qui puise ses sources dans la nature, la rue, le contact des hommes, autant que dans les livres. « Plus j’apprends moins je sais ; plus j’étudie moins je pense » fait-il écrire à son héros, le jeune Charles du Presbytère (lettre 83).

Ses œuvres sont parsemées de précepteurs ridicules : c’est le cas par exemple des divers instituteurs qui défilent dans la famille de M. et Mme Crépin ; aucun ne sait se faire respecter de leur nombreuse progéniture – assez insupportable il est vrai -, aucun n’est capable de lui enseigner quoi que ce soit, mais chacun d’eux croit mordicus à son système d’enseignement. Tout cela n’aboutit qu’à des catastrophes (les enfants saccagent tout), à des brouilles entre Monsieur et Madame, sans qu’aucun précepteur ne se remette jamais en question…

Dans La Bibliothèque de mon oncle, c’est la figure de M. Ratin qui représente tout ce que Töpffer récuse dans l’éducation. Pudibond, vertueux à l’excès au point d’en être étriqué, M. Ratin passe à côté de la vie : il a peur de l’amour, des fous rires…

L’oncle lui-même, bien que très aimable, rate une partie de la vie, perdu dans ses livres :

Le jeune homme en revanche aime, flâne, rêve, observe la rue et les hommes et c’est là que se fait une partie de sa formation : « Non, jamais mes professeurs, jamais Grotius, Puffendorf, ne m’ont donné le centième de l’instruction que je hume de là, rien qu’à regarder dans la rue » (p. 54).

Quant au Dr. Festus, qui parle 22 langues et a lu des milliers de volumes, son voyage éducatif est une véritable catastrophe : sur son mulet ridicule, il passe de situation cocasse en situation ubuesque, auxquelles il ne comprend rien mais qu’il croit toujours maîtriser grâce aux syllogismes, lapalissades et autres éruditions inutiles qu’il professe.

Parce que ces dénonciations de l’érudition livresque sont faites sur le ton de l’humour et par un homme qui en maîtrise parfaitement les arcanes, elles restent très drôles encore aujourd’hui.

Les voyages en zig-zag : les excursions éducatives de M. Töpffer

Etre pensionnaire de la famille Töpffer, c’est aussi participer l’été à de grands voyages dans la région proche, voyages qui durent plusieurs jours voire plusieurs semaines et qui seront croqués et relatés par Töpffer lui-même de façon très amusante. D’abord destinés à ses élèves, ces récits sont réunis en 1844 et publiés sous le titre de Voyages en zigzag d’un pensionnat en vacances. Les Voyages en zigzag regroupent Excursion dans les Alpes (premier voyage, paru en 1832), le Voyage à la Grande Chartreuse et le Voyage à Milan (parus en 1833).

Les compte-rendus des excursions suivantes paraissent en 1854, huit ans après la mort de Töpffer, sous le titre Nouveaux voyages en zig-zag : ceux-ci rassemblent l’excursion à la Grande Chartreuse de 1833, la dernière excursion menée par Töpffer en 1842 autour du Mont-Blanc et au Grimsel et le voyage à Gênes. La BDL ne conserve actuellement que les Nouveaux voyages en zig-zag.

D’un point de vue formel, ces publications ne montrent pas les illustrations de Töpffer lui-même (dessins aux traits fins, que l’on voit dans Les aventures de M. Crépin) mais seulement des gravures d’après Töpffer, moins originales.

Pour Töpffer, le voyage est indissociable de l’éducation ; si celle-ci ne saurait se passer d’un versant livresque, le contact avec le monde y est également fondamental. Il amène les jeunes gens à se confronter avec le réel, il les incite à observer la nature et ses réalités en confectionnant des herbiers, collectant des pierres, observant des insectes. Le voyage est aussi l’occasion de découvrir des richesses culturelles comme des monuments (monuments romains de la vallée d’Aoste par exemple, les Charmettes à Chambéry), des villes célèbres (Milan, Venise) ou des sites industriels (les forges des vallées alpines) mais surtout, il est une formation morale par la marche, par l’effort, par la camaraderie. Il permet un développement complet de l’individu, à la fois physique et mental. Le voyage trempe le caractère, éveille la curiosité, encourage l’amitié : mens sana in corpore sano, s’il n’est pas le premier à le prôner, Töpffer en est cependant un fervent adepte.

