Capitaine Danrit dit le Jules Verne militaire

Au sein des collections de littérature jeunesse de la Bibliothèque Diderot de Lyon, sont conservées quelques-unes des œuvres écrites par le capitaine Danrit, parfois surnommé le Jules Verne militaire.

Derrière un nom de plume se cachait un véritable soldat 

Capitaine Danrit est le pseudonyme (et l’anagramme) adopté par Émile-Auguste-Cyprien Driant. Celui-ci se forgea le nom de plume de Capitaine Danrit afin d’échapper à la censure militaire. Il naquit le 11 septembre 1855 à Neufchâtel-sur-Aisne. Son père était juge de paix. En 1875, il fut admis à l’école militaire de Saint-Cyr. Il en ressortit en 1877 avec le grade de sous-lieutenant. Émile Driant fit toute sa carrière dans l’infanterie au sein de corps d’élite comme les zouaves ou les chasseurs à pied. Il fut à la fois un homme de terrain, qui commanda des bataillons, mais aussi un formateur puisqu’il fut instructeur militaire à Saint-Cyr. Il était également l’époux de la fille cadette du général Boulanger (1837-1891) dont il fut l’aide de camp. En raison de ses liens de parenté avec ce dernier, il fut exclu du tableau d’avancement, durant plusieurs années, malgré d’excellentes notes. En 1905, Émile Driant protesta publiquement contre l’Affaire des fiches. Il s’agissait d’une opération occulte de fichage politique et religieux dans l’armée française entre 1900 et 1904. Ayant dénoncé dans la presse ce procédé, il fut contraint de démissionner de l’armée.

Émile Driant entama ensuite une carrière politique. Il fut député de Meurthe-et-Moselle dans le parti Action libérale populaire (parti de centre-droit associant catholiques et républicains modérés) de 1910 à 1916. Lorsque la Grande Guerre éclata, il demanda à être réintégré dans l’armée. Il prit alors la direction de deux bataillons de première ligne et mourut au Bois des Caures, le 22 février 1916, durant la bataille de Verdun.

Portrait extrait de la biographie de Gaston Jollivet – cote BDL : 51675

Un auteur phare du roman de guerre

Émile Driant écrivit de nombreux romans d’aventures dont le point commun était la guerre. Cette forme romanesque, basée sur la mise en danger des personnages, les nombreuses péripéties, les antagonismes manichéens et la victoire finale du héros, permettait de rendre le récit plus captivant afin de toucher un lectorat populaire ainsi qu’un public jeune. Un de ses biographes, Gaston Jollivet, rapporte qu’en se lançant dans l’écriture, le but d’Émile Driant était de se rendre utile « à toute une génération de jeunes gens et même d’enfants ».

Le premier roman écrit par Émile Driant s’intitule La Guerre de demain1. Il fut édité entre 1889 et 1896 sous forme de feuilletons. Il se décompose en quatre parties soit en tout 2400 pages ! Dans cet ouvrage, Émile Driant décrit tour à tour la guerre de forteresse, la guerre en rase campagne et la guerre en ballons. Il imagine ce à quoi pourraient ressembler les guerres du futur disposant de nouveaux moyens technologiques, fruits du progrès.

Un chantre de la propagande patriotique

En écrivant des ouvrages sur la guerre, Émile Driant cherchait à démontrer qu’un prochain conflit était inéluctable et qu’il fallait s’y préparer.

Ainsi, Les Robinsons souterrains, écrit en 1912, laissait pressentir « l’orage qui montait à l’horizon de l’Europe »2. Dans ce roman, Émile Driant dépeignait une guerre opposant la France et l’Allemagne. Cette œuvre prophétique fut publiée en feuilletons dans le Journal des voyages à partir d’octobre 1912. Elle cherchait à contribuer à la formation patriotique des jeunes gens en tentant de développer chez eux l’esprit de revanche, héritage de la défaite de 1871. En effet, dans les décennies qui suivirent l’Année terrible, le désir revanchard s’était peu à peu essoufflé. Émile Driant se mettait ainsi au service de la propagande patriotique en proposant à ses lecteurs des récits de guerre imaginaires qui redonnaient à La France une place de vainqueur.

En 1915, Émile Driant réécrivit certains passages des Robinsons souterrains afin de placer son récit dans une guerre qui n’avait plus rien d’imaginaire. Il s’en est expliqué dans la préface. La version remaniée fut publiée dans le quotidien parisien réactionnaire La Patrie, entre septembre 1915 et janvier 1916. En 1916, elle fut publiée sous forme de cartonnage d’éditeur chez Flammarion.

Les Robinsons souterrains, cote BDL : 2RD 6662

Un apologiste du passé victorieux de la France

Émile Driant s’intéressa également aux guerres du passé, ce qui permettait à ses lecteurs de revivre par procuration le passé guerrier et glorieux de la France et de conjurer ainsi la peur du déclin de la France. Ainsi, il écrivit Histoire d’une famille de soldats. Ce cycle composé de trois ouvrages qui suivaient l’histoire de la famille Cardignac durant trois générations fut édité entre 1898 et 1901. La BDL conserve : Jean Tapin : Histoire d’une famille de soldats 1ère période 1792-1830 qui se déroule durant les grandes épopées révolutionnaires et napoléoniennes et le second tome de Petit marsouin. Histoire d’une famille de soldats. Troisième période : 1870-1886 qui évoque la défaite de 1871 et les conquêtes coloniales.

Jean Tapin : Histoire d’une famille de soldats 1ère période 1792-1830, cote BDL : 2RC 3310
Petit marsouin : histoire d’une famille de soldats, cote BDL : 2RB 5988

Émile Driant écrivit également Évasion d’empereur. À partir d’un épisode historique réel, l’incarcération de Napoléon 1er sur l’îlot de Sainte-Hélène, il y échafaudait une tentative d’évasion de l’empereur, fomentée par des compatriotes corses et à l’aide d’un sous-marin !

Évasion d’empereur, cote BDL : 2RD 1561

Au service du militantisme colonial

Dans les années 1880, il y eut une forte opposition à la politique d’expansion coloniale française en Afrique et en Asie que prônait Jules Ferry et qui se voulait pourtant civilisatrice, en opposition à la colonisation britannique jugée purement mercantile. La France, meurtrie par l’amputation d’une partie de son territoire, devait consacrer toutes ses forces à la Revanche. Peu à peu, l’idée d’un empire colonial étendu, qui allait redonner à la France sa force économique et sa puissance politique, se répandit dans l’opinion. Le colonialisme se mettait ainsi au service de la Revanche mais se voulait aussi une forme de revanche.

En 1898, Émile Driant fit éditer un récit relatant un conflit opposant les deux grandes puissances coloniales d’alors : la France et l’Angleterre. Il s’agissait de La Guerre fatale France-Angleterre.

La Guerre fatale France-Angleterre, cote BDL : 2RD 3009

Dans Au-dessus du continent noir, publié en 1912, Émile Driant dressait le portrait d’un ancien légionnaire, devenu le chef de guerre d’une peuplade africaine et l’instigateur de luttes armées contre l’occupant. Dans ce récit, Il cherchait tout autant à exacerber l’anti-germanisme de ses lecteurs – puisqu’il y dressait le portrait d’un déserteur de la Légion, originaire de Prusse – qu’à diffuser et vulgariser l’idée coloniale.

Au-dessus du continent noir, cote BDL : 2RD 6832

Un romancier d’anticipation… guerrière

Émile Driant devait son surnom de Jules Verne militaire à ses ouvrages d’anticipation militaire à travers lesquels il cherchait à montrer comment les découvertes scientifiques pouvaient être appliquées en temps de guerre.

En pages liminaires de L’Invasion noire, Émile Driant écrivit une épître dédicatoire à Jules Verne dans laquelle il avouait avoir « essay[é] d’appliquer aux sciences qui dérivent de la guerre [le] merveilleux procédé [de] Jules Verne ».

Dédicace de l’auteur à Jules Verne et réponse de celui-ci en pages liminaires de La Guerre au vingtième siècle : l’invasion noire, cote BDL : 2RD 1467-1 et 2

Dans La Guerre au vingtième siècle : l’invasion noire, éditée entre 1894 et 1896, Émile Driant décrivait une Europe envahie par une coalition arabo-africaine. Il s’y inspirait librement de l’insurrection mahdiste qui eut lieu au Sahel en 1884.

La Guerre au vingtième siècle : l’invasion noire, cote BDL : 2RD 1467-1 et 2

Les Robinsons sous-marins, publié en 1908, répondaient parfaitement aux caractéristiques du modèle vernien. Il s’agissait d’un huis-clos où deux hommes étaient pris au piège dans un sous-marin échoué au fond de la baie de Bizerte. Le sous-marin était équipé de technologies révolutionnaires qui eurent pour certaines un avenir comme le lance-torpille et pour d’autres non, comme la bouée téléphonique ou l’appareil à oxylithe.

Les Robinsons sous-marins, cote BDL : 2RD 6662

Émile Driant croyait, comme Jules Verne, en la fonction pédagogique du roman d’aventures. Il agrémentait ses récits de nombreuses leçons portant aussi bien sur le sens civique que sur les avancées techniques et scientifiques. Toutefois, une importante divergence les sépare. Elle porte sur le caractère pacifiste de Jules Verne en totale opposition avec celui belliqueux de Driant !

Un écrivain pour la jeunesse ?

Émile Driant écrivit des ouvrages très violents où la mort était omniprésente. La présence de ses ouvrages dans des collections destinées à la jeunesse ne peut qu’être surprenant. Cet étonnement est pourtant anachronique. Émile Driant écrivait, en effet, à une époque où le culte du drapeau était très présent en littérature jeunesse et dans la vie des jeunes gens en général depuis la défaite de 1871. Les jeunes garçons, qui lisaient les œuvres du capitaine Danrit, étaient formés au devoir militaire. Des bataillons scolaires s’exerçaient à la marche, au tir ainsi qu’au maniement des armes. Les collections de manuels scolaires de la BDL renferment ainsi un Manuel de tir scolaire : instruction officielle et documents annexes rédigé par l’Union des sociétés de tir de France et édité par Armand Colin en 1903 [cote BDL MS 92942].