Ce qui est très drôle chez Töpffer, c’est l’humour acéré mais toujours bienveillant dont il fait preuve dans la description de toutes choses ou gens : ainsi d’un de ses élèves : « Pierre Ducros a le jarret déboîté en sorte qu’il se couche auprès des source et s’assied sur les bornes. En voyant que les chartreux passent leur vie assis ou agenouillés, il est sur le point d’entrer dans l’ordre » (p.  4). Ses dénonciations de l’éducation livresque sont toujours esquissées, sans jamais qu’il ne s’appesantisse.

C’est aussi quelqu’un qui ne s’illusionne pas sur les élèves, les jeunes gens ou les enfants (il en a d’ailleurs lui-même eu quatre), qui n’idéalise pas : ses remarques sont souvent justes, il pointe le défaut, la tendance mais arrive souvent à en tirer un élément de drôlerie. L’impression qu’il laisse à la lecture, c’est celle d’un homme très observateur, très conscient de ce qui l’entoure, mais aussi très humain, indulgent et sans doute très proche de ses élèves.

Si Töpffer est aujourd’hui surtout connu en France pour son œuvre graphique, il fut aussi un grand éducateur dont le souvenir s’est davantage conservé en Suisse où des rues et un lycée portent son nom.

Billet rédigé par Claire Giordanengo
(Bibliothèque Diderot de Lyon, département Patrimoine et conservation)

Sources

TÖPFFER, Rodolphe. Nouveaux voyages en zigzag à la Grande Chartreuse, autour du Mont Blanc, dans les vallées d’Hérenz, de Zermatt, au Grimsel, à Gênes et à la Corniche. Paris : chez V. Lecou, 1844 [cote BDL : 2RD 2679]
Numérisation Gallica : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6580612w?rk=171674;4>

TÖPFFER, Rodolphe. Le presbytère, Paris : Hachette, 1882 [cote BDL : mag2 005025]
Numérisation Gallica : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5624896w?rk=21459;2>

TÖPFFER, Rodolphe. Nouvelles genevoises, Paris : Garnier frères, 1851 [cote BDL : 1R 133372], 1876 [cote BDL : 2RD 1478], 1882 [cote BDL : mag2 005024]. Hachette, 1885 [cote BDL : mag4 DIIa 2887]
Numérisation Gallica : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b86002289?rk=42918;4>

TÖPFFER, Rodolphe. Histoire de M. Crépin. Paris : E. Dufrenoy, sd [cote BDL : 2ROP 3749]
Numérisation Gallica : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b85290316?rk=21459;2>

TÖPFFER, Rodolphe. Cours de belles lettres, 1844-45 [cote BDL : 1R 132697]
Numérisation Digitool : <http://numerisation.bibliotheque-diderot.fr/webclient/DeliveryManager?pid=986845>

TÖPFFER, Rodolphe. Voyages et aventures du docteur Festus. Genève-Paris, 1840 [cote BDL : réserve2 88773]
Numérisation Gallica : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k10577160?rk=21459;2>

Bibliographie
(en raison du confinement, seules les références électroniques ont pu être consultées)

BLONDEL, Auguste. Rodolphe Töpffer : l’écrivain, l’artiste et l’homme. Paris, 1886 [cote BDL : 3RD 1447]

Correspondance complète, 1807-1846, vol. I à VIII. Genève : Droz, 2002-2007 [cote BDL : 840.900 7 C TOP]

DURAND, Hippolyte. « Toepffer », Dictionnaire de pédagogie. En ligne : <http://www.inrp.fr/edition-electronique/lodel/dictionnaire-ferdinand-buisson/document.php?id=3740>

HOIBIAN, Olivier. « Les voyages pédestres de scolaires à la fin du XIXe siècle. Santé, éducation et littérature de voyage », Babel. Littératures plurielles, n° 20, 2009, p.  180-193. En ligne : <https://journals.openedition.org/babel/674>

HOIBIAN, Olivier. « Les voyages en zig-zag de Rodolphe Töppfer », Babel. Littératures plurielles, n° 8, 2003, p. 57-70. En ligne : <https://journals.openedition.org/babel/1311>

LEGROS, Jean-Paul. « Rodolphe Töpffer : Voyages en Zigzag entre Nouvelles, Romans et Bandes Dessinées », Bulletin de l’Académie des sciences et lettres de Montpellier, vol. 48 (2017), p. 1-14. En ligne : <https://www.ac-sciences-lettres-montpellier.fr/academie_edition/fichiers_conf/LEGROS-2017-2.pdf>

POUBLAN, Danielle. « Elève de Töpffer », article du carnet Hypothèses « Publier une correspondance », paru le 29/07/2019 <https://puc.hypotheses.org/4893>


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search