Certes, l’abbé Louis Bethléem, dans son ouvrage consacré aux lectures à recommander ou à proscrire pour la jeunesse hésitait à recommander aux jeunes gens la lecture des ouvrages du capitaine Danrit. Toutefois, cela n’était pas en raison de la violence du récit mais des scènes trop « passionnées » qui s’y déroulaient !

 

Deux spécialistes de la littérature d’anticipation ont jugé très sévèrement l’œuvre d’Émile Driant. Ainsi, Jacques Van Herp écrivit que :

« Nul n’a écrit plus que lui [au] sujet [de la guerre] : guerre de demain, en rase campagne, en forteresse, en ballon, fatale contre la France et l’Angleterre, invasion noire, invasion jaune, guerre civile. […] Seulement l’ensemble est manqué. Driant écrit en théoricien. Il a étudié mais il n’a pas VU la guerre des Boers, la campagne de Mandchourie. Il travaille sur les rapports, analyses et faits décantés et filtrés qui ne livrent plus l’odeur du massacre. Aussi ses immenses tueries manquent de vie ».

Jean-Jacques Bridenne, pour sa part, qualifiait Émile Driant d’« utopiste de la guerre ».

Billet rédigé par Nelly Kabac
 (Bibliothèque Diderot de Lyon, département Patrimoine et conservation)

Sources

DRIANT, Émile-Cyprien. Au-dessus du continent noir. Paris. Ernest Flammarion éditeur, 1911.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RD 6832

DRIANT, Émile-Cyprien. Évasion d’empereur. Paris : Delagrave, 1928.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RD 1561

DRIANT, Émile-Cyprien. La Guerre au vingtième siècle : l’invasion noire. Paris. Ernest Flammarion, éditeur, 1894.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RD 1467-1 et 2

DRIANT, Émile-Cyprien. La Guerre fatale France-Angleterre. Paris. Ernest Flammarion, éditeur, [1902].
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RD 3009

DRIANT, Émile-Cyprien. Jean Tapin : Histoire d’une famille de soldats, 1ère période 1792-1830. Paris : Delagrave, 1929.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RC 3310

DRIANT, Émile-Cyprien. Petit marsouin : histoire d’une famille de soldats. Tome second. Troisième période : 1870-1886. Paris : Delagrave, [1913].
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RB 5988

DRIANT, Émile-Cyprien. Robinsons sous-marins. Paris : Librairie Flammarion, 1908.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RD 1560

DRIANT, Émile-Cyprien. Robinsons souterrains. Paris. Ernest Flammarion, éditeur, 1912.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 2RD 6662

Bibliographie

BLETON, Paul. Les genres de la défaite. Études françaises, 1998, volume 34, n°1, p. 61–86. [consulté le 13 mars 2020]. Disponible sur le Web : <https://doi.org/10.7202/036092ar>

BRIDENNE, Jean-Jacques. La littérature française d’imagination scientifique. Haubourdin. Madame Bridenne, 1983.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : SF 0000066068

Cousins de Jules Verne. In Le rocambole, Bulletin des amis du roman populaire, 2005, n°32.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 809. 387 roc (CDR)

HERP, Jacques Van. Panorama de la science-fiction : les thèmes, les genres, les écoles, les problèmes. Verviers. Marabout. Paris. diffusion Inter-forum, 1975.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : SF 0000066180

JAHIER, Bernard. L’apologie de la politique coloniale française dans la littérature pour la jeunesse avant 1914 : un soutien sans limites ? Strenæ, 2012, 3. [Consulté le 11 mars 2020] Disponible sur le Web : URL : http://journals.openedition.org/strenae/503

JOLLIVET, Gaston. Le colonel Driant. Paris : Librairie Delagrave, 1918.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 51675

JOLY, Bertrand. Dictionnaire biographique et géographique du nationalisme français (1880-1900). Paris : Honoré Champion éditeur, 1998.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : 320.54 JOL

LETOURNEUX, Matthieu. Quand arrivera la guerre de demain. Bientôt, je veux l’espérer : Récits de guerre future, généricité et discours social. Nineteenth-Century French Studies, 2015, volume 43 n° 3, p. 223-238. [Consulté le 11 mars 2020] Disponible sur le Web : URL : https://doi.org/10.1353/ncf.2015.0002

VERSINS, Pierre. Encyclopédie de l’utopie et de la science fiction. Lausanne, Éditions L’Age d’Homme, 1972.
> Cote Bibliothèque Diderot de Lyon : SF 0000066023

 

  1. Disponible dans Gallica : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30354598t []
  2. Extrait de la préface de la seconde version des Robinsons souterrains datant de 1915 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